19 février 2018

Choses vues à Rennes le 3 juin 2017 (6)

170603 Nikon 031

170603 Nikon 032

170603 Nikon 033

Ici a vécu, de 1899 à 1905,  Jean de La Varende, écrivain fort oublié.

170603 Nikon 035
Tu en auras peut-être si tu le demandes plus poliment et si tu arrêtes d'écrire sur les murs !

170603 Nikon 041

Regardé hier soir le dévédé "Bowling", un film de fiction de Marie-Castille Mention Schaar. Cela parle d'une équipe féminine de bowling et de la fermeture contestée de la maternité de Carhaix en 2008. Bien ri de ce genre de répliques :

- Ben dites donc, vous n'êtes pas tendres entre Bretonnes !
- Mais elles, ce ne sont pas des Bretonnes, ce sont des Rennaises !

Posté par Joe Krapov à 14:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


01 février 2018

SALUT LA COMPAGNIE CRÉOLE !

170708 Nikon 131Famille décomposée, famille recomposée… va, je ne te hais point !

- Célimène ! C’est l’hymen ! » hurlait la foule en liesse.

Au mariage de ma femme, j’ai un peu forcé sur le ti-punch ! Comme on dit aux Antilles « A fos makak karésé ich li, i tjwé li ! ». A trop vouloir bien faire, à trop vouloir caresser la famille dans le sens du poil, le singe qui est en nous en arrive à faire des conneries irrémédiables ! Vaste kouyonad !

De fait, ça m’a fait chaud au cœur de revoir Simone, la jolie cousine de ma femme.

- Invite-la à zouker ! m’a dit celle-ci. Elle sort d’un tourment d’amour. Danser, c’est bon pour le moral !

- Allez, en voiture, Simone ! ai-je dit à la cousine en engouffrant mon sixième planteur. Ne restons pas plantés là, viens pleurer contre mon épaule, on va danser collé-collé !

- Kolé séré, on dit, Arthur ! T’as raison ! Amba latè pa ni pléji. Sous terre il n’y a pas de plaisir ! Je ne vais pas me laisser abattre par la maladie d’amour !

Je me suis mis en position, j’ai posé mes mains sur son pétard et j’ai tout de suite senti que sous cette robe de satin il y avait le 14 juillet garanti, du feu d’artifice pour toute la nuit, la machine à danser au top dans le Ghetto  du Gotha !

- Il y a le diable dans la maison ! m’a glissé Simone à l’oreille.

- Ca veut dire quoi, ce proverbe-là ?

- Ce n’est pas un proverbe. Ca veut dire que je sens ton revolver !

- Ce n’est pas un revolver, c’est une banane !

- Ca s’épluche pareil !

170708 Nikon 127

Oui, ça m’a fait chaud au cœur de revoir Simone d’aussi près mais on était au mariage de ma femme et je n’allais pas entrer à nouveau dans la famille quand même, qui plus est à la mode de Bretagne ! Sauf qu’en Bretagne ce n’est pas une banane, c’est une andouille de Guémené. Heureusement la musique s’est arrêtée.

- Depuis le temps qu’il tape sur des bambous le musicien n'est pas loin d'en attraper un coup ! Donne-lui tout de même à boire, dit mon beau-père en me tapant sur l’épaule. Alors je suis allé au bar avec les musiciens.

Leur chanteuse s’appelait Amélia.

- Viens donc prendre le frais dehors, beau blond ! m’a-t-elle susurré en me prenant par le bras.

Je ne suis pas ce qu’on peut appeler le tombeur de ces dames mais à ce moment-là, avec le rhum que j’avais rajouté au bar avec les musicos, j’étais prêt à « fè an pat chat mawon » ! (faire un pas de chat sauvage).

- Je connais de bons baisers de Fort-de-France, m’a-t-elle dit en me caressant l’arrière de la nuque dans un coin d’ombre. Viens donc un peu sous les palétuviers !

Heureusement pour moi, avant que je n’aie vu les laitues et l’évier, ma belle-mère est venue battre le rappel des musiciens. La fiesta a repris de plus belle.

