23 septembre 2022

DICTIONNAIRE DE LA BONNE HUMEUR : BANANE

2223-02 JK vive-les-bananes

J'aime les bananes parce qu' y a pas d'os dedans. Ceci est le refrain d'une chanson de Ray Ventura dont je connais le début par cœur et qui s'intitule « Vivent les bananes ! ».

La banane est un fruit à peau jaune et cette peau est génératrice de bonne humeur quand elle est posée sur le sol, sauf pour celui qui glisse dessus et se retrouve les fesses par terre à l'issue de cette pantalonnade.

2223-02 JK donald peau de bananeÀ la lettre B j'aurais pu choisir aussi « bande dessinée » à cause de ce gag récurrent qu'on retrouve dans toutes les images comiques d'autrefois et d'aujourd'hui.

2223-02 JK colin-paul-le-tumulte-noir-josephine-bakerQuand on est de bonne humeur et très en forme, on dit qu’on a la pêche ou qu’on a la banane. Quand on a photographié la ceinture de bananes de Joséphine Baker au château des Milandes alors que c’est interdit et que personne ne vous a surpris ni demandé de faire ceinture sur votre nouveau trésor photographique, on ressort avec la banane.

Quand on a la banane et qu'on se prend un râteau la bonne humeur s'en va. Le gag du râteau est lui aussi très connu des bédéphiles : on marche sur les dents de l’outil, ça fait levier et on se prend le manche dans le nez.

Quelquefois on utilise une banane en se la mettant autour du ventre. C'est alors un sac, greffé sur un élastique qui entouré la taille, et cela vous donne l'air ridicule, surtout si, dans le même temps, vous portez un melon sur la tête. Comme quoi « cinq fruits et légumes par jour » ça se discute.

Une banane scotchée sur un tableau blanc n'est plus une banane : c'est une œuvre d'art. Si un visiteur du musée la prend et la mange ça crée un scandale chez les conservateurs et les amateurs d'art mais moi ça me met de bonne humeur.

2223-02 JK Kevin Ayers 2Pour terminer en musique cette entrée de notre dictionnaire, comme elle a commencé, il faut citer ce drôle de chanteur anglais, Kevin Ayers, qui a publié un album intitulé « Bananamour » et qui parsème la fin de ses chansonnettes de « Vive la banane » en français dans le texte. Sur la pochette intérieure de Bananamour on le voit qui joue aux échecs dans un salon anglais select mais les pièces sur l'échiquier sont des morceaux de banane découpés. 

2223-02 JK Kevin Ayers 3

 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 20 septembre 2022 d'après la consigne 2223-02 ci-dessous.


DICTIONNAIRE DE LA BONNE HUMEUR : APÉRITIF ou APÉRO

2223-02 JK Porto

C'est la rareté qui donne son prix aux choses. Bien qu'on se nourrisse trois fois par jour (« Bien qu'on s’ nourriss’ trois fois par jour, bien qu'on s’nourriss’ trois fois par jour » comme chanterait Brassens sur l'air de la « Complainte des filles de joie ») et que la semaine comporte sept jours, chez nous on ne boit l'apéritif que le samedi et le dimanche à midi.

C'est essentiellement par sagesse que nous fréquentons Madame Modération mais aussi pour tenir compte de l'avis des médecins, ces empêcheurs de se saouler en rond ou au point de devenir rond, qui nous mettent en garde contre la cirrhose du foie qui arrive des fois, surtout aux gogos qui descendent du whisky à gogo.

Chez nous le samedi c'est plutôt Porto rosé. J'ai oublié la date à partir de laquelle on s'est abonnés à ce breuvage mais c'est normal : il paraît qu'on boit pour oublier et pourtant on n'oublie jamais d'écouter le grand face-à-face entre Natacha Polony et Gilles Finkelstein sur France-Inter à l'apéro du samedi.

