12 décembre 2017

Le quai Emile Zola à Rennes le 28 novembre 2017 (1)

171128 265 024

171128 265 025

171128 265 026

171128 265 027

171128 265 028
Ces maisons des villes qui se mirent,
narcissiques, dans la rivière, trouvent écho en moi.

Posté par Joe Krapov à 08:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Le quai Emile Zola à Rennes le 28 novembre 2017 (3)

171128 265 045

Sur l'hôtel Pasteur, le premier bâtiment à gauche,
Isaure Chassériau et son Musée des beaux-Arts font de l'ombre !

171128 265 046

171128 265 047

Posté par Joe Krapov à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Sur mon chemin à Rennes le 28 novembre 2017

171128 265 048
En descendant du bus C4 (qui fut jadis le 8 puis le 16 !)

171128 265 049
En allant à l'Atelier d'écriture "en vrai" !

Posté par Joe Krapov à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 décembre 2017

Choses vues à Rennes le 9 décembre 2017

171209 265 001
Alors que je gagne toutes mes parties du mardi, quelqu'une dans cette maison
insinuerait-elle que je joue comme un pied ?

171209 265 003
L'arbre qui n'a rien compris à l'automne
ou qui a trouvé un truc pour résister à l'hiver !

171209 265 005
Ca n'a rien à voir avec ce graff qui aurait presque pu illustrer mon dernier Défi du samedi mais je suis très content de cette krapoverie-ci, de cirque-Constance, pondue hier soir en commentaire chez les Impromptus : "On a tous en nous quelque chose de Memphis Tennessee ou de Shakespeare Williams : un tramway nommé Elvis Hamlet !"

171209 265 006

Cloche à fromages ?

171209 265 008

 Si j'étais un charpentier...


N'EST-IL PAS EXQUIS ?

N'EST-IL PAS EXQUIS ?
(Adapté par Joe Krapov de "Ain't she sweet ?" Paroles de Jack Yellen ; Musique de Milton Ager )

1
N’est-il pas exquis,
Mon joli petit mari ?
Cent-trente-et-un kilos et demi
Tout nu sur le tatami

Judoka
Tu n’peux pas n’en pas faire cas
Si tu l’affrontes c’est plié
Tu deviens origami

Jette juste un œil
Dans sa direction
Et fais ton deuil
Il est la perfection oui
Un point c’est tout

2
Tout l’monde l’aime
C’est un homme plein d’attentions
Et mon Dieu qu’est-ce qu’il est beau
La nuit sans son kimono

Notre amour
Est comme une prise de judo
Et je pousse des hurlements
Mieux qu’ne f’rait Yoko Ono

C’est un mari
Extraordinaire
Je suis ravie
D’être l’épouse de mon
Teddy Riner

3
Ceinture noire
Si jamais ô désespoir
Il s’ mettait en tête d’aller
Chercher une autre souris

Coup d’poignard
D’un couteau à trancher l’lard
Je leur sauterais dessus
Et j’leur f’rais hara-kiri

C’est un mari
Extraordinaire
Je suis ravie
D’être l’épouse de mon
Teddy Riner

4
Mishima
Mangaka Ikebana
Kamikazé Nagasaki
Kyoto Banzaï

Kabuki
Hiroshima mon amour
Toky-o Hotel Kawasaki
Suzuki Bonzaï

Karatéka
Pikachu Lajaunie
Fukushima
Tamagochi Nô geisha
Yoko Tsuno

5
Jiu jitsu
Akira Kurosawa
Et le petit chien qu’il m’a ram’né
il nous jappe au nez !

Posté par Joe Krapov à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Joyeux Noël ! avec "Et Mon Uke"

Public chéri, comme disait Desproges, vous méritez mieux que des krapoveries ! C'est pourquoi la maison vous offre le "Joyeux Noël" de Barbara interprété magnifiquement par Marianne et Christophe du groupe "Et Mon Uke". Courez vite écouter leur calendrier de l'Avent ici !

