17 mars 2013

L'EMPREINTE DE L'INSPECTEUR / Mata-Haryvonne : quatrième de couv. par Joe Krapov

 

couverture roman mata-haryvonne l'empreinte de l'inspecteur

Mai 68 dans le Finistère ! Toutes les écoles sont en grève et les élèves du primaire ont droit à des vacances forcées. Même l’inspecteur d’académie, Raymond Quercabellec s’octroie, contraint et forcé, un repos anticipé. Non loin de Lesneven, il a posé, dans un champ isolé, sa caravane pliante nouvellement achetée. Mais depuis son arrivée, des phénomènes mystérieux commencent à faire jaser dans Plouescat : Des chèvres disparaissent, la statue de la Vierge verse des larmes de sang dans l’église locale et les jeunes filles qui vont se baigner ont l’impression d’être épiées dans la dune de Ker Emma.
Bien qu’il porte un mince collier de barbe, Raymond Quercabellec n’est-il pas le bouc émissaire tout trouvé pour un règlement de comptes purement local ?
Ecrit par une enseignante sous le pseudonyme de Mata-Haryvonne, ce roman policier humoristique apporte la preuve que son auteur connaît autant l’éducation nationale que les traditions régionales ! Plus que le raisiné le cidre coule à flots et le lecteur se paie quand même un sacrée pinte de bon sang car parmi les personnages de cette kig ha farz grandiose, il y a aussi un vampire qui joue du blues !

Ecrit pour l'Atelier d'écriture de Villejean le 12 mars 2013.

 


ARE THERE ANYMORE REAL COWBOYS ? par Joe Krapov

Ils sont venus dès qu'ils ont entendu ce cri, ils sont tous là, il va mourir, Wang Pekin Pao !

Pour l'instant ils font antichambre en bas, dans l'immense salon de réception de cette grande propriété américaine.

Ils lui doivent tous un peu de leur situation au patriarche milliardaire. C'est pourquoi ils se taisent et se toisent en attendant que le vieux clamse.

Là-haut dans sa chambre, le mourant tire sur sa pipe d'opium car il n'est pas encore temps de la casser tout à fait. Il a l'air aussi tranquille qu'un missionnaire de l'église baptiste mais ce n'est qu'apparence. Sa vieille épouse, silencieuse à ses côtés, sait bien qu'il attend et elle sait qui il attend.

- Pas d'autres nouvelles du petit-fils ? demande-t-il entre deux ronds de fumée.
- Son avion a atterri à 12 h 13. J'ai envoyé le chauffeur le prendre à l'aéroport.
- C'est bien. Passe-moi la photo.

De son grand-père, Sam Pekin Pao, il ne lui reste que cette photographie. Encore ne représente-t-elle ni le vieil immigré édenté qu'il a connu enfant ni le jeune architecte immigrant dont les sacrifices et les efforts sont à l'origine de la réussite familiale sur le territoire des Etats-Unis. Il s'agit en fait d'une ferme située là-bas en Chine. L'aïeul y avait exécuté son premier contrat. On l'avait mis au défi de réaliser une porte un peu spéciale.

MIC 2013 03 11 farmhouse door, sam hakes

De fait, ce travail relevait de la gageure : à part cinquante centimètres au sol, le chambranle de la porte à créer était régulièrement circulaire. Tous ses prédécesseurs s'y étaient cassé les dents pour une raison bien simple : s'ils ne mettaient qu'un seul gond, le poids de la porte une fois ouverte et l'équilibre précaire du cercle reposant sur un seul point au sol n'avaient qu'une conséquence : la porte se cassait la gueule, le gond se descellait, tout était à refaire.

Ceux qui posaient un deuxième gond se trouvaient dans une position pire encore : la porte ne pivotait plus !

Grand'père Sam faisait rire toute la famille en racontant à sa façon comment il avait coupé la poire en deux : « Quand l'imbécile montre la Lune, le sage regarde les croissants qui la précèdent et qui la suivent. Si tu veux être un battant dans la vie, commence d'abord par en imaginer deux pour ta porte ! »

Comme le jeune homme, à l'époque, ne manquait pas de ressort, il en avait ajouté deux et la porte se refermait automatiquement comme si un groom magique et invisible était chargé de cela. Fier de sa trouvaille, il avait monté son entreprise puis émigré aux Etats-Unis. Il y avait fait fortune en plaçant un peu partout et notamment à l'entrée des saloons qui faisaient florès à l'époque sa porte « Pekin Pao ».

