12 octobre 2013

L'ORIGINE DU MONDE

 

LOrigine-du-Monde-Courbet

L’origine du monde ! Gustave Courbet ! Qu’aurait-il pensé et dit, le peintre, en apprenant que le psych-anal-liste Jacques Lacan posséda un certain temps ce tableau mais qu'il le tenait bien caché à l'abri des regards ?

Dans nos imaginaires – je ne sais pas pour vous, mais moi de plus en plus ! – on a tendance à voir dans les psy-canal-ystes et chez les autres médecins des âmes des espèces de confesseurs très détachés des choses du sexe. Ces hommes de l’art ne seraient pas des cochons, mesdames ! Ils ne seraient pas obsédés pour deux ronds sauf par le nombre des euros que le client leur laisse à la fin de la séance.

Et pourtant, si j’en crois Etienne Klein, une anagramme possible de « l’origine du monde » est « religion du démon ». J’en déduis que le psychanalyste n’aime pas tirer le diable par la queue. Il craint sans doute que celle-ci lui reste dans la main. Et vous l’imaginez, Lacan, avec l’appendice caudal à la main dans le petit cabinet où s’allongent les patients ?

Les patients… Savez-vous qu’on les nomme ainsi parce que la guérison arrive très tard, ce qui permet de rapporter plus gros au soignant ? Celui-ci, devenu riche, peut alors chiner les Courbet aux puces à saint-Ouen tandis que nous continuons de courber l’échine sans faire de tintouin pour gagner plus modestement notre croûte.

21-_masson_-_l_origine_du_monde_-_1955

Et donc une fois en possession de ce trésor, notre Jacques s’empressa de le cacher. Longtemps je crus que c’était derrière un rideau noir mais madame Wikipe m’a appris que l’œuvre était dissimulée derrière un tableau surréaliste plus présentable d’André Masson, beau-frère du praticien. Acheter cher un tableau pour le tenir caché à l’abri du monde, c’est honteux !

Dans le même ordre d’idées, pour confirmer mes dires sur l’asexualité des disciples de Siegmund, Freud aurait déclaré : « Quelquefois un cigare est juste un cigare ».

Du reste, pour un peu, à cause de Fabrice Luchini, j’aurais confondu Jacques Lacan avec Roland Barthes et j’étais à deux doigts de penser que cela correspondait à des cachotteries d’homosexuels. Notez que je n'ai pas écrit cachochotteries. Je ne suis ni homophobe ni homophile, bien au contraire !

Peu importe. Je continue et je crois que je continuerai encore longtemps à me demander ce que faisait chez Lacan « L’origine du monde », ce vagin où goutte l’ombre du désir.

 Ecrit pour l'atelier d'écriture de Villejean le 10 septembre 2013 d'après la consigne : écrire le texte entre l'incipit "L'origine du monde, Gustave Courbet" et "ce vagin où goutte l'ombre du désir" qui en est l'anagramme tirée de ce livre.


11 octobre 2013

L'Egypte au Musée du Louvre à Lens (Pas-de-Calais) le 9 août 2013 (1)

130809 016

Karnak - Egypte vers 1725 avant J.C. : Le vizir Néferkarê-lymérou, haut fonctionnaire du roi, statue en grès à ses heures perdues, rêve -t-il d'être calife à la place du calife ? Comment ? J'ai encore tout mélangé ?
Déjà au début, je croyais que c'était Belphégor !


Posté par Joe Krapov à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

L'Egypte au Musée du Louvre à Lens (Pas-de-Calais) le 9 août 2013 (2)

130809 017

Je n'aurais jamais imaginé tout seul que cette demoiselle portât,
en sus d'une oie du Périgord à la main droite, de la bière "dans son p'tit panier" !
Cultivez-vous, braves gens !

Posté par Joe Krapov à 20:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'Egypte au Musée du Louvre à Lens (Pas-de-Calais) le 9 août 2013 (3)

130809 018

Pink panther ? Black panther ?
Perdu, Joe Krapov, c'est une déesse lionne !

(Et si ça se trouve, c'est son anniversaire ce jourd'hui 9 août !)

Posté par Joe Krapov à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

JEAN-FRANCOIS CHAMPOLLION, CONSERVATEUR DU DEPARTEMENT D'EGYPTOLOGIE DU MUSEE DU LOUVRE

Jean-François Champollion, conservateur du département d’égyptologie du Musée du Louvre n’a pas toujours été cet homme respectable que l’on imagine et il n’a pas appartenu de tous temps à cette caste d’hommes célèbres dont l’histoire a conservé le nom au prétexte qu’ils étaient versés dans la science plutôt que dans le bas-côté boueux qui bordait en son temps la route de la gloire.

Et d’ailleurs ceux qui tombaient dans le fossé n’avaient plus qu’une chose à espérer : que le père de Victor Hugo eût à passer par là et dît à son hussard qu’il aimait entre tous : « Donne-lui tout de même à boire ! ».

Dès sa prime jeunesse Jean-François démontra qu’il était un homme de caractère et ses parents très vite eurent du mal à le comprendre. Lorsqu’il fut plus grand il eut maille à partir avec des moutardiers de Dijon. Car la famille Champollion avait ses racines dans l’Est. Certains étymologistes prétendent que Champollion viendrait de Champagne-Olion et que le « agne » disparut dès les premières contractions. Comme ses ancêtres tâtaient de la dive bouteille, ils eurent vite fait d’avoir en permanence soit un coup dans le nez, soit un coup dans l’aile, ce qui fit qu’à la longue Olion en prit deux avant que le tiret ne soit limogé et que le champ qui en avait pris ne revienne se coller dans la cage Ollion. Tout cela explique, encore aujourd’hui, que les Olion de Limoges ont de la parenté à Reims mais mon penchant pour la boisson m’a fait m’éloigner un peu trop de Jean-François et de sa mère.

Car vous savez comme sont les mères ! Oui, c’est ça, fusionnelles, et parfois même complètement chiantes, sauf la mienne et la vôtre évidemment ! Pendant sa jeunesse étudiante, une période au cours de laquelle il fit les quatre cents coups et même plus vu qu’il avait des affinités, il recevait chaque semaine une lettre de sa maman. La missive était pleine de recommandations, de conseils, de rappels et d’interrogations du type : « Que deviens-tu mon fils depuis la semaine dernière ? Bois-tu avec modération ? Te comportes-tu avec sagesse ? Agis-tu avec prudence ?». Les mères nous poussent à sortir avec des filles aux prénoms plus qu’improbables alors qu’il est si simple de boire avec La Goulue et d’en venir très vite aux mains avec Félicité qui n’attend que ça pour être heureuse.

Mais comme on avait encore à cette époque-là un peu de respect pour les croulants et les vieux birbes, plus qu’aujourd’hui en tout cas, il répondait sans rien lui dissimuler de sa vie dissolue.
- Aujourd’hui, chère Maman, je suis pianiste dans un bordel. ».
- Cette semaine, je travaille dans la réclame ». On ne disait pas « pub » à l’époque bien qu’on en fréquentât beaucoup, surtout en Angleterre, pour boire de la bière qu’on appelait Ale, d’où l’expression « avoir un coup dans l’ale ».
- Aujourd’hui, chère maman, j’ai raté mon CAPES pour la troisième fois consécutive ». « Ma send me money now, i gonna make it somehow » disait un tube de l’époque.
- Aujourd’hui chère maman, je tourne dans un porno avec George Sand et Alfred de Musset. On est à l’hôtel Danieli à Venise. ».
- Ma chère maman je vous écris que nous sommes entrés dans le pari de faire durer encore huit jours cette bataille d’Hernani dont tu as sans doute entendu parler. A propos… je préviens tout de suite, c’est une plaisanterie d’outre Rhin… Connais-tu le nom de l’épouse d’Herr Nani ? C’est très facile, c’est Frau Majkipu ! ».
- Cette fin de semaine, Pierre a épousé Rosette. ».

La pauvre femme ne trouva la tranquillité d’esprit que le jour où elle reçut une lettre d’Egypte qui disait :
« A la lueur fauve d’un gros lampion dépoli, et gouvernant mon émoi, je décrypte des cartouches. ».

Ecrit pour l'atelier d'écriture de Villejean le 10 septembre 2013 d'après la consigne : écrire le texte entre l'incipit "Jean-François Champollion, conservateur du département d’égyptologie du Musée du Louvre" et "A la lueur fauve d’un gros lampion dépoli, et gouvernant mon émoi, je décrypte des cartouches" qui en est l'anagramme tirée de ce livre.

130809 022

 

Posté par Joe Krapov à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Ce qu'on pouvait lire à Limeuil (Dordogne) le 24 juillet 2013 (1)

130724 261

130724 262

Par le bouffon du roi !

Posté par Joe Krapov à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Ce qu'on pouvait lire à Limeuil (Dordogne) le 24 juillet 2013 (2)

130724 288

130724 273

130724 274

Une certaine gradation dans les périls que l'on encourt !

Posté par Joe Krapov à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Ce qu'on pouvait lire à Limeuil (Dordogne) le 24 juillet 2013 (3)

130724 279

Je ne connais pas assez Mme de K pour savoir si ça la fera rire ou pas
mais je poste puisque j'ai pensé à elle en prenant cette photo.

Posté par Joe Krapov à 18:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Ce qu'on pouvait lire à Limeuil (Dordogne) le 24 juillet 2013 (4)

130724 283

... dans la prairie du ciel ?

Posté par Joe Krapov à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 octobre 2013

Le camping des plages à Beg Leguer (Côtes d'Armor) le 17 août 2013 (1)

130817 001

Sur un arbre perché !

 

Posté par Joe Krapov à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,