08 juin 2018

La première balade à Münich (Allemagne) le 1er mai 2018 (2)

180501 Nikon 010

180501 Nikon 006

180501 Nikon 007

Il me semble que toute l'Allemagne est là :
l'élégance, le luxe, le plaisir et la sérénité.

180501 Nikon 008

180501 Nikon 009

Je me souviens de Wim Wenders (Alice dans les villes) et de Peter Handke 
(L'Angoisse du gardien de but au moment du penalty) !

Posté par Joe Krapov à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


16 mai 2018

Tableaux vus à la Neue Pinakothek de Münich le 4 mai 2018 (1)

180504 Nikon 036

Nous avons laissé nos valises à la bagagerie de l'hôtel et avant de quitter Münich nous avons consacré cette dernière journée à la visite de la Neue et de l'alte Pinakothek. Nous avons commencé par la neue. J'ai adoré ce musée, tant pour les oeuvres qui y sont exposées que pour la clarté et l'ordonnancement thématique et chronologique des salles.

On commence par tomber nez à nez avec un Gainsborough :

le portrait de Mrs Thomas Hibbert, 1786...

180504 Nikon 034

...et on enchaîne avec une spéciale dédicace à L'Adrienne : Turner -  Ostende (1844)  ;-)

Posté par Joe Krapov à 14:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Tableaux vus à la Neue Pinakothek de Münich le 4 mai 2018 (2)

180504 Nikon 039
Heinrich Maria von Hess - Apollon et les muses (1826)

J'ai beaucoup aimé, au cours de ce voyage, constater l'attachement des Allemands à la mythologie gréco-latine. Je me suis enrichi, par exemple, du mot "monopteros" qui désigne un temple circulaire avec des colonnes et un toit ! Une rotonde, peut-être, en français ?

180504 Nikon 037 B

180504 Nikon 037
Je n'ai pas réussi à identifier ce tableau-ci. Il me semble qu'il s'agit d'un paysage avec bergers et que c'est en Sicile ou en Sardaigne que ça se passe.

Posté par Joe Krapov à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Tableaux vus à la Neue Pinakothek de Münich le 4 mai 2018 (3)

180504 Nikon 050

Joseph Anton Koch - Der Schmadribachfall (1822)

180504 Nikon 043

Je suis persuadé qu'il existe, dans chaque musée du monde, une Isaure Chassériau !
A savoir une pauvre fille qui se demande pourquoi le peintre lui a donné cet air si nunuche et pourquoi elle est condamnée à vivre les siècles des siècles exposée aux yeux de tous dans cette position-là qui est si peu avantageuse !

Ici c'est Vittoria Caldoni, peinte en 1821 par Friedrich Overbeck.

Désolé, Vittoria, je n'écrirai pas un roman sur toi ! Tout juste une krapoverie du genre "Jeanneton ayant pris sa faucille et songeant "Qu'est-ce qu'on s'emmerde ici : il ne passe personne !".

Plus sérieusement, pour en savoir plus sur cette oeuvre, c'est ici.

Posté par Joe Krapov à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Tableaux vus à la Neue Pinakothek de Münich le 4 mai 2018 (4)

180504 Nikon 053
J'ai entrepris ce jour-là de photographier un bon nombre de musiciens et danseurs  représentés sur les tableaux. Il faudra que j'y retourne tant cela m'a plu !

Franz Ludwig Catel - Volksfest bei Pozzuoli (1823)

180504 Nikon 065

Peter von Hess - Empfang Königs Ottos von Griechenland in Athen (1839)

J'ai trouvé celui-ci génial à cause du nombre impressionnant de personnages, des scènes disséminées dans les différentes parties du tableau. Sans vouloir concurrencer les jeux de Lakévio, il m'a semblé qu'on pouvait écrire tout un roman en faisant parler chacun des personnages. Voyez un détail ci-dessous.

180504 Nikon 064

Posté par Joe Krapov à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14 mai 2018

Achats münichois du 4 mai 2018 (1)

On essaie de devenir des sans-papier chez nous mais comme on est bourrés de contradictions on en a quand même ramené de Münich !
Surtout après être passés par la neue Pinakothek !

Caspar David Friedrich
Une carte postale de Caspar David Friedrich :
Paysage du Riesengebirge au brouillard montant.

Posté par Joe Krapov à 22:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

SI JE PEUX METTRE MON GRAIN DE SELLE…

Lakévio 107 Balade à bicyclette Viktor Tsvetkov 1965

Bien sûr que ça pourrait être eux ! Mais ça pourrait aussi bien être Yves et Paulette, à cause de la chanson de Pierre Barouh à laquelle tout le monde va penser, «A bicyclette».

Et ça pourrait aussi bien être d’autres qu’eux ! Alors ne donnons pas de prénoms. Disons que ce sont deux correspondants, une petite Française en séjour linguistique et un épais Allemand, pas très élégant, des lunettes de taupe, même pas de chaussettes dans ses godasses, ou alors une chaussette sans élastique partie voir le talon d’Achille.

Le garçon gentil mais pas séduisant, tu vois, genre le binoclard de la classe, premier en tout sauf en gym, celui pour qui une balade à vélo se prépare la veille si pas l’avant-veille. Pourtant il n’y a pas loin du centre de Münich au château de Nymphenburg, on ne risque quand même pas de crever sur le pavé de la Marienplatz.

Et, bien sûr, parce que c’est un porte-poisse, ce gars-là, ça arrive. Et il est le seul à avoir emmené des outils et une chambre à air de rechange, le seul à savoir démonter une roue, à savoir resserrer ce vélo sans ailettes. Tous les autres filent devant et il ne lui reste, à la Française, qu’à aguicher les piétons de son âge pendant que «Achtung bicyclette Pompe à vélo» opère à l'avant.

A croire que son truc, à Miraud-ro, c’est le vélo ! Pas vrai, Marcel ? Et la nymphette du bourg en visite dans la capitale bavaroise de penser à l’autre sketch où l’on parle de compétences dans le domaine de la pédale et où l’on conseille de surveiller son guidon. Elle ne comprend pas tout mais elle devine que ça doit être drôle.

Cinquante-trois ans ont passé. Moi non plus je ne sais pas ce qu’ils sont devenus, ces deux-là. Elle, c’est certain, elle l’a oublié, cet Allemand-là, ce Kamerad de fahrrad plus insipide que Brad. Elle a gagné trop de tours de Miss France avec son joli minois et sa taille fine de Saint-Gervais et Saint-Gervien hanter ton Rhin. La championne se fiche des voitures-balais !

Mais lui, le porteur de bidons de la petite Française, le mécano dans la voiture de l’assistance technique, ça ne m’étonnerait pas qu’il soit doté maintenant d’une Gretchen aussi boulotte qu’Yvette Horner. Et que cette dame joue de l’accordéon à l’Oktoberfest !

Ca ne m’étonnerait pas qu’il ait suivi sa voie de serviteur de petite reine. Qu’il ait inventé les ailettes pour roues de vélo, histoire d’alléger sa sacoche à outils. Ou le vélo à assistance électrique. Voire même qu’il ait fait fortune avec ce truc improbable qu’on voit dans toutes les rues de Münich : le couvre-selle de vélo imperméable autant que publicitaire !

Il vaut quand même mieux rouler carrosse que pédaler dans la choucroute, non ? 

180504 Nikon 004 180504 Nikon 026 180504 Nikon 029

Ecrit pour le jeu n° 107 de Lakévio d'après cette consigne


N.B. Pour voir ma collection de selles münichoises, c'est ci-dessous !

Posté par Joe Krapov à 10:59 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 mai 2018

VERS DE MIRLITEUTON

180504 Nikon 105

J’viendrais bien faire le mirlifore
Mirlitontaine, mirlitonton,
Avec mes vers de mirliton
Pour chanter la faune et la flore
Et les charm’s du pays teuton !

Je ne ferais pas de manières
Pour vous jouer un ou deux airs
Avec mon petit mirliton
Et vous dire’ comment,
sans façons, 
Je me suis prom’né en Bavière.

 

Mais au kazoo vous l’sauriez pas
De cet instrument de carton
Ne sort pas le son de la voix,
Juste un bruit de vol du bourdon !
Pour s’exprimer, c’ n’est pas coton !

Et pour vos oreilles c’est rosse :
Le son est un poil casse-couilles !
Cet instrument est pour les gosses !
C’est la cinquième Ruhr du carrosse,
Ca n’vaut pas La Mirlitantouille !

 

180504 Nikon 052

Alors du coup je passe la main !
Alors du coup je passe le Main !
Tant pis ! Ce sera sans musique
Que je commencerai demain
Le récit quasi mirifique

De mon voyage magnifique
De Marktheidenfeld à Munich
Via le château de Nymphenburg
Et l’alte Brücke de Würzburg
Où l’on boit du vin en public.


 

180504 Nikon 037 B

Finalement ça vaut mieux pour vous !
Quand je turlute dans mon kazoo
Tous les mirlitaires tombent à terre
En criant « Dieu, épargnez-nous !
Ce Breton est un vrai calvaire !».

Aussi pour que grand bien vous fasse
Je passe mon tour, je laisse ma place
A ces chanteuses sympathiques
De la Kantorei germanique
Devant qui, humblement, j’m’efface !
 



N.B. Les tableaux ont été photographiés à la Neue Pinakothek de Münich.



Ecrit pour le Défi du samedi n° 506 à partir de cette consigne : mirliton

09 avril 2018

L’AMOUR EST UNE BOULE DE LOTO

Lakévio 102 Karin Jurick

C’était époustouflant de le constater mais Aurélien et Bérénice étaient bien une illustration vivante du mot «complémentaire».

On peut en juger ici sur ce tableau où ils sont portraiturés de face par Karin Jurick. Et ce même si le cadrage est particulièrement loupé. Parfois l’opérateur est victime de tremblote.

Il se dégage de ses mains de tortionnaire à elle une impression de drame ancien, de tristesse profonde et l’on ne serait pas étonné d’apprendre qu’elle a passé quelques années, plus jeune, à servir dans une armée révolutionnaire sud-américaine ou à purger une peine dans un pénitencier. Voire les deux.

La peine s’est arrêtée quand elle l’a rencontré. Lui respirait la joie de vivre du chanteur de cha cha cha, la légèreté de l’élégant en mocassins. Il oeuvrait au sein de l’orchestre dans les casinos de la Riviera. Il profitait de la baignade dans la piscine des hôtels à Monaco, Cannes ou Jersey et se mêlait aux magnifiques à la Gatsby en faisant comme s’il était des leurs. Il n’était qu’un parasite de ce monde-là, un musicien dont seul le costume était blanc, mais il eût été aberrant de se pourrir la vie avec des concepts crypto-marxistes de lutte des classes ou de révolution prolétarienne. Surtout quand le fait d’arborer un sourire et de balancer des rythmes cubains rapportait autant.

Lakévio 102 Carpe diem mon lapinIl avait perdu la tête pour elle. Elle avait perdu la tête pour lui. Si l’amour est une boule de loto, ils avaient coché les numéros de la grille ensemble et à l’aveugle. Sans se prendre le chou, ils étaient devenus adeptes du «Carpe diem, mon lapin !» si cher aux statues de l’île de Pâques. Qui vivra verra ! Tant que l’on pourra, on en profitera !

Cela dure depuis trois décennies et ils ne s’en lassent pas. En astrologie, il y a des mystères. Lui est natif d’un signe d’air, elle d’un signe de terre. Est-ce lui qui la rafraîchit de son tourbillon de paroles, est-ce elle qui le retient en lui ôtant l’envie de s’envoler volage ?

Il y a d’autres couples dans lesquels l’eau n’éteint pas le feu et où les flammes n’ont pas pour effet l’évaporation du liquide.

Carpe diem, mon lapin ! Ne faites pas ces yeux en billes de loto : certaines et certains parfois tirent le bon numéro. Oui, c’est vrai, c’est une question de chance.

 
Ecrit pour le jeu n° 102 de Lakévio

d'après cette consigne


 

 

15 décembre 2017

Tableaux remarquables au musée de Dieppe (Seine-Maritime) le 25 août 2017 (1)

170825 Nikon 072

 Camille Pissarro - Vue de l'avant-port de Dieppe (1902)

170825 Nikon 074
Tiens ! Voilà du Boudin !

170825 Nikon 075

 René-Paul Bertaux - Falaises normandes : Varengevile (1911)

Posté par Joe Krapov à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,