MIC 2013 03 11 porte de saloon

 

Tout cela était très loin maintenant et la Pekin Pao Enterprise vendait maintenant des immeubles entiers équipés de cellules photo-électriques, d'informatique intégrée, des appartements intelligents dans lesquels tout était programmable et programmé.

Tout comme son grand-père Sam, le vieux Wang avait réussi pleinement sa vie et il serait bien parti tranquillement vers les prairies de l'Eternel, une nouvelle vie dans un nouveau corps ou même vers « rien du tout où on vous foute la paix » si une question annexe, ridicule et superfétatoire ne l'avait pas taraudé ces dernières années. Une question d'autant plus stupide que ce souvenir ne lui appartenait même pas en propre ! Il n'empêche, elle lui faisait le même effet qu'un petit caillou dans la godasse du randonneur.
Et c'est son propre petit-fils qu'il avait chargé de LA mission. Zozo Pekin Pao venait de passer six mois au pays des ancêtres. A force d'explorations au pays du fleuve jaune et de questions posées au pays du fleuve bleu, il avait fini par retrouver l'endroit, le mur de ferme demeuré intact avec son trou circulaire. De là-bas, il avait envoyé un double de la photo que le vieux tenait maintenant serrée contre son cœur.

Soudain Wang entendit crisser les pneus de la voiture sur le gravier de l'allée. La limousine s'immobilisa devant le perron.

Zozo en descendit, cravaté, vêtu d'un costume bleu ciel, l'attaché-case traditionnel à la main et les lunettes à monture d'écaille sur le nez. Il ne salua personne dans le hall alors que tous les regards inquiets du salon de réception s'étaient tournés vers le nouvel arrivant.

Il grimpa l'escalier quatre à quatre, rectifia le nœud de sa cravate et frappa à la porte de la chambre. Sa grand'mère lui ouvrit la porte. Il l'embrassa. Elle essuya une larme, lui serra le bras et elle sortit de la chambre, le laissant seul avec l'ancêtre.

Il s'approcha du lit, regarda Wang. Le grand-père avait le teint cireux mais l'œil encore vif, les mains croisées sur la poitrine. Il s'inclina respectueusement devant l'aïeul.

- Alors, demanda le vieux. As-tu la réponse ?

Zozo s'assit, posa son attaché-case sur le sol. Il croisa les jambes, étira les bras.

- J'ai la réponse, grand-père !
- Toute une vie, Zozo ! Toute une vie ! On peut être actif toute sa vie, tout comprendre à l'économie, faire de l'argent, réussir financièrement, socialement, se rendre indispensable à ses contemporains, avoir la reconnaissance des puissants de ce monde. Il y en a même, excuse-moi, mais nous sommes entre hommes, n'est-ce pas, qui font des étincelles avec leur bite et qui la mettent dans toutes les prises de courant qui passent à leur portée !
- J'ai toujours évité de loger dans une suite qui aurait porté le n° 2806, grand père. Je sais que ce nombre porte malheur !
- Tout est possible, tout est réalisable dans une vie humaine. La science et la conscience n'ont cessé de nous faire progresser mais personne ne peut rien contre le caillou dans la godasse ! Et parfois tu te déchausses, tu secoues, tu as l'impression que le caillou tombe et quand tu remets la grolle il y a toujours une pointe qui te rentre dans le talon.
- Tu te trompes, grand-père Wang. L'obstination humaine vient à bout de tout.
- Ca m'aurait vraiment fait mal au cul de partir sans savoir pourquoi cet architecte de merde a imaginé une porte ronde à cette ferme pourrie d'où toute notre histoire est partie !

Il reposa la photo sur la table de chevet.

- Est-ce qu'on était seulement en état de deviner ?
- C'est un peu tordu, de fait.
- Vas-y, dis. Attends, avant, remonte mon oreiller !

Le petit-fils s'exécuta.

- Alors ?
- C'était l'enceinte d'un élevage.
- Mais encore ?
- Un élevage de paons.
- Je ne comprends pas ? Ca explique quoi ?
- Le paon fait la roue.
- C'est aussi con que ça ?
- Si on veut. Mais ses plumes sont très recherchées. Elles servent dans la mode et la chapellerie.

Le vieux tira une longue bouffée de sa pipe. Ses yeux pétillaient de malice désormais.

