20 avril 2019

LIMERICKS A LA VA COMME JE TE POUSSE (5 et 6)

A la va comme je te pousse
Elles arrivent les vacances !
On va pouvoir crier « pouce ! ».
Ca commence ! On décompense…
Zut ! Septembre ! On recommence.

190417 5 et-voici-le-calendrier-des-vacances-scolaires-2017-2018_1

Au restaurant, des épices…
La nuit qui fait des promesses…
Elle acquiesce la petite miss…
Et à l’issue de la messe
Te refile une chaude-pisse
Ou un herpès !

190417 6 photo0jpg

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 23 mai 2017 
d'après la consigne ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


19 avril 2019

LIMERICKS A LA VA COMME JE TE POUSSE (3 et 4)

Eût-il fallu que je m’émusse
Des prédictions Nostradamus ?
De son incroyable promesse
Que l’on aurait une passe ?
Eussé-je dû les revendre aux puces ?

190417 3 trump-nostradamus-3

Ton jardin, tu l’ensemences
Et par infinie clémence
Tu verses pour la limace
De la bière dans une tasse
De la mort par contumace

190417 4 222222

 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 23 mai 2017 
d'après la consigne ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 05:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 avril 2019

LIMERICKS A LA VA COMME JE TE POUSSE (1 et 2)

A la va comme je te pousse
J’ai planté du pamplemousse.
Qu’eût-il fallu que je misse
Pour ne pas qu’ici s’immisce
Une endive sur la mousse ?

190417 01 endive

 

La bestiole à carapace
La voilà ! Elle dépasse
Cet imbécile d’Hermès,
Le lièvre à bêtise épaisse !
Sûr, il va faire la grimace !

190417 lièvre

 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 23 mai 2017
d'après la consigne ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

CONSIGNE D'ECRITURE 1617-27 DU 23 MAI 2017 A L'ATELIER DE VILLEJEAN : A la va comme je te pousse

A la va comme je te pousse (rimes en p*sse et m*sse)

 

Vous écrivez sur le thème «  A la va comme je te pousse » en essayant d’inclure les mots de cette liste, si possible en alternant les finales en « p » et les finales en « m » Exemple : « A la va comme je te pousse on s’étendait sur la mousse à la sortie de la messe par là où les vaches paissent ». 

Impasse
Masse
Grimace
hommasse
limace
ramasse
masse
contumace
carapace
dépasse
rapace

émousse
pamplemousse
pouce
mousse
pousse
repousse
trémousse

 

miss
immisce
prémisses
précipice
auspice
que je misse
pisse
épice

 

Epaisse
messe
Promesse
Kermesse
Hermès
Herpès
papesse

 

Mince
Pince

 

Puce
Que je pusse
Que je m’émusse
Humus
Nostradamus
Habeas corpus

 

Démence
Pense
Immense
Clémence
Commence
Compense
Dépense
Ensemence
Panse

 

190417 pousse-mousse10

Posté par Joe Krapov à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 avril 2019

LISTES DE SEI SHONAGON ET AUTRES

1 Liste des choses claires et propres

Les draps du lit depuis hier
L’eau qui coule de la fontaine sur la place du village provençal
L’eau du lagon ou celle du lac de barrage sur la carte postale de vacances

AEV 1819-24 Cabasse 19166912


2 Liste des choses qui surprennent

L’âge des célébrités de notre enfance dans la rubrique nécrologie : « Il vivait encore, lui ? Ca conserve de chanter (ou raconter)des conneries ! ».
Qu’on vote pour des vieux crabes ou pour des jeunes crabes, c’est toujours pareil !
Une proposition familiale d’aller visiter Le Puy-du-Fou


3 Liste des choses qui font battre le cœur

Un jogging de six kilomètres
N’avoir que sept minutes pour jouer une partie d’échecs contre un « tueur » de même pas seize ans
Une victoire de Florent Manaudou quand c’est le cœur de Laure


4 Liste des choses mélancoliques

La tombe d’Arthur Rimbaud au cimetière de Charleville-Mézières
Le portrait d’Isaure Chassériau au Musée des Beaux-Arts de Rennes
Un roman de Patrick Modiano

AEV 1819-24 De-si-braves-garcons


5 Liste des choses peu rassurantes

La circulation automobile à Paris
On a longtemps chanté la chanson des Beatles « When i’m sixty four » et puis un jour on a 64 ans.
Le copain qui parle tellement avec les mains qu’il lâche le volant quand il conduit (rappelons que vous êtes assis sur le « siège du mort »).


