Mots et images de Joe Krapov

25 mai 2019

LES PETITS TRÉSORS RAMENÉS D'IFFENDIC

Jean-Baptiste Farraigue avec qui je suis en contact m'a très aimablement transmis la liste des chants que l'ensemble Canto dilo qu'il dirige a interprétés dimanche dernier au festival "Y'a d'la voix".

Je me suis livré à ce jeu que j'adore et qui consiste à chercher ensuite, à partir d'un titre, une ou plusieurs vidéos sur Youtube et les paroles de la chanson. Pour la musique, je récupère les accords à l'oreille, j'ai ce don-là (dès lors qu'il ne s'agit pas de jazz manouche !).

Je vous livre donc ce jour quatre chansons qui tournent un peu en boucle dans ma tête et vont certainement finir dans ma guitare ou mon ukulélé.

1) Napilasia ia p'iana, une chanson russe dont le titre signifie "Je me suis soûlée". 

2) Kalinifta une chanson en griko, langue des exilés grecs au sud de l'Italie :

2.1, d'abord avec le texte (et la traduction en italien disponible sur Youtube sous cette même vidéo) 



2.2) Ici c'est une autre version plus rythmée.
Il en existe plein d'autres sur Youtube dont une très longue à la nuit de la tarentelle 2016,
une manifestation qui doit valoir son pesant de cacahuètes (ou de démangeaisons !) 

3) Et enfin je vous redonne une autre version "à nos oreilles également aimable" de "E tutti va in Francia"... 

4) ...suivie d'une berceuse corse qui n'est pas sans me rappeler la charade dont la solution est "Sire oh des corses dors ange ah mère" 



Bonne écoute et bon dimanche !


J’AI PÔ EU L’TEMPS D’L’INTERPRÉTER MOI-MÊME !

DDS 560 Goualante du pauvre jean

Dans la goualante du pauvre Jean, l’eusses-tu cru, il n’est pas question du chat de la mère Michel. On soupçonne d’ailleurs le matou d’être allé chercher fortune ailleurs que chez cette maritorne, autour du Chat noir très précisément. C’est Pierrot, écrivant au clair de la Lune, qui aurait été le dernier à le voir passer sous sa fenêtre.

Pendant ce temps le meunier dort, son moulin va trop vite, il va s’envoler. Frère Jacques lui aussi roupille déjà : il rêve qu’il se trouve dans le palais de dame Tartine ou qu’il est étendu auprès de sa blonde dans un champ de gentils coquelicots.

Tout un folklore de beautés archaïques se baigne à la claire fontaine, file la laine, danse sur le pont d’Avignon ou sur celui du Nord, trouve son mari trop petit tandis que Malbrough s’en va-t-en guerre, que trois jeunes tambours en reviennent en chantant « Le déserteur » de Boris Vian et que Monsieur Dumollet fait de beaux voyages en passant par la Lorraine.

Aux marches du palais on prétend que le roi Dagobert met sa culotte à l’envers et ne sait pas planter les choux à la mode de chez nous.

Finalement c’est Margoton la jeune bergère qui a trouvé le chat de la mère Michel : elle l’a adopté et lui donne la tétée.

Mais tout ça n’est que chansonnette. Si la goualante est une complainte plus ou moins populaire il nous faut entonner le répertoire piaffant de la môme Edith et évoquer quelques épisodes moins glorieux de la misère humaine. Ici on essuie les verres au fond du café, on essaie de voir la vie en rose avec un légionnaire de passage, un accordéoniste au coin de la rue là-bas, un pauvre clown, un Milord abandonné. Chez Cora Vaucaire on trouve des mendigotes sur la butte et chez Mouloudji les amants sont infidèles. Surtout ceux de Saint-Jean.

Dans la belle province on plume l’alouette et on fait raconter leur vie aux phoques d’Alaska. C’est vraiment n’importe quoi, la chanson francophone !


C’est pourquoi, par solidarité avec Dieu, dont je me souviens qu’il est mélophobe, je n’entamerai pas de goualante aujourd’hui !


Ca vous fera des vacances à vous aussi !
 