- Toi, tu me caches encore quelque chose !
- Ca m'a donné une idée, grand-père. J'ai racheté tous les élevages de paon que j'ai pu trouver là-bas.
- Et ?
- Et j'ai aussi racheté la fabrique de chapeaux de Phenix. Et les droits de la chanson de Maurice Chevalier.
- J'ai compris. Tu vas lancer... Tu vas relancer... Le chapeau de Zozo !

Le jeune technocrate esquissa un sourire. Ce grand-père Wang quand même, quelle culture, quelle complicité !

- Donne-moi mes bottes, Zozo et décroche mon Stetson de la patère. Tu vas me raconter tout ça plus en détail au restaurant !

Bientôt le vieil homme ne ressemble plus du tout au mourant qu'il était il y a encore une heure. Puis, suivi d'un jeune type effacé et admiratif, le vieux cow-boy fringant descend le grand escalier.

- Rentrez chez vous, bande de fainéants, lance-t-il aux éplorés silencieux du salon de réception. Nous avons encore à faire ici-bas ! Les Chinois viennent de réinventer la roue !

Ils en restent muets de surprise !

Ecrit pour "Un mot une image, une citation" du 11 mars 2013.

Le titre du texte est aussi celui d'une chanson de Neil Young :


Posté par Joe Krapov à 22:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

DRÔLES DE NUMEROS (Joe Krapov)

20 000 a peur des profondeurs et craint les capitaines comme personne.

69 ne prend jamais le volant quand il y a du verglas : il n’aime pas l’idée du tête à queue.

666 a peur qu’on l’envoie se faire voir chez les Grecs. Il aime bien Aphrodite mais pas trop ses enfants.

813 a peur qu’on le cambriole pendant que sonnent les huit coups de l’horloge dans l’ile aux trente cercueils.

747 souffre d’aérodromphobie et 714 ne veut pas s’envoler pour Sydney.

3,1416 est hypocondriaque : il peur que ça ne tourne pas rond dans sa p’tite tête ou pis encore.

6,35, 7,65 et 12,7 ont peur des armes à feu.

5000 craint de tomber du quai en arrivant au port.

22 a en horreur les bavures policières et 36 craint de voir des étoiles au même n° du quai des Orfèvres.

404 n’aime pas les erreurs.

732 se met martel en tête à cause des migrations internationales.

421 a du mal à entrer en piste : il se sent mal armé face aux coups du hasard.

451 a peur pour sa bibliothèque quand il fait chaud.

33 est comme moi : il traîne les pieds et tire la langue chaque fois qu’il est nécessaire d’aller chez le médecin !

130314 001



Ecrit pour Le Défi du samedi n° 237 et publié le samedi 16 mars 2013

10 mars 2013

L'EMPORTER AU PARADIS ?

Vêtue de probité candide et de lin blanc
Voici qu’on m’a collé des ailes dans le dos
Et mis une auréole en guise de chapeau !
C’est quoi ce carnaval dont je me bats le flanc ?

Pourquoi m’expédier là ? Je n’ai rien fait de mal ?
Et pourquoi m’habiller de cette camisole ?
Dès le premier abord, c’est sûr, il me désole
Ce monde aseptisé comme un grand hôpital !

Que l’on me débarrasse, enfin, de ces atours !
Permettez-moi, mon Dieu, de faire demi-tour :
J’avais tout ce qu’il faut pour faire une diablesse !

MIC 2013 03 04 oeil

S’il est vrai qu’on retombe en enfance en enfer,
Laissez-moi avouer mon rêve et ma faiblesse :
Je veux chauffer mes fesses auprès de Lucifer !

MIC 2013 03 04 Angelique_Marquise_des_anges

 Ecrit pour "Un mot, une image une citation" du 4 mars 2013

Posté par Joe Krapov à 11:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

CA TE BOTTE, ANNICK ?

CA TE BOTTE, ANNICK ?

- Il est temps !
- Ouais, il est temps qu’on y aille, y’en a marre de coincer la bulle.
- Marre d’être coincé du bulbe, surtout
- Je me sens tout rachitique !
- Allez, on sort !


