18 février 2018

ID-ÎLES

D’un océan à l’autre et d’archipel en îles
Se nouent au gré des flots d’étonnantes idylles :

Alexandre et Fani, Wallis et Futuna,
Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Paul et Amsterdam,
Gilbert et Victoria, Dominique et Graham,
Antigua, Barbuda, Désirade et Cuba ;

Anticosti, Kagalaska, Galapagos,
Babeldaob, Komsomolets, Anacapa,
Calédonie, Mindanao, Hispaniola,
Archipel des Chronos, Espiritu Santos…

D’un océan à l’autre en dépit du tangage
Se nouent au gré des flots d’étranges mariages :

Marie Galante au Petit cul de sac marin
Avec le roi Guillaume un jour d’aléoutiennes ;
Prince de Galles, épris d’Annette Kerguélen,
Noces prévues à l’été de la Saint-Martin.

Maurice, Adélaïde, Hélène, San Miguel,
Loyauté, Abondance, Oléron, Tuamotu,
Tahiti, Tatihou, La Tortue, Kangourou,
Grenadine, Sandwich, noce en blanc aux Seychelles

IL 2018 02 12 Belle-île-en-Mer

Bréhat, Belle-île-en-Mer, Groix, Sein, Ouessant, Molène,
Mariannes du Nord, Vierges, Amirauté, 
Ascension, Glorieuse… A Pâques ou Trinité, 
Aux Îles-sous-le-vent jamais ne Tombelaine !

D’un océan à l’autre et d’archipel en îles
Se nouent au gré des flots d’étonnantes idylles !


Ecrit pour les Impromptus littéraires du 12 février 2018

à partir de cette consigne

Posté par Joe Krapov à 13:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17 février 2018

LÉON, LUCETTE, SAM ET YVETTE : ATRABILOUTE ?

sucettes 45

Je ne suis pas de caractère
Atrabilaire.

Un jour sur deux je suis jovial,
L’autre d’humeur primesautière.

J’aime les guinguettes printanières ;
J’y garde le sac de ma copine
Car je danse vraiment trop mal.

Je reste derrière ma chopine,
J’observe le cérémonial
Du fest-noz, de la boîte, du bal
Populaire.

Et comme j’ai aussi la guitare amicale
Je chante des javas pour plaire
Aux défiantes septentrionales
Qui aiment quand ça part en sucette ! 



Spécial dédicace à Maryline18 qui a pondu   ici  ces  paroles immortelles !


Ecrit pour le Défi du samedi n° 494 d'après cette consigne : atrabilaire

16 février 2018

Balade urbaine n° 13 : à Rennes le 8 juin 2017 (5)

Reprenant l'exploration de ce circuit qui mène de la plaine de Baud au quartier Jeanne d'Arc je m'aperçois que les mises en scène de l'Elaboratoire ne dépareraient pas la collection de couvertures de romans des Editions aléatoires ou irrégulières d'Omer Presquer !

170608 Nikon 038

170608 Nikon 039

170608 Nikon 040

170608 Nikon 041

170608 Nikon 042

Posté par Joe Krapov à 14:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Balade urbaine n° 13 : à Rennes le 8 juin 2017 (7)

170608 Nikon 048
Retour à la "Maison Mondrian" !

170608 Nikon 049

170608 Nikon 050

170608 Nikon 051

170608 Nikon 052
- Là-bas au bout, c'est Paris, Banc !
- Ne rêve pas, Public, on n'ira jamais. Notre vie est ici maintenant !
- En même temps la vue n'est pas Vilaine !
- Non, c'est la rivière qui l'est !

Posté par Joe Krapov à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Balade urbaine n° 13 : à Rennes le 8 juin 2017 (8)

170608 Nikon 053

170608 Nikon 057

170608 Nikon 059

170608 Nikon 060

170608 Nikon 063

On aime vraiment beaucoup écrire et dessiner dans ce quartier !

Posté par Joe Krapov à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 février 2018

LE CABINET DES LETTRES. 1, Premier chapitre

 Joe Krapov - le cabinet des lettres

CHAPITRE I

Aujourd’hui il n’est monté personne dans la rame du métro sur la ligne 7, enfin personne qui soit du genre à prendre la parole pour plomber d’avantage encore le silence pesant avec des phrases comme « S’il vous plaît, Messieurs et Dames, je sors de prison, j’aurais besoin d’une pièce ou deux pour manger ou d’un ticket restaurant pour survivre». Il n’y a eu personne non plus pour entonner « L’amandier » de Georges Brassens en s’accompagnant d’une musique de karaoké sortant d’un ampli crachotant attaché sur un diable à bouteille de butagaz.

De toute façon aujourd’hui Florent Fouillemerde n’a pas besoin d’être distrait ou perturbé pendant son travail. Le détective privé, bonhomme entre deux âges, entre deux eaux et même souvent entre deux vins, entre Saint- Chinian et Ventoux, entre Médoc et Pécharmant, est en pleine filature d’un type aussi anodin que lui. Un gars à lunettes rondes, la cinquantaine, signe particulier néant, genre personnage de Sempé portant une écharpe rouge, un ciré Guy Cotten bleu, une casquette irlandaise et un sac à dos du tout-venant. Bien qu’il ait l’air un poil intello, le type n’a pas de livre ou de revue à la main et il a l’air absent de tous les voyageurs qui vont descendre à Châtelet pour un long changement.

Le trajet du quidam emprunte ensuite la ligne 1. Nouveau changement à Charles de Gaulle-Etoile, ligne 2 pour une seule station. On descend à Ternes. « Ca lui va bien au teint ! » se dit Florent en ne perdant pas de vue les baskets de l’autre, son écharpe et sa gapette à carreaux.

