22 septembre 2018

JULIETTE GRÉCO-LATINE !

DDS_525_xoanon_121299846

Evidemment, cette phrase-là ne parle qu'aux Breton.ne.s et aux Normand.e.s :
"Le xoanon en sa folie a mis le mont en Normandie".

C'est une référence vaseuse - c'est le cas de le dire - au Couesnon, le fleuve qui marque la séparation entre les deux régions. Donc je bois Vichy Saint-Yorre - ça change du whisky - et j'élimine.

Xoanon, xoanon, xoanon... En même temps, pourquoi devrais-je entendre quelque chose au grec ? Je ne suis qu'un pauvre latiniste, moi !

J'apprends donc ce jour qu'on dit un xoanon et des xoana. C'est un peu comme en français «Un fût du canon, des noces de Cana», «Un ana pour Ninon, des Annapurna», «Un petit cabanon, des François Cavanna». Ca ne nous mène pas bien loin non plus.

Si ça se trouve d'ailleurs on prononce peut-être "xoanonne" et je me retrouverais à pédaler dans le yaourt avec les fous de la tribu de Dana !

Ca devient vraiment très compliqué d'écrire pour le Défi du samedi. Franchement, est-ce qu'on ne ferait pas mieux d'oublier ces religions que plus personne ne pratique, leurs statuettes divinatoires, le fait qu'elles soient aniconiques...

N'y a-t-il pas derrière le choix de ce mot-là le désir, inconscient ou pas, du Jupiter ou Zeus local, de nous envoyer nous faire voir chez les Grecs ?

Nana Mouskouri, au secours ! Dalida, reviens !

Si c'est ça, je crois que le Pirée t’avenir !



Ecrit pour le Défi du samedi n° 525 à partir de cette consigne : xoanon.

Posté par Joe Krapov à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


16 septembre 2018

Mademoiselle de Joncquières d'Emmanuel Mouret

Cinéma pour les Krapov ce dimanche après-midi. J'ai bien pris soin de ne rien lire et de ne rien écouter auparvantà propos de ce nouveau film d'Emmanuel Mouret. Ce cinéaste-acteur marseillais me fait mourir de rire et d'attendrissement avec ses comédies littéraires dans la lignée d'Eric Rohmer (Changement d'adresse, L'Art d'aimer, Fais-moi plaisir, Caprice, etc.). Ici il s'attaque à un épisode de Jacques le fataliste de Diderot. Un film en costume, donc, magnifiquement joué et accompagné de musiques de Vivaldi. Un régal. 

Posté par Joe Krapov à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 septembre 2018

Les dévédés qu'on a aimés en septembre 2018 : Les Chaises musicales de Marie Belhomme



On a aimé cette comédie romantique "légère, optimiste, humaniste..."
d'abord parce qu'on aime Isabelle Carré
et puis aussi, parce que l'action se déroule à Rennes et dans ses alentours !

Rigolo comme tout de voir la clinique de la Sagesse présentée comme le C.H.U. Pontchaillou et de se retrouver rue Vasselot pour figurer la rue Le Bastard !

Un film vraiment sympathique, avec une belle musqiue d'Alexis HK et une référence à Anne Sylvestre : 

Posté par Joe Krapov à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 septembre 2018

L’ENVOL PLUTÔT RATÉ DU PAPILLON DON JUAN

Lakévio 119 Eléna Yushina 120263392
Tableau d'Elena Yushina

Ce maître du libertinage avait mis dans son escarcelle
Tant d’images de péronnelles et ravi tant de pucelages

Aux jouvencelles du voisinage qu’on chantait sur le violoncelle
La liste assez exceptionnelle de ses nombreux papillonnages !

« Mille tre » décrit ce volage. Mozart commit la ritournelle.
Il advint que ses joies charnelles furent suivies d’un tel tapage

Qu’une ribambelle de rages et de colères de femelles
Vint alerter sa sentinelle, Leporello, le valet sage.

« Don Juan, songez au décollage ! ». Plutôt que de se faire la belle
Il se brûla à la chandelle et s’empêtra dans le voilage ! 

Ecrit pour le jeu n° 119 de Lakévio d'après cette consigne

Posté par Joe Krapov à 21:22 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 août 2018

Une journée de balade au Mans (Sarthe) le 10 juillet 2018 (5)

En arrivant dans la partie du vieux Mans proche de la cathédrale, on ne reconnaît plus rien mais c'est normal : on est en train de mettre en place un tournage cinématographique ! Voilà ce que c'est de voyager dans le temps à larecherche des ses années 80-90 : on a vite fait de se retrouver en 1962 !

