31 mars 2019

Les Castellers de Paris à Rennes Villejean le 24 mars 2019 (1)

190324 Nikon 002

Roule s'enroule ma vie à la tienne...

(air connu)

(enfin, plus tant que ça !  )

190324 Nikon 005

Selfie souvenir

190324 Nikon 007

190324 Nikon 009

190324 Nikon 010

Complètement perchés, les mômes !

Posté par Joe Krapov à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


30 mars 2019

UNE ODYSSÉE

 é vous emmènerai soul mon yoli bateau

  u fil de l’eau, voguer, poussés par lé bon vent ;

C    ontre la voile blanche, adossée, vous youerez

H   abaneras, romances et moi yé vous suivrai,

T    rès très fidèlement, au trombone à CoUlysse.

 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 552 à partir de cette consigne : Yacht.


29 mars 2019

ON A LA DALLE, KENNEDY ! (3e édition)

On a la dalle, Kennedy ! 3e édition 

190324 265 015 

On a la dalle, on a la dalle… mais personne n’est resté sur sa faim, en fait. Outre qu’on pouvait déjeuner sur place avec son pique-nique et ses voisins ou en se fournissant aux stands de restauration et de boisson, il y en a eu pour tous les estomacs mais aussi pour les yeux et les oreilles ce dimanche 24 mars 2019 sur la dalle Kennedy de Villejean.

Tous les partenaires de « Familles en mouvement » étaient là : le centre social, la maison de quartier, le festival de cirque Ay-Roop et les autres. La fête a drainé un public nombreux tout l’après-midi. Les enfants ont présenté des démonstrations d’acrobatie, ont joué à des jeux de table et, grimpant sur des ballons, agitant diabolos, cerceaux et rubans ou marchant sur un fil tendu, ils ont… fait leur cirque.

Châteaux en Espagne

Le moment fort de l’après-midi a été la démonstration des Castellers de Paris. La preuve a été faite par les jeunes Catalans de la capitale que l’Union fait la force à Villejean comme ailleurs. Mais peut-être faut-il expliquer ce qu’est le « castell » (château en catalan). Il s’agit d’une tradition culturelle inscrite par l’UNESCO en 2008 au patrimoine immatériel de l’humanité et qui consiste à créer des pyramides humaines. Une équipe (colla) est constituée pour cela ; chacune d’elles porte une chemise d’une couleur distinctive et les participants de ce montage de tours sont les castellers. L’autre élément du costume est la faixa, une ceinture de flanelle dans laquelle les castellers s’enroulent et qui est maintenue par un cordon rouge à pois blancs.

Les castellers de Paris ont été accompagnés dans leurs exploits sportifs par des musiciens du Cercle Celtique rennais et ont fait participer le public au soutien de la base de l’édifice humain. Tous soudés, comme le stipule la devise de cette discipline mi-sportive, mi-circassienne : « De la force, de l'équilibre, du courage et du bon sens ». Et c’est bien là toute la symbolique des castells : un microcosme de la société accomplissant un objectif commun. Comme on peut le constater sur les deux vidéos ci-dessous, il s’agit de porter les plus jeunes au plus haut.




La démonstration a été suivie par une polka endiablée de toute la troupe et par une initiation au castell pour qui le souhaitait dans le public.

De l’Espagne à la Guinée

L’après-midi s’est terminée avec une prestation musicale également très colorée, celle de Mamylove Sarambé et de son groupe imposant. La chanteuse-danseuse basée à Rennes est entourée sur scène de musiciens talentueux : deux guitaristes, un bassiste, un batteur, un percussioniste et deux choristes.

Tous ces jeunes gens dispensent une musique du monde qui oscille entre l’afro-beat, la salsa et le mandingue et qui en a fait danser plus d’un et plus d’une.


Une apothéose

Ces deux prestations parmi de nombreuses autres propositions ont illustré on ne peut mieux le titre générique de ces moments de rencontre du mois de mars : « Familles en mouvement ».

Joe Krapov

Ecrit pour Histoires ordinaires / Villejean

28 mars 2019

Sêma Lao met de la couleur à Villejean

Sêma Lao met de la couleur à Villejean 

190111 265 017

On cherchait. On cherchait. On se doutait bien qu’il y avait une lacune. On a une piscine, un centre social, une maison de quartier, une mairie, une bibliothèque, un commissariat de police, des églises, des écoles, une université… On sentait bien qu’il manquait quelque chose à Villejean mais quoi ? 