Posté par Joe Krapov à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 décembre 2017

HISTOIRE DE BEBEBY-SITTING

AEV 1718-11 Baby sitting

- Le BEBEby-sitting, NOUNOUs dit AnNOUNOUchka, est un sport de combat. Au début, BEBEtement, on croit qu’on va tomber en extase devant un NOUNOUveau-né tellement mignon qu’on va BEBEgayer d’admiration devant sa perfection. Il sera tout bleu ou tout rose dans sa greNOUNOUillère et il suffira de le BEBErcer tranquillement tout en regardant des BEBEtises sur la télévision de ses parents. Genre « Les Feux de l’amour à NOUNOUméa » ou « Meurtre à ColomBEBEy-Les-Deux Eglises » avec AnNOUNOUk Grimberg et Jean-Paul BEBElmondo. Mais le NOUNOUrrisson a vite fait de vous interrompre avec des BEBElements si NOUNOUrris que les voisins éBEBErlués par ce vacarme iNOUNOUï sont prêts à hurler « Bourreau d’enfant ! » dans la cage d’escalier, voire, si vous n’interrompez pas rapidement la NOUNOUBA du BEBEjaune, à appeler Police-Secours !

« Mais qu’est-ce que t’as, BEBEbert, à NOUNOUs seriner comme BEBEethoven, le Saint-BEBErnard qui suait le burNOUNOUs au cinéma dans les années 80, un air comme quoi tu serais tellement sourd que tu crois faire de la peinture et gueuler ton appartenance au mouvement des fauves ? Tu veux faire concurrence à Joséphine BEBEker ? A Céline Dion ? Ah ? C’est du NOUNOUgaro que tu NOUNOUs BEBEles ? Le gaz et la java !

Mais t’as peut-être faim, comme t’es là ? T’en voudrais-t-y de ce restant de NOUNOUilles à la sauce BEBEchamel ? Quelle NOUNOUrriture donne-t-on à un BEBEBEBE qui NOUNOUs brise les NOUNOUgats avec un hashtag #Balanceton BEBEmol ?

Tiens, regarde, c’est NOUNOUNOUNOUrs à la télévision ! Ca ne te calme pas, Nicolas et Pimprenelle qui se BEBEcotent ? T’es déjà rendu à snoBEBEr le marchand de sable sur son NOUNOUage ? Tu préfèrerais NOUNOU-York Police Department ou BEBEnny Hill ? T’es BEBEgueule ou quoi ? T’as un abonnement à Netflix ?

Mais dis-moi, mon cochoNOUNOU ? T’as renversé le BEBEnitier ? C’est quoi ce débordement de liquide sur tes geNOUNOUx ? Et cette odeur de tout ce que tu veux sauf de la NOUNOUgatine que tu NOUNOUs liBEBEres d’un seul coup ?

Ah l’abominable ! C’est la BEBErézina ! » constate AnNOUNOUchka héBEBEtée en déNOUNOUant la couche. Quel boulot il ne faut pas faire ! ».

Une fois que le BEBEBEBE a les fesses bien au propre elle le repose dans son berceau et c’est à NOUNOUveau le silence. Elle le savoure en s’envoyant le BEBEtisier de « Scènes de ménages » sur M6.

Le déNOUNOUement de cette histoire est savoureux :

- C’est depuis cette séance-là que j’ai monté la barre de mes exigences en matière de BEBEby-sitting. Je ne garde plus que des garçons de plus de dix-sept ans !

Sacrée AnNOUNOUchka !


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 5 décembre 2017

d'après la consigne ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

EDUCATION SEXUELLE

C’est marrant : ce soir personne n’a opté pour l’écriture d’une histoire érotique pariZIZIenne !

Je vais donc devoir m’y coller, sans léZIZIner sur la déPANPANse, afin de détendre vos ZIZIgomatiques avec de PANPANtagruéliques gauloiseries, je sens ça ! Ce n’est pourtant pas difficile de parler d’un ZIZIgomar et d’une pin-up plutôt pimPANPANte qui conviennent de passer un bon moment ensemble.

Ca fait un bout de temps en effet qu’AspaZIZIe – les vieux prénoms reviennent à la mode – a un penchant certain pour la fantaiZIZIe et les beaux yeux de PANPANgloss – nommons le ainsi puisqu’ils vont jouer au jeu du docteur à main chaude dans un jardin ouvert aux candides. Ca fait le même bout de temps que PANPANgloss anesthéZIZIe plus ou moins son irrépressible déZIZIr de toucher aux PANPANplemousses d’ AspaZIZIe de PANPANtruche !

Ils se ZIZIeutaient, PANPANsifs, ils faisaient des ZIZIgzags autour de la PANPANdule, buvaient de l’ambroiZIZIe en se tendant des guet-aPANPANs plutôt gentils.

Et puis voilà que le grand moment est arrivé, celui où on oublie la poéZIZI et le PANPANtoum, celui où, dans un coin coZIZI deux êtres PANPANtelants vont s’adonner à des plaiZIZIrs de chenaPANPANs.

AEV 171205_monty

Rappelons-le sans héZIZIter : à ce genre de doux combat plus d’un y alla en se tromPANPANt !

Il y a pluZIZIeurs types d’obstacles dans ce PANPANcrace !

Le ZIZIp des fermetures éclair laisse PANPANtois les maladroits !

Certains vêtements en ZIZIbeline comme le PANPANty ne s’enlèvent pas facilement ! Ces fantaiZIZIes-là sont crisPANPANtes !

Ce qui met la ZIZIzanie aussi et qui est bien flipPANPANt c’est de coincer sa ZIZIgounette dans la braguette du PANPANtalon.

Et les manquements au garde-à-vous font péter un fuZIZIble a plus d’un fantassin dans le PANPANdémonium !

Cet effet de paralyZIZIe, avoir le sexe qui PANPANdouille, incite plus d’un inquiet à recourir aux aphrodiZIZIaques, au Viagra ou au dégripPANPANt.

Allez, admettons qu’AspaZIZIe et PANPANgloss n’ont pas connu ces aléas.

Les voici donc en pleine action au pays d’Alice où ça glisse. L’oiZIZIllon est entré au PANPANthéon. Il ne va pas tarder à baigner dans le bonheur et lors d’un phénomène appelé éjacuzZIZIlation il va éPANPANdre sa bonne et liquide parole, AspaZIZIe l’entrecouPANPANt de râles et de soupirs plus ou moins origasmiques et l’affaire sera pliée. Jusqu’à la prochaine fois.

Laissons-les donc à la muZIZIque érotique dont l’avenir de l’humanité déPANPANd.

Car c’est bien de cette frénéZIZIe-là, d’un peu de liquide qui se réPANPANd au son du "Ah que je t'aime" de Johnny H. que vous êtes issus – ô héréZIZIe !, bande de petits sacriPANPANts !


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 5 décembre 2017

d'après la consigne ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

CONSIGNE D'ECRITURE 1718-11 DU 5 DECEMBRE 2017 A L'ATELIER DE VILLEJEAN A RENNES

Redoubler d’efforts


AEV 1718-11 Mimi Cracra71tgWCnCU0LChaque membre de l’atelier est chargé d’établir une liste de mots commençant par (ou contenant) deux syllabes données au départ. Par exemple Do et Ron, Ca et Po, Né et Lo, etc. On écrit ensuite une histoire sur le thème indiqué en face des syllabes en intégrant le maximum de mots de sa liste et en alternant l'ordre d'appariyion des deux syllabes.

TRES IMPORTANT : on laisse une ligne vierge entre les lignes qu’on écrit.

Lorsque le texte est terminé, il est demandé de réécrire les mots contenant les syllabes de départ en doublant cette ci (exemple : gynécologue devient gynénécologue)

Do Ron    Histoire de sommeil
Ca Po        Histoire de constipation
Né Lo        Histoire de poitrine féminine
Pan Zi       Histoire érotique
Cra Mi       Histoire de propreté et de saleté
Ba Bo        Histoire d’évolution des mœurs de mai 68 à mai 2017
Na Tou      Histoire d’une fille et de son chien
Dou Tin     Portrait d’un vilain garnement prénommé Augustin
Jo Cri         Histoire de Georges et de Christine
Nou Bé       Histoire de baby sitting

Posté par Joe Krapov à 11:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :