15 janvier 2021

CARTON D'INVITATION

AEV 2021-14 JK - Fragonard

Rendez-vous galant chez Sieur Fragonard !

Ici, verrou tiré, on prendra son panard :
Vertiges de l’amour et vol de marguerite,
Au salon de Vénus, aux boudoirs satellites,
Valets de cœur, lingerie fine et séduction !

Le bonheur dans le pré sans le serpent dans l’herbe !

Eros, elle a vécu ce qu’en a dit Malherbe,
Balancelle, dentelle et rires à foison,
Démesure, satin, passion et possession !

Prime à qui perdra sa vertu dans le gazon !





Pondu pour l'Atelier d'écriture de Villejean du mardi 12 janvier 2021

d'après la consigne 2021-14 ci-dessous

 

Posté par Joe Krapov à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


20 mai 2017

DIPTYQUE

1

A la va comme je te pousse
Je vis ma vie d’escarpolette.

J’envoie dans l’atmosphère douce
Bérénice, Adèle ou Poulette.

Leurs vies sans se faire de mousse,
En l’air, deviennent chant d’alouette.

Le peintre saisit leurs frimousses
Et, des couleurs de sa palette,

Il fige pour l’éternité
Cet instant de légèreté
 

DDS 455 lescarpolette27976_5


2

A la va comme je te pousse
Je glisse, verrou vénérable.

On vient ici pour faire, en douce
Des choses plus ou moins pendables.

Que l’on soit hétéro ou gousse,
On voit le loup, on tire le diable

Par la queue, à coup de secousses…
Seul mon silence est respectable :

Il fige pour l’éternité
Cet instant de légèreté.

DDS 455 Jean-Honor_C3_A9_Fragonard_009

Les deux reproductions des tableaux de Fragonard ont été empruntées à M. Google images.


Ecrit pour le Défi du samedi n° 455 d'après la consigne "Va comme je te pousse".

Posté par Joe Krapov à 14:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

02 septembre 2014

LE DOMAINE DE CHATTERLEY ?

DDS 313 paysage de début

- C’est mâtines de Pâques, ma douce primevère !
- Il suffit !
- Les cloches sonnent de bonheur ! Din ! Ding ! Dong !
- Il suffit !
- Courons, légers comme cabris, faisons des bonds ensemble et des gambades en l’honneur de la nature, de Dieu…
- Il suffit !
- Laisse-moi jouer guilleret l’aubade à la mousse, à l’herbe, au coquelicot, au royaume de la tarentelle… Laisse-moi croire que tu préfères le berger qui souffre sans le dire au sonneur en velours et dentelles…
- Il suffit !
- Coucou, fais le guet ! A cueille-fleurettes je t’emmène visiter le danger et l’enfer ! C’est péché de cacher ton dedans ! Rien n’est mieux pour s’aimer que blottis sans galoches ni sabots avec elle que, entre tou’s les belles, je saurai tant tenir comme pique, chardon ménager pied voici ton tout passer patte pendant personne devine jetons dents semble ton tes ton tes tes ton petits fleuris tenir tenir tenir vois tout tout Bon !
- Il suffit !

Devant l’incohérence du discours et l’impudence des gestes de l’homme au souffle court, la châtelaine s’échappe. Elle franchit la passerelle en courant.

Il la regarde fuir vers le château au loin et, ressentant au plus profond de sa chair un sentiment d’échec lié à leur différence de classe sociale il se tourne vers Dieu et lui demande de faire disparaître cet épisode de sa biographie, voire même, s’Il le peut, à la faveur d’une révolution à venir, de faire en sorte que ces murs roses et ces tourelles pointues disparaissent de la surface de la planète.

Alors, le miracle se produit. Dieu apparaît entre deux nuages dans le ciel, il passe un coup d’éponge et repeint un autre paysage par-dessus Sa création.

DDS 313 paysage de fin

- Seigneur ! Qu’as-tu fait là ? demande la châtelaine avant de disparaître dans un autre espace-temps où les bergers Fragonardiens n’ont plus rien de libidineux.
- Ben quoi ? Tu ne connais pas la chanson ? Il supplie d’effacer le fond, c’est tout de suite la peinture ! 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 313 à partir de cette consigne