24 mai 2018

PUDEUR ET DÉMOCRATIE

180504 Nikon 063

Voici le théorème de la pudeur tel qu’il est énoncé dans le journal des délibérations du Conseil municipal de Corps-Nuds (Ille-et-Vilaine) du 7 mai 1965 :

« Toute personne qui, se promenant au jardin des plantes, se trouverait choquée par la statue de la porteuse de pain, représentation honteusement dénudée et pourtant fièrement campée sur son socle de granit, est habilitée à faire part de sa stupéfaction au bureau de bienséance de la ville, en mairie.

Pour déclarer en bonne et due forme l’outrage aux bonnes mœurs, le plaignant ou la plaignante se munira d’un stylo et remplira attentivement le formulaire-cadre de réponse puis le déposera dans l’urne prévue à cet effet. Lorsque l’urne aura été suffisamment alimentée, quand elle sera bien bourrée, l’administration procédera au dépouillement. Elle pourra être conduite à procéder aux mesures de rétorsion suivantes :

- Pour toute statue de sexe masculin, application sur l’outil du monsieur d’une feuille de vigne en chachlik mercerisé.

- Pour toute statue de sexe féminin, pose d’un soutien-gorge et si besoin, d’un pagne tahitien sur les rotondités délictueuses.

Si cela ne suffit pas, s’il y a ballotage et deuxième tour, on fera exploser les statues à la fin du prochain carnaval ».

Un décret-théorème du même type a été établi dans la ville de Nouvoitou (Ille-et-Vilaine aussi) mais pour déposer sa stupéfaction il faut acheter un timbre fiscal (pas fous les Nouvoitouciens !).

On se demande bien ce qu’attendent les municipalités de Saint-Jean de Cuculles (Hérault), Deux-Verges (Cantal), Sexfontaine (Haute-Marne) et Poil (Nièvre) pour suivre l’exemple des deux Bretonnes !

P.S. La sculpture du "Porteur de lapin" a été photographiée à la Neue Pinakothek de Münich le 4 mai 2018.


Ecrit à partir de la liste n° 4 du 13 mai 2018 de "Treize à la douzaine"


23 mai 2018

POÈME IMPÉRATIF

180503 Nikon 466

Ecris ! Ecris !
Ecris les mots du cœur !
Ecris les mots moqueurs !

Qu’on tique à ton cantique !
Qu’on s’écrie à tes cris !
Qu’on proteste à tous crins,
Qu’on conteste tes écrits,
Qu’on tempête face à leur écrin !
Qu’on critique ta poétique !

Ecris ! Ecris !
Et crie !
Sois preste à devenir peste !

Aie la rage !
Sois l’orage !
Noie les aèdes
Dans leur eau tiède !
Tire parti du tapage,
Prends parti pour le partage !
Jette-toi dans les rapides !
Ecris-nous des mots limpides
Sans te préoccuper des modes
Camarade !


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 22 mai 2018 
à partir de la consigne ci-dessous

POEME NÉGATIF

180503 Nikon 454

Poésie, démonétisée,
N’ayant plus une seule lire
Ne joue plus dessus
Ses chansons napolitaines
Qui faisaient Scaramouche à tout coup.

Jamais plus hôte de Mark
Aux salons de l’opéra
Elle ne brille plus guère, non plus,
Sa couronne, aux palais tchèques
Sans provisions.

Il s’en fallait de peu du reste
Qu’on ne l’assignât à résidence
Ornée à la cheville ouvrière,
A ses pieds alexandrins,
D’un bracelet électronique

Elle n’est plus que pièce percée
Jusques au fond du cœur
D’une teinte imprévue
Aussi bien que mortelle.

Avec la disparition du liquide
Ne restent plus sur place
Que des cœurs secs. 

Jamais plus la carte ne sera du Tendre
Ni ne tinteront pareilles offrandes.

 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 22 mai 2018 
à partir de la consigne ci-dessous

NOUVEAUX VERBES

180503 Nikon 463

Cher Wolfgang Amadeus

Si tu entendais mes soupirs,
Saurais-tu combien je silence,
Combien je te pause sur un piédestal ?

J’ai double-croché ton portrait
Sur tous les murs-murs de ma chambre,
Je te gainsbarre de reprise,
Je te pointdorgue sans mesure.

Comme je voudrais que tu m’arpèges,
Que tu me dièses,
Que tu me crescendotes
Au bécarre de tour
De tout ton amour,
Que tu me blanches,
Que tu me rondes
Que tu m’anicroches
Que tu me clédesoles

Oui j’aimerais tant que tu me hautboives,
Que tu me tires l’ut,
Que tu me libidores la pilule,
Que tu me sérénaïades,
Que tu me symphonymphonies,
Que tu me concertisses
Des diamants de ta musique !

