20 septembre 2018

MADE IN NORMANDIE : Test n° 2

 On peut aussi obtenir directement le Pdf dans le billet grâce à l'option insérer du contenu externe mais pas l'agrandir en plein écran. Si ? ca ne marchait pas ce matin et cet après midi, après plantage et republication, si !




 

Posté par Joe Krapov à 09:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


16 septembre 2018

ÉDÉNIQUE, TA MÈRE ?

Lakévio 121 121199330 Eliane Marque - Eve

Bien sûr, bien sûr qu’elle est trognonne ! Trop mignonne à croquer, Eve, la fille en rouge !

Elle a des rotondités partout où il semble qu’il en faille, la peau satinée, brillante même quand le soleil de notre paradis terrestre vient la mettre en lumière tous les jours que Dieu fait.

Mais sa manie de vouloir tout connaître alors que je ne suis pas un puits de science, que je n’ai aucune connaissance en botanique, en métaphysique, en érotique…

Et puis cette volonté de toujours porter des vêtements par-dessus sa peau… C’est pour être jolie, dit-elle.

L’autre jour elle m’a tricoté un slip en peau de tigre et m’a réclamé un boa.

Je sens que ça va mal finir, tout ça. Je suis même certain qu’elle va vouloir qu’on fasse des enfants, qu’ils aillent à l’école, qu’ils aient une bonne situation, qu’on achète un camping-car, qu’on signe une convention obsèques…

Ce sera fini de rire à se fendre les côtes. Terminée la belle vie où tout allait cahin-caha.

O Eve, Eve ! Mon rêve sans air ! Je sens que j’étouffe déjà !

Pourquoi es-tu venue dans ma vie ?

Pourquoi les pépins sont-ils toujours pour ma pomme ?

O Dieu, l’étrange peine !


Ecrit pour le jeu n° 121 de Lakévio d'après cette consigne

Posté par Joe Krapov à 22:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

15 septembre 2018

PANGLOSS ET PANGRAMME SONT DANS UN BATEAU

DDS 524 121235161

Tandis que le docteur Pangloss rame le docteur Pangramme glousse :

- Regardez, Pangloss ! Joyeux, ivre, fatigué, le nez qui pique, le Clown Hary skie dans l’ombre du Karaboudjan ! Le vif zéphyr jubile sur les kumquats du clown gracieux ! C’est d’un drolatique !

- Bâchez la queue du wagon-taxi avec les pyjamas du fakir ! » ordonne Allan sur le pont du cargo.

- Il n’y a plus de whisky ? » s’enquiert le capitaine Haddock.


- Voyez le brick géant que j'examine près du wharf ! lance Tintin à Tournesol

- Ton pauvre zébu ankylosé choque deux fois mon wagon jaune sans que ça me fasse aucun effet ! dit Dupond à Dupont dans la cabine exiguë où ils étudient le kama-soutra.

- Je dirai même plus, répond Dupont à Dupond. Dans un wagon bleu, tout en mangeant cinq kiwis frais, vous jouez du xylophone dans l’oreille d’un sourd, mon ami !

- Il n’y a plus de whisky ? » s’enquiert le capitaine Haddock.


- Monsieur Jack, vous dactylographiez bien mieux que votre ami Wolf ! » entend-on loin au-dessus dans la fusée rouge et blanche d’Objectif Lune

- Votre chant, Madame Castafiore, c’est la voix ambiguë d'un cœur qui, au zéphyr, préfère les jattes de kiwis ! » fayote gentiment le général Alcazar en baisant la main de la cantatrice.

DDS 524 112085790- Hé, Gwendal et Xavier, vous qui jouez beaucoup au Molkky : "feu" !

- Il n’y a plus de whisky ? » s’enquiert le capitaine Haddock.


- Voyez ce koala fou qui mange des journaux et des photos dans un bungalow ! se moque Miss Map en voyant l’oncle Walrus continuer ses recherches à propos du Juxbaron.

- Il n’y a vraiment plus de ce bon vieux whisky ? » s’enquiert le capitaine Haddock.

