27 novembre 2019

ENCORE EUX ?! (1)

04 Rimbaud en 1862 à l'insrtitut Rossat

La vivacité d’esprit, c’est ce qui fait le bon élève. Il sait, de manière inconsciente, le jeu de la tour de Babel et pour peu qu’il naisse à l’époque où l’on enseigne le latin, le grec et les langues étrangères, il fait passer d’un bord à l’autre des vocables du dictionnaire, il traduit tout. Il y aura donc version et thème, rédaction, assouplissement, remise de prix d’excellence et puis, puberté obligeant, rébellion envers le parcours tout tracé par la société.

On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans et moins encore quand on n’a même pas cet âge. On accorde confiance aux proverbes : on croit que la fortune sourit aux audacieux. Arthur brûle le dur et se retrouve en taule plutôt qu’au mont Parnasse. Vous imaginez ce monde-là, kafkaïen avant l’heure, où chaque dévoiement, fût-il si innocent, mérite la prison ? Où tout soulèvement, comme celui de la Commune de Paris, appelle du pouvoir le massacre ou l’exil dans des bagnes lointains ?

Tout pour lui finira, de façon plus badine, dans les mains des sœurs Guinche. Elles chercheront des poux dans la tignasse du beatnik, lui fourniront tout le papier qu’il va noircir avec ses textes incendiaires. A Douai a atterri un élève doué dont il nous reste les cahiers qui ont failli être brûlés.

Mais la fugue est restée en travers du gosier de la mère. Vitalie le réclame, son fiston. Et quand le professeur-rimailleur-sauveteur ramène à Charleville l’adolescent fugueur il pleut. Il pleut des baffes sur Arthur et des noms d’oiseaux sur Georges Izambard. Dans la religion, c’est comme dans la chasse, on fait boire le calice jusqu’hallali. Izambard s’enfuit, piteux, déconvenu et en convient : la bigote n’aime pas Hugo(te) !

Verlaine et rimbaud à londres par regamey_220x256Après… Après on y verra, dans cette histoire, toutes sortes d’abominations. Je ne reconnais là qu’une forme d’adultère et encore, sans avoir aucune preuve de la consommation. On a tant bu, tant bu chez les Vilains bonshommes qu’on se retrouve soûl à monter à quatre pattes l’escalier de la chambre chez Verlaine, enfin chez de Fleurville, où la très jeune épouse, Mathilde, enceinte, dort.

Bientôt, de chambre en chambre, l’insupportable ado, le punk à chien sans chien sème les graines du scandale. Un jour deux hommes partent vers d’autres aventures, l’un laissant derrière lui femme et enfant à naître. C’est à Bruxelles puis à Londres qu’ils vont taquiner la bouteille, la Gueuze, la gueuse, le coup dans l’ale, d’autres drogues, haschisch, opium, prostituées, bibliothèque, jusqu’à ce qu’un jour de juillet 1873 un coup de revolver tranche le nœud gordien de cette cohabitation insensée, mette fin à la domination de celui qui préfère l’impair par celui qui préfère traiter de rinçures ce qui restera à jamais comme le plus bel héritage de la poésie française du XIXe siècle. Rimbaud entreprit ensuite, sans revenir jamais ni sur ces illuminations ni sur cette saison en enfer de devenir un simple, un misérable, un abracadabrantesque vagabond.


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 26 novembre 2019

d'après la consigne-ci-dessous.


N.B. La première photo représente la classe d'Arthur Rimbaud à l'Institution Rossat en 1862. Il est le troisième élève assis au premier rang en partant de la gauche.

Le dessin qui représente Verlaine et Rimbaud à Londres vers 1873 est de Félix Régamey.


CONSIGNE 1920-10 DU MARDI 26 NOVEMBRE 2019 A L'ATELIER D'ÉCRITURE DE VILLEJEAN

Le jeu des huit mots

(à partir d'un mot acrostiche ou pas)



Cette consigne est empruntée au livre de Pierre Frenkel "90 jeux d'écriture : faire écrire un groupe" où il figure sous l'intitulé "jeu des cinq lettres". L'animateur l'a adapté au nombre de personnes présentes à l'atelier à cette séance.