Le dimanche, pour varier les plaisirs, je bois quelquefois de la vodka mais uniquement de la polonaise : je ne veux rien devoir à Poutine ! Et je la bois parfois à la polonaise avec un cornichon et un verre d'eau gazeuse à côté.

Pour accompagner l'apéritif maintenant les amuse-gueules sont fournis, moyennant finances évidemment, par Madame Biocoop. Je me demande si cela embête vraiment le gouvernement chinois qu'on ait pris un abonnement aux noix de goji du mélange tibétain. On a des scrupules aussi de filer du fric aux Américains et aux Iraniens mais ce n'est pas de notre faute s'ils sont les seuls à fabriquer des pistaches.

2223-02 JK Kevin Ayers 1Au resto si on prend l'apéro c'est bien souvent kir à la mûre, jamais à la pêche ou à la banane ni même au cassis même si on n'a rien contre les habitants de cette ville, Cassis ni contre ceux de Menton. Comment s'appelle-t-ils d'ailleurs les habitants de Menton ? Et pourquoi n'existe t il pas de kir au menton ?

Si nous recevons des ami·e·s, l'apéritif que nous servons s'appelle « champagne ». C'est une boisson gazeuse à base de vin blanc dont la réputation commence à grandir, peut-être parce que Kevin Ayers lui a consacré une ou deux chansons et qu'on entend au début de « Oh my ! » un bouchon de champagne qui saute de sa bouteille avec un petit pop sympathique.

J’adore le pop sympathique du bouchon et la pop sympathique de Kevin Ayers.

 



Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 20 septembre 2022 d'après la consigne 2223-02 ci-dessous.

DICTIONNAIRE DE LA BONNE HUMEUR : INCIPIT

2223-02 JK AragonA la fin de l'été j'ai raconté sur mon blog des épisodes de nos vacances en commençant tous mes textes par « Je suis snob » ou par « Mon épouse, sa bonté d'âme la perdra ».

Cet automne j'ai l'impression que je pourrais utiliser « Je ne suis pas là pour raconter ma vie mais... »

Exemple : Je ne suis pas là pour raconter ma vie mais de prendre l'apéro ça me donne la banane et l'envie de créer le jeu des incipit : je donne le début d'un verre (Oh le dictaphone d’Office, t’as bu trop d’apéro ou quoi ?) d’un vers et vous devez trouver le mot de la fin :

 

Oh combien de marins combien de...

Comme un vol de gerfauts hors du charnier...

Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse...

La digue la digue en revenant de...

La Cigale ayant chanté...

Maître Renard sur un arbre…


(Si vous avez répondu « perché » au dernier sans avoir percuté que c’est le corbeau qui est sur l’arbre dans la fable, vous ne marquez qu’un demi-point.)


Les réponses : capitaines - natal - ennemie - Nantes - tout l'été - perché
 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 20 septembre 2022 d'après la consigne 2223-02 ci-dessous.

CONSIGNE D'ÉCRITURE 2223-10 DU 20 SEPTEMBRE 2022 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Dictionnaire de la bonne humeur 1

 

2223-02 Consigne bonne humeurAujourd’hui nous créons notre propre dictionnaire de la bonne humeur.

D’A à L, trouvez un mot que vous associez à un souvenir, à un goût (les sens sont porteurs), à une image qui vous remplit de joie.

1) Listez 12 mots ou concepts qui vous mettent de bonne humeur ; chacun d’eux commence par une des premières lettres de l’alphabet (A B C D E F G H I J K L)

2) Pour chacun d’entre eux – ou pour deux ou trois d’entre eux suivant votre inspiration – dites pourquoi et comment survient la bonne humeur.

Consigne empruntée au livre de Nayla Chidiac – Les Bienfaits de l’écriture, les bienfaits des mots. - Paris : Odile Jacob, 2022

 

Posté par Joe Krapov à 06:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 septembre 2022

LA CRÊPERIE DES PETITS MIRACLES

2022-09-11 - Nikon 16

La Ballade avec Brassens, c'est la crêperie des petits miracles bretons ! Elle est ouverte tous les deux ans à Rennes, derrière l'église Saint-Hélier, et les jours où je m'y rends tout le bleu du ciel m'accompagne, comme si Rennes était devenue Sète, comme si Georges Brassens n'avait jamais chanté « L'orage », « Le Parapluie » et « Le Petit cheval dans le mauvais temps ».

Ce jour-là on lui pardonne, au plus célèbre des Sétois, sa soupe à la grenade anarchiste, ses formules misanthropes : « Le pluriel ne vaut rien à l'homme et sitôt qu'on est plus de quatre on est une bande de cons ». On passe sur ses gros mots, sa ronde des jurons, ses grivoiseries et sa soit-disant misogynie.

On peut se le dire enfin cet adage par lui pondu selon lequel « Tous les morts sont des braves types ». Effectivement on oublie très vite qu'ils ont mangé de la vache enragée, les poètes, qu'ils se sont peut-être trompés en allant mourir pour des idées, les hommes, et on souhaite que ne durent, pour toutes et tous, que les moments doux de leur existence. Il les a bien chantés, ceux-là, l’oncle Georges : sa reconnaissance envers la Jeanne et l'Auvergnat, ses amours d’antan et de maintenant comme celui de cette petite poupée, Püppchen, devant laquelle il s'est fait si petit qu'il lui a écrit une presque LewisCarrollienne non-demande en mariage. Joyeux non-anniversaire monsieur Georges ! Vous auriez eu cent-un ans le mois prochain si la camarde, qui n’a jamais rien pardonné à personne, ne vous avait emmené retrouver l’oncle Archibald et le vieux Léon au pays des fantômes tremblants et troublants. Comme cadeau pour commémorer cela, la promenade qui porte votre nom à Rennes a pris ce dimanche des allures de pays des merveilles.

Toutes les dames qui sont montées sur la scène pour vous chanter avaient le sourire des fées sur les lèvres, ravies qu'elles étaient de se mettre en bouche les mots crus du gorille de l'impasse Florimont.

***

2022-09-11 - Nikon 52

Je ne suis pas là pour raconter ma vie mais, sachez-le, vous qui me lisez, je suis tombé amoureux de l'une d'entre elles hier ! Amoureux de sa voix, de sa diction et quand nous nous sommes trouvés côte à côte à chanter ensemble les paroles d'une autre chansonnette devant un groupe nommé Les Modestes, ce fut comme une communion, un moment de grâce ; nous nous sommes jetés un regard en douce et peut-être a-t-elle pensé comme moi « Va où le vent te berce ! Propose à ce frère - cette sœur – en Brassenssitude de passer le premier jour du reste de ta vie a te gratter le ventre en chantant des chansons ou, à tout le moins, demande lui si ça l'intéresserait de former un duo musical !".

Elle n'a pas osé. Je n'ai pas osé non plus, de peur qu'elle ne me réponde : « Désolé, je suis attendue ! » et c'est ainsi que j'ai pu vérifier la justesse des observations d'Antoine Pol sur les instants secrets pendant lesquels on aime ces belles passantes.

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 13 septembre 2022

d'après la consigne AEV 2223-01 ci-dessous


L'INCIDENT DE LA LIGNE C5

2223-01 Jean-Paul A TerminusBelz-site

Au commissariat :

- Elle est montée dans le bus numéro C5 à "Midi pile". Il était 19h.

- Qu'est-ce que c'est que ce charabia ? Qu'est-ce que vous racontez là ?

- "Midi pile", c'est le nom de l'arrêt du bus. Depuis qu'on a donné le pouvoir aux bibliothécaires ils ont renommé toutes les stations de toutes les lignes de bus comme de métro.

- Monde de fous ! C'est bon, continuez !

- À la station "Fils de dragon" est monté un type déguisé en chevalier Saint-Georges.

- Avec son cheval ?

