160221 265 052

160221 265 054

160221 265 058

160221 265 069

160221 265 070

 

Quelle sérénité !

En un mot comme en cent : 366 réels à prise rapide

8 mars 2016

Féminité (1) 

Evidemment, si je dis que j’assume ma féminité en allant chercher mon pot de moutarde pour Marinette avec mon petit panier, j’aurai l’air d’un con ou je passerai pour un provocateur. 

C’est vrai : les maîtres-queux des grands restaurants font ça aussi et il n’y a rien de particulièrement féminin là-dedans, bien au contraire.

 Mais bon, je ne vais quand même pas me peindre les ongles des doigts de pied avec du vernis coloré pour faire plaisir à mon Raymond, non ?

 Si ?

 Pour vous faire plaisir à vous, Mesdames ? 

Pour les fans d'Eva Denia, sa version, en audio seul, est ici : 


Féminité (2)

 Par contre, décider de ne pas mettre dans ma guitare Brassenssophile « Mélanie » ou « Misogynie à part », cela colle un peu plus au thème imposé par la consigne d’écriture de Queneau. Même si ça relève plutôt du féminisme que de la féminité.

 Après il reste à discuter des mauvais traitements que je fais subir à Isaure Chassériau. En lui inventant une autre vie, une autre famille, en l’emmenant virtuellement au carnaval, comme ci-dessous, n’accordé-je point à quelqu’une qui eut une triste existence une espèce de supplément d’âme et de vie drôle sur cette terre ?

 En toute consororité ?


Merde, ce mot n’existe pas !

2016 06 08 Isaure twisted sessions