180710 Nikon 020

180710 Nikon 013
180710 Nikon 019

180710 Nikon 016

180710 Nikon 017

180710 Nikon 018
Ne croyez pas que j'aie quelque chose contre l'année 1962. Bien au contraire je lui dois mes bonheurs cinéphiliques du moment. En effet j'ai fini par emprunter à la Bibliothèque des Champs libres le coffret de cinq dévédés contenant l'oeuvre filmé de Pierre Etaix. Comment ai-je pu passer tant de temps en ignorant ces chefs d'oeuvres d'humanité, de poésie et de drôlerie que sont "Yoyo" et "Le Soupirant" ?

 

Posté par Joe Krapov à 09:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


16 août 2018

MONSIEUR YOUTUBE M'ÉCRIT

Monsieur Youtube m'écrit... et me fait mourir de rire !

Ami(e)s belges, accrochez-vous ! L'oncle Sam vient, par le biais de ce courrier, d'interdire René Magritte aux moins de dix-huit ans ! Lisez vous-mêmes et contemplez l'objet du délit !

Bonjour Joe Krapov,

Comme vous le savez peut-être déjà, le Règlement de la communauté décrit les contenus autorisés et interdits sur YouTube. Votre vidéo Nagasaki ne profite jamais / par Joe Krapov a été signalée et soumise à examen. Après examen, nous avons conclu qu'elle n'est pas adaptée à tous les publics. Elle a donc été soumise à une limite d'âge.

Restrictions relatives aux contenus vidéo :
En général, les vidéos présentant un contenu à caractère sexuel, pornographique ou présentant de la nudité ne sont pas acceptées sur YouTube. Nous examinons les contenus au cas par cas, et n'autorisons que quelques exceptions quand le but de la vidéo est explicitement d'ordre pédagogique, documentaire, artistique ou scientifique. Dans ce cas, ce contenu peut être soumis à une limite d'âge pour que seuls les internautes autorisés puissent le regarder. 

Posté par Joe Krapov à 10:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 août 2018

Femmes du monde celte au Festival interceltique de Lorient le 9 août 2018

Il existe, dans cet enchaînement des jours d'été où l'on ne doit plus rien à personne qu'à soi-même, des journées presque parfaites. Ce fut le cas de ce jeudi où, en échange d'une prestation de conteuse, sur le coup de 18 heures, à l'Espace "paroles et solidaire" du Festival interceltique, Marina Bourgeoizovna a hérité de deux places gratuites pour assister un concert à 21 heures au grand théâtre de Lorient.

L'occasion de réentendre Marthe Vassallo en bonne compagnie puis de découvrir Uxia la Galicienne et surtout Julie Fowlis l'Ecossaise... Scotchante !

 





Le "Blackbird" des Beatles traduit en gaëlique !

Et maintenant c'est au tour de "E kreiz ar mor" !

Mais qu'est-ce que c'est beau, ce qu'elle en fait !

Programme de la soirée Femmes du monde celte (Lorient 180809)

Posté par Joe Krapov à 16:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 juillet 2018

I love Charleston in Rennes

Puisque les images ne s'affichent toujours pas et que je travaille à la rédaction d'un journal de 12 pages sur Villejean (!) je suis allé faire, entre deux frappes de texte, un petit tour sur Youtube et suis tombé sur cette vidéo très sympa. Bravo les danseurs ! 

Posté par Joe Krapov à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 juillet 2018

Pèlerinage à Dureil (Sarthe) le 9 juillet 2018

L'Auberge des Acacias à Dureil n'est plus. A moins d'une résurrection soudaine, il ne me semble pas que nous reprendrons cette petite route entre Parcé et Malicorne. Elle menait, à travers bois, à une auberge de charme, isolée à l'entrée de village de Dureil, dans laquelle on mangeait très bien. Je me souviens d'avoir imaginé là, pour les enfants que nous avions à l'époque, une histoire à propos de la tête de sanglier suspendues au-dessus de la cheminée : "Dans la cuisine, qui est située derrière, ce sont les pattes et la queue qui sont accrochées !".

Quelques temps plus tard, dans le téléviseur de leur grand-mère, nous avons vu "Lapin chasseur" de Jérôme Deschamps et Macha Makéieff. La même idée de décoration de la cuisine avait été reprise par les auteurs des Deschiens !