- Non, capitaine ! Nous avons porté le dernier flacon au juge blond qui fume !

Ecrit pour le Défi du samedi n° 524 à partir de cette consigne :

whisky

 

 

Posté par Joe Krapov à 09:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 septembre 2018

RETOURNER A CHARLEVILLE-MEZIERES !

170715 Nikon B 011

Oui, je retournerais bien à Charleville-Mézières ! Nous avons passé une semaine un peu folle dans cette cité ardennaise en juillet 2017 et cela m’a tellement plu, la boîte à lettres spéciale pour recueillir le courrier destiné à Arthur Rimbaud, que j’ai entamé une correspondance folle, à sens unique, à destination de ce coffret jaune posé à l’entrée du cimetière où le poète est enterré.

Après une année de ce petit jeu, je me sens un peu coupable d’avoir ri et fait rire deux ou trois ateliers d’écriture avec ces délires d’aujourd’hui balancés à un squelette d'hier qui n’en peut mais et se trouve bien incapable de répondre.

Il me reste encore à envoyer une lettre recommandée avec demande d’accusé de réception en direction de cette fameuse boîte aux lettres pour que le gag soit complet et l’incident clos.

Car je m’interroge toujours : le facteur dépose-t-il bien le courrier dans cette boîte à l’air si mort ? Un service de la ville vient-il, de temps en temps, prendre livraison de la correspondance reçue par Arthur ? Qu’en font-ils, de ces lettres folles, les Carolomacériens ?

Ne ferais-je pas mieux de rassembler mes textes épars, de les imprimer, d’en faire un livre et de l’envoyer au directeur du Musée Rimbaud dans son moulin au-dessus de la Meuse ? Ce scénario non plus ne m’agrée pas vraiment. Parfois je suis victime de crises de paranoïa : j’imagine que le monsieur s’approprie ma littérature et la publie sous son nom avec le titre « Les lettres de mon moulin ». Si cela devenait un succès de librairie je serais vert ! Plus vert que le cabaret du même nom auquel Rimbaud consacra un très chouette poème.

1819-01 Marthe Vassallo Musée Charleville img_5186_med_hr

Oui, j’y retournerais bien à Charleville-Mézières mais sans le fantôme de Rimbaud à honorer-explorer-déplorer-exploiter-exploser. J’irais refaire la croisière sur la Meuse à partir de Monthermé. Je retournerais au Musée des Ardennes voir la cruche-matriochka dont parle Marthe Vassallo sur son blog. 

J’irais à nouveau savourer la carbonade flamande, la bière brune et le café gourmand du restaurant belge de la rue du Moulin. J’irais randonner entre Gernelle et Rumel avec un GPS pour tâcher de ne pas me perdre cette fois!

J’irais au Festival de la Marionnette !

Surtout j’irais poser ma tente – dont je n’aurais pas oublié les piquets sur le balcon ! – au camping municipal. Mon ami Manu que j’ai envoyé là-bas cet été m’a affirmé qu’on y passe désormais des nuits très tranquilles : les gendarmes locaux ont mis un terme au tapage nocturne occasionné par les kékés du coin qui croyaient devoir se montrer plus rustauds encore que le gars Jean-Arthur.

Allons bon, voilà que ça me reprend : on a dit qu’on n'en parlait plus, de celui-là !

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 11 septembre 2018 d'après la consigne suivante :

Répondez au questionnaire du losange puis choisissez une de vos réponses et développez-la

08 septembre 2018

EN VADROUILLE A MONTPELLIER ?

Je n’ai pas trouvé mieux, cette semaine, pour évoquer la grande vadrouille qui est la nôtre, que de ressortir mon questionnaire du losange tout frais pondu de cet été et d’y répondre. Ca n’a pas beaucoup d’intérêt en soi, on ne découvre pas à la fin si on est plutôt Bourvil ou plutôt De Funès (plutôt bourrin des villes ou plutôt plein de finesse des champs !) mais ça montre bien que « les gens de Villejean voient du pays » ! Et les autres aussi !

