14 avril 2019

"Le Prodige" de Edward Zyck

"Le Prodige" de Edward Zyck, un biopic sur Bobby Fischer et le championnat du monde de Reykjavijk en 1972.  Celui-là, je l'ai regardé tout seul.

Il est très bien aussi. Mais il convient de dénoncer les effets sonores appuyés et la musique dramatique dans la bande-annonce ci-dessous.
Le film est fidèle à la réalité. Les acteurs sont tous très bons. L'acteur qui joue Spassky est impressionnant de ressemblance

 Juste un petit détail technique : on n'utilise pas les pendules dans les parties simultanées !

Posté par Joe Krapov à 14:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


13 avril 2019

Une chanson sur Bobby Fischer !

Après Rimbaud, Bobby Fischer ! Mais qu'est-ce que j'ai à m'intéresser aux génies imbuvables ?

C'est un truc pour faire mon malin et oublier deux minutes que je suis juste un personnage d'un dessin de Sempé, comme tout le monde ?

J'ai même réussi à entraîner Marina Bourgeoizovna dans la contemplation du documentaire "64 cases pour un génie : Bobby Fischer"

Et au générique de fin de cette vidéo qui me permet de mettre des images sur le livre de Franck Brady, surprise : on a même écrit une chanson sur Bobby Fischer ! "The Ballad of Bobby Fischer", par Micah Ellison, un genre de Dylanerie des débuts que je vais peut-être bien mettre dans ma guitare et mon harmoncia !

 

Du coup j'ai découvert aussi ce site échiquéen sympathique "Patrimoine des échecs" du club "La Tour prend garde" de Besançon où l'on trouve les paroles et la traduction en français de la chanson et aussi cette vidéo amusante sur "L'ouverture chinoise" ! 

Posté par Joe Krapov à 14:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 mars 2019

UNE ODYSSÉE

 é vous emmènerai soul mon yoli bateau

  u fil de l’eau, voguer, poussés par lé bon vent ;

C    ontre la voile blanche, adossée, vous youerez

H   abaneras, romances et moi yé vous suivrai,

T    rès très fidèlement, au trombone à CoUlysse.

 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 552 à partir de cette consigne : Yacht.

08 mars 2019

"Yannick Jaulin - Causer d'amour" à Saint-Jacques-de-la-Lande le 6 mars 2019

Yannick Jaulin - Causer d'amour 1

C'est comme si on allait rendre visite à un ami, ou comme si une vieille connaissance venait séjourner dans la ville d'à côté. Vous allez le voir, le Yannick. Il est devenu plus sérieux, plus philosophe, mais il a quand même encore de ces fulgurances comiques comme du temps de Pougne-Hérisson. Le moment le plus drôle et le plus intéressant à mon sens est celui ou ressurgit sa lecture de Jean-Henri Fabre. Que devenir après une rupture amoureuse ? Quel genre d'oiseau ? Le coucou ? Le rossignol (cinq mâles pour une femelle ! C'est la loose !) ? Le pigeon ? Le pigeon s'habille en Quechua. Il a un camping-car. Avec l'âge on ne distingue plus le mal de la femelle. M'est avis qu'il y avait pas mal de pigeons dans la salle de l'Aire libre à Saint-Jacques-de-la-Lande ce soir-là ! ;-)

Yannick Jaulin - Causer d'amour 2

Posté par Joe Krapov à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 février 2019

Au service de la France

Oui, j'ai oublié de publier ici hier. Je ne sais pas si c'est une excuse valable mais j'avais un Défi du samedi et une saynète à écrire et à taper, etc. Des partitions à fabriquer, à transposer, à envoyer, un problème d'espionnage potentiel sur une liste de diffusion....

Et justement, surtout, hier soir, j'avais la suite du dévédé de la saison 1 de "Au service de la France" à regarder.

Et ça je suis sûr que ça vaut ! 10/10 !

Posté par Joe Krapov à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


14 février 2019

Santa Lucia !

