28 août 2021

MAUVAISE CONSCIENCE-FICTION ?

DDS 678 Photo du Défi Superman 129683021

Ça n’existe pas, Superman ! Ou alors, ça ne vaut pas tripette !

Vous avez beau arborer son super-étendard, sa tenue moule-couilles et sa jolie cape rouge, vous n’avez aucun super-pouvoir, les mômes !

Du super-pouvoir, personne n’en a à part Supercon !

2021 08 27 Proust Superman

Cette tenue ridicule, c’est le même genre de super-uniforme bien repérable - bleu horizon, c’est ça, avec un pantalon rouge garance ? - que portaient nos arrière-grands-pères pour partir, la fleur au fusil, reprendre l’Alsace et la Lorraine aux Allemands au motif que des Serbes plus ou moins acerbes avaient zigouillé un archiduc austro-hongrois – hongrois rêver ! - et asséché les chaussettes de l’archiduchesse. Sarajevo pas grand-chose mais sarajefous la merde quand même ! C’était le 28 juin 1914.* Quatre ans de bourbier et 18,6 millions de morts inutiles s’ensuivirent.

Bon d’accord, Superman n’était pas né alors tandis que Supercon est là depuis le début de «l’humanité».

En Afghanistan, ces jours-ci, Supercon a battu Superman à plate couture. Les enturbannés mélophobes ont coupé le sifflet à Supergendarme du monde. Remballe ton rock’n’roll, man !

Plus ça va et plus on se dit que le monde est mal barré – on a dit ça aussi du Titanic – et qu’il n’avait peut-être pas tort dans le fond, le fameux Marcel Proust, de rester chez lui à écrire des conneries dans le fond de son lit.

Pendant qu’on fait ça, au moins, on n’emmerde pas ses voisin·e·s ! **


* Je ne sais vraiment pas pourquoi je n’ai aucun mal à retenir cette date !

** Oui, je sais, on emmerde ses lecteurs ! Mais il n'est pas encore interdit de refermer un livre auquel on ne prend pas de plaisir. Pas encore !


Ecrit pour le Défi du samedi n° 678 d'après cette consigne


15 janvier 2021

FLECHE DE TOUT BOIS

AEV 2021-14 JK - cupidon01cou

Eros ou Cupidon
L’ange au petit bedon

Le jour où il s’en fout
S’amuse comme un fou !

A son arc fatidique
Il colle un élastique

Il tire à l’aveuglette
Ou au petit bonheur
Sa flèche d’opérette
Qui ne touche pas le cœur :

Tu la reçois dans l’estomac
Et tu deviens Gargantua

Tu la reçois dans le derrière
Et on t’appelle Pervers Pépère

Tu la reçois dans l’bigoudi
Tu deviens Rocco Siffredi

Tu la chopes au métatarsien
Et te voilà marathonien !

Les Bidochon, Rimbaud, Verlaine,
Proust que délaisse Madeleine,
Mal assortis, scènes de ménages,
Landru qui s’occupe du chauffage
A l’hôtel du Retourne-cul
Là où je t’aime moi non plus,
Tous les couples à la Dubout
Qui ne sauront jamais Capoue
Parce qu’un sinistre angelot
Carnavalle avec ses grelots,
Le régiment des mal-aimés,
Ces jours-là, ne fait qu’essaimer !

Brassens qu’en a pris plein la pomme
L’a nommé « Sale petit bonhomme ! »

Et ceux qui lui gardent rancœur
L’appellent « Le poison du cœur ».




Pondu pour l'Atelier d'écriture de Villejean du mardi 12 janvier 2021 

d'après la consigne 2021-14 ci-dessous

20 septembre 2020

Pensées des morts/ Georges Brassens

- Est-ce que vous êtes prêt·e pour entendre 5' 54 d'une poésie d'Alphonse de Lamartine ?

- Euh... 

- Mise en musique par Georges Brassens ?

- Ah ! Présenté comme ça, la réponse est "oui alors !".

- C'est parti pour 5'54 de mélancolie !
 



J'ai regardé aussi une version un peu plus rock'n'roll de cette chanson par Hubert Félix Thiéfaine.
Je l'ai moins aimée même si le riff de guitare et l'harmonica
sont plaisants mais empêchent, me semble-t-il ,
d'accorder de l'attention aux paroles

Posté par Joe Krapov à 10:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

03 septembre 2020

Les Amoureux des bancs publics / Ballade avec Brassens

Le duo comique formé par Krapov et Le Bichon a participé à cette vidéo initiée par les organisateurs de la Ballade avec Brassens. L'édition 2020 a été  annulée cette année pour cause de ce que vous savez. Les fidèles de ce blog reconnaîtront les deux rigolos dans la foule des interprètes.

Bravo à la réalisatrice : ça n'a pas été facile pour les musiciens et chanteurs de se caler sur la bande son fournie. J'imagine que ça a dû être encore plus compliqué pour elle de rabouter tout cela !
 

Ballade avec Brassens 2020 à Rennes from Ballade avec Brassens Rennes on Vimeo.

Posté par Joe Krapov à 21:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

01 août 2020

LE TEMPS DES FLEURS

DDS 622 127304495- Elles nous en font voir de toutes les couleurs !

- Qui ça ? Les femmes ou les fleurs ?

- Elles sont partout ! Du Roman de la rose au Dahlia noir, de Fanfan la Tulipe au Lys dans la vallée !

- L’amour est un bouquet de violettes… impériales et impérieuses !