Que vous le vouliez ou non, votre vie jusqu’à présent s’est inscrite dans un losange, ou, pour être plus précis, dans un quadrilatère (ou un triangle) formé par :

- La ville la plus septentrionale dans laquelle vous vous êtes rendu.e (septantrion n’est pas un mot belge qui laisserait entendre que, dans le lit de la baronne,nous étions soixante-dix chasseurs plus ou moins histrions, mais cela a rapport au nom poétique du Nord
- La ville la plus orientale dans laquelle vous êtes allé.e. La plus à l’Est, si vous préférez
- La plus méridionale (au Sud c’était pas les corons !)
- La plus à l’Ouest (en direction de Brest pour les dyslexiques et les scouts!)

Nous aimerions obtenir de vous les informations suivantes (vous n’êtes cependant pas obligé.e de répondre à toutes ces questions) :

Quelles sont les extrémités de votre losange ?

 

losange JK

 

Quelle est la ville dans laquelle vous avez passé le plus de temps depuis votre naissance ?
Rennes.

Où avez-vous le plus ri cette année ?
A Dol de Bretagne devant l’exposition John Wilhelm.

Dans ce losange, quel est l’endroit où vous retourneriez volontiers ?
Burano dans la lagune de Venise.

Qu’avez-vous déjà fait dans votre vie que personne d’autre que vous n’a fait ?
J’ai chanté, déguisé en bouffon, le rapport du commissaire aux comptes dans une assemblée générale d’association subventionnée.

Avez-vous déjà rencontré une célébrité ? Laquelle ?
J’ai un peu honte de l’avouer mais j’ai serré la main de François Fillon.

Racontez une mésaventure à vous arrivée qui se termina bien
Un été d’il y a bien longtemps nous sommes partis camper pas loin de Lorient pour assister au Festival interceltique. Arrivés sur place, surprise : on avait oublié les piquets de la tente sur le balcon ! Le gérant du camping nous a loué une caravane pour nous éviter de rentrer tout penauds à la maison.

Y a-t-il un endroit où vous ne vous attendiez pas à vous retrouver ?180505 265 070
Oui : à l’opéra de Münich pour assister à un ballet sur le thème d’Alice au pays des merveilles.

Aussi à Mourmelon le Grand pour y effectuer ce qu’on appelait alors le service militaire.

Racontez votre itinéraire professionnel en ne donnant que les noms des villes traversées :

Naissance à : Libercourt (Pas-de-Calais)
Premières études (maternelle, école primaire) à : idem
Etudes secondaires (collège, lycée, université) à : Lille
Premier poste professionnel à : Paris
A vécu à : Libercourt, Paris, Sablé-sur-Sarthe, Rennes

A part celle où vous résidez, y a-t-il des villes dans lesquelles vous allez plusieurs fois par an ?
Lannion et Nantes.

Dans votre ville, quel est l’endroit que vous fréquentez le plus régulièrement ?
La salle Mandoline de la Maison de quartier de Villejean.

Citez une ville en dehors de votre losange dans laquelle vous aimeriez vous rendre :
Portmeirion au pays de Galles, lieu de tournage du feuilleton « Le Prisonnier ».

Citez des villes, autres que votre lieu de résidence, dans lesquelles vous avez dormi cette année :
Lannion, Marktheidenfeld, Dachau, Munich, La Flèche, Nantes, Poulennou, Baguer-Pican, Libercourt, Langon, Lanester.

Ecrit pour le Défi du samedi n° 523 à partir de cette consigne : vadrouille

Posté par Joe Krapov à 09:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


02 septembre 2018

L’ENVOL PLUTÔT RATÉ DU PAPILLON DON JUAN

Lakévio 119 Eléna Yushina 120263392
Tableau d'Elena Yushina

Ce maître du libertinage avait mis dans son escarcelle
Tant d’images de péronnelles et ravi tant de pucelages

Aux jouvencelles du voisinage qu’on chantait sur le violoncelle
La liste assez exceptionnelle de ses nombreux papillonnages !