1718-19 fontaine_Wallace_reductwk

Il est 17 h 15 et ça roule déjà comme pour rentrer chez soi sur l’avenue de Wagram. Le type la remonte jusqu’au numéro 36. Là il y a un banc public et le type s’assoit, faisant face à un immeuble haussmannien. Au rez-de-chaussée la porte est entourée de deux boutiques. A gauche c’est un marchand de béton et de téléphonie, à droite c’est « Gloops » qui vend des machines à rouler modernes pour piétons fatigués de naissance. Au deuxième étage du 36 une fenêtre est ouverte et le balcon est plus fleuri qu’une vahiné en quête d’un soupirant plein de pèse et de poudre à lever. Même Madame de Fontenay un jour d’élection de Miss Météo France ne clignoterait pas autant que le sapin polychrome qui trône parmi cet hymne floral au dieu de l’arc-en-ciel.

Florent aurait aimé pouvoir se planquer derrière une fontaine Wallace mais il n’y en a pas ici. « Pas plus que de fontaine Gromit », songe-t-il. Alors il regarde en coin tout en faisant semblant de s’intéresser aux costards hors de portée de sa bourse de Sandro et Jean-Louis David puis revient vers le banc en flânant. Qu’est-ce qu’il attend, ce mec ?

Au bout de cinq minutes une charmante jeune fille vient s’accouder à la rambarde fleurie, se penche légèrement pour scruter les passants. Elle n’accorde aucune attention au type assis sur le banc. Puis elle rentre chez elle et referme la porte-fenêtre. Alors le type se lève. Il va taper quatre chiffres et une lettre sur le digicode puis entre. Florent Fouillemerde se précipite à sa suite, s’engouffre derrière son dos, faisant comme s’il habitait là. Il dépasse le gars qui s’est arrêté devant les boîtes aux lettres. Il fait mine de monter l’escalier et, après le premier coude, il s’arrête, s’accroupit et regarde le hall d’entrée. Le gars est en train de sortir une enveloppe de son sac à dos. Il la glisse dans une des boîtes après quoi il referme son sac et ressort.

Florent redescend tranquillement et s’en va lire le nom de la locataire à laquelle on vient de distribuer du courrier : Aude Rimbaud.

Ecrire à A. Rimbaud ? Pourquoi pas ? Mais aussi, pourquoi se cacher de la poste, faisant foi ?


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 13 février 2018
à partir de la consigne ci-dessous

Image d'illustration empruntée ici

LE CABINET DES LETTRES. 2, Quatrième de couverture / par Anne-Marie H.

Collection Fleur à l'épaule

A Paris, dans le métro, ligne n° 7, un homme entre deux âges, entre deux eaux, entre deux histoires sort de la rame du métro et se dirige vers la sortie. Quelque part ailleurs [dans Paris] la fenêtre est ouverte, le balcon est bien fleuri. Aude se penche légèrement pour scruter les passants de la rue.

Arrivera-t-il à l’heure ? Va-t-il venir ? Elle l’attend depuis si longtemps ! Mais aura-t-il le courage de venir la voir, de lui parler enfin ?

 

Né en 1955 Joe Krapov a fait des études de littérature avant de devenir journaliste littéraire pour la revue  Télérama entre autres. Après de nombreux voyages l’auteur  vit maintenant sur une petite île bretonne et partage son temps entre de nombreux engagements associatifs locaux et un rôle de conseiller auprès du Ministère de la Culture.

Sa prochaine œuvre qu’il écrira en breton sera une compilation de légendes dont le personnage principal sera l’Ankou, figure centrale de la mythologie bretonne.

 

« Après une saga familiale saluée par la critique, l’auteur s’attaque dans ce roman à une œuvre ambitieuse. C’est un peu comme si on mélangeait une histoire sortie d’un film de Ken Loach avec du Laurel et Hardy. Un cocktail détonnant, irrésisitible. » Anne-Charlotte Brontin.

CONSIGNE D'ECRITURE 1718-19 DU 13 FEVRIER 2018 A L'ATELIER DE VILLEJEAN A RENNES

Couvertures de romans

 

L'animateur distribue à chacun(e) une couverture de roman. Ce roman a été écrit par sa voisine de droite.
Dans un premier temps on écrit sur une feuille volante la quatrième de couverture de ce roman, en utilisant la trame suivante :


Donner le nom de la collection.


Ecrire la trame du roman :

Un personnage accomplit une action banale.
Ailleurs un autre personnage accomplit une autre action.
Poser une question relative à ces deux personnages.

Ecrire la biographie de l'auteur

Né(e) le  jour mois année l'auteur a fait des études de profession ou discipline avant de devenir profession.
Il vit maintenant à ville, partageant son temps entre activité de loisir et activité culturelle.
Sa prochaine oeuvre qu'il écrira en langue sera un(e) genre de fiction dont le personnage principal sera un(e) nom + adjectif

Ecrire la critique :

C'est un peu comme si on mélangeait titre de roman ou de film avec titre de roman ou de film. Complètement adjectif louangeur !

Nom d'un  critique littéraire extérieur au champ de la littérature.

Dans un deuxième temps on fait tourner ces feuilles volantes à son voisin sa voisine de droite qui est chargé d'écrire les premières pages de son roman en s'inspirant de tous ces élements.

Arthur Rimbaud - le rond-point sans lunettes

14 février 2018

Pendant ce temps à Rennes les 6 et 7 février 2018

180206 265 029
Cela fait seize ans que je le fais à pied, ce trajet.
C'est dddddingue, non, ce qu'on accumule ?
Années, kilomètres, cahiers d'écriture...

180207 265 001
Huit minutes trente d'une petite neige un mercredi matin.
Ce n'est pas demain la veille qu'on va faire du ski de fond à Rennes !

Posté par Joe Krapov à 08:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,