***

- Waoh ! Super ce parc !
- Et ce ciel bleu ! Ce soleil !
- Eh les gars, si on montrait aux passants comme on a des étamines réjouies !
- Ah la la, ce Marcel alors ! Quel exhibitionniste !
- Toujours le mot pour rire ! Il ne perd jamais une occasion de déconner !
- Je ne perds jamais les pétales non plus! Allez les p’tites abeilles, faites comme les plagiaires littéraires ! Pompez, pompez !
- Je ne voudrais pas jouer les rabat-joie mais je vous signale tout de même que nous ne sommes pas des angiospermes !
- Ah la la ! Quel diplodocrocus, celui-là ! On le sait bien Savant Cosinocrocus ! C’était de l’humour !
- Je tenais à ce que cette mise au point soit faite, Autofocrocus ! Nous avons affaire à un public évolué ici, pas à du vulgum pebrocrocus.
- Oh l’autre, eh ! Comme il cause en latin ! Mais en fait, foi de Mordicrocus, tu as tout faux. Nous sommes bien des angiospermes. Des plantes à corme, pas des plantes à bulbe ! Ca change tout !
- Hou les cormes !
- Sacré Marcel !
- Eh, regardez, voilà Maya l’abeille ! Ah non, non, la bestiole ! Tu chatouilles trop ! Ah ah ! Qu’est-ce que c’est bon ! Oh oui, continue !
- Ouais, c’est bon de vider son sac et de dire des conneries. Il était temps ! Ca suffisait bien de rester sous terre et se taire !
- Comme des Irlandais !
- Sacré Marcel !

Où voir la joyeuse bande

Posté par Joe Krapov à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 mars 2013

ALLEZ OUVRIR, FLORENCE !

Qui a sonné ? Qui sonne ?

Les musiciens sonnent :

Doc et Mère l’Oye te sonnent
Grace Slick et Jeff R. sonnent
George « While my guitar gently weeps » Guétary sonne
Paul Simon et Art Garfunkel et Mrs Robin sonnent
L’oncle George Bens sonne

Les scientifiques sonnent :

Thomas et Eddy sonnent
L.M. Enter-Moncherwat sonne

Les militaires sonnent :
L’amiral Neil sonne

Les motards sonnent :
Quand ils n’ont besoin de personne, Jean, Karl et David Sonnent

Les animateurs de télé sonnent :
Bertrand Renard, voyelle, voyelle et con sonnent

Les évadés sonnent
Les frères Dalton, Averell, William, Joe, Jack sonnent

Les clowns sonnent :
Kiri et Hélène I. sonnent

Tous les autres utilisent le heurtoir.

 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 236 mis en ligne le 10 mars 2013

Posté par Joe Krapov à 13:09 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 mars 2013

Le targui des étoiles

1
Ma cabane au Sahara
Est devenue aérostat
Nacelle de la montgolfière
Qu’est la Terre

Petit prince abandonné
Me voici à piloter
Sous le toit
De ma cabane au Sahara

Elle s’en va
Légère dans les étoiles
Le simoun
Gonfle ses jolies voiles

2
Ma cabane au Sahara
C'est mon Led Zeppelin à moi
La vie libre qui me plait
Balloté

Les richesses de la planète
Tout autour de moi volètent
Il suffit
Que je tende mon épuisette

Mais je rêve d'y emmener
Celle qui voudra me suivre
Viens avec moi si tu veux vivre
D’aventurières destinées

3
Jusqu’au bout de l’univers
On ira se mettre au vert
Sur le toit de ma cabane
Au Sahara

Sur les anneaux de Saturne
Nous f’rons danser nos cothurnes
Au grand bal
Des rigolos d’Aldébaran

Je te dirai
Le nom des nébuleuses
Je t'apprendrai
Des chants de Bételgeuse

4
Ma cabane au Sahara
Tant que tu y resteras
Ce sera le paradis
Ma chérie

A quoi bon chercher ailleurs
Je sais bien que le bonheur
Il est là
Dans ma cabane au Sahara.

  

Texte écrit pour le Défi du samedi n° 235 et publié le 2 mars 2013

Posté par Joe Krapov à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Est-ce ainsi que les hommes - et les femmes - vivent ?

- Vous venez souvent ici, chère Madame ?
- Chaque fois qu’il y a un karaoké, mon beau monsieur. C’est une bonne occasion de sortir mon mari. Le médecin a dit qu’il doit bouger. Sinon il est toujours fourré sur son ordinateur ou dans ses cahiers à écrire comme un malade. Qu’il est, du reste.