J’aurais pu garder de très bons souvenirs du mariage de ma femme mais j’ai encore bu du rhum avec Brigitte qui m’a proposé une soca-party sur la plage. J’aurais pu accepter le marché de Marie-Galante (Shala shala, Arthur ?) mais j’ai prié pour rester intègre, pour que toute la désirade qui montait dans cette ambiance débridée s’éteigne dans le trémoussement des corps sur la musique. Bien sûr c’était dur parce qu’il ne faut pas laisser l’amour s’enfuir mais j’étais quand même au mariage de ma femme ! Yaka danser, comme on dit, pour évacuer l’énergie, fût-elle sexuelle, de ces jolies filles de couleur café.

Quelques ti-punchs encore et voilà que m’alpague la tante Rosalie. Bon ça va avec elle j’étais à l’abri ! Merci, Seigneur, de ne pas m’induire perpétuellement en tentation !

- Arthur, m’a-t-elle demandé, toi qui as été commissaire-priseur à Pointe-à-Pitre, est-ce que tu veux bien venir voir là-haut ? Il y a là une toile de petit maître que j’aime à la folie, j’aimerais avoir ton avis sur son origine.

Enfin un peu de sérieux dans ce monde en chaleur animale ! J’ai suivi la tante Rosalie au grenier. Elle m’a montré le tableau. Aïe ! Quelle vieillerie ! J’ai soufflé sur la poussière, déniché la signature. Instant de stupeur. Incrédulité. Oh la bonne aventure, ô gué ! Petit maître, petit maître ? Attends Rosalie, c’est le bal masqué ici ! Henri Rousseau ! Henri Rousseau !

J’ai voulu révéler la chose à la tante mais c’était trop tard ! Elle m’avait déjà poussé sur un vieux matelas et s’activait sur ma canne à sucre. Au secours, Alice ! Ca glisse au pays des merveilles ! Sans que j’aie rien vu venir je me suis retrouvé sans chemise, sans pantalon, chevauché sauvagement comme un petit maître-étalon, fruit de la passion ravageuse et ravagée de la tantine Rosalie ! Je peux vous dire que dans ce genre de situation, si ça fait rire les oiseaux de passage, ça ne détend pas le perchoir où elle est juchée pour autant !

Là-dessus ma femme est arrivée avec toute la noce derrière elle ! Bonjour le scandale dans la famille !


170708 Nikon 148

Après fèt se graté tèt : après la fête on se gratte la tête. Le lendemain je me suis souvenu que ce n’était pas le remariage de ma femme mais son premier mariage et que j’étais moi-même le marié, l’heureux élu. Et l’élu ramassait une veste, sa veste.

- Tout est rompu, mon gendre !

On m’a demandé de divorcer, de prendre mes cliques et mes claques et de retourner en métropole, ce que j’ai fait sans barguigner.

J’ai bien sûr emporté dans ma valise le cadeau du ciel. Mais non, pas la tante Rosalie, la toile de petit-maître ! Je l’ai revendue et j’en ai tiré quelques millions de francs. Pendant quelques temps ma vie a ressemblé à celle des rois de Byzance à Belle-île-en-Mer.

Vive Souchon et Voulzy ! Vive le douanier Rousseau !

(Extrait des « Souvenirs d’un explorateur heureux » d’Arthur Rimbaine
à paraître aux éditions Paul Verlaud en mars 2018).

 

Pondu à l'atelier d'écriture de Villejean le mardi 30 janvier 2018
d'après la consigne ci-dessous.
 

CONSIGNE D'ÉCRITURE 1718-17 DU 30 JANVIER 2018 A L'ATELIER DE VILLEJEAN A RENNES

Chansons « créoles »

Insérer au moins cinq titres de cette liste dans un texte qui parle d’île, de plage, de soleil ou de rhum.