Et puis voilà que grâce à la nature qui a horreur du vide, grâce à LMH Syndic et surtout grâce à Sêma Lao, on a trouvé. Un musée ! C’est un musée qu’on n’avait pas encore ! 

Un musée gratuit 

Un musée ! Un lieu dans lequel on marche tranquillement de salle en salle, de surprise en surprise, un endroit où l’on peut contempler de grandes fresques écrasantes (« Le Radeau de la Méduse » ou « La Liberté guidant le peuple ») comme de petits tableaux touchants qui représentent des scènes de la vie quotidienne, des paysages, des portraits, des animaux, cinq fruits ou légumes par jour et par nature morte, des personnages historiques ou des histoires très ordinaires.

Eh bien oui, ça y est, nous avons enfin notre musée à Villejean ! Il est installé rue du Bourbonnais, dans les halls au bas des grands immeubles qui font ressembler la dalle Kennedy à la Bibliothèque nationale de France. L’entrée de ce nouvel établissement culturel est gratuite, il n’y a pas de vestiaire, pas de gardien pour vous surveiller, on a le droit de prendre des photographies des œuvres exposées et surtout de les admirer.

 Sêma Lao, artiste peintre

Elles sont toutes sorties de l’imaginaire et du savoir-faire d’une jeune et jolie femme, Sêma Lao, artiste peintre spécialisées depuis sept ans dans les peintures murales urbaines (« street art »)

Dans les six halls d’immeubles qu’elle a décorés à la bombe aérosol elle a surtout représenté des visages d’enfants ou de femmes, des gestes de tendresse, des regards parfois fatigués mais toujours sincères et l’on appréciera surtout ses animaux élégants, superbes, notamment un lion, un cygne et des oiseaux de toute beauté.

Ses représentations aux couleurs saturées mettent de la gaîté, de l’originalité et de l’humanité dans des lieux habituellement neutres ou froids.

 Si vous voulez vous payer, pour vraiment pas cher, une balade revigorante, un instant de zénitude, un moment de contemplation intemporelle, allez-y vite, allez visiter, si ce n’est pas encore fait, le tout nouveau musée de Villejean. Vous ne serez pas déçu.e.s et vous direz comme nous grand merci à Sêma Lao pour cette très belle réalisation et merci également aux copropriétaires de la rue du Bourbonnais pour l’avoir permise. 

Pour prolonger la visite 

Les autres œuvres de Sêma Lao sont visibles :
-          Sur son Facebook :
-          Sur son compte Instagram

On peut lire aussi un reportage sur la réalisation des fresques villejeannaises sur le site de Rennes.maville.com


Joe Krapov

Ecrit pour le blog Histoires ordinaires / Villejean

Posté par Joe Krapov à 12:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 mars 2019

LES MÉMOIRES DU BIBENDUM

Page 1

1819-23 JP6 PinakothekCe roman-ci va vous emmener loin, très loin, bien plus loin que tous les lieux ou situations que vous avez pu voir ou imaginer jusqu’à présent. Et pour cause : vous êtes le personnage principal de cette épopée, vous êtes le héros de l'histoire et désormais tout est possible pour vous.

Nous allons tout vous révéler de votre avenir, de vos questions, de vos désirs et réaliser toutes vos potentialités.

Ce sera à vous de choisir, au fil des chapitres, votre destination, votre parcours. A partir d’aujourd’hui le voyage perpétuel commence. Vous allez vous retrouver désespérément ailleurs.

Comment ça, « Même pas peur ! » ?

Alors si c’est comme ça, c’est parti !

  

 Page 15 

1819-23 JP 1 corsageAujourd’hui vous êtes ce barbu au visage longiligne qui marche, un bâton de pèlerin à la main, sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Nous sommes à la fin du XVIIIe siècle. Le chemin est à peine balisé, le voyage est long, le ciel menaçant. Vous butez sur les cailloux pointus et vos sandales usées soulèvent la poussière du Périgord noir à la veille de l’orage.

Vous accomplissez ce pénible périple pour obtenir votre rédemption. Vous avez une vie à recommencer. Dans la dernière hostellerie où vous avez passé la nuit, lorsque vous avez délacé le joli corsage bleu de la servante, quand le corps charnu de la jeune fille trop facile est sorti de son jupon blanc, elle ne s’est pas posé de questions sur votre identité, sur votre passé d’homme dangereux.

1819-23 JP 5 pagodeElle a juste compté les écus dont vous l’aviez gratifiée avant de s’allonger sur l’humble paillasse et de s’offrir à vous sans y mettre d’ardeur. La chair est triste hélas et vous avez lu tous les livres.