180709 Nikon 030

180709 Nikon 032

180709 Nikon 034

180709 Nikon 035

 

180709 Nikon 036

Posté par Joe Krapov à 04:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 juillet 2018

ECRIRE A RIMBAUD ? 16, Catacombe

Monsieur Arthur Rimbaud
B.P. 01 au vieux cimetière 
08000 Charleville-Mézières

Mon cher Arthur

"Quand j’aurai du vent dans mon crâne…"
Boris Vian


La catacombe a été inventée pour rappeler aux humains qu’un jour la cata tombe. Aussi bien sur Taka Takata que sur Emile Combes.

Le cimetière est là pour leur dire leur misère : un jour où l’autre, mortel, tu tomberas du haut des cimes, tu gicleras par la portière, tu finiras au cimetière.

Qu’est-ce que t’incinères, Joe Krapov ? Qu’on devient feu ?

A côté d’Eros on pose Thanatos pour signifier à Emile qu’il ne fera pas de vieux os là ! Un jour ou l’autre on l’a dans l’os. La maladie vous fait la peau, arrive la mort, on s’évapore au dernier port et pour toi cela fut celui des Marseillais.

Mais pour moi mon cher Arthur, tout cela est tabou. Je m’abstiens de toute danse, y compris et surtout de la danse macabre : j’ai décidé une fois pour toutes que j’étais immortel. C’est plus facile de vivre ainsi. Et pour plus de sécurité, pour parfaire mon bonheur de touriste de 2018, je retourne de plus en plus souvent vivre dans les années 60 et 70.

Ainsi l’autre samedi ai-je acheté 34 numéros de Charlie mensuel, un journal de bandes dessinées dont le rédacteur en chef, Georges Wolinski, est décédé dans l’attentat contre Charlie-hebdo en janvier 2015.

Ainsi ai-je visionné « Living in the material world », un film de Martin Scorsese consacré à George Harrison, le guitariste le plus mystique d’un groupe appelé les Beatles qui connut un certain succès de 1963 à 1969, année érotique plus que thanatotique.

Ainsi, par association d’idées, suis-je retourné en pensée mettre vingt centimes de franc dans le juke-box d’un café de Carvin (Pas-de-Calais), chez Jean-Pierre, où nous allions, à une certaine époque, chaque samedi soir, au siècle dernier. Inlassablement j’y écoutais, du même Harrison le 45 tours « Is n’t it a pity ». Je ne comprenais rien aux paroles mais j’étais amoureux fou de cette musique lancinante. L’après-midi qui précédait nous avions joué de la musique électrique dans la cave parentale transformée en lieu de répétition underground. Les rockers aussi étaient un peu caves, ce qui me ramène aux catacombes.


Quand j’aurai du Vian dans mon crâne, à l’automne, comme tous les pékins, je ne danserai plus la java des chaussettes à clous ni le joyeux tango des bouchers de la Villette. Il faut évoluer : de nos jours les policiers utilisent le teaser, le flashball et la grenade et tout le monde devint plus ou moins vegan.

Je n’entamerai pas plus l’interminable tango des perceurs de coffres-forts : celui-là vous mène directement en prison sans passer par la case départ et, derrière les barreaux, avant de mettre un terme à cette écriture de lettres folles je pose et repose la question essentielle te concernant :

Arthur ? Où t’as mis le corps ?

Engagé dans l’armée hollandaise en 1876 tu suivis le mouvement jusqu’à l’île de Java (des bombes atomiques !). Là, tout dépité de n’y avoir pas rencontré la dénommée Riquita, tu as déserté, tu as fait quarante-huit kilomètres à pied et tu as réembarqué pour regagner Charleville-Mézières en décembre !

Arthur, où t’as mis le corps du délit ? Tu n’as répondu à rien, tu as brûlé les questions et tu restes à jamais de ce fait le déserteur ultime de l’année 1876 et de celles qui ont suivi.

T’es snob ou quoi, Rimbaud ? Cela fait un an que je t’écris et jamais personne ne me répond jamais ! Tout le monde doit être occupé à surfer sur l’écume des jours ! Ou à boire systématiquement, comme toi, sa prime d'engagement !

Comme j’ai finalement compris, moi aussi, ou plutôt déduit, que ce salaud d’Arthur était au paradis, je retourne dans le mien chanter comme une cigale au milieu des fourmis.

Reçois, avec mes remerciements pour nous avoir fait rire un peu depuis un an, mes très poétiques amitiés !

En toute confraternité !

Ecrit pour le Défi du samedi n°514 d'après cette image.

DDS 514 120595126