Africa Music - Aïe - Amelia - Au Mariage De Ma Femme - Ba Moin En Tibo - Belle-Ile-En-Mer - Bons baisers de Fort-de-France - C'est bon pour le moral - Ca fait rire les oiseaux - Chaud Au Cœur - Collé collé - Dans le jambo - Faut Pas Laisser L'amour S'enfuir - Invit'la A Zouker - J'ai Prié - L'année Cannelle - La Bonne Aventure - La désirade - La fiesta - La machine à danser - Le 14 juillet - Le bal masqué - Le cadeau du ciel - Le diable dans la maison - Le Marché de Marie-Galante - Ma première biguine partie - Moin Aime Ou - Moin Di Yo - Paris Paris (plus jaloux) - Santa Maria de Guadeloupe - Scandale dans la famille - Shala Shala - Simone - Soca party sur la plage - Viens pleurer - Viva La Fiesta - Vive le douanier Rousseau - A La Folie - Alice ça Glisse - Au Top Dans Le Ghetto - C'est Bon Pour Le Moral - Célimène - Couleur Café - Fruit De La Passion - Il Tape Sur Des Bambous - Kolé Séré - Le tombeur - Ma Canne A Sucre - Maladie D'amour - Mexico - Rosalie - Salade De Fruits - Sans Chemise Sans Pantalon - Tourment d'amour - Yaka Dansé

(Il s'agit de chansons de "La Compagnie créole" et de Francky Vincent ;
on pouvait aussi se servir de quelques proverbes créoles recueillis ici)


25 janvier 2018

La vidéo du 25 janvier 2018

Trouvée à l'instant ! 
J'ignorais ce duo-là, relativement improbable, la version féminine de la chanson et le finale ahurissant !

Posté par Joe Krapov à 16:31 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 janvier 2018

Pendant ce temps à Rennes le 27 décembre 2017 (2)

171227 265 005

171227 265 006

171227 265 007

Ces affichettes et autocollants sont toujours l'occasion de découvrir d'autres mondes musicaux ! Un peu comme quand on s'intéresse aux gens qui tournent autour de Rimbaud, mais en plus rapide et en plus agréable ! ;-)
Les explications suivront demain ! 

Posté par Joe Krapov à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


02 janvier 2018

ECRIRE A RIMBAUD. 12, Thuriféraire

Monsieur Arthur Rimbaud
B.P. 01 au vieux cimetière 
08000 Charleville-Mézières

Mon cher Arthur

"Entends-tu les clochettes tintinnabuller ?"
Graeme Allwright

 

171222 265 075

Nous autres les thuriféraires de la poésie volatile, les apôtres des hashtags #balancetonencens, #diffusetonpatchouli, #assumetonbabacoolisme et #décroissantsaubeurre, nous avons fort à faire ces jours-ci avec les sommations de la société de consommation.

Nous voici à peine sortis de la célébration coûteuse et somptueuse de la naissance d’un fils de pauvre dans une étable que d’aucuns songent déjà à remettre le couvert le 31 décembre pour commémorer la venue au monde de Jean-Marc Sylvestre, le thuriféraire n° 1 du libéralisme galopant nez au vent, ou pas, sous sa bannière emplie d’étoiles.

Consommons ! Consommons ! Consommons la dinde et le marron, les serpentins, les cotillons, les canapés sur le napperon, la veuve Clicquot, le Dom Pérignon, soignons-nous aux petits oignons, gavons-nous jusqu’au troufignon de foie gras d’oie, foie gras d’oie voilà les Dalton !

Car il ne sert à rien de jouer les Harpagon, Picsou nageant dans ses millions, d’avoir la passion des actions et d’honorer le dieu Pognon.

Claquons tout ! Soyons fous ! Sauf que moi je ne le puis. Mon bonheur sur cette Terre me coûte excessivement peu cher. Je suis le thuriféraire des captations de lumières ; l’objectif de ma prêtrise est de dispenser des bêtises et mon déguisement en Merlin l’encenseur ne vise que des petits bonheurs, ceux qui n’ont pas de prix parce qu’ils sont gratuits.

