26 septembre 2022

DICTIONNAIRE DE LA BONNE HUMEUR : LOGICIEL MUSICAL

Cela aurait pu être Musescore mais c'est Noteworthy. La bonne humeur que cet outil provoque est souvent sinon toujours différée. Quand on n'a pas étudié plus que cela le solfège, la musique, le rythme, quand on pratique tout ça en autodidacte et qu'on a juste, par-devers soi, des souvenirs de cours donné en 6e et 5e dans un collège du Nord par un professeur aveugle, il faut d'abord suer sang et eau devant la portée musicale sur l'écran.

Parfois je recopie un extrait de partition trouvée sur Internet en plaçant les notes une par une, parfois, comme ici, je recrée le truc à l'oreille, avec ma guitare à côté pour repérer les notes. Le plus souvent, quand je m'y colle, c'est pour fournir une partition à mes collègues accordéoniste et violoniste qui n'ont pas le bonheur de pouvoir utiliser un capodastre sur leur instrument. Je maîtrise très bien maintenant le menu "tools" "transpose" et des tas de notions comme "bar line decorated", "key signature", etc.

Et je suis rendu au niveau où ça m'énerve un peu cet orchestre à l'unisson. La musique, c'est du contrepoint ou rien ! C'est pourquoi je prends souvent de mon temps précieux - ou pas - pour composer une deuxième voix. Ici il y en a même une troisième. Mais quel régal au finale !

Parce que le logiciel musical, je le pratique avec le même esprit de farce que le reste. Je ris d'avance à l'idée que nous allons - peut-être - interpréter cette krapoverie-ci en public à la mi-octobre ! En attendant, la transformation d'une mélodie de chanson paillarde en une espèce de morceau moyenâgeux, ça ne me désole pas vraiment non plus ! 

En revenant de Nantes

 Cliquez sur l'image ci-dessous SVP et revenez sur cet onglet pour chanter les trois premiers couplets !

220926 inondations-en-1910-une-calamite-nationale,M342590

 

EN REVENANT DE NANTES
traditionnel dont les paroles ont été modifiées par Joe Krapov

1
La digue la digue en revenant de Nantes (bis) 
De Nantes à Montaigu la digue la digue 
De Nantes à Montaigu la digue a rompu 
 
2
La digue la digue la rivière insolente   (bis) 
Dans ma chambre est venue la digue la digue 
Dans ma chambre est venue la digue a rompu 

3
La digue la digue le lit de ma soupente   (bis) 
Une gondole est devenu la digue la digue 
Une gondole est devenu la digue a rompu 

4
La digue la digue sur les rivièr's de France  (bis) 
Je flotte comme un perdu la digue la digue 
Je flotte comme un perdu la digue a rompu 
 
5
La digue la digue la belle itinérance   (bis) 
A Beaulieu suis rendu la digue la digue 
A Beaulieu suis rendu la digue a rompu 

6
La digue la digue cett' chanson innocente  (bis) 
Vous a sûrement déçus la digue la digue 
Vous a sûrement déçus la digue a rompu 

7
La digue la digue elle est pourtant charmante  (bis) 
J'en suis bien convaincu la digue la digue 
J'en suis bien convaincu la digue a rompu  

Posté par Joe Krapov à 19:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


02 novembre 2021

En un mot comme en cent. 25 octobre 2021, Parti

2021 11 02 061028 097

C’est parti ! Le classeur vert m’a lâché ! J’ai donc remis mon intégrale de paroles de Brassens dans deux classeurs neufs à quatre anneaux dont on peut tourner facilement les pages sans que tout se barre - en live, c’est gênant -!

En suite de quoi j’ai mis de l’ordre et fait du tri dans la pile de dossiers de l’étagère au-dessus. J’y ai retrouvé un gros classeur blanc plein de textes écrits ou rassemblés à  l’époque du café slam des Champs libres.

Plein de trésors ! Dont celui-ci qui était parti-sorti de mon souvenir.

La Folie des glandeurs

(pensez à cliquer en haut de la nouvelle page pour entendre le MP3)

 

 

Posté par Joe Krapov à 14:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 décembre 2020

Chansons retrouvées du 11 décembre 2020 (1) Yellow rose of Texas

Ces cinémas, ces théâtres, ces musées qui ne rouvrent pas. Ces lieux de culture et de sociabilité où écrire, chanter, rencontrer,  discuter,  jouer qui restent fermés.

C'est un bel enterrement qu'on nous organise là et j'y ai participé à ma façon, symboliquement, hier, en transformant en papier brouillon ces paroles de chansons qui servaient  aux différentes chorales où j'ai joué au chef de choeur accompagnateur. J'ai retrouvé là-dedans quelques perles de cet humour parodique et dérisoire qui est le mien.

Ainsi cette adaptation-traduction-trahison de "Yellow rose of Texas" avec son refrain en yaourt pour chanteuses non-anglophones !

Peut-être pas plus nulle au finale que la version de 1956 de Jacques Plante pour Dario Moreno ou Eddie Constantine "Je vais revoir ma blonde". 

