Mon Amour
Je me souviens avec bonheur de ce temps-là
Où l’on prenait tant de photos en noir et blanc,
De l’air sérieux que j’arborais en t’attendant,
Ganté de beurre frais comme tout prétendant,
Des cinémas et des théâtres où nous allions…

Pour devenir ton roi de cœur combien n’ai-je pas dépensé ?
Et quelle fougue aussi j’avais la nuit venue !
Quel galant n’ai-je pas été !
Souvent dans ce fauteuil finissaient nos ébats.
Nous en sortions heureux, silencieux, repus
Et nous nous endormions dans la nuit de Paris
Pleins des promesses et des folies de la jeunesse !

Lakévio 103 Fauteuil

- Allô ? Maman ? Comment tu vas ?

- Je n’en peux plus de ce silence, de cette apathie, de ces rébus, de ces bouts de papier illisibles qu’il laisse traîner partout ! Tu te rends compte qu’il écrit aussi la nuit, dans le noir pour soi-disant ne pas me déranger pendant mon sommeil, comme si je n’entendais pas le bruit de son crayon sur le papier !

- Maman…

- Et maintenant, comment je fais, moi ? Alzheimer, aphasique, artiste à l’Ouest, il a toujours cumulé ! Et voilà qu’il se met à tout retourner et à constituer des énigmes en 3D ! Ce n’est plus une maison que j’ai, c’est un musée d’art moderne plein d’installations bizarroïdes. Heureusement qu’elles sont temporaires !

- Maman !

-On me l’avait bien dit que la vieillesse serait un naufrage mais je suis désolée, je n’ai que quatre-vingt-quatre ans ! Je ne suis pas encore allée en Chine, je ne veux pas abandonner la marche nordique, l’art floral, le club d’œnologie ni les voyages et excursions de mon association pour passer mon temps à ranger les gants, les jeux de cartes et les photos que ton vieux débris de père laisse traîner partout !

- Maman…

- Je ne suis pas payée pour vivre avec un sphinx !

- Maman ! Tu devrais voir un psy !


Ecrit pour le jeu de Lakévio n° 103 d'après cette consigne