- Non, il l'avait oublié au casino. À la station « Y a plus de place » sont montées des bonnes sœurs en grand nombre, si bien qu'il n'y avait plus de place dans le bus mais elles sont descendues à l'arrêt suivant « L’Imagier tic toc ». C'est là que sont montés les frères siamois dont l'un avait une jambe de bois.

- Ils étaient combien ?

- Trois paires !

- Tic Tic, Tic Tic, et Tic et Toc, c'est ça?

- C'est ça ! Ensuite...

- Ne me dites pas qu'à "L'Heure bleue" Laure Adler est montée à bord ?

- Elle lui ressemblait, en tout cas ! Ou alors c'était Kathleen Evin ? Je ne me souviens plus très bien des visages des gens de radio ! J’ai parfois la mémoire qui flanche !

2223-01 Jean-Paul B TerminusBelz-site- Et les ours déguisés en Marilyn Monroe, c'était où ?

- C’te question ! A "Poupoupidours" bien sûr ! Après le bus c'est arrêté à « Occupé » mais les WC étaient fermés de l'intérieur donc personne n'est monté, personne n'est descendu. À "Pop Ville" on a embarqué les musiciens.

- Et alors l'incident a eu lieu où?

- C’est vous qui appelez ça incident ! À « Rois et reines de Babel » ! Tous les chauffeurs de bus de toutes les lignes s'étaient donné rendez-vous devant la boîte de nuit qui est là et qui s'appelle le « Terminus Belz » pour le grand bal costumé permanent. Ils y sont toujours, avec tous leurs passagers ! Ça fait cinq jours et cinq nuits et ce n'est pas prêt de s'arrêter !

- Et donc si on veut circuler dans la ville maintenant ?

- Il ne vous reste plus que les deux lignes de métro sans chauffeur ! Mais pourquoi voulez-vous circuler ? Faites comme tout le monde, commissaire ! Venez faire la fête au Terminus Belz !


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 13 septembre 2022

d'après la consigne 2223-01 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

CONSIGNE D'ÉCRITURE 2223-01 DU 13 SEPTEMBRE 2022 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Stations livresques   



Consigne AEV 2223-01 Plan numérique des transports de Rennes 2

 Dans leur programme n° 12 du 4e trimestre 2022, les bibliothèques de Rennes proposent un plan des métros et bus rennais littéraire et culturel, cela à l’occasion de l’ouverture proche de la ligne B du métro.

Choisissez une ligne dans le tableau ci-dessous et incluez au moins trois des stations de cette ligne dans votre récit de voyage ou élucubration libre du jour. Vous pouvez évidemment en insérer plus et même choisir des stations dans les autres lignes : on n’a rien par ici contre les correspondances, même les Baudelairiennes !

 

A Aimer Rennes   B Balade en musique C1 Jeu avec les livres C2 La Bretagne en BD
Les vies d’une ville Stillness Où est Charlie ? Un océan d’amour
À l’aquarelle Adieu bientôt Cachés dans la mer Bleu pétrole
Le meilleur du Stade rennais Life trafic jam Le voyage d’Ulysse Nuit noire sur Brest
L’arsenal à Rennes L’amour à la plage Le château labyrinthe Fox boy
Five minutes A beautiful life Game over Ar men
Rennes guide urbain Slow down La course au chocolat Sang de sein
Brèves des Lices Juvéniles En quête du dragon Algues vertes
Rennes de Céline à Kundera Five minutes La princesse attaque Cézembres
La Poule coucou Enfer et Paradis Dîner glaçant pour Madame Pervenche Ouessantines
De place en place Ah si j’étais grand et beau Les ruines de Komoriom Phare Ouest
Sur les pas d’Odorico Week-end à Rome    
111 lieux à ne pas manquer Come to Mexico    
Les Murmures de la ville Descente aux enfers    
  Poisons et antidotes    
  Rue de Siam    

 