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 22 mai 2018 
à partir de la consigne ci-dessous

POÈME SUR LE TEMPS QU’IL FAIT

180503 Nikon 470Quel temps fait-il aujourd’hui ?

Il fait pieds nus dans les sandales,
Il fait collier fin sur haut de poitrine

Il fait bras nus pour tout le monde
Il fait petit vent dans les branches au soir qui tombe.

Il fait mai, bientôt juin,
Temps de poème en nos journaux
Il fait dictionnaire de rimes

Il fait guitare sur le dos
Et retour chemise trempée :
Sueur à ne plus travailler

Marche vers l’été inconnu
Il fait incertain de périples

Il fait retour des festivals
Il fait retour des estivants
Il fait musique pour vivants :
Régénérer l’octogénaire
Avec des rythmes neufs… d’hier !

Il fait de l’endormissement
Dans les ateliers d’écriture

Bientôt du temps de 24 heures
Et trous de vrillettes indûment
Par où s’échappent des ciels blancs
Et des nuits à compter étoiles,
A dormir fenêtres ouvertes
Et gonfler, par ses ronflements,
Les ailes du moulin du temps.

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 22 mai 2018 
à partir de la consigne ci-dessous


N.B. Les photos qui illustrent ces poèmes ont été prises au Musée des porcelaines du château de Nymphenburg (Allemagne) le 3 mai 2018.


CONSIGNE D'ÉCRITURE 1718-29 DU 22 MAI 2018 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

L'agenda du presque poète

AEV 1718-29 Agenda du presque poète

C'est le titre d'un livre très intéressant de Bernard Friot, joliment illustré par Hervé Tullet, publié aux Editions de La Martinière. On y est incité à écrire un poème par jour à partir d'une petite consigne. L'animateur en propose sept. A chacune et à chacun d'écrire le nombre de poèmes qu'il souhaite dans le temps d'écriture imparti (une heure)

Poème impératif : toutes les phrases de ton poème seront au mode impératif ;

Poème négatif : écris un poème utilisant diverses formes de négation ;

Poème futuriste : tous les verbes conjugués seront au futur ;

Ajoute de nouveaux verbes au dictionnaire. C’est facile : choisis des noms ou des adjectifs et conjugue-les ;

Poème caché : Fais émerger de ce texte (un article choisi par l'écrivant dans une pile de journaux) un poème. Pour cela, prends un feutre noir et procède par effacement en ne laissant que les fragments que tu vas utiliser pour composer le poème ;

Ecris un poème qui répond à la question « Quel temps fait-il aujourd’hui ?

Poème infinitif : tous les verbes du poème sont à l’infinitif.

Posté par Joe Krapov à 10:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 mai 2018

Quelques aspects de la Käpelle à Würtzburg (Allemagne) le 30 avril 2018 (1)

 

180430 Nikon 001

180430 Nikon 002

180430 Nikon 006

180430 Nikon 003
Quand les chanteurs  - et les chanteuses - ont bien chanté, il faut boire, il faut boire à leur santé ! Et les emmener excursionner. C'est pourquoi toute la troupe de Mélimélodies s'est retrouvée dans le bus et a pris la direction de Würtzburg. Première étape du circuit la "Käpelle" ou l'église de la Visitation. Vous saurez tout sur elle en alllant chez Madame Wikipe. Moi je ne saurais rien vous en dire, je suis juste un mécréant qui fait joujou avec un appareil photo !

Posté par Joe Krapov à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Quelques aspects de la Käpelle à Würtzburg (Allemagne) le 30 avril 2018 (2)

180430 Nikon 017

180430 Nikon 010

180430 Nikon 012

180430 Nikon 014

"Indépendamment de l'absence de rime à ce mot, j'ai beaucoup aimé les clochers à bulbe".

Napoléon à l'île d'Elbe.

Posté par Joe Krapov à 08:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Quelques aspects de la Käpelle à Würtzburg (Allemagne) le 30 avril 2018 (4)

180430 Nikon 091

Quelle poésie, ces fils de trolley !
Qui connaît encore ce mot : "trolleybus" ?

180430 Nikon 061

180430 Nikon 066

180430 Nikon 077

En resdescendant le chemin de croix on trouve un certain nombre de paliers (je ne sais pas encore compter jusqu'à 14 !) dotés de chapelles ou plutôt chapellettes (je ne savais pas non plus qu'on y mettait deux "l" !). 

Posté par Joe Krapov à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,