- Votre mari écrit ? Des romans ? Des essais ? Des articles ?
- Ne le répétez à personne : il fait de la poésie !
- De la p… ? Non ? Vous plaisantez, j’espère ? De nos jours ! Ce doit être illisible ?
- Ca l’est d’autant plus que Louis écrit en alexandrins ou en vers qui riment. Avant qu’il ne devienne ce grand corps malade il allait même déclamer sa production dans les cafés-slam !
- Il a une maladie ? Il semble bien conservé pourtant. Bonjour, monsieur le poète !

Le mari de la dame à l’accent étranger ne répond pas. Il a les yeux fixés sur l’écran de télé géant où défilent les paroles des «Feuilles mortes» de Prévert et Kosma qu’une Lara Fabian d’occasion est en train de massacrer, au grand dam d'un ancien scientifique belge qui se bouche les oreilles. Ca ne semble pas le gêner, lui, le poète : déjà que les aveugles sont parfois sourds à ce qu’on leur braille, il ne faut pas s’étonner si les émules de Verlaine trouvent un peu longs les sanglots des violons dans leur sonotone.

- Excusez-le, il a des absences. Le plus terrible c’est quand il redevient lucide. Il m’accuse de lui avoir fait perdre la boule. Un jour il m’a dit : « Tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire !". Vous vous rendez compte ?
- C’est vrai que vos yeux sont très beaux. Vous avez dû faire des ravages quand vous étiez jeune. J’espère que je ne vous vexe pas en vous disant cela. Vous devez d’ailleurs encore en faire beaucoup.
- C’est vrai, monsieur très cher. Ma sœur Lili et moi, autrefois, nous avons vu défiler toute la Russie chez nous. Si je puis vous confier un secret, cher monsieur… Quel est votre prénom ?
- Marcel. Marcel Stroskane, pour vous servir.
- Eh bien mon cher Marcel, il n’y a que le transsibérien à ne pas nous être passé dessus ! Ces succès amoureux étaient d’autant plus surprenants que nous avions la réputation d’avoir un cœur de pierre.
- Des jaloux, des médisants, sans doute ?

MIC 2013 02 25 bricks

- Non, des plaisantins : notre nom de famille était Brique ! Et du coup, après avoir écumé toute l’URSS, j’ai fait le mur et je suis allée en Italie où j’ai changé de nom et de prénom. C’est à Venise que j’ai rencontré cet idiot : il voulait s’y suicider. Se suicider à Venise, il y a de quoi se gondoler, non ?
- Vous exagérez certainement. Vous n’avez pas l’air d’avoir été malheureuse ?
- Pas autant que ma sœur en tout cas. Elle aussi a épousé un poète mais il n’a pas survécu.
- Ce sont des êtres fragiles, paraît-il ?
- Fragiles ? Vous rigolez ? Mon Louis a été très résistant.

Le Louis en question, fantôme un peu hagard, vient de se lever en entendant les premières mesures du « Chiffon rouge » de Michel Fugain. C’est une institutrice en combinaison de ski qui le chante en levant le poing. Louis la fixe d’un regard quasi amoureux et on voit ses lèvres trembloter comme s’il prononçait les paroles de la chanson mais en fait un lecteur averti décélerait qu’il prononce tout bas celles de « L’Internationale ».

Marcella le fait rasseoir puis elle dit à Marcel :

- Vous avez quelque chose de prévu après ce karaoké ? Vous pourriez venir à la maison faire plus ample connaissance ? Nous habitons à deux pas d'ici.

Comme ça fait déjà dix minutes qu’elle lui fait du pied et que, dessous la table, elle a posé la main sur le haut de sa cuisse, vraiment tout en haut, Marcel lui répond :

- Volontiers !

Puis il ajoute :


- C’est moi qui chante la prochaine !


Effectivement on l’appelle et il entame avec élégance et suavité « Sous les jupes des filles » de Souchon.

- Toi, mon cochon, pense Marcella, tu n’es pas la moitié d’un ! On va s’en donner, toi et moi ! Dès que je t’aurai chanté «Déshabillez-moi», je vais te faire perdre ton latin exactement comme Juliette a fait perdre son Gréco-romain à Roméo : de haute lutte !

Puis elle s’adresse à Louis :

- Tu vas avoir du spectacle, ce soir Louis ! Du comme tu l’aimes ! Et puis comme ça m’ennuie d’avoir laissé notre roman inachevé, je crois qu’avec mes aventures post-Aloys, avec ce type-là et les autres qui l'ont précédé et le suivront, je tiens un bon sujet de best-seller ! Allez, chauffe, Marcel !