6 Liste des choses fugitives

Le fait de comptabiliser son âge en printemps
L’été au bord de la mer
Pour les dames, une visite de Rocco Siffredi


7 Liste des choses qui donnent un très grand plaisir

Pour les dames, une visite de Rocco Siffredi
Isabelle Huppert qui se trompe de chambre et vient s’allonger à côté de vous dans votre lit à l’hôtel sans se rendre compte de son erreur
Percevoir que les gens qu’on accompagne à la guitare chantent bien et rient des bêtises que vous leur faites chanter


8 Liste des choses qui gagnent à être peintes

Mes impressions au soleil levant
Tout ce que vous voulez mais pas la viande de Francis Bacon
Les places d’Italie de Giorgio De Chirico

AEV 1819-24 1913-place-ditalie-chirico


9 Liste des choses qui ne peuvent être comparées

Une montagne de toute éternité et une souris dans une maternité
La princesse au petit pois et lady Di
Les insomnies de Marcel Proust et le sommeil de la Belle au bois dormant.


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 2 avril 2019
d'après la consigne ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 09:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


HAÏKUS ET TANKAS INSPIRÉS DE SEI SHONAGON

Haïkus et tankas sur les choses propres et claires

Ciel d’après la pluie,
Que mettra ce jour la terre ?
Un jean délavé.

***

Elle a nettoyé
Tout un monde et la baignoire
Charlotte Corday

AEV 1819-24 Marat vers10_david_002f

***

Sur la page blanche
Même un haïku fait tache !
Arrêtons d’écrire !

AEV 1819-24 haiku01

***

Ciel d’après la pluie
Toute une baignoire d’encre
Sur ma page blanche

Mon pinceau d’aquarelliste
N’a plus un seul poil de sec !


Tanka sur les choses qui surprennent

Dans le grand désert
A poussé un champ de blé
(Argent odorant) :

Chez le vieux McGarrigle
On a trouvé du pétrole !

AEV 1819-24 Couv_296645


Tanka sur les choses mélancoliques

La photo jaunie
Si les gens vivent encore
Ce temps-là n’est plus

Parapluie mélancolique
Par tes trous la vie s’enfuit !

Haiku sur les choses fugitives

Où vont les cigognes ?
Porter les bébés d’Alsace
Au ciel de Russie ?

AEV 1819-24 Quand_passent_les_cigognes

***
Comment le sait-elle,
La souris, devant le chat,
Qu’il lui veut du mal ?


Tanka sur les choses qui gagnent à être peintes

Sur un vieux drap noir
Dieu secoue son pinceau jaune :
La nuit étoilée

Puis il jette ce chiffon
Sur la Terre où nous vivons.
AEV 1819-24 Van gogh

 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 2 avril 2019
d'après la consigne ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

CONSIGNE D'ÉCRITURE 1819-24 DU 2 AVRIL 2019 A L'ATELIER DE VILLEJEAN A RENNES

Sei Shonagon encore et toujours

En vous limitant à trois exemples par catégorie, dressez la liste des choses

1 claires et propres
2 qui surprennent
3 qui font battre le cœur
4 mélancoliques
5 peu rassurantes
6 fugitives
7 qui donnent un très grand plaisir
8 qui gagnent à être peintes
9 qui ne peuvent être comparées

Passez votre feuille à votre voisin.e de droite.
Transformez quelques-unes des réponses de votre voisin.e de gauche en haïku ou en tankas


Rappel :

Le haïku est un poème de trois vers qui ne riment pas
mais dont le mètre est imposé : cinq syllabes, puis sept puis cinq.

Le tanka est un haïku auquel on ajoute deux vers de sept syllabes.


N.B. Si vous voulez  en savoir plus sur Sei Shonagon, cliquez sur l'image ci-dessous

AEV 1819-24 Sei Shonagon

Posté par Joe Krapov à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 mars 2019

LES MÉMOIRES DU BIBENDUM

Page 1

1819-23 JP6 PinakothekCe roman-ci va vous emmener loin, très loin, bien plus loin que tous les lieux ou situations que vous avez pu voir ou imaginer jusqu’à présent. Et pour cause : vous êtes le personnage principal de cette épopée, vous êtes le héros de l'histoire et désormais tout est possible pour vous.

Nous allons tout vous révéler de votre avenir, de vos questions, de vos désirs et réaliser toutes vos potentialités.

Ce sera à vous de choisir, au fil des chapitres, votre destination, votre parcours. A partir d’aujourd’hui le voyage perpétuel commence. Vous allez vous retrouver désespérément ailleurs.

Comment ça, « Même pas peur ! » ?

Alors si c’est comme ça, c’est parti !

  

 Page 15 

1819-23 JP 1 corsageAujourd’hui vous êtes ce barbu au visage longiligne qui marche, un bâton de pèlerin à la main, sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Nous sommes à la fin du XVIIIe siècle. Le chemin est à peine balisé, le voyage est long, le ciel menaçant. Vous butez sur les cailloux pointus et vos sandales usées soulèvent la poussière du Périgord noir à la veille de l’orage.

Vous accomplissez ce pénible périple pour obtenir votre rédemption. Vous avez une vie à recommencer. Dans la dernière hostellerie où vous avez passé la nuit, lorsque vous avez délacé le joli corsage bleu de la servante, quand le corps charnu de la jeune fille trop facile est sorti de son jupon blanc, elle ne s’est pas posé de questions sur votre identité, sur votre passé d’homme dangereux.

1819-23 JP 5 pagodeElle a juste compté les écus dont vous l’aviez gratifiée avant de s’allonger sur l’humble paillasse et de s’offrir à vous sans y mettre d’ardeur. La chair est triste hélas et vous avez lu tous les livres.

Ailleurs pourtant la princesse Theodora von Klenze vous promet des nuits de Chine dans le pavillon bleu du château de Nymphenburg mais vous la fuyez. Vous savez que Munich serait votre perte. Tout redeviendra citrouille un jour ou l’autre, aussi bien les carrosses des rois de Bavière que la royauté française endormie dont vous traversez les territoires fiévreux.

1819-23 JP 4 carrosse
Vous avez entendu le peuple qui grondait dans les campagnes, vous avez vu les injustices terribles dont tous demandent qu’on y mette fin. Mais vous avez toujours eu maille à ne pas partir jusqu’au jour où 

 

 

 

Page 53

1819-23 JP 2 Blaue Reiter (Franz Marc)Vous préférez peut-être être peintre en 1911 ? On vous appelle alors Franz Marc et vous peignez des chevaux bleus. Votre ami Kandinsky souhaite que vous publiiez ensemble le livre de tous les livres de la peinture. Mais son idée d’exposer vos toiles dans l’Englischer Garten de Munich ne vous emballe pas. Vous n’êtes jamais entré dans un monoptéros et ce temple en rotonde avec ses colonnades ouvertes aux quatre vents… Pour un peu vous l’enverriez se faire voir chez les Grecs, le Vassily.



Page 282

1819-23 JP 3 Château de Ludwig II

On vous a doté de tout l’armement nécessaire : cutter, couteaux de boucher, capsule de cyanure, revolver de poche. On vous a fourni les faux papiers et le contrat d’engagement qui vous permettront d’entrer à la Kansas City Film Ad Company. Vous allez approcher ce débutant qui, tel une montagne de celluloïd à venir, va finir par accoucher d’une souris dérangeante.
Et justement, en ce jour de l’an de grâce 3202 la Bibendum SA, un consortium d’exploration des univers possibles qui ne manque absolument pas d’air, vient de vous payer pour que ce rat quitte le navire. C’est à vous qu’il appartient de changer l’histoire du monde.

A bord de la capsule spatio-temporelle vous prenez la direction des Etats-Unis au XXe siècle. Quel bond dans la préhistoire du monde !

Vous vous sentez indestructible dans ce costume de citoyen américain de 1923. Vous ressemblez à Clark Kent, l’acteur qui jouera Superman dix ans plus tard : lunettes à monture d’écaille, costume cravate, pantalon trop court, chapeau mou.