Chaque personne écrit son prénom en haut de la feuille puis, verticalement, sur le bord gauche de la feuille, huit lettres qui peuvent former un mot comme on fait pour un acrostiche (oupas).

Les feuilles tournent vers le voisin ou la voisine de droite qui utilise une des lettres comme initiale d'un mot ou groupe de mots qu'il écrit sur la feuille. On fait tourner huit fois. Lorsque la feuille revient à son point de départ on se retrouve avec huit ou neuf mots que l'on utilise comme on veut pour écrire un texte (insertion dans l'ordre ou pas dans le texte, écriture de plusieurs petitis textes à partir de chaque mot, mise en valeur du mot acrostiche, etc.).

Voici les neuf logorallyes distincts sur lesquels nous avons planché chacun.e dans notre coin :


CHAPELET : cucul la praline, Hilare, adultère, Père Noël,épilation, lapin, excommunication, tartiflette

ALBATROS : angélique, licorne, bonbon, adultère, tapas, rosière, oriflamme, sombrero

ADULTERE : adoration, détournement de mineure, urticaire, laitue, tendresse, entendu, rustine, escargot

NATIVITE :    numérotage, amitié, tartiflette, inimaginable, valse, interdit, tartine, édénique

                       Edition, Bibliothèque, divorce, fastoche, aventure, macramé, versatile, attention

VICTORIA :    Vive, Isaure, croquignolesque, tartignole, olive, rasade, itinéraire bis, adultère

ACROBATE : adultère, chenapan, rendez-vous, origami, bretelle, aérien, téton, escarpolette

VAGABOND : vivacité, audacieux, gosier, adultère, bouteille, opium, nœud, domination

SUSCITER :   Secret, ululement, scarlatine, crocodile, idole, tétine, éveillé, racines
 

AEV 1920-10 adultere-et-consequences_1-1555259150

Posté par Joe Krapov à 09:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 novembre 2019

O CYRANO NOX

Monsieur Cyrano de Bergerac
A bord du paquebot RMS Titanic
ou plutôt sur les quelques planches qui en restent,
quelque part dans l’océan Atlantique.

Monsieur Lechat-Botté
Chez le Marquis de Carabas
Quelque part entre Mamers et Louailles dans la Sarthe

Sur un radeau de fortune le 15 avril 1912

AEV 1920-09 Cyrano et Chat botté

Cher Monsieur Lechat-Botté

Je vous passerais bien un sacré savon si je pouvais ! Je sais bien que vous et vos pareils n’aimez pas trop la flotte mais figurez-vous que moi non plus. Et pour l’heure pourtant sur mon îlot flottant j’ai la vague impression que j’en suis très entouré.

Hier soir, dans les salons de première classe, j’avais demandé au maître d’hôtel un whisky avec un cube de glace. Je ne m’attendais pas à ce que le glaçon fût si gros. Est-elle véritablement bien réglée la baguette de la fée Clochette que vous m’avez confiée lors de notre rencontre à Paris ?

C’était bien gentil à vous de la lui avoir chat-pardée et plus encore de me l’avoir offerte. "Avec cela, m’avez-vous dit, vous allez pouvoir réaliser vos désirs les plus fous. Vous pourrez même voyager à travers le temps !" Mais de fait, quand j’ai demandé à l’instrument de m'emporter jusqu’aux Etats-Unis d’Amérique et de m’arrêter à la date du 21 juillet 1969, ça n’a pas marché sur la Lune, pas marché du tout. Je n’ai pas pu vérifier si un homme du futur marcherait un jour sur le sol de notre satellite et confirmerait la véracité de mes propres récits. Va te faire lanlère pour la Lune, Savinien ! Voyez comme c’est con : la baguette m’a déposé à Southampton, Angleterre, le 10 avril 1912.

Tant qu’à faire d’être là, plutôt que d’aller vous retrouver, vous et vos confrères, autour du Cabaret du Chat noir, je me suis offert ce dont je rêvais depuis longtemps aussi : une croisière ! La baguette de Clochette est un véritable agent de change : vous lui confiez un écu, elle le transforme en une valise pleine de livres sterling. Je menais donc la belle vie sur ce paquebot luxueux, me gavant de mille-feuilles à chaque fin de repas, pratiquant l’escrime avec de fiers bretteurs dans la salle de sports du pont n° 3, assistant à des conférences passionnantes comme celle d’avant-hier sur le pluriel des noms composés ou celle d’hier sur les soutiens-gorge de la Joconde.