« Mille tre » décrit ce volage. Mozart commit la ritournelle.
Il advint que ses joies charnelles furent suivies d’un tel tapage

Qu’une ribambelle de rages et de colères de femelles
Vint alerter sa sentinelle, Leporello, le valet sage.

« Don Juan, songez au décollage ! ». Plutôt que de se faire la belle
Il se brûla à la chandelle et s’empêtra dans le voilage ! 

Ecrit pour le jeu n° 119 de Lakévio d'après cette consigne

Posté par Joe Krapov à 21:22 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

LES "PAN SUR LA GUEULE DE BOIS" BATTENT SON PLEIN ?

Fête Dieu ! Pardon de Sainte-Anne !
Retour de noces ! Moisson faite !
Toutes les occasions sont bonnes
Quand on a battu la campagne
Pour lever le coude en Bretagne !

Les mam’ Goudig gardent les mômes
Quand tous les chemins mènent au rhum,
Au bistrot, au bar, au fest-noz :
Il faut bien soigner sa cirrhose !
Chacun sa foi, son foie, sa fête !

Passé minuit Denez est rond
D’avoir abusé du litron
Entre scottish et laridé,
De chouchen, de bière, de cidre
Et de vin rouge mélangés !

Passé minuit Yann est bourré
De fil-en-six et de remords !
De n’avoir pas su s’arrêter
Le voilà sur le bas-côté
A la limite d’Ivre-mort !

Passé minuit Yann-Fanch est plein !
Il a le regard plus livide
Que son verre qu’il a beaucoup plaint
Et larividé et remplinn
Tant il a sifflé de chopines !

Quand la fête a battu son plein
Que le bruit peu à peu s’éteint
Les Mam’ Goudig poussent la brouette
Vers le domicile conjugal
Pour un retour à la normale.

 

Il 2018 09 02 Mam Goudig fresque

Pour soigner la gueule de bois
Un seul remède en Finistère :
Le rouleau à pâtisserie !
Pan sur la tête du fêtard !
Les Mam’ Goudig battent leur plein !

Et pour une fois, crénom de nom,
- Ma tête dût-elle rouler dans le son -
Pas besoin de tergiverser
Sur la nécessité ou non
D’une possible correction !

Ecrit pour les Impromptus littéraires du 27 août 2018 à partir de cette consigne

Posté par Joe Krapov à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 septembre 2018

DITHYRAMBE DU UKULELE

Hou qu’il est beau l’ukulélé!

DDS 522 090711G_062

On s’attend sans doute ce jour à ce que je fasse le dithyrambe du ukulélé. Je vais tâcher de ne pas décevoir vos espoirs mais pour cela il me faut encore une fois jouer les archivistes ! Je n’en sors décidément pas du farfouillement (je préfère dire farfouillis !) dans les armoires de ma mémoire, dans les strates de mes disques durs externes, dans mes pérégrinations musicales diverses.

Peu importe, allons à l’essentiel et faisons le dithyrambe de Dithyrambe. Il s’agit là d’un duo de comédiennes musiciennes que nous avons entendu pour la première fois au Festival des Affranchis à La Flèche (Sarthe). C’était le 11 juillet 2009 dans la cour de l’hôtel Huger et nous avons vu alors débouler, sur le petit carré de pelouse intemporel, deux beautés datées du XVIIIe siècle.

«Débarquées dans le monde contemporain après 257 ans et trois mois de cryogénisation dans une crevasse des Alpes, Dame Bérénice de la Troufinière et Dame Culnégonde de la Garde Montée, comtesses de leur état, découvrent le punk et le disco et le chantent à la façon de John Dowland en s'accompagnant à l'éventail et au ukulélé. Décoiffant !» disait le programme.