170710 265 045

J’opère en toute simplicité d’esprit et – beati spiritu pauperes – je m’en trouve bienheureux. J’entre dans les églises pour aimer leur silence et faire mon miel photographique de leurs vitraux. C’est par-là que je crois au mot «divinité». A ce jeu-là, si c’en est un, il me semble que nos chemins sont à l’inverse.

Y a-t-il un coeur sous ta soutane d’autrefois ? Qu’est-ce qui bave à la poupe sinon l’encre d’un certain fiel ? N’était-il pas par trop facile de retourner Verlaine comme tu le fis à chaque fois ?

Sur le bateau ivre de la photographie, dans cette chapelle marginale, ne rencontré-je pas, de mon côté, un certain mysticisme planant ?

Là où nous nous rejoignons, finalement, c’est au désert ! J’écarte soigneusement les humains de mes paysages, tel un herboriste rousseauiste et me réjouis des attraits des bois et guérets de la Creuse.

Mais je ne dédaigne pas pour autant les portraits de groupe, la sainteté volée des musiciennes au travail ou la gaîté posée ou joyeusement éclatée des carnavaleuses complices.

J’adore aussi ces krapoveries à la W.C. Fields qui me viennent je ne sais comment : « Ca y est ! Je me suis encore fait avoir. L’estomac plein, le cœur au bord des lèvres. Fruits de mer, pâté en croûte, vins, Champagne, chocolats, gâteaux. Trop, trop, trop. Pourquoi ai-je tant participé à ces festivités alors que je ne crois même pas au Père Noël et encore moins à sa naissance à Bethléem entre un bœuf et un âne ? En Laponie, entre deux rennes, passe encore ! ».

A part ça j’ai découvert ce week-end un bien plus terrible thuriféraire que nous autres. Il s’agit de Pierre Michon dont, jusqu’à la semaine dernière, le nom et l’oeuvre m’étaient inconnus.

Ce monsieur s’est fait une spécialité d’écrire autour des portraits, d’en dresser de bien littéraires à des moments-clés de la vie des glorieux. Dans son livre «Le corps du roi» il nous met sur la table des lois son idolâtrie pour Samuel Beckett et William Faulkner se faisant portraiturer chez un photographe ou nous dépeint Gustave Flaubert sortant pisser un coup dehors après avoir mis le point final à la première partie de "Madame Bovary". A tous les coups Michon a dû écrire quelque part une prose poétique du même acabit sur Proust. A bon entendeur, Port-Salut ! Voilà, c’était une idée de cadeau à rechercher pour votre oncle de Belgique !

Mais surtout j’ai appris en parcourant les Cahiers de l’Herne à lui consacrés qu’il a commis un «Rimbaud le fils» dont je ne peux pas te dire grand-chose car il était sorti, comme tous les livres de Michon, de la bibliothèque où j’ai mes habitudes. J’ai d’autant plus d’appétence pour cette lecture que son projet de départ était d’écrire sur ton frère, Frédéric Rimbaud, le conducteur d’attelage ! Je trouve cette idée géniale, gaguesque à souhait mais je doute qu’il en ait fait un bouquin réellement rigolo.

Voilà, mon cher Arthur, ça sera tout pour aujourd’hui. Ite missa est !

Je t’envoie mes salutations distinguées de thuriféraire de Sainte-Boîte-à-lettres-du-Cimetière qui me permet depuis six mois maintenant de correspondre avec un mort d’importance !


P.S. Ceci n’est pas une grossièreté : existe-t-il pareille boîte à lettres dédiées au cimetière de Montcuq ? Car je me ferais bien aussi le thuriféraire de Nino !
 



Ecrit pour le Défi du samedi n° 487 d'après cette consigne : Thuriféraire

18 décembre 2017

Voix nomades en concert à Guillaume Régnier le 17 décembre 2017 (4)

P.S. Je laisse à Voix nomades le soin de publier - ou pas ! – l’enregistrement après découpage pour son usage personnel. Hormis ces photos, je ne partagerai donc pas ici mon tout nouveau trésor. Par contre je veux bien vous faire entendre deux ou trois versions à nos oreilles également aimables de chansons entendues hier, retrouvées sur le net chantées par des interprètes également talentueux-ses ! 