Il y a celui qui soutient les faibles, maintient les forts ou ramène les égarés. Celui de Mona Lisa fait tout cela à la fois et c’est à dessein, sachant que vous êtes en période de chaleur et que vous maroulez toutes les nuits dans vos bottes, que je n’en dis pas plus sur cette échappée du musée du Louvre. M. Apollinaire qui contemple la Seine depuis le pont Mirabeau entre deux alcools a été disculpé du cambriolage mais la piste des Etats-Unis tient toujours. J’espère juste que le tableau n’était pas à bord du Titanic et qu’on le retrouvera ailleurs plutôt qu’au fond de l’océan où il aurait coulé sinon la nuit dernière.

Si la bouteille vide dans laquelle je glisse ce message en forme de SOS n’arrive pas très vite sur une plage, je crains fort de toucher le fond moi aussi dans les jours qui viennent. La baguette magique de la fée Clochette ne m’est plus d’aucun secours. Elle ne fonctionne plus. L’étoile qui en ornait l’extrémité a disparu et je ne vous remercie donc pas de ce cadeau empoisonné. Pour une fois, je l’avoue, j’ai manqué de nez.

J’espère simplement que je serai vengé un jour. J’ai fait télégraphier à ma cousine Roxane pour qu’elle vous mette la police aux fesses. Si l’’inspecteur Peter Pan vous met le grappin dessus et que vous aussi, tel le greffier de la Mère Michel, vous terminez votre vie en civet, je n’en serai pas plus marri que cela.

Mes amitiés au marquis et à la marquise de Carabas. 



Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 19 novembre 2019

à partir de la consigne ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

L'APPEL DE LA JUNGLE

Youyou ! Alors, Tarzan ? T’as core raté la liane de 8 h 47 ? Té t’as écrasé sur les marches du Teuneubeu à Rennes, samedi soir ? Pourquoi qu’ t’as pas appelé Tata Marleau à la rescousse ? Ej te l’aros dit, mi, qué té jouos gros à faire eul pompier pyromane avec tin copain américain ! A moins qu’y vienne d’un pays d’ù qu’ya dél neiche et d’ù qu’un peut sortir Popaul en skis !

Chés filles alle y ont coupé l’chifflot, à ch’l’accusateur accusé ! Alles y ont foncé d’ssus tout schuss et y’ont fait s’n’affaire, à Dreyfus !

Mais t’inquiètes pas pour cha, Tarzan ! A mi té m’finds pas l’cœur, comm’ qu’un dit dins l’partie d’cartes eud Marcel Pagnol ! Ti t’as ouvert eul débat et chés camarates alles t’ont dit : « Ferme eut’ trappe !».

Y’a juste eun’ zigue ed cacoule qui m’chiffonne dins t’n’histoire : je n’savos nin qu’y avot un féminin à as-censeur !

Té f’ras eun’ baisse pour mi à Jane et à Cheetah et aussi aux pumas qui piaillent dins chez bett’rafes !

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 19 novembre 2019

d'après la consigne ci-dessous.

CONSIGNE 1920-09 DU MARDI 19 NOVEMBRE 2019 A L'ATELIER D'ÉCRITURE DE VILLEJEAN

Les lettres ou échanges d'Aplusbégalix


aplusbegalix

Dans les devinettes fabriquées la semaine dernière, il y avait des personnages, des lieux, des objets, d'autres choses.

L'animateur a placé tout cela dans un tableau de cinq colonnes,
un peu à la façon d'un cadavre exquis.
Il vous est demandé de développer le scénario suivant :


Un personnage nommé A qui se trouve dans un lieu B écrit une lettre à (ou a une conversation avec) un personnage nommé C. Il lui parle d'un sujet nommé D et place dans son discours le mot E.