- Elles vous disent d’aller siffler là-haut sur la colline, de les attendre avec un petit bouquet d’églantine… et elles ne viennent pas !


- Moi je ne marche plus dans la combine ! J’ai décidé une fois pour toutes : pas d’orchidées pour Miss Blandish !


- La petite marguerite est tombée, singulière, du bréviaire de l’abbé !


- Gentil coquelicot ! Fleur de Paris ! Roses blanches de Corfou !


- Quand refleuriront les lilas blancs ? Au temps du muguet ? A celui des cerises ?


- Si tu veux faire mon bonheur, Marguerite, donne-moi ton cœur !


- On est bien peu de choses et mon amie la rose me l’a dit ce matin.


- La Rose pourpre du Caire ! Le Rosier de Madame Husson ! Le Chevalier à la rose ! La Tulipe noire ! Les roses blanches («C’est aujourd’hui dddiman-cheuh») ! Petite fleur, P’tite fleur fanée, Magnolias for ever, les glycines de Serge Lama (quand lui fâché, lui toujours cracher !). Les Rhododendrons de Sim ! L’important c’est la rose !


- Violetta ! La Traviata ! La Dame aux camélias ! Le Lotus bleu ! La Rose et le réséda !


- En tout cas si tu crains la canicule et que tu ne veux pas rencontrer une jolie vache déguisée en fleur, ne te réfugie pas là, oncle Walrus ?


- Où ça, là ?


- Là où l’on fait catleya : à l’ombre des jeunes filles en fleur !



P.S.

- Eh ! Ne m’oubliez pas !

- C’est qui, lui ?


- Le myosotis !
 



Ecrit pour le Défi du samedi n° 622 à partir de la photo du haut


19 mai 2020

En route vers le Thabor ! Rennes le 18 mai 2020 (2)

200518 Nikon 052

200518 Nikon 053

200518 Nikon 054

200518 Nikon 056

200518 Nikon 057

Deux mois sans pénétrer dans une église ?
Heureusement que j'étais mécréant avant sinon j'aurais pu le devenir ! 

19 avril 2020

Brassens par Brassens / par Philippe Kohly

C'est un documentaire de 110 minutes qu'on peut revoir jusqu'au 17 mai 2020 sur France 3 : 

https://www.france.tv/documentaires/art-culture/1375871-brassens-par-brassens.html

Cela vient juste d'être retiré de Youtube où cela figurait aussi et donc, en lieu et place, je ressors les trompettes si renommées du même ! 

Posté par Joe Krapov à 09:12 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

12 avril 2020

Confiné avec Brassens, c'est pas pire, comme punition

J'ai reçu ceci, cette semaine, qui est très bien écrit, très bien joué et bien sympathique. 

Posté par Joe Krapov à 09:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 mars 2020

Confinement d'artiste à Rennes le 21 mars 2020 (1)

C'est certainement la plus difficile des chansons de Georges Brassens à jouer et à chanter !

Elle s'appelle "Grand-Père", elle figure sur le quatrième album. Je publie ci-dessous ses paroles et les accords simplifiés sous la forme d'un fichier pdf.

Ecoutez donc ses six mélodies consécutives et essayez de retenir leur enchaînement, ça occupera votre confinement ! ;-)
 




Brassens - Grand-père

Posté par Joe Krapov à 16:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 janvier 2020

"Vendetta" de Georges Brassens / par Christian Méry

Cette chanson de Georges Brassens, paroles et musique, a été enregistrée par Christian Méry.
Je poste les paroles, récupérées ici, à la suite du diaporama sans images !

 

Vendetta (pour Christian Méry)

Mes pipelets sont corses tous deux,
J'eus tort en disant devant eux,
Que Tino et Napoléon
Jouaient mal de l'accordéon.
Vendetta, vendetta,
Vendetta, vendetta.

Fermement résolus d' se venger,
Mes compatriotes outragés,
S'appliquèrent avec passion
A ternir ma réputation.
Vendetta, vendetta,
Vendetta, vendetta.

Leurs coups de bec eurent c'est certain,
Sur mon lamentable destin,
Des répercussions fantastiques,
Dépassant tous les pronostics,
Vendetta, vendetta,
Vendetta, vendetta.

M'étant un jour lavé les pieds,
J'attendais la femme d'un pompier,
Sûr d'abuser d'elle à huis-clos,
J'avais compté sans ces ballots.
Vendetta, vendetta,
Vendetta, vendetta.

Comme dans le couloir il faisait nuit,
Et qu'elle ne trouvait pas mon huis,
Elle s'adressa funeste erreur,
A ma paire de dénigreurs.
Vendetta, vendetta,
Vendetta, vendetta.

Ils répondirent : cet espèce de con-
Tagieux là, demeure au second,
Mais dès que vous sortirez de chez lui,
Courez à l'hôpital Saint-Louis.
Vendetta, vendetta,
Vendetta, vendetta.

Alors ma visiteuse à corps
Perdu, partit et court encore,
Et je dus convenir enfin
Que je m'étais lavé les pieds en vain.
Vendetta, vendetta,
Vendetta, vendetta.

Mis au fait, les pompiers de Paris,
Me clouèrent au pilori.
Ils retirèrent par précaution
Leurs femmes de la circulation.
Vendetta, vendetta,
Vendetta, vendetta.

Et tout ça, tout ça, voyez-vous
Parce qu'un jour j'ai dit à ces fous,
Que Tino et Napoléon
Jouaient mal de l'accordéon.
Vendetta, vendetta,
Vendetta, vendetta.

Posté par Joe Krapov à 14:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,