Yellow rose cf Texas

1
O ma jolie rose du Texas
Illumine le chemin
Elle est superbe et sensass’
Et promet de beaux lend'mains

Quand la guerre sera fini-e
Et que je serai rentré
Nous vivrons en harmonie
Et c'est moi qui l'effeuillerai

Refrain
Oh de yellow rose ef Texas
Is de only gueurl I love
Her aïes ere even bloueur
Dan Texas skaïs eubove

Her heurt's as big as Texas
And wherever I may go
Rimember her forever
Bicause I love her so

2
C'est la chose la meilleure
Qu'un soldat puisse rêver
Une belle et piquante fleur
Un jardin à cultiver

Le plus beau bouton de rese
Qui s'ouvre dès le matin
Donne la saveur aux choses
Et sa couleur au destin

3
Elle a mis sa robe jaune
Et m'attend à la maison
Elle est belle et droite et bonne
Et je l'aime à déraison

Je chanterai sous la lune
Ma formidable chanson
Nous aurons bonne fortune
Et des enfants à foison

Posté par Joe Krapov à 13:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Chansons retrouvées du 11 décembre 2020 (2) Notre chère Italie

J'ai toujours beaucoup aimé cette chanson de Nino Ferrer, "Notre chère Russie", 
dont tout le monde peut comprendre les paroles même sans parler le russe !

Je n'ai pas retrouvé pour quelle soirée de lecture publique
j'ai réutilisé l'idée pour chanter "Notre chère Italie". C'était vers 2002 !

 

Notre chère Italie (Joe Krapov -Nino Ferrer)
se chante sur l’air de Notre chère Russie

1

Fellini Roma Pasolini
Mafia Camora Don Camillo
Vespa Bartoli Paparazzi
Pizza Pinocchio Borsalino

Mastroianni Lollobrigida
Berlusconi Catherine Tasca
Tintoretto e Michelangelo
Roberto Benigni Valpolicella Lady Madonna

2

E pericolos sporghersi
Commedia dell’arte polenta
Spaghetti Giro Fausto Coppi
Rossini Verdi Gorgonzola

Cappucino Appassionata
Tortellini Lino Ventura
Pavarotti Ruggiero Raimondi
Scarlatti Vivaldi et Cimarosa Lady Madonna

3

Panzani risotto Napoli
Fabrice Lucchini Tottocalcio
Allegro largo canelloni
Ferrari Scala Arcimboldo

Vaporetto e tutti quanti
Maserati Martini rosso
Charivari en Alpha Roméo
Marco Polo Chianti Peppone ravioli Lady Madonna

4

Umberto Eco pizzicati
Juliette pleu’ quand Homéopathie
Lucky Luciano Ringo Sheila
Hervé Vilard Capri c’est fini
Hervé Vilard Capri c’est fini
Hervé Vilard Capri c’est fini 

Posté par Joe Krapov à 13:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Chansons retrouvées du 11 décembre 2020 (3) Vive le vent

Ah que voilà un joli chant de Noël complètement timbré !

Ce qui est dommage avec les chansons de chansonniers c'est qu'elles sont très vite démodées. Qui se souvient de Jacques Chirac exposé nu sans souci des paparazzi sur le balcon du fort de Brégançon ? C'est qui ce Sarkozy, cette Bernadette, cette Ségolène ? Ah oui ? C'étaient des gens de la vie d'avant ?

La version originale comprenait quatre couplets mais elle est mieux réduite à trois. J'ajoute quand même le finale écarté qui me plaît bien quand même.


VIVE LE VENT – Joe Krapov

1
Quand viennent les vacances
Sur toutes les côtes de France
Pas question de porter
L’costum’ trois pièces car c’est l’été

Tout l’monde tombe la cravate
Pour dev’nir écarlate
Et montrer aux voisins
Ses tatouages et ses vaccins

Vive le vent, vive le vent
Vive le ventre à l’air
Les doigts d’pieds en éventail
Le nez sous l’chapeau d’paille

Vive le vent, vive le vent
Vive le ventre à l’air
Le nombril en plein soleil
Qui devient rouge vermeil

2
Même au bord des rivières
On dépose au vestiaire
Son blue-jeans tout crasseux
Ou son élégant tailleur bleu

On n’voit plus qu’des cohortes
De braves gens en short-e
Qui jouent au beach volley
Ou s’mettent des revues sur le nez

Vive le vent, vive le vent
Vive le ventre à l’air
Valentine aux environs
Qui montre ses tétons

Vive le vent, vive le vent
Vive le ventre à l’air
Ségolène en bikini
Sarko en slip kaki

2020 12 11 strats-article-41870-web-2

3
Paraît qu’à Brégançon
Y’a même un grand garçon
Qui fait dans l’genr’ mariolle
En exhibant ses roubignolles

Tandis que sa rombière
Tortillant du derrière
Lui dit : « Jacques je t’en prie
Ramasse un peu ton bigoudi ! »

Vive le vent, vive le vent,
Vive le ventre à terre
Taillons-nous mes sœurs mes frères
En direction d’l’hiver

Vive le vent, vive le vent
Vive le ventre à terre
On a vu assez d’bas ventres
Il est grand temps qu’on rentre

Joe Krapov 16-11-2006

Refrain écarté :

Vive le vent, vive le vent
Vive le Ventempoupe
Retournons manger la soupe
En ondulant d’la croupe

Vive le vent, Vive le vent
Vive le Vendée Globe
Disserter du sexe des anges
Ca reste un vrai challenge !

2020 12 11 pepito-n-141-et-quand-ventempoupe-fait-un-serment

Posté par Joe Krapov à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 octobre 2017

LE GIBIER MANQUE ET LES FEMMES SONT RARES

LE GIBIER MANQUE ET LES FEMMES SONT RARES :
Supplique pour être opéré à l'Hôpital de la Timone à Marseille

se chante sur l'air de la "Supplique pour être enterré sur la plage de Sète" de Georges Brassens

1
Vous n’imaginez pas c’que j’ai fait comm’ boulots !
Explorateur d’enfers, métallo-mégalo
Marchand de casseroles au Harar(e)

J’ai vendu des télés aux paysans d’Ardenne
Mais dans ce grand désert où mon âme se traîne
Le gibier manque, les femmes sont rares.

01 Le gibier manque

2
L’amour c’est aussi con que le chant des oiseaux :
On n’prévoit pas le jour où l’on deviendra gros
Quand on est ivre en la gabare.

J’ai descendu des fleuves absolument grotesques
Et j’ai vu des pays abracadabrantesques
Où l’gibier manque, la femme est rare.

3
Dans les cabarets verts j’ai vu bière et Fräulein,
Ses bourrelets d’antan, muss es sein ? Es muss sein !
Ell’ me surnommait « Ringard Star ».

02 Biere_et_fraulein-1

La danse du balai, la danse du tapis…
Elle s’est envolée, eh bien, ma foi, tant pis !
Le gibier manque, les femmes sont rares

4
Si t’as levé le coude, alors lève le pied,
Rimbaud pas vraiment beau - poète, vos papiers ! -
J’étais vraiment un type bizarre.

Puis la mer a bercé tant d’amours cet été
Que dans le creux des vagues où j’étais balloté
J’ai rencontré la femme-cougar.

5
Ancienne jeune fille qui faisait des pâtés,
Belles jamb’s mais alors quell’ tête ! Mocheté !
Avais-je le choix dans la date ?

03 sacha-distel-le-bateau-blanc-1980-2

Je me suis retrouvé en tutu sur le pont
- O Bwana Missié blanc ! Pauvre zombi Dupont ! -
Avec la chtouille entre les pattes.

6
Ses lèvres avaient le goût du beaujolais nouveau ;
Tous les dauphins dansaient avec ce cachalot
Le dernier tango à la mode.

Tu as beau bronzer beau, t’as la marqu’ du maillot
Aux Ménuires elle était barmaid dans le restau
J’aimai son cul sur la commode.

7
Ma civière est posée sur le pont du bateau
Enivré de douleur, je file, pas vraimambeau,
En direction de la Timone.

Je ne danserai plus, pas même comme un pingouin
Je n’suis jamais allé aux am-putes à Saint-Ouen
Mais maint’nant, en voitur’ Simone !

8
Avion, bête, camion, j’en passe et des meilleures,
Je pourrais porter plainte, au fond, contre mon cœur
Mais je délire et je m’égare.

Antoto Akali Abitchou Chankora
Mindjar Cassam Rouella Hawache et Fil-Ouaha
Le gibier manque, les femmes sont rares.

9
Careyon et Gallas et guerre aux Aroussis
Le chirurgien découpe et ça sent le roussi
Ma sœur prie Dieu dans le couloir.

Galansa ! Boroma ! P’tits roberts ! Burkini !
Choux cailloux et genoux, époux d’Abyssinie,
Le cœur me manque les jambes sont rares.

04 1510619558-3

10
Si vous me confisquez mes membres inférieurs
Vos villes deviendront des cloaqu’s en chaleur
Vous ne trouverez plus d’ivoire.

Comm’ j’hippopotaimais cette amante irascible
Verlaine me hurla dessus – j’étais sa cible –
« Pwète à la manque ! Faiseur d’histoire ! »

05 je t'hippopotaime 4800

11
Ô Terre du Harar ! O portes de l’Eden !
Misères de ma vie finies à l’Est d’Aden !
On a trop fait l’amour ensemble !

Quoi de plus redoutable, au fond, qu’un pet sonore ?
Langage, emporte-moi, tue-moi ou baise m’encore !
Ô tant je t’aime que j’en tremble !

12
Ô Dieu ! Mon Chinois vert, passe-moi donc le ciel !
J’écouterai pousser les fleurs du violoncelle,
Mettrai les bigoudis par douze

Aux cheveux du Destin, aux chercheuses de poux
Et je te scanderai les chansons des Papous
Pour que se termine… ce blues !

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 26  octobre 2017
à partir de la consigne ci-dessous