Retrouvées par hasard et par les héritiers dans un grenier et une boîte métallique, ces feuilles de carnets en miettes et en désordre ont été attribuées à Jean-Jacques-Henri Rousseau, peintre et douanier normand (1844-1910).

16 janvier 1886

1718-15 Rousseau carriole junier photo

Le père Junier est bien gentil. Il a bien voulu m’emmener jusqu’au bois de Pépinvast en passant par Montfarville et Anneville-sur-Saire. Nous sommes partis tôt le matin car il y a une trotte de Barfleur à Anneville. La jument blanche Blanche – non je ne bégaie pas, la jument est blanche et elle s’appelle Blanche – avale les kilomètres d’une traite car elle est vive et vigoureuse. C’est que nous étions nombreux au départ dans la carriole : Madame Junier, sa fille Judith et leur nièce Julie. Madame Junier s’appelle Juliette et M. Junier se prénomme Jules. Pour le taquiner, Madame Junier l’appelle souvent Roméo et ça les fait beaucoup rire, je ne sais pas pourquoi.

1718-15 Rousseau carriole junier tableau

 Il paraît que de donner des diminutifs ou des surnoms aux gens, comme Roméo, c’est l’alpha et l’oméga de l’amour mais moi je ne connais pas le grec, je ne suis pas un homme de lettres et je ne m’y connais pas en charrettes italiennes. Et pourtant je ne suis pas un imbécile puisque je suis douanier.

 

Il y avait aussi avec nous le chien Berluscon. Il a tellement de poils qui lui tombent sur les yeux qu’il se cogne partout. D’où son nom : « Il a la berlue c’con ! » dit toujours Roméo-Jules et ça fait rire les deux cousines Judith et Julie.

1718-15 Rousseau carriole junier timbrejpg

Les deux autres cabots des Junier sont restés à Barfleur. Le gros noir s’appelle Pulcrottin parce qu’il est toujours fourré sous la croupe de la jument alors forcément, quelquefois les besoins naturels de celle-ci, hein, ne l’épargnent pas. Et le troisième chien est tellement petit, long et plat qu’ils l’ont baptisé Razmoket même si chez eux c’est du parquet. Il faudra que je vienne immortaliser ce petit-monde là un beau jour.

1718-15 Rousseau La_muse_inspirant_le_poète



Nous avons déjeuné à Anneville chez la sœur de Juliette qui se prénomme Justine. Justine est mariée à un professeur de philosophie et elle tient une boutique d’accessoires pour boudoirs, cabinets de toilette et chambres avec vue ou pas. J’ai sorti mon carnet de croquis et j’ai esquissé son portrait à gros trait. Je dis à gros traits parce que Mme Justine est un peu enveloppée. J’utiliserai ce dessin le jour où j’aurais à peindre les trois grasses ou une des neuf muses en compagnie d’Apolllon. Je mettrai à leurs pieds des œillets de poète ou des giroflées. Je ne sais pas encore. Il faudra que je consulte une encyclopédie à la bibliothèque de Barfleur parce que je ne m’y connais pas bien enbotanique. Et pourtant je ne suis pas un imbécile, puisque je suis douanier.



8 août 1908

Vous vous rendez compte ? Il va se passer cent ans avant qu’on ne puisse à nouveau écrire la date d’aujourd’hui de cette façon : 08-08-08.

Mon collègue gabelou Fernand Moréno à qui je m’ouvrais de cette constatation m’a posé une devinette en retour :

1718-15 Rousseau charmeuse timbre

- Combien de temps va-t-il se passer avant qu’on ne soit le 13-13-13 ?

- Cinq ans, cinq mois et cinq jours ! ai-je répondu sûr de moi.

- Pas du tout ! a-t-il répondu. Il va s’écouler un certain temps !

- Oui, mais lequel ? ai-je demandé.

- Tu peux attendre au moins 107 ans, camarade Rousseau ! Parce que ce n’est pas demain la veille qu’on touchera un treizième mois ! Et surtout parce qu’il n’y en a que douze dans l’année !

- Très juste, Fernand !

Comment ai-je pu tomber dans le piège de sa question ? Je ne suis pourtant pas un imbécile puisque je suis douanier !

- Réclamer un treizième mois, ça eût payé, mais ça paie plus ! a-t-il ajouté. Autant rêver de voir une flûtiste noire charmer des serpents et des flamands roses sur les bords de l’étang de Gattemare !

1718-15 Rousseau la noceJ’ai noté cette suggestion. En ce moment je peins des jungles et des jungles avec des feuilles et des fleurs, des soleils rouges et des lunes blanches mais je ne me suis pas rendu compte que ce qui manque ici c’est une négresse !

Et pourtant je ne suis pas un imbécile puisque je suis douanier !



15 juin 1905

Ne pas oublier d’acheter un cadeau pour le mariage de Mademoiselle Lelongbec, chef de chœur, avec Monsieur Procule, inspecteur des platanes. Ce sera le 22 à Asnières-sur-Vègre, dans la Sarthe. Là où il y a un joli pont.



10 septembre 1891

1718-15 Rousseau la promenade dans la forêt

Mon ami François-André Voltaire est venu hier me raconter ses vacances dans les Ardennes. Il était accompagné de sa femme Emilie qui s’habille toujours en rouge. Ils ont bien aimé cette région même si, lors d’une randonnée, ils ont failli se perdre dans les bois.

Ils étaient hilares tous les deux en contemplant mon tableau de 1886 « Un soir de carnaval »

- C’est le clair de Lune à Maubeuge ! a explosé Mme Voltaire.

- Nous, nous avons fait la croisière sur la Meuse en partant de Monthermé » a expliqué François-André.

- On nous y a raconté l’histoire d’un dénommé Rimbot qui a filé à l’anglaise avec une Tonkinoise !

Et ils sont repartis à rire de plus belle. Je n’ai vraiment pas compris à quoi ils faisaient allusion. Et pourtant je ne suis pas un imbécile puisque je suis douanier !

- Mon thermos sur la comète, Monthermé sur la commode ! a encore plaisanté Emilie mais je n’ai rien compris non plus.

- C’est un contrepet, Jean-Jacques Henri ! a expliqué Voltaire.

1718-15 Rousseau carnavalCa m’a rappelé la fois où, avec mon collègue Fernand Moréno nous avons arrêté un dénommé Robert Jarry sur le sentier des douaniers entre la pointe de Néville et la pointe de la Loge.

- Vous n’avez rien à déclarer ? ai-je demandé.

- Si, a-t-il répondu. Laval est un palindrome ! Bob aussi !


- Et Nadar, qui c’est ? a demandé Moréno.


- C’est l’plombier ! a répondu l’autre

Et ils sont partis d’un grand rire tous les deux sans que j’aie compris de quoi ils riaient. Et pourtant…

 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 16 janvier 2018
à partir de la consigne ci-dessous.