C3 Polar breton   C4 Bibliothérapie C5 Petits bouquineurs C6 Lu entre deux stations
Rennes, ici Rennes Désolée, je suis attendue Midi pile Thabor Entre paradis et enfer
Bretzel et beurre salé Tout le bleu du ciel Fils de dragon Canoës
Puzzle de Brest Le premier jour du reste de ma vie Y’a plus de place S’abandonner à vivre
Terminus Belz Va où le vent te berce L’imagier tic toc La première gorgée de bière
Larmes de fond Le sourire des fées Heure bleue Ne quittez pas !
Péril en mer d’iroise Se le dire enfin Le garçon du phare Arrêt non demandé
Rennes, échec au fou Et que ne durent que les moments doux Poupoupidours Le Horla
Rade amère Une soupe à la grenade Occupé Châtelet-Lilas
La grande peur du petit blanc La crêperie des petits miracles Pop ville L’Heure de pointe
Noir futur Le liseur du 6h 27 Rois et reines de Babel Au prochain arrêt

Posté par Joe Krapov à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 août 2022

DU GENRE UN PEU DANS LE CIRAGE CÔTÉ GENRE !

150509 012

 Un violon n’a pas quatre pattes. S’il a quatre pattes, c’est qu’il a bouffé des OGM ou que vous avez trop bu. Un violon a quatre cordes, c’est-à-dire deux fois moins qu’une mandoline et deux fois moins que le nombre de gens qui étaient présents dans la salle Mandoline ce mardi.

La salle Mandoline est ce lieu magique où les gens sont sympathiques et rient beaucoup. Grolle Deville 1 et Grolle Deville 2 nous en parlent quand elles sont rangés près de nous dans le placard aux chaussures de la loggia.

150509 019Nous on n'a jamais le droit d'y aller à la Maison de quartier de Villejean. La différence entre les grolles de ville et nous c'est un peu celle qu'il y a entre le cabriolet sport du frimeur et le véhicule utilitaire (Trafic, Kangoo ou monospace) du plombier. De toute façon on ne les imagine pas vraiment, Grolle Deville 1 et Grolle Deville 2 en train de turbiner sur les chemins de grande randonnée comme les marathoniens que nous sommes !

150509 02042 kilomètres qu’on a parcourus ce week-end ! Oh, pas en une fois, bien sûr ! En trois jours : 16, 22 et 4 et cette fois pas sous la pluie comme l'autre jour en Normandie. Si on file la métaphore avec les bagnoles c'est vrai qu'on est plus souvent sur la route qu au garage, nous. Ce week-end monsieur et Madame K. ont campé près de Lorient mais ils ont fait activités séparées. Lui seul a randonné. Après sa première balade, quand il nous a posés dans l'herbe sous la tente, enfin séparés des Josette qui puent, on a fait la conversation avec Madame Capedepluie.

150509 037- J'ai eu chaud, nous a-t-elle dit. Pour son premier pique-nique il a trouvé une souche bien large et bien plate sur le bord de l'étang de Lannénec, là où il y a de très beaux asphodèles. Un moment de lucidité l’a traversé et il a failli me sortir de chez monsieur Sakado où j'étais rangée. S'il avait poursuivi dans cette idée de me transformer en nappe, il m'aurait extirpée du sac et il m’eût sans vergogne aucune étendue sur la souche qui ne dormait que d'un œil. Ensuite il eût posé son fessier sur mon ventre ou sur mon dos. Personnellement j'ai horreur de ces positions qui ne sont même pas dans le Kama soutra ! Mais heureusement son karma foutraque avait décidé de lui jouer un tour à sa façon. Jugeant la souche sèche et chassant la pensée d'un souillage de fond de cale, il a posé dessus celui de son pantalon et sorti son sachet sans souci ni sushis pour étancher sa soif et sa faim sur la souche. Pain au chocolat, banane, abricot, gorgée d'eau.

- On sait, Madame Capedepluie, on était là, on a tout vu grâce à nos œillets !

 

- Vous n'avez pas d’yeux derrière les chevilles que je sache ? Juste l'estomac dans les talons quelquefois ! Bref la souche a lâché un bon paquet de résines collantes, genre confiture de framboises. Je crois bien que le fute est foutu!