Mais cette promesse vient trop tard. Affalé dans son fauteuil sous le portrait de Blanche de Castille – la déco du salon où a lieu le karaoké est manifestement assez surréaliste – Louis s’est oublié, il a oublié Blanche, Marcella, Nancy et les autres : il s’est endormi. Riche de toutes ces musiques, heureux de cette humanité chantante, n’ayant plus à se soucier de la ligne puisqu’il est parti, tranquille comme un roi sous sa crinière d’argent, voilà que Louis dort.

Et dans son rêve du moment, dans un autre univers un peu plus chatoyant, un homme et une femme, à l’unisson, chantent sans trop la massacrer une des chansons qu’il a écrites.

Texte écrit pour "Un mot une image une citation" du 25 février 2013

02 mars 2013

LHOOQ : DU CHAMP DE CONNAISSANCES LIMITÉ DE MARCEL

Il arrive parfois au musée
Que l’on reste un peu médusé
Devant le portrait d’un radeau.

Le peintre a-t-il peint le bateau
A la spatule ou au râteau ?

Voulait-il fair’ peur aux badauds
Ou dissuader d’un piqu’-nique
A bord du paqu’bot Titanic ?

Il arrive parfois au musée
Que l’on soit aussi amusé
Par le portrait d’une radasse :

- C’est sûr, elle est sal’ment gironde !
Elle sourit à tout le monde
Ell’ n’arrête pas une seconde
Mais on ne voit pas bien sa tête
A cette célèbre gisquette :
Elle a oublié d’se raser ?
Ou alors sa lame est usée ?

Ou ce s’rait-y qu’un grand potache
Lui aurait collé une moustache ?

C’est p’t’êt’ Mona Lisa,
Miss Monde ou Olympia
Mais ces poils montrés à la ronde,
Je vous l’dis franch’ment, c’est immonde !

- Monsieur, ce n’est pas la Joconde !
C’est Courbet ! L’Origine du monde !

Ecrit pour les Impromptus littéraires du 25 février 2013

Posté par Joe Krapov à 18:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 février 2013

Les chaises : pièce à dormir debout (1) Au parc du Thabor à Rennes le 3 mai 2012

120503 017

LES CHAISES : PIECE A DORMIR DEBOUT


Sur la scène du théâtre le plateau est nu. Il y a juste deux chaises qui se font face et un grand écran blanc qui occupe tout le fond. Les deux personnages féminins, Cour et Jardin, arrivent chacune d’un côté différent de la scène. Elles ont chacune un gros dossier plein de feuilles dactylographiées et s’assoient l’une en face de l’autre, ayant vue à la fois sur la salle et sur l’écran. Lorsqu’elles sont en place le technicien projette sur l’écran une photo d’Henri Cartier-Bresson.

COUR. – Aujourd’hui, le patron de la P .J. est venu s’asseoir à la terrasse de la brasserie Dauphine. Il aurait bien mangé une choucroute et bu un verre de Riesling bien frais mais il n’y avait personne au comptoir et personne non plus n’est venu prendre sa commande depuis qu’il s’est assis à la terrasse déserte.
JARDIN. – Alors il attend. C’est un gros monsieur à l’air placide. Il porte un chapeau melon et un pardessus à col de velours. Il a gardé son parapluie à la main. La pointe du pépin fermé touche le sol, trois doigts du bonhomme serrent le manche recourbé et le pouce et l’index de l’homme pendouillent sur la petite queue du J à l’envers. Sans même tapoter du doigt, il attend.
COUR. – Il a une moustache blanche, de faux airs de Pierre Bellemare qui n’est peut-être pas encore né vu que la photo date de 1932. Il est ventru, a le visage massif, la chair flasque au bas des joues, le regard un peu éteint qui fixe le vide. Il attend.
JARDIN. – Dehors, sur la place, les vélums du restaurant voisin dessinent dans la lumière du jour hivernal une France stylisée, un hexagone au Sud-Ouest duquel trois types debout sont immobiles. Deux d’entre eux semblent discuter en marchant alors qu’en fait ils n’avancent pas. Le troisième tourne la tête et regarde derrière eux. Lui aussi a l’air d’attendre quelqu’un.

Posté par Joe Krapov à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,