Ailleurs pourtant la princesse Theodora von Klenze vous promet des nuits de Chine dans le pavillon bleu du château de Nymphenburg mais vous la fuyez. Vous savez que Munich serait votre perte. Tout redeviendra citrouille un jour ou l’autre, aussi bien les carrosses des rois de Bavière que la royauté française endormie dont vous traversez les territoires fiévreux.

1819-23 JP 4 carrosse
Vous avez entendu le peuple qui grondait dans les campagnes, vous avez vu les injustices terribles dont tous demandent qu’on y mette fin. Mais vous avez toujours eu maille à ne pas partir jusqu’au jour où 

 

 

 

Page 53

1819-23 JP 2 Blaue Reiter (Franz Marc)Vous préférez peut-être être peintre en 1911 ? On vous appelle alors Franz Marc et vous peignez des chevaux bleus. Votre ami Kandinsky souhaite que vous publiiez ensemble le livre de tous les livres de la peinture. Mais son idée d’exposer vos toiles dans l’Englischer Garten de Munich ne vous emballe pas. Vous n’êtes jamais entré dans un monoptéros et ce temple en rotonde avec ses colonnades ouvertes aux quatre vents… Pour un peu vous l’enverriez se faire voir chez les Grecs, le Vassily.



Page 282

1819-23 JP 3 Château de Ludwig II

On vous a doté de tout l’armement nécessaire : cutter, couteaux de boucher, capsule de cyanure, revolver de poche. On vous a fourni les faux papiers et le contrat d’engagement qui vous permettront d’entrer à la Kansas City Film Ad Company. Vous allez approcher ce débutant qui, tel une montagne de celluloïd à venir, va finir par accoucher d’une souris dérangeante.
Et justement, en ce jour de l’an de grâce 3202 la Bibendum SA, un consortium d’exploration des univers possibles qui ne manque absolument pas d’air, vient de vous payer pour que ce rat quitte le navire. C’est à vous qu’il appartient de changer l’histoire du monde.

A bord de la capsule spatio-temporelle vous prenez la direction des Etats-Unis au XXe siècle. Quel bond dans la préhistoire du monde !

Vous vous sentez indestructible dans ce costume de citoyen américain de 1923. Vous ressemblez à Clark Kent, l’acteur qui jouera Superman dix ans plus tard : lunettes à monture d’écaille, costume cravate, pantalon trop court, chapeau mou.

Vous êtes sûr et certain que vous allez réussir la mission que le Bibendum vous a confiée de sa voix métallique :

- Ramenez-moi la tête de Walt Disney !

Page 2566

Reposez en paix. Vous avez désormais toute l’éternité devant vous. Une éternité pour écrire la suite.

1819-23 JP 7 Monopteros

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le  mardi 26 mardi 2019
d'après la consigne ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

CONSIGNE D'ÉCRITURE 1819-23 DU 25 MARS 2019 À L'ATELIER DE VILLEJEAN A RENNES

Auto-centon

 

On écrit la première phrase du roman qu’on aimerait lire enfin.
Dans un guide de voyage on choisit sept images. Pour chacune d’entre elle on écrit un début de phrase.
On liste sept titres possibles à ce roman.
On repart de la première phrase et on poursuit le texte en intégrant tous les titres et tous les débuts de phrases qu’on a écrits.

(D'après l'entresort n° 40 du "Nouveau nouveau magasin d'écriture" d'Hubert Haddad.)

Münich week-end

Posté par Joe Krapov à 12:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mars 2019

Mamylove Sarambé en concert à Rennes-Villejean le 24 mars 2019 (1)

Il semblerait bien que j'ai été, mercredi dernier, embauché par une équipe de reporters professionnels pour faire "mon petit journaliste local". Comme je prends la chose très au sérieux et qu'on me demande de faire du Krapov sans le style Krapov, je suis en train d'endosser une nouvelle peau !

Et donc hier après-midi, par exemple, je suis allé couvrir la troisième édition du festival "On a la dalle, Kennedy " qui avait lieu... sur la dalle Kennedy à Villejean.

Bien m'en a pris. J'ai ramené des photos colorées et découvert une musique que je ne fréquente guère en temps habituel. Elle vient du golfe de Guinée et elle est portée par cette sympathique chanteuse et danseuse nommée Mamylove Sarambé et par son groupe de pointures. Quand je vous disais que je fréquente des gens géniaux !

190324 Nikon 060

190324 Nikon 061

190324 Nikon 062

190324 Nikon 063

190324 Nikon 065

Posté par Joe Krapov à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,