Vous êtes sûr et certain que vous allez réussir la mission que le Bibendum vous a confiée de sa voix métallique :

- Ramenez-moi la tête de Walt Disney !

Page 2566

Reposez en paix. Vous avez désormais toute l’éternité devant vous. Une éternité pour écrire la suite.

1819-23 JP 7 Monopteros

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le  mardi 26 mardi 2019
d'après la consigne ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

CONSIGNE D'ÉCRITURE 1819-23 DU 25 MARS 2019 À L'ATELIER DE VILLEJEAN A RENNES

Auto-centon

 

On écrit la première phrase du roman qu’on aimerait lire enfin.
Dans un guide de voyage on choisit sept images. Pour chacune d’entre elle on écrit un début de phrase.
On liste sept titres possibles à ce roman.
On repart de la première phrase et on poursuit le texte en intégrant tous les titres et tous les débuts de phrases qu’on a écrits.

(D'après l'entresort n° 40 du "Nouveau nouveau magasin d'écriture" d'Hubert Haddad.)

Münich week-end

Posté par Joe Krapov à 12:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mars 2019

L'HÉRITAGE D'ÉMILE

Quand l’oncle Augustin a cassé sa pipe, c’est à moi qu’on a demandé de vider sa maison. Jamais de ma vie je n’avais vu un tel bric-à-brac. Sa demeure était située en plein centre de la petite ville d’Orgères, en Ille-et-Vilaine. C’était un ancien presbytère dans lequel il avait effectué de nombreux travaux en vue de le rendre praticable. Il y avait même fait installer un ascenseur mais une fois sorti de la cuisine équipée et de la salle de bains hypermoderne, tout le reste n’était qu’un amas de vieilleries innommables, bibelots, tableaux, médaillons, albums de photographies, trophées et souvenirs ramenés de ses nombreux voyages. 

Le seul intérêt que j’ai trouvé à ce souk breton c’est que tout était parfaitement étiqueté, décrit et daté. J’allais peut-être enfin, grâce aux travaux d’archivistes du tonton flingué que je connaissais très peu, reconstituer l’arbre généalogique de la famille Laverdure, cette branche maternelle avec laquelle Maman avait coupé les ponts. Elle n’en parlait que très peu et papa restait muet sur sa belle-famille. 

Les parents d'Emile

Augustin est le frère aîné de ma mère, Brigitte Laverdure. Maman a épousé Emmanuel Tanguy et je suis né tout de suite après. Ils ont quitté la Bretagne et se sont installés à Paris où ils sont toujours et où je vis moi aussi. J’ai trouvé dans le salon de l’oncle un double médaillon qui les représente « habillés en dimanche », sans doute le jour de leur mariage ou de leurs fiançailles. Mes parents avaient déjà sur cette photo la jovialité et la rondeur voire les rondeurs que je leur ai toujours connues. Cela n’a pas été facile pour moi de faire mon chemin dans la vie en tant que fils unique d’ un couple aussi uni, aussi fusionnel, toujours porté sur la bonne chère et la rigolade, sans cousins ni cousines de mon âge. Fils d’émigrés provinciaux honteux de leurs origines, je suis peut-être un fruit conçu dans l’ascenseur social des trente glorieuses ! Et je porte sans doute des valises emplies de secrets indicibles ou vides de sens ! 

Grand-père AmédéeJe pense que je ressemble plus à mon grand-père Amédée, l’officier de marine marchande qu’on voit dans ce petit tableau carré, saisi de trois quarts de face avec sa grosse moustache blanche et son air sévère. Lui avait deux frères marins-pêcheurs, Joseph et Désiré, qui sont restés à Concarneau à faire des ronds dans l’eau et des virées dans les bistrots de la ville close, quand il y en avait encore et que ce n’était pas encore devenu un lieu touristique paradisiaque pour les bobos de Rennes, de Nantes, de Paris et d’ailleurs.


 Joseph et Désiré
Désiré et Joseph

 

 Irma et Marie

 

Marie et Irma

Dupondt marins

J’ai découvert que l’oncle Désiré avait épousé Irma Kermarrec et qu’ils avaient eu deux jumeaux, Jean-Thierry et Jean-Roger. Tous deux étaient entrés dans la marine nationale. Même plus âgés on ne les distinguait l’un de l’autre que par une toute petite différence, sans doute volontairement entretenue au niveau de la moustache. Une astuce mnémotechnique du genre Jean-Thierry Je Tombe, Jean Roger Je Rebique. Un tableau les représente dans un costume folklorique grec. Ils portent une chéchia locale et… une jupette ! 

Dupondt en jupette

Dupondt en melonPeut-être est-ce au mariage de mes parents qu’ils ont été photographiés avec un chapeau melon et une canne dignes de Charlie Chaplin ? Ou bien il s’agissait peut-être d’un bal masqué. L’oncle Augustin a failli, pour le coup. Ces deux photos-là ne sont pas annotées au verso. Peut-être ont-elles été reçues par la poste, après coup. Il y avait sans doute déjà dans toutes les familles un fou de la photographie qui vous inondait de ses clichés pour que vous souveniez de lui, plus tard, comme de « l’oncle paparazzi » ?

Augustin semble avoir gardé de bons rapports avec ses oncles et avec le reste de la famille. En témoigne le tableau représentant  la tante Marie, l’épouse de Joseph, déguisée en cantatrice d’opérette.

Castafiore

Haddock en monocleHaddockUne chose dont je suis absolument certain c’est que le dénommée Archie, un barbu à l’air bourru portant parfois le monocle et fumant très souvent la pipe n’appartient pas à notre famille. Qui était-il pour l’oncle Augustin ? Un ami d’enfance ? Un copain de régiment ? Un collègue de navigation ? Car mon oncle était commandant de bord sur un paquebot de la compagnie Paquet.

Pub Compagnie Paquet 3

Ce qui explique sa présence en tenues exotiques dans sa photothèque. Il semble avoir fait escale en Ecosse, dans les Andes, en Amérique et même en Chine.

 Tintin en Ecosse

 Tintin dans les Andes

 Tintin cow-boy

 Tintin et Tchang

Mais je crois que je vais refermer l’album de famille. A considérer tous ces barbus, ces moustachus pour lesquels il n’a noté qu’un prénom, un nom et une note sur 20, à le voir poser le bras affectueusement sur l’épaule de jeunes garçons, à constater l’absence effective de sujets féminins dans ses fréquentations, je réalise que j’appartiens peut-être à une famille d’homosexuels. Les cousins en jupette, les costumes de Maharadjah, de princes consorts, tous ces travestissements en militaire ou en chef indien, ces images d’efféminés à gomina me font penser au groupe musical Village People. L’oncle Augustin était peut-être une drag-queen ?

 Maharadjah

 Prince

 Chef indien

 Efféminé à gomina

féticheJ’ai appelé Maman au téléphone pour lui poser la question. Bien sûr, comme d’habitude, elle a éclaté de rire.

- Ce n’est pas grave si tu n’as pas trouvé la photo de tes tantes, Milou ! Ne t’embarrasse pas l’esprit avec toutes ces vieilles images. Elles ne parlaient plus qu’à mon frère. Tu fais venir un antiquaire pour les meubles et tu fourgues tout le reste chez Emmaüs. Ca ne vaut pas tripette !

- Tu es sûre, Maman ? Il me semble bien avoir repéré un fétiche Arumbaya. Il a bien une oreille cassée mais je suis sûr qu’il est authentique. Et ce tableau mi-figuratif, mi-abstrait qui représente Archie. Il est signé R. G.

- Ecoute, mon Milou, ne perds pas ton temps avec toutes ces vieilleries. La seule chose qui a de la valeur, c’est le presbytère dont tu me dis qu’il n’a rien perdu de son charme ni le jardin de son éclat. Tu vides la baraque et tu la vends. C’est toi le seul héritier après nous. L’oncle Augustin, Jean-Thierry, Jean-Roger, Archie et les travestis d’Orgères, c’est comme mon amant de Villejean. C’est du passé ! N’en parlons plus !

Hadock abstrait

 Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 19 mars 2019 d'après la consigne ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 15:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,