Voilà ! Ca fait un an ! Un an que j'ajoute des chansons complètement improbables dans ma pauvre guitare et dans ma vieille oreille ! J'en ai tout un classeur maintenant et je m'interroge bien encore sur l'utilité de tout cela ! On va dire que je fais ma B.A. et que j'accompagne des octogénaires qui vont chanter  ces choses-là à des nonagénaires en maison de retraite. Il faut bien que vieillesse se passe !

J'ai quand même réussi à faire le tri et à faire éjecter une quinzaine de trucs totalement inchantables ou stupides : le Darla dirladada de Dalida, par exemple ! En allant à la pêche dans ce qui restait et qui ne croisait pas avec celles que j'ai dans mon propre répertoire, je suis tombé là-dessus : "Santa Lucia", une chanson napolitaine dont la chorale n'a gardé que deux couplets et un seul refrain (chanter en italien, c'est trop dur ! Et "ô Tannenbaum", je ne vous raconte pas, il y a un méchant bloquage !)  !

Et qui est-ce qui la chante, la ritournelle napolitaine, sur Youtube ? 

Eh ben oui ! Tonton Georges ! Avec Toni Sirop ! Il nous aura tout fait cet homme-là ! 

Posté par Joe Krapov à 21:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Une recommandation de M. Youtube

J'ai craqué ! D'habitude M. Youtube me recommande des trucs complètement nuls, totalement à côté de ma pratique, preuve qu'ils ne savent pas grand chose sur moi ! Les vociférations de M. Dieudonné et les 85 personnalités disparues en 2018 ne me font ni chaud ni froid.

Et puis là, la formule "le syndrome du Playmobil" m'a interrogé et je n'ai pas été déçu par la réponse, même si c'est assez méchant, tout ça !

Posté par Joe Krapov à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 janvier 2019

LES INVENTEURS FARCEURS. 1, Charles Cros (5)

Les Inventeurs farceurs. 1, 5, Charles Cros inventeur du monologue.

Dans les dernières années de sa vie, Charles Cros fréquente le cabaret "Le Chat Noir" et collabore à la revue du même nom.

Il se lie avec Alphonse Allais.

 11 chat_noir

 10 coquelin

 Il commence en 1876 à écrire des monologues pour le comédien Coquelin cadet. Il s'agit là d'un renouvellement complet du genre.

Le monologue sort du théâtre pour devenir un sketch à part entière et Charles Cros peut-être considéré comme l'inventeur de ce qu'on appelle aujourd'hui le "stand-up".

Deux exemples de ces monologues ci-dessous.

 

Posté par Joe Krapov à 11:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 janvier 2019

"When i'm sixty four" des Beatles

Pour me faire pardonner cette version iconoclaste (mais on ne châtie bien que ceux qu'on aime bien) je nous remets ci-dessous la version originale. Je l'accompagne d'une version amusante par l'Apollo club : bon nombre de ces messieurs me semblent avaoir passé l'âge de 64 ans et ne plus avoir beaucoup de cheveux à perdre ! ;-) Et je fais suivre par deux petites dames, les MonaLisa twins,  auxquelles je tire mon chapeau et à qui je vais piquer les accords de la version avec capodatsre à la cinquième ! 

 

Posté par Joe Krapov à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 janvier 2019

LES INVENTEURS FARCEURS. 7, Boris Vian

 Vian ingénieur ba28d95_4521-xpsm6s 

 

 

 

Nous terminons avec Boris Vian l’évocation de ces personnalités douées pour les sciences comme pour les arts. 

 Boris+VIAN+écrivain+français,+poète,+parolier,+chanteur,+critique+et+musicien+de+jazz+(trompettiste),

 Vian Carte-AFNOR

 

 

Sa carte de visite en dit long sur l’activité déployée lors de sa courte existence (il est mort d'une crise cardiaque à l'âge de 39 ans).

 

 

Sorti ingénieur de l’Ecole centrale il travaille à l’AFNOR où il s’ennuie beaucoup et se tourne vers une carrière littéraire et musicale.

 BORIS_VIAN_GUITARE

 canal-des-deux-mers-sud-gironde-1024x427

 

 Avant cela, il dépose un brevet pour une invention qui ne sera jamais appliquée : celle d'un procédé d'éclusage des canaux, consistant à « arrêter le canal à 10 kms de son aboutissement et à transporter le navire au-delà sur chariot et rails ». Cette invention fait l’objet d’un communiqué détaillé le 2 janvier 1942.

 

 Il envisage aussi un tracé du grand canal des Deux-Mers (le canal du Midi relié à celui de la Garonne) chanté par Charles Cros, et qui devrait selon Vian « nous délivrer de la terrible sujétion d’Albion sur Gibraltar».

 de_l_Atlantique_a_la_Mediterranee_a-velo

 440px-Tramway_de_Saint_Etienne_-_Tramway_PCC

 

Le 18 décembre 1953 il dépose à l'INPI une demande de brevet pour l'invention d'une roue élastique, brevet qu'il obtient le 21 juin 1955 et qui sera utilisé dans les années 60 pour le tramway de Saint-Etienne.

Mais la plus célèbre de ses inventions est le pianocktail, évoqué dans son roman « L’écume des jours ». Voici le passage en question :

 

– Prendras-tu un apéritif ? demanda Colin. Mon pianocktail est achevé, tu pourrais l’essayer.
– Il marche ? demanda Chick.
– Parfaitement. J’ai eu du mal à le mettre au point, mais le résultat dépasse mes espérances. J’ai obtenu, à partir, de la Black and Tan Fantasy, un mélange vraiment ahurissant.
– Quel est ton principe ? demanda Chick.
– A chaque note, dit Colin, je fais correspondre un alcool, une liqueur ou un aromate. La pédale forte correspond à l’œuf battu et la pédale faible à la glace. Pour l’eau de Seltz, il faut un trille dans le registre aigu. Les quantités sont en raison directe de la durée : à la quadruple croche équivaut le seizième d’unité, à la noire l’unité, à la ronde la quadruple unité. Lorsque l’on joue un air lent, un système de registre est mis en action, de façon que la dose ne soit pas augmentée – ce qui donnerait un cocktail trop abondant – mais la teneur en alcool. Et, suivant la durée de l’air, on peut, si l’on veut, faire varier la valeur de l’unité, la réduisant, par exemple au centième, pour pouvoir obtenir une boisson tenant compte de toutes les harmonies au moyen d’un réglage latéral.
– C’est compliqué, dit Chick.
– Le tout est commandé par des contacts électriques et des relais. Je ne te donne pas de détails, tu connais ça. Et d’ailleurs, en plus, le piano fonctionne réellement.
– C’est merveilleux ! dit Chick.
– Il n’y a qu’une chose gênante, dit Colin, c’est la pédale forte pour l’œuf battu. J’ai dû mettre un système d’enclenchement spécial, parce que lorsqu’on joue un morceau trop « hot », il tombe des morceaux d’omelettes dans le cocktail, et c’est dur à avaler. Je modifierai ça. Actuellement, il suffit de faire attention. Pour la crème fraîche, c’est le sol grave.
– Je vais m’en faire un sur Loveless Love, dit Chick. Ça va être terrible.
- Il est encore dans le débarras dont je me suis fait un atelier, dit Colin, parce que les plaques de protection ne sont pas vissées. Viens, on va y aller. Je le réglerai pour deux cocktails de vingt centilitres environ, pour commencer.

 

pianocktail (1)

Pianocktail

 

 Ce pianocktail a depuis été réalisé. On peut le voir fonctionner dans la vidéo ci-contre. Si vous êtes pressé.e. et n'aimez pas trop le blabla télévisuel, visionnez le passage entre les minutes 2 à 4, ça vous donnera une idée de la chose.

 

 

Nous terminerons cette conférence en chanson avec la "Java des bombes atomiques" illustrée par Plonk et Replonk...

 190106 265 006 B

 

 

 

... et interprétée ici par Serge Reggiani

Posté par Joe Krapov à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,