Et sinon, Voix nomades est sur Google + avec un certain nombre de ses vidéos plus anciennes.

Posté par Joe Krapov à 13:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 décembre 2017

Choses vues à Rennes le 9 décembre 2017

171209 265 001
Alors que je gagne toutes mes parties du mardi, quelqu'une dans cette maison
insinuerait-elle que je joue comme un pied ?

171209 265 003
L'arbre qui n'a rien compris à l'automne
ou qui a trouvé un truc pour résister à l'hiver !

171209 265 005
Ca n'a rien à voir avec ce graff qui aurait presque pu illustrer mon dernier Défi du samedi mais je suis très content de cette krapoverie-ci, de cirque-Constance, pondue hier soir en commentaire chez les Impromptus : "On a tous en nous quelque chose de Memphis Tennessee ou de Shakespeare Williams : un tramway nommé Elvis Hamlet !"

171209 265 006

Cloche à fromages ?

171209 265 008

 Si j'étais un charpentier...

28 novembre 2017

La vidéo hilarante du 28 novembre 2017



J'essaie de mettre cette chanson dans mon ukulélé. Il en existe des tas de versions sur Youtube et je suis tombé hier sur celle-ci. Si la jeune dame n'obtient pas le prix d'interprétation musicale, je lui attribue pour ma part le prix du plus joli sourire et le prix de la mise en scène. Si vous désirez apprécier ses hilarants talents de transformiste, je vous en livre une autre et vous renvoie vers sa chaîne, ici.

Posté par Joe Krapov à 11:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

23 novembre 2017

P COMME PARAPLUIE

170809 265 093

Je me souviens encore très bien de ce concert du groupe Nirmaan à Transat en ville. J’y suis descendu tout seul avec mon pliant sur l’épaule. Ce jour-là, comme il avait plu, le pliant sur l’épaule a été l’assurance de poser ses fesses sur une surface de toile sèche. Parce que les transats étaient plutôt en vrille ! De jolies flaques invitaient les grenouilles, de bénitier ou pas, à aller s’asseoir ailleurs ou à rester debout.

La chanteuse indienne était très jolie, la musique exotique à souhait même si jouée au saxophone amplifié et déformé par des pédales d’effets. J’ai pris des photos mais on voit surtout dessus le parapluie du mec devant moi qui offrait un coin de paradis sec à sa voisine. 

170809 265 009

Sur la fin du concert je me suis levé et rapproché pour aller m’agiter au pied de la scène. C’était justement la danse du chameau et il s’était remis à pleuvoir. Chaude ambiance pourtant, rappels à répétitions, danseurs en transe. Puis je me suis éloigné, j’ai fait le tour de la place et photographié les parapluies. J’en ai mitraillé un qui était très joli, orné de représentations des bâtiments les plus emblématiques de Rennes. Et puis à un moment une dame m’a demandé : « Vous ne vous êtes pas inscrit pour la visite nocturne de Rennes ? Il est encore temps de le faire ! ».

Je lui ai répondu : « Non, désolé. Je ne peux pas, on m’attend chez moi ». Ce n’était même pas vrai : Maina Bourgeoizovna était encore à une soirée contes ou un truc comme ça. Mais je me connais et je l’ai reconnue, la fille de l’Office de tourisme : c’était la petite dame blonde de Rennes-en-Délires ! Dans le roman interactif elle s’appelle Isabelle Caffi et elle est un avatar d’Isaure Chassériau.

Bien sûr, j’aurais pu la suivre. Je pouvais prévenir mon épouse puisque j’avais, depuis très peu, un téléphone portable. Mais vous me voyez écrire un premier SMS tel que celui-là : « Je rentrerai plus tard : j’ai rencontré Isaure ! » ?

C’est des coups à avoir une scène de ménage avec son odalisque ! 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean 
le mardi 21 novembre 2017 d'après cette consigne.