Un personnage nommé : Se trouve dans ce lieu : Il ou elle écrit une lettre à (ou a une conversation avec) Il (ou elle) lui parle de Et place dans son discours
Lucky Luke Un palace Un grand chef cuisinier Blablacar Un coquelicot
La cigale et la fourmi Un atelier d’écriture Zorro Chapeau melon et bottes de cuir Un grog
Le Petit poucet Un mariage Charlot Un déménagement De la soupe
Le sergent Garcia Un couvent Un prestidigitateur Les Misérables de Victor Hugo Une 2CV décapotable
Marcel Proust Pont-Aven Macron Le 14 juillet L’album de Tintin On a marché sur la Lune
Le Rat des villes et le rat des champs Le château de Versaille La belle au bois dormant Le Club des 5 Le drapeau français
Le Capitaine Marleau Rennes Tarzan Les pompiers Un jeu de cartes
Cyrano de Bergerac Sur le Titanic Le chat botté La Joconde Un mille-feuilles
Cendrillon Saint-Malo Guillaume Tell Balkany Des moules marinières
Les Dupondt Cesson-Sévigné Les Dalton Les roses blanches La bicyclette
Ulysse La Guadeloupe Rantanplan Les seins Un croissant
Jeanne d’Arc Rennes Isaure Chassériau Le Barbier de Séville Un réveil-matin
Boucle d’Or Chantilly Laure Manaudou Le 11 septembre 2001 Une religieuse
Les Trois petits cochons En Suisse Le Corbeau et le renard Les sirènes Un hamburger
Le Grand méchant loup Paris Bourvil Le mariage Le vin de bordeaux
Blanche-Neige A la Coupe du monde de football Les Frères Jacques Le rhume Une ballerine
Salvador Dali Dans le désert Hercule Poirot Le langage La mousse au chocolat
Un dragon Devant un coucher de soleil Un médecin Noël Un préservatif

Posté par Joe Krapov à 20:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


06 novembre 2019

JE DIRAIS MÊME PLUS !

1

Je dirais même plus
Chapeau melon moustache
La canne de bambou
Et les airs de bravache

Tous les olibrius
Qui nous crient « Mort aux vaches ! »
Ca met les nerfs à bout
Je dirais même plus

En un mot ça nous fâche

AEV 1920-07 Dupondt 6

2

Je dirais même plus
Objectif dans la lune
Capitaine coléreux
Reporter sans fortune

Une jeep dans les dunes
Un système pileux
Qui pousse à qui mieux mieux
Je dirais même plus

Y’a de quoi s’faire des ch’veux

AEV 1920-07 Dupondt 2

3

Je dirais même plus
Les lampions séraphinent
La cantatrice est chauve
Sauve qui peut dans l’alcôve

L’Alacazar est fermé
Suite à la générale
Le tapioca se fige
Je dirais même plus

On touche le Tryphon

AEV 1920-07 Dupondt 5

4

Je dirais même plus
Les boules de cristal
Prédisent du bazar
Quand s’enfuira Rascar

Des nuits de Moulinsart
Quand sonnera le gong
Du grand Philippulus
Je dirais même plus

Mystérieuse étoile !

AEV 1920-07 Philippulus-et-Tintin

5

Je dirais même plus
Un monde en perdition
Tremblera pour ses puces
Sur toutes ses fondations

Quand il n’y aura plus
Un gramme de coke en stock
Le monde fera tintin
Je dirais même plus

Et ce sur toute la ligne

AEV 1920-07 Dupondt 4

6

Je dirais même plus
Plus moyen d’échapper
A moins de gamberger
Aux représentations

Dues à l’ingambe Hergé
Qui nous a faits jumeaux
Ou comme nymphe Echo
Je dirai même plus

Echo Echo Echo
Echo Echo Echo

AEV 1920-07 Dupondt 3



Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 5 novembre 2019

d'après la consigne ci-dessous

 

Posté par Joe Krapov à 13:47 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

ALLONS, TRAVERSE !

Allons, traverse !
Le feu est rouge !
La forêt flambe !

Oui, c’est l’automne qui allume
Les vieilles feuilles du grand chêne ;
N’attends pas que tout passe au vert :
Entre les deux il y a l’hiver.

191026 265 003 B


Allons traverse
Deux chemins de fer
N’arrêtent pas tes pas d’humain.

Oui c’est l’atelier qui t’attend,
C’est là où sont mes camarades ;
On mettra les mots en salade,
On rira et c’est important.