Ecrit pour le Défi du samedi n° 560 à partir de cette consigne : goualante.

Posté par Joe Krapov à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 mai 2019

A la Pointe-courte, à Sète (Hérault), le 2 mai 2019 (1)

190502 Nikon 125

190502 Nikon 137

190502 Nikon 139

190502 Nikon 143

190502 Nikon 149

C'est dans ce petit village de pêcheurs aux maisons colorées comme à Trentemoult ou à Groix qu'Agnès Varda a tourné son premier film en 1954 et ça ne nous rajeunit pas vraiment, enfin, si ! Il a fallu qu'on demande à la gare comment on pouvait s'y rendre parce qu'avec les travaux de réfection du pont, l'accès s'avérait labyrinthique au possible, avec emprunt de passerelles au ras de l'eau, mais bon, comme chante l'autre "J'prendrai la passerelle pour aller voir ma belle". Heureusement aucun chasseur à l'affût ne nous a tiré dessus !

Posté par Joe Krapov à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

A la Pointe-courte, à Sète (Hérault), le 2 mai 2019 (3)

190502 Nikon 172

190502 Nikon 174

190502 Nikon 177

190502 Nikon 178

190502 Nikon 189

- S'il n'y avait pas autant de voitures sur le quai et dans les rues transversales, on pourrait ajouter ce quartier de Sète aux lieux idylliques, tels Burano, Ploumanac'h ou Chioggia...

- Quelles voitures, Joe Krapov ? Tu t'es encore arrangé pour qu'on ne voie ni modernité ni touristes sur les photos ! Et sans jouer au photographe stalinien photoshopper ! T'es quand même un drôle de coco, toi !

Posté par Joe Krapov à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

A la Pointe-courte, à Sète (Hérault), le 2 mai 2019 (4)

Bien évidemment je n'ai pas pu résister à la tentation de tourner la molette de l'appareil photo. Effet créatif dessin pour retrouver une ambiance de bandes dessinées "vieillotes" comme dit Mademùoiselle Zell. Genre Ferrandez, Jean-Claude Denis, Gibrat etc. ;-)

190502 Nikon 144

190502 Nikon 150

190502 Nikon 154

190502 Nikon 168

190502 Nikon 171

190502 Nikon 175

190502 Nikon 198

190502 Nikon 220

190502 Nikon 227

190502 Nikon 241

Posté par Joe Krapov à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Y'a d'la voix à Iffendic (Ille-et-Vilaine) le 18 mai 2019 (7)

C'est toujours un grand plaisir de retrouver "10h10 sonnantes", la chorale du verger, avec son banjoïste impassible et son chef dansant. La chanson que j'ai filmée , Guantanamera, n'a rien d'exceptionnel mais elle est très "connute" et vous restera dans la tête toute la journée ! Je reviendrai sans doute sur leur prestation avec des diaporamas de leurs chansons irlandaises : ils excellent dans ce répertoire interceltique et il y en a une que j'ai adorée. 

Posté par Joe Krapov à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 mai 2019

Rendre Brassens à Sète du 1er au 4 mai 2019 : Les Amoureux des bancs publics (1)

Les gens qui voient de travers 
Pensent que les bancs verts 
Qu'on voit sur les trottoirs 
Sont faits pour les impotents ou les ventripotents 
Mais c'est une absurdité 
Car à la vérité 
Ils sont là c'est notoir' 
Pour accueillir quelque temps les amours débutants

190501 Nikon 113

190501 Nikon 117

190501 Nikon 119

190501 Nikon 242

Les amoureux qui s' bécot'nt sur les bancs publics,
Bancs publics, bancs publics,
En s' foutant pas mal du regard oblique
Des passants honnêtes
Les amoureux qui s' bécot'nt sur les bancs publics,
Bancs publics, bancs publics,
En s' disant des " Je t'aim' " pathétiqu's
Ont des p'tit's gueul' bien sympatiqu's.

190501 Nikon 291

190502 Nikon 035

190502 Nikon 037

190502 Nikon 095

190502 Nikon 135

Posté par Joe Krapov à 19:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,