Et sur cet instrument qui a l’air d’un jouet, les deux artistes se sont lancées dans l’interprétation de ce répertoire-ci :

ABBA - Gimme Gimme Gimme a man after
The Clash - Should i stay
Queen - A break free
ACDC - Tiger
Mickaël Jackson - Billie Jean
Sex pistols - God save the queen
Trust - Antisocial
Les Mules - J'ai la quéquette qui colle

Ce fut un régal en matière de surréalisme et j’ai pu doubler la mise en 2011 où elles furent invitées aux Tombées de la Nuit de Rennes. L’ambiance côté public y fut un peu moins réceptive et j’ai retrouvé une vidéo jamais publiée dans laquelle un fonctionnaire municipal vient mettre un terme au délirant concert de Dithyrambe : il était l’heure de fermer le jardin du Thabor. L’heure c’est l’heure ! 

En 2014, je fis l’acquisition du fameux ukulélé rose qui me caractérise désormais aux yeux de certain(e)s bipèdes. Joe Krapov, l’homme qui a flashé sur Isaure Chassériau et sa robe rose au point de s’acheter un ukulélé rose, un appareil photo rose, de voir la vie en rose et à qui on offre des nœuds papillon roses !

L’année suivante j’intégrai le groupe «Les B Car» (B car Brassens, Barrier, Brel etc.) où je jouai longtemps du ukulélé sans qu’on m’entendît vraiment : les deux autres guitaristes «bûcheronnaient» et le chanteur avait une voix à enfoncer Stentor sous trois tonnes de ses décibels et de ses galets.

Lors d’un concert au cours duquel je montrais mes dons sur cet instrument, un ami me dit : «Tu joues bien du ukulélé mais tu me fais moins d’effet que Marilyn Monroe !». Tout cinéphile qui se respecte sait que la dame en joue en effet dans «Certains l’aiment chaud» de Billy Wilder.

DDS 522 UpDuck-18-11-17

Depuis novembre 2017 je fréquente un café rennais, l’Ubuntu, où se rassemblent, une fois par trimestre, des joueurs et joueuses d’ukulélé pour «faire le bœuf», apprendre des morceaux ensemble et participer à une scène ouverte. Cela s'appelle "Up d'uke", "Un poil d'uke" ! Il y a là Christophe, Louise, Marianne et des tas de talentueux-tueuses de la mini-guitare à quatre cordes. Houla, qu’ai-je dit là ?

Car attention : on ne se fait pas que des amis avec un ukulélé. En musique aussi, et ce jusque dans ma propre famille, il y a des puristes. Certains me reprochent de céder à une mode venue des Etats-Unis, d’autres me disent que non, ce n’est pas comme une guitare avec un capodastre à la cinquième case et un troisième ensemble m’affirme que l’accord que j’ai noté do est en réalité un fa : du coup je dois réécrire toutes mes partitions si je veux qu’on joue de concert ou quon boite de conserve. Vous comprenez maintenant pourquoi j’ai de moins en moins de temps pour écrire des bêtises sur le Défi du samedi ? C’est que les instruments-jouets et la musique légère… c’est un boulot à part entière !

P.S. Sans compter qu’au bout de tout ce temps, je ne sais toujours pas s’il faut prononcer oukoulélé ou ioukoulélé !

 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 522 d'après cette consigne : ukulélé.

Posté par Joe Krapov à 09:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 août 2018

99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. 43, Charade

Mon premier était commandé par Attila et se déplaçait en horde.

Mon second se met au lit sans être pour autant malade ni que qui que ce soit ne tire la couverture à lui.

Tu sors de mes troisièmes quand la colère t’em-porte.

Mon quatrième est un pantalon argotique.

Mon cinquième, s’il est garni par mon second, peut servir au repos de mon premier s’il est guerrier et s’il a enlevé mon quatrième avant d’y monter.

De mon sixième, on ne peut pas nier qu’il est un peu benêt ni que les Québécois, dans son petit panier, lui ajoutent des œufs (zeux, dit-on par là-bas).

Mon septième s’obtient quand on coupe un gâteau en huit (ou en douze ou en seize) mais est absent si on coupe les cheveux en quatre. Encore que moi, dans ces cas-là, comme une flèche, je parte !

Mon huitième est un animal qui grimpe dans les arbres, mange des bananes, et que Pierre Boulle a doté d’une planète.

Mon neuvième sert à fabriquer la bière mais n’est pas le houblon.

Mon dixième est l’habitacle d’une vigie, que le navire soit pirate ou pas.

Il serait vin de croire que mon onzième s’obtient en mélangeant du rouge et du blanc dans un verre.

Mon douzième est identique à mon dixième.

Mon treizième s’extrait d’un rouleau de tapisserie pour orner les murs d’une pièce alors que la bosse trouve son origine dans un rouleau à pâtisserie pour orner le front d’un mari. (Pour être heureux, mariez-vous !).

DDS 520 120988499

Photo empruntée à l'oncle Walrus (Défi du samedi n° 520)

Mon quatorzième est un prénom masculin commun à trois des membres du groupe Tri Yann.

Mon quinzième permet de croquer dans un fruit ou de mordre les doigts de l’odontologiste qui vous a fait mal.

Mon seizième est une interjection enfantine dont Emile Zola, bien qu’il eût dépassé l’âge de l’employer, usa par deux fois pour prénommer la descendante des Macquart qui devint courtisane.

Mon dix-septième est composé de vin blanc et de sirop de fruit (mûre ou cassis ou pêche) et peut se boire à l’auberge du Chanoine.

Mon tout est le résumé d’un récit de la mythologie chrétienne.

Pour lire la solution, passez la souris en maintenant le clic gauche enfoncé sur l'espace ci-dessous !

Un dragon fut aligné par Saint-Georges. Une rose et une légende en naquirent.
Hun – drap –gonds – futal –lit – niais – part – singe – orge – hune – rosé – hune –lé – Jean – dent – na - kir

 

99 dragons Adrienne Ostende 18-08-03 (14) réduit

Merci infiniment à Dame Adrienne, émérite chasseuse de dragons,
qui m'a ramené celui-ci d'un de ses séjours à Ostende !

Et merci aussi à Sophie Coucke, la dessinatrice !

Posté par Joe Krapov à 11:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 août 2018

PLUS ON VA VERS LE NORD PLUS ON SE RETROUVE A L'OUEST !

DDS 519 120935262

C’est l’été, je crie « Pouce ! »
Il ne faut pas se faire de mousse
Et en boire une petite en douce !

Qu’elle soit brune, blonde ou rousse,
A la va comme je te pousse
Ou bien savourée avec fièvre,
Il faut bien y tremper sa lèvre.

C’est l’été, je demande : « Patron !
Il ne faut pas se casser le tronc !
Servez-moi un Perrier citron ! »

DDS 519 John Wilhelm 4 Juste un petit castorC’est l’été, je photographie,
Et je trouve sur mon chemin
Un jeune plaisantin d’Helvétie
Qui fait le même bouleau ( ?) que le mien :

La façon dont il voit la vie
Me rend mort de rire et songeur :
Il semble répondre au Défi
Avec cette photo de rongeur !

 

DDS 519 John Wilhelm 3 Walbrushing

 

 

Connaît-il notre oncle Walrus ?
Est-il familier avec lui
Pour le portraiturer ainsi
En amusante compagnie ?
 

 

 

DDS 519 John Wilhelm 1 Le parapluie à beau temps

C’est l’été, la saison magique
Où l’on s’interroge à foison :
Que serions-nous si d’aventure
On nous supprimait sans raison
Nos fournisseurs de confitures,
Les aimables Suisse et Belgique ?

Devant cette nouvelle misère
Il nous faudrait noyer le chagrin dans la bière :
« Patron ! Le monde tousse !
Servez moi donc une autre mousse ! »

N.B. « L’Univers de la famille Wilhelm » est une exposition photographique vue avec un plaisir immense par votre serviteur-cycliste en la ville de Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Le travail photographique de John Wilhelm est visible, entre autres lieux, ici. L’abus de surréalisme est conseillé pour la santé : à consommer sans modération !

DDS 519 John Wilhelm 2 le dîner est servi

Ecrit pour le Défi du samedi n° 519 à partir de cette consigne

Posté par Joe Krapov à 15:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,