- Dieu merci, a dit Rangdoignon gauche, personne ne se mêle...

150509 056- Ah ! Ah ! a éclaté de rire Madame Capedepluie.

- Qu'est-ce qui vous fait rire ?

- Se mêle, semelle, c'est drôle!

- Vous prenez votre pied avec pas grand chose ! Personne ne se mêle de me balancer quand je marche dans la grotte de Giens...

- C'est pas plutôt la grotte de Lourdes et la faïence de Giens ? ai-je suggéré à mon jumeau.

Mais au fait... Je ne me suis pas présenté :je suis Rangdoignon droit. Mon frangin et moi sommes des godillots.

- Je ne sais pas, a-t-il répondu. Je suis aussi nul en contrepets qu'en contredanse. En tout cas, vous, Madame Capedepluie, vous n'avez rien vu du bal à Laïta !

- Désolée, Messieurs les godillots mais vous allez me raconter. Vous savez que je suis une cape de pluie préventive et porte-chance. En général quand il m'emporte, que je pèse 3 kilos sur son dos et prends toute la place dans son sac, il fait toujours beau au-dehors !

- Tatatata ! Attendez ! On vous a vu à l’oeuvre l’autre jour ! Vous étiez de sortie et pas qu'un peu l'autre week-end en Normandie ! On ne voyait que vous et votre capuche jaune fluo tout au long de l'estuaire de la Sienne sous la pluie battante !

- Oh ça va, les Frères croquenots ! On a les mythomanologies qu'on peut! Parlez-nous plutôt de ce que j'ai raté sur la Laïta !

- C'est assez rare que le marcheur randonne tout seul dans la cambrousse. Il était plutôt du genre marcheur urbain jusqu'à il y a peu. Là Madame K. était à un stage de contes dans un camp scout . Alors le samedi il a pris la bagnole et est allé se poser à Guidel-Plage.

150509 086- Il ne faisait pas très beau mais sec. Il a trouvé très vite le GR, le chemin de grande randonnée

- Fastoche! Le GR 34 longe la rivière !

- Tout comme en Normandie l’EPR longe Flamanville!

- Au début très bien ! On voit le port du Pouldu en face : des bateaux de plaisance devant des maisons blanches. Il se met en route. Des fleurs partout sur le chemin.

- Le GR très bien ! Balisé, des escaliers, une balustrade en fil de fer tout du long pour éviter les chutes en cas de tremblement de terre ou de lendemain de cuite. Très escarpé mais très bien.

- Ensuite de belles vues sur les coudes de la rivière. Le seul problème c'est le pont de saint-Maurice ! Plus on avançait moins on le voyait se profiler.

- Le paysage devient sauvage et puis soudain à un carrefour, une aubaine ! Une bande de terre qui traverse la rivière pour aller jusqu'à trois maisons posées là sur l'autre rive. Pas besoin d’aller jusqu’au pont ! Mais pourquoi y a-t-il une barrière en travers de ce chemin ?

150509 087- Il s'avance en espérant qu'il y aura un passage sur le côté de la barrière. Quelle chance, il y en a un !

- Et il se retrouve sur la rive droite du fleuve alors qu'il venait de la rive gauche. En toute logique il retrouvé le drapeau polonais...

- ...où monégasque, qui indique qu'il est sur la bonne route et c'est justement sur la gauche. Le voilà donc à marcher dans l'autre sens mais en pleine campagne jusqu'à ce que le GR s'enfonce dans les bois, descende à nouveau et fasse demi-tour !

Il se retrouve à nouveau sur la rive gauche de la Laïta à remonter vers le pont de Saint-Maurice alors du coup voilà monsieur qui s'inquiète. Il fallait peut-être que je tourne à droite au lieu de prendre cette bande de terre? Puis soudain il a une illumination : une île ! Je suis passé sur une île !

- Il ne pouvait rien lui arriver de pire pour rallonger son chemin et lui faire perdre son temps ! Si ! Qu'il pleuve !