Allons, traverse
Prends les chemins
Où nul ne va !

Un aller simple pour ailleurs,
Un pas de côté d’alouette,
La sieste à l’ombre des coquettes
Cerises sans merle moqueur.

191026 265 005


Allons, traverse
La muraille
Du quotidien fantomatique !

Derrière, dans un tonneau de vin
Résonne le violon du diable.
Allons, va faire un tour pendable
Jusqu’aux limites du divin !


Allons traverse
Ou sinon prie
Pour ton salut !

Il te faut voler les étoiles
Pour être fiancé de printemps.
Choisis : deviens un émigrant
Ou le dernier des éléphants.

N.B. Les photos ont été prises à Redon (Ille-et-Vilaine) le 26 octobre 2019

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 5 novembre 2019

d'après la consigne ci-dessous

CONSIGNE 1920-07 DU 5 NOVEMBRE 2019 A L'ATELIER D'ÉCRITURE DE VILLEJEAN A RENNES

Les Chansons de Gilles Dreu

Ecrivez une (ou plusieurs) chanson(s) dont vous choisirez le titre dans cette liste.
Ou écrivez un texte dont le titre sera choisi dans la liste et dans lequel vous insérerez au moins dix titres de la liste.

Allons traverse - Amour mariage - Athènes "Theodorakis" - Au mois de mai, au mois de l’amour - Buvons à la santé - C’est ma passion - C’est pas ma faute - Dans la montagne - Dans un tonneau de vin - Descendez l’escalier - Devinez - Du country dans les yeux - Écris-moi - Émiliana - Emiliano Zapata - Emmène-moi - Et les filles et les filles - Et quand vient la musique - Fiancé de printemps - Filles de Garches (Enfant de Puteaux) - Frida - Hyacinthe - Il faut rendre au diable son violon - Il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas - Ils font chanter le monde - Je dirais même plus - Je marcherai jusqu’au vieux chêne - Jeannette - L’Alouette - L’émigrant - L’évasion - L’homme qui vola les étoiles - La conversation - La fête des amis du clair de lune - La mégère apprivoisée - La rivière - La sieste à l’ombre - La visite - Le chat - Le dernier éléphant - Le vert et le noir - Les Ophélies - Les quatre - Ma femme - Ma mère me disait - Ma prière - Mais chaque fois - Marie des Bruyères - Mexico mon vieux - Mohican - Moïse - On revient toujours - Où sont mes camarades - Parce que je ne crois plus en Dieu - Pendant qu’j’étais pas là - Pourquoi bon Dieu - Prélude en six heures - Prie pour ton salut - Si j’entends l’oiseau - Si je n’étais pas ton père - Si le cœur vous en dit - Sous le signe du lion - Suivez le grand chariot - Tijuanaco - Tout ça - Un aller simple - Un loup au cœur tendre - Un mur à Jérusalem - Un seul cheval à la fois -

16 octobre 2019

LES BROUTILLES DE GUY BROUTY

Le grand philosophe Lao-Tseu a dit : « Un grand pas pour la Chine résulte d’une construction entre le buffet et le vase » et de fait tout ce qui nous vient de l’Orient extrême atterrit dans notre salon. L’ordinateur, le smartphone, la chaîne stéréo Akai, la revue de sudoku, tout se tient en effet entre le vase Ming hérité de tante Odette et le buffet hérité de l’oncle Henri.

A croire qu’ils se sont décarcassés pour rien les colonialistes des siècles passés ! Non seulement on ne rendra pas le Congo aux Belges, ils peuvent faire tintin là-dessus, non seulement l’histoire de la France en Indochine s’arrête en 1954, une excellente année pour les Bordeaux rouge, la Fédération nationale d’achat des cadres, le rock’n’roll et les admirateurs de Rimbaud qu’elle a vus naître mais on a aussi l’impression, comme disait Ringo Starr, qu’ «Anne d’Angleterre, c’est quand elle est foutue qu’on est le plus tranquille».

AEV 1920-06 Dubou Kama sutra couvEt donc, entre le buffet et le vase, sur la table basse du salon, depuis que Léa est partie avec mon successeur, ce qui trône est encore un grand pas pour l’Asie. Oui, moi je suis comme cela, je mélange gaiement les Chinois, les Japonais et les Indiens. C’est l’édition du Kama Sutra illustrée par Dubout. Le livre est ouvert à la page 69 et on peut lire ceci : «Pratiquée dans l’air ou dans l’eau la position de débordement se fait à deux mais non sans mal. En effet il n’y a pas d’orgasme sans rigidité. Sauf chez les escargots. Si Ada animée ondulait à l’étage la renaissance ossue du sénateur du Lude a quelque chose d’osé mais tourne vite au gag chez les grainetiers moisis – sauf chez les escargots –".

Le Kama sutra ! Je ne l’avais jamais lu, ce livre ! Avec Léa on avait surtout regardé les images et ri de l’agglomération de tétons et de fesses avec lesquelles le dessinateur fou transforme l’attaché au Parquet en victime du harcèlement : SOS hommes battus d’avance ou le monde à l’envers. Tout est tourneboulé, ma brave dame, sauf chez les escargots. Mais n’est-ce pas là l’avenir ?

191006 Nikon 045

Sur mon chemin encore, ce soir, j’ai vu d’élégantes et sportives gazelles courir sauvagement, la queue de cheval au vent, le brassard connecté comptabilisant leurs performances de beautés vénusiennes. Tandis que leurs homologues masculins, en jeans déchirés, les mains dans les poches et les écouteurs sur les oreilles, arboraient l’air plus que las de ceux à qui Petite poissone vient d’annoncer que «Contrairement à ce qui a été prévu, la femme ne sera pas l’avenir de l’homme». Sauf chez les escargots.

Oui, le mâle de demain sera, comme moi, crucifié, cruciverbiste, verbicruciste, il ne cochera plus la bonne case, elles seront toutes noires et il se rabattra, comme je le fais ce soir, en refermant le livre, sur la revue de Sudoku.

Il songera : «Si le sudokiste est celui qui cherche à remplir de chiffres la grille perverse du sudoku, comment nomme-t-on celui qui a inventé ce supplice ? Un kudosiste ?».

Il m’est arrivé aux oreilles que Pompidou à Paris nichait naguère dans les pare-chocs et que son épouse se prénommait Claude. Peut-être est-ce une dame qui a inventé cette torture sur la grille ? Une Chinoise avisée ou une geisha sadique qui aurait fait fortune dans l’édition de guides de voyage et aurait inventé, pour que nous, occidentaux, ne bougions plus de chez nous, ce sport en chambre pour séparés ?

Une spécialiste du secours au voyageur peut donc prendre la moitié jaune et jolie d’une tour du Japon et nous la balancer sur la tronche en même temps qu’un paquet de mangas, comme les Américains ont fait avec leur culture aux lendemains des deux guerres mondiales ? C’est possible, ces choses-là ?

- Oui, répond Lao Tseu. Sauf chez les escargots !

- Mais pourquoi, Lao Tseu ? demandé-je, abattu, avant de m’endormir dans mon grand lit désert.

Et le philosophe de répondre :

- Ceux qui sont là juste pour regarder ou ceux qui donnent un coup de main en excédent sont encore plus dangereux avec des cornes.

 

Pondu à l'Atelier décriture de Villejean le mardi 15 octobre 2019
d'après la consigne ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 18:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

CONSIGNE 1920-06 DU 15 OCTOBRE 2019 A L'ATELIER D'ÉCRITURE DE VILLEJEAN A RENNES

Mots croisés de Télérama

 

Vous avez reçu une grille de mots croisés extraite de Télérama. Nous nous intéressons aux définitions.

 

AEV 1920-06 Télérama mots croisés définitions

 

Essayez d’en mettre deux ou trois à la suite l’une de l’autre pour constituer une phrase cohérente – ou pas !

Répétez l’opération entre trois et cinq fois si c’est possible.

 Vous écrivez ensuite un texte dans lequel vous insérerez au moins trois de vos phrases reconstituées ainsi que les termes suivants :

 Cruciverbiste – case – Guy Brouty et deux mots de votre choix pris dans les solutions du numéro précédent.

AEV 1920-06 Télérama mots croisés solution

Posté par Joe Krapov à 17:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,