Mesdames et messieurs

Au nom des habitantes et habitants de Villejean, nous tenons à souhaiter la bienvenue au Yapok de Poch et à procéder aux fiançailles officielles de ce nouveau Villejeannais et de son environnement.

Ave, Chironectes minimus, que l’on nomme aussi Opossum aquatique, Sarigue d’eau ou encore Yapok. (Merci, Wikipédia !)

Bienvenue, Yapok, à ton fin pelage noir et blanc, à tes pattes palmées et à tes mœurs aquatiques ! Il paraît que tes évolutions dans la flotte égalent en grâce celles de la loutre qui se prend elle-même pour la championne du monde de natation synchronisée – tout le monde connaît l’outrecuidance de la loutre qui danse !

Yapok, tu nous viens du Mexique ou de l’Argentine où tu vivais surtout la nuit de pêche dans les torrents de montagne et les ruisseaux forestiers. Tu te nourrissais là-bas de poissons et de crustacés. On essaiera de t’en trouver sur le marché du vendredi ! Sinon, il faudra que tu essaies la galette-saucisse, c’est pas mauvais non plus !

On ne sait rien de ton système de reproduction mais, de fait, cela ne nous regarde pas, Thierry, euh, Yapok, même si le fait que tu possèdes une queue préhensile longue de 35 à 39 centimètres fera pâlir d’envie plus d’un obsédé sexuel dans l’assistance mais cela n’a sans doute rien à voir dans l’histoire.

La femelle yapok a une période de gestation de 190 jours (six mois et dix jours). Elle met bas une portée de 2 à 5 petits. Madame Yapok dispose d’une poche marsupiale à fermeture éclair qui lui permet de plonger dans l’eau en gardant ses bébés au sec. Pas mal ! Alors que nous, il nous faut on ne sait pas combien de séances à la piscine de Villejeanpour éviter de boire la tasse quand on va se baigner à Saint-Malo ! Et encore, les jours de grande marée, on n’évite pas !

On ne sait pas s’il y a chez les Yapoks des pick-yapok-ckets, des hy-yapok-condriaques, des co-yapok-cléphiles, des buveurs d’hy-yapok-cras, des joueurs de strip-yapok-cker, des têtes pleines sorties d’hy-yapok-khâgne, des chercheurs de Yapok-kémon, des annonceurs de l’Yapok-calypse qui se plaignent qu’on vive dans une Yapok yopaque ! Est-ce que les médecins yapok et les yapok-thoicaires prononcent le serment d’Hi-yapok-crate ? Tu nous raconteras tout ça un de ces quatre à la nuit venue.

Ce qu’on sait c’est que tu débarques dans un quartier où les gens ne manquent ni de couleurs ni de joie de vivre. La preuve en est de cette chanson de présentation, « Tout rebarbouiller », due à la plume d’Alain Schneider que nous avons utilisée pour te parler de ton nouvel environnement où, nous l’espérons, yapok de Poch, tu grandiras et tu te plairas comme tu nous plais déjà. Je vous remercie de votre attention !

Joe Krapov (novembre 2022) 

 Pour voir le finale de la chanson, c'est ici :  https://twitter.com/i/status/1596538018604933120

ou ci-dessous :