- Pô grave, j'étais là ! commente Madame Capedepluie.

- En fait il n'a pas plu et il a fini par apercevoir le pont. Il l'a traversé et on a descendu la rive droite

- On est arrivé avant le Pouldu près d'un embarcadère et là, surprise : des hérons  qui faisaient trempette dans le port désert. Ils ne nous ont même pas entendus. C'est la preuve que même en étant des chaussettes à clous on sait la jouer discrètes quand on veut !

- Il a pris des photos ; il a même filmé les oiseaux, dis donc !

- Il va falloir qu'il rachète un disque dur externe! C'est la souris de l'ordi qui est venue nous raconter ça dans le placard à godasses.

- Menteurs ! proteste Mme C.. Elle est encore attachée à l'ordi par un fil !

- Excusez nous, Madame Lacape, on revient d'un stage de conte alors c'est normal qu'on fabule un peu !

- Vous le savez très bien : c'est seulement au pays du Miraginaire que les bottes font sept lieues à chaque pas !

- Que les princesses vont au bal en pantoufles! Et que les godasses de rando et les capes de pluie cassent du sucre sur le dos de leur propriétaire à côté d'un ukulélé rose sous une toile de tente qui en a vu d'autres !

- C'est bien simple : si ma tente avait la possibilité de parler de ses sacs rose et bleu, on l'appellerait « Mon oncle » de Tati(e) !

150509 104

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 12 mai 2015

d'après la consigne 1415-27 ci-dessous

CONSIGNE D'ÉCRITURE 1415-27 DU 12 MAI 2015 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Vie d'objet

 

Les objets qui nous entourent ont-ils une vie en-dehors de nous ? Quels liens les unissent à ceux qui les manipulent ? Quels sont leurs rapports avec les autres objets ?

Exemple : journal d’un gant de toilette, pensées d’un container, monologue d’un flacon de Chanel n°5.


(consigne de Dominique D.-M. empruntée aux Papous dans la tête)

 

AEV 1415-27 Flacon de Chanel 5

 

Posté par Joe Krapov à 15:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 juin 2022

QUATRE VARIATIONS SUR L'ABSENCE D'HÉLICE

PÉNÉLOPEGATE

Si le jour tu plisses
Et la nuit déplisses
Tu ne laisses pas de traces :

Y’a pas d’Ulysse, hélas !
C’est là qu’est l’os

2122-33 JK - Pénélope

***

Mais que fait la police
Pour que, place des Lices,
Cesse
La Malveillance
De ce bandit véloce
Qui toujours se déplace
Parmi la populace,
Y sévit sans mollesse
Et s’efface
Malgré sa corpulence ?

Au pos-
Te de police,
Y aurait-il des complices
Veillant sur son négoce
A Rastapopoulos ?

2122-33 JK - Rastapopoulos

***

L’agent d’assurance
Se peut-il qu’on puisse
Lui faire confiance
S’il s’appelle « Persépolis » ?

2122-33 JK - Persépolis

***
2022-04-14 - Nikon 336

Place
Stanislas
J’attendais Alice.

J’attendis longtemps.

Q’eût-il fallu que je fasse (ou fisse) ?
Que je résolusse de rentrer chez moi ?
Que je pestasse contre son indolence ?
Sa défaillance ?
Sa propension à la somnolence ?
Sa tendance à confondre un rouleau de réglisse avec un agenda ?
Que je me ramollisse comme fond la banquise devant le brise-glace ?

Mettant fin au supplice
Je traversai la place,
Entrai à l’opéra
Ecouter la Callas.

J’y fis la connaissance
Du gardien des coulisses,
Un nommé Wenceslas,
Garçon empli de grâce
Brillant d’intelligence
Et dont la bienveillance
Me fit vite oublier
L’indicible drôlesse
Qui m’avait plus tôt
Posé un lapin,
Lui même toujours en retard !

 Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 14 juin 2022

d'après la consigne 2122-33 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :