19 janvier 2020

"La Gamberge" de Jean Yanne par les Croquants

De plancher sur les sonorités du mot "gabelou" (G, B, L) pour le Défi du samedi m'a remis en mémoire le titre "La Gamberge" qui figurait sur la cassette de chansons de Jean Yanne que je possède encore. En voulant coller l'hyperlien qui mène à sa version sur Youtube, j'ai découvert l'interprétation des Croquants, un groupe apparemment du Sud, qui est de toute beauté.

On partage cela et on réécoute ensuite l'original si on veut sans oublier de mentionner, de Jean Yanne, ce chef d'oeuvre d'humour noir intitulé "Camille".



Posté par Joe Krapov à 11:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


"Le Cauchemar" de Georges Brassens et Claude Duguet / par Olivier Trévidy



Je ne connais pas sa date d'écriture mais celle-ci a un petit air d'"Hexagone" de Renaud !

Posté par Joe Krapov à 11:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 janvier 2020

EN ROUE LIBRE, CA NE MANQUE PAS DE SELLE NON PLUS !

200101 Nikon 042

Le gabelou arpente le sentier des douaniers. S’il trouve des gars chelous en bande ou contrebande il leur file une danse ou une contredanse. On appelle cela du grabuge et on le signale au gradé gras du bide et relou qui porte le nom de «Chef».

Seul le gabelou provençal joue du galoubet car les gabelous bretons sonnent de la bombarde comme tout bon barde qui se respecte mais pas les oreilles des autres.

Le gabelou se prend parfois pour Clark Gable ou Jean Gabin, plus rarement pour Greta Garbo mais tout le monde sont libres on fait tout qu’est-ce qu’on veule surtout si c’est de manière lâche.

En dehors de ses heures de service un gabelou peut chanter «Fanny de Laninon» avec les Gabiers d’Artimon ou acheter très cher aux enchères la gabardine d’Eddy Constantine.

Par contre, comme il est tenu au devoir de réserve, il n’a pas le droit de dénoncer comme étant de la gabegie le montant de la retraite d’un sénateur français : près de deux mille euros pour seulement six ans de mandat. Alors que lui obtient plus de points de côté que de points de retraite et qu'à force d'être sur les dents il voit reculer tous les jours l'âge pivot.

Tout comme Jacques Dutronc, le gabelou aime les filles. Surtout les filles bien galbées qui portent un galurin et boivent des galopins. Mais il se fiche de savoir si le prénom de Gorbatchev est Mikhaïl ou Iouri et ne se demande pas quel est le gabarit du viaduc de Garabit. Il connaît encore moins que moi les accords de «The Sheik of Araby» mais il sait que les Beatles ont chanté ça.

Le gabelou l’été monte le Galibier alors que ce chien félon de Ganelon préfère escalader le Canigou.

Quand le gabelou ne sait pas s’il préfère Linda ou Emmylou il les écoute chanter en duo.

La Grand-mère de Martine Aubry disait : «Quand il y a du gabeflou c’est qu’il y a un gabelou ou alors qu’il est temps d’aller chez Afflelou».

Pour gagner sa vie le galibot va au charbon, Gaby Morlay fait du ciné, Brigitte Lahaie des galipettes sur cent dix mètres.

Le général Gamelin ne jouait pas de la flûte pour débarrasser une ville du Nord de ses rats et de ses enfants.

Alors que la gabelle de Cadix a des camaïeux de velours on ne sait toujours pas si le «Gaby oh ! Gaby» de Bashung a été composé à Gembloux un jour qu’il était soûl mais ce n’est pas grave : tout le monde s’en fout.

Vous avez quelque chose d’autre à déclarer ? Oui : un ange Gabriel, une tapisserie des Gobelins, un maréchal Goebbels, un Arthur de Gobineau, un grand blond avec une chaussure noire, «La Gamberge» de Jean Yanne, «La Gambille» de Guy Béart, une viole de gambe d’avant #metoo, un putain de ta race de gloubi-boulga , un désert de Gobi lointain, un genre d’Henri Guybet, un grand bellâtre et un belou gay qui trafiquent du beluga, un gibbon du Gabon, une gerbille de Gambie et un raton-laveur.

Voilà, c’étaient les krapoveries de la semaine. Vous avez le droit de protester dans la zone de commentaires sur le mode «Tu nous la bailles gabelle, Joe Krapov !».

P.S. «Je ne suis pas un imbécile [puisque] je suis gabelou», ça le fait beaucoup moins que dans le sketch de Fernand Raynaud. 



Ecrit pour le Défi du samedi n° 594 d'après cette consigne : Gabelou


12 janvier 2020

"Il ne tient qu'à nous" à la Péniche spectacle à Rennes le 9 janvier 2020

2020 01 09 2018

Mais pourquoi est-ce qu'on y est allés si peu souvent, à la Péniche-spectacle ? Parce que c'est une pochette-surprise ?

C'est vrai que cette année où on a pris un abonnement à trois spectacles ("Swinging Boris Vian", "Mes Petites amoureuses de Rimbaud" et "Swing chic et Zazou choc", on ne verra rien de ces trois spectacles-là, la Compagnie du Pré perché étant défaillante pour raisons de santé. Bon rétablissement à Monsieur Hugues, si c'est lui qui est malade !

On a accepté les spectacles de remplacement et bien nous en a pris. Ce jeudi on a eu droit à "Il ne tient qu'à nous", un duo conteur + accordéoniste chanteuse de la Compagnie Ocus, Yann-Sylvère Le Gall et Corinne Ernoux. Un régal ! Pas d'extraits musicaux ou de vidéo à partager cependant sur Internet, vous devrez vous contenter d'une photo des deux artistes et d'un bout de la liste des morceaux restés dans la mémoire de Joe Krapov : "La Tendresse" de Bourvil, "Léo" des VRP, "Fais mois-mal Johnny" de Boris Vian / Magali Noël, "De dame et d'homme" d'André Minvielle, une chanson italienne et surtout une chanson en yiddish dont je me suis empressé de noter le titre et quelques paroles pour la retrouver sur Internet et la mettre dans ma guitare. Voyez le billet suivant et en attendant faites connaissance avec une autre facette tout aussi intéressante du talent de Corinne Ernoux :
 

Posté par Joe Krapov à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 décembre 2019

La foire aux vanités (Vanity fair)

Voilà encore une semaine où j'aurai été absent de la toile. Ca n'a aucun caractère de gravité, c'est juste que j'ai mieux vécu ailleurs, vous savez, dans ce qu'on appelle la vraie vie qui est pleine de bons moments qu'on s'abstient de raconter sur la toile ! Les robots en savent déjà trop sur notre compte !

Pas la peine de leur dire qu'on a donné un concert de chants de Noël dans une maison de retraite, qu'on a entendu avec plaisir quelques lectures de la conférence "Rions un peu avec Rimbaud" avec une déclamation par coeur du "Bateau ivre" et de trois autres poèmes à tomber par terre. Merci, sieur Emmanuel !

Pas la peine de parler de l'atelier d'écriture écourté pour cause de repas amical dans le même quartier mardi soir. Ca vous intéresse aussi, Messieurs G**gle et autres, de savoir qu'on respecte la tradition du Nord de la France et qu'on fabrique ici des gaufres flamandes à partager en famille ? Que, pendant la cuisson, on écoute ses disques des Frères Jacques ? Ca c'était mercredi. Qu'on a rejoué le jeudi le gambit écossais, ce qui est quand même assez gonflé face à un partenaire plein d'allant depuis que le Sade rennais football club est remonté à la quatrième place ? Qu'on s'est rendu le vendredi soir à un potlatch d'anniversaire au cours duquel on vous a filé une guitare dans les pattes et on vous a demandé d'accompagner une chorale improvisée qui a pondu des paroles sur l'air de "La Tristitude" d'Oldelaf ? Qu'on est revenu après à pied dans la nuit sur une route coupe-gorge située dans Rennes même (je ne dirai pas où elle se trouve ça pourrait donner des idées aux frères Rapetou du gouvernement !) ?

Qu'on est allé voir ce dimanche "Shaun le mouton" dans "La Ferme contre-attaque" à l'Arvor et qu'on y a encore été le seul à rire ? Et surtout que les autres quelques soirs libres de la semaine on a regardé sur Arte en replay les épisodes 1 à 5 de "Vanity fair", cette série anglaise adaptée du roman de William Makepeace Thackeray (qui est aussi l'auteur - on l'ignorait - des "Mémoires de Barry Lindon ") ? 

Posté par Joe Krapov à 15:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

All along the watchtower !

Donc, Vanity fair, le générique. La musique du générique. Comme elle a tourné cinq fois déjà, au rythme du "merry-go-round", dans nos oreilles, on s'en va voir, ici précisément, de quoi il s'agit. Et on est stupéfait de découvrir qu'il s'agit d'une version moderne de "All along the watchtower", une chanson de Bob Dylan de 1967, célèbre pour avoir été reprise ensuite par Jimi Hendrix.

La version du groupe Afterhere : 

La version de Bob Dylan :

 Celle de Jimi Hendrix : 

Et - bien entendu - celle de Neil Young (je ne peux pas m'en empêcher
et c'est d'ailleurs celle que je préfère !).



Post-scriptum : Si vous avez une liseuse et préférez le silence de la lecture
au bruit et à la fureur musicale du cinéma,
sachez que le roman de W.M. Thackeray est téléchargeable gratuitement ici.

15 décembre 2019

Les Roses d'Ouessant

Bouclons cette série de billets musicaux en revenant aux M'A2R1 d'O douce. Je continue d'alimenter leur répertoire de chants de marins, même si, en trois années d'existence, c'est devenu une chorale de chants de marrants. Comme un des Alains (ils s'appelent tous Alain et Françoise dans cette chorale, comme dans "Ames fifties" de Souchon !) a demandé "Les Roses d'Ouessant" que certaines et certains ne connaissaient pas, je leur ai dégoté une version "chantée à ma façon" et plutôt que la version des Marins d'Iroise j'ai choisi la version bal à la papa de Dominique Moisan ! C'est trop de la balle ou du bal chez Intemporel ! 

J'ajoute cette vidéo-ci où j'ai reconnu, sans lire les commentaires, le château de la Roche-Jagu et les danseurs et danseuses du Cercle celtique de Paimpol que j'ai photographié.e.s cet été ! Vive la Bretagne ! 

Posté par Joe Krapov à 16:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

09 décembre 2019

Perdu dans la brume à Rennes le 4 décembre 2019 (1)

Où es-tu passé, Joe Krapov ? Eparpillé entre tes trois groupes musicaux pour lesquels tu bosses comme un dingue ? Anéanti par ta laryngite hivernale annuelle ? Evanoui dans la brume du 4 décembre 2019 ?

191204 Nikon 001

191204 Nikon 003

191204 Nikon 006

191204 Nikon 009

191204 Nikon 010
Une semaine de perdition et de déperdition pour ce blog :
tu n'as même pas songé à publier ne serait-ce qu'un lien vers cette géniale adapatation
d'une nouvelle de Marcel Aymé, "Le Passe-muraille" par Dante Desarthe !  

Posté par Joe Krapov à 18:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,