15 septembre 2013

SLAM DU DÉSIR EN AVANT TOUTE

Sur mon calame un slam mité, calamiteux, silex frotté plein d’assurance et d’assonances si ça me tente ?

Bien sûr, mon oncle, un peu mon n’veu et je l’entame comme un rubis, je le sertis comme s’il était destiné à une sommité grandiloquente ou éloquente, une playmate de Sumatra ou une mousmé en mal d’amour et de mots tendres venue se glisser sous ma tente ou dans mon havresac (en scène-maritime).

Freud

Somme toute, que veut-on de nous ? Quel est donc le plan de Sa Majesté ? Que nous dit la voix de Son Maître ? Sommes-nous de simples matous, soyeux, silencieux et doux dont le sommeil tentaculaire ferait naître des désirs fous, des listes de souhaits mal tus sur le divan de l’analyste ? Des rêves si mal fagotés qu’ils auraient l’air de simagrées plus ou moins testostéronées comme Mickey ? Des mots qu’on lancerait d’une voix de Stentor quand la sapine mouille dans l’île de la Tortue ? Bref, t’en veux, Sigmund, des tartines ?

L’homme de l’art sourit et sait bien que derrière ces phrases de mystère il y a de l’inconscient, qu’il y a de la matière et qu’une fois lancée la chenille des mots plus grand chose ne stoppe ma logorrhée de myope.

Car manifestement un sit-in sur matelas avec six militantes à huis-clos mais sans Sartre, tope-là, topless, oui ça me tente, je suis partant et même sans réclamer qu’on reste, sans demander mon reste, je n’en laisserai pas !

MaSorciereBienAimee-MEA

Un slow avec Satan qui se serait immiscé dans l’âme d’une sorcière prénommée Samantha et jouerait du ballet, très smart dans son tutu, oui, cela m’intéresse.

Au sommet de la tête de Samia ma maîtresse déposer une tiare, un diadème de star ou toute autre coiffure qui la rendrait plus grande aux yeux de ces miteux qui parfois nous regardent en sidérés mateurs jaloux de son manteau d’hermine et de candeur, de ses yeux couleur menthe, de ses seins monstrueusement parfaits et de tous ces trésors qui me soutiennent le moral, oui, ça, je le veux fort, moi y’en a vouloir toi pour couvrir ma raison, être à l’abri des tuiles que sème l’existence.

Couronner cette reine, cette sirène généreuse, ce fleuve impétueux, ce Mississipi blanc qui fait la roue à l’aube pour que de ma satire il naisse un grand dieu Pan et que l’on joue des flûtes ou pique des fuseaux vers un monde meilleur, pensez si j’ai envie de le suivre l’alezan qui me tente et me fait d’une détente bondir sur ma moto, faire vrombir le moteur et laisser mal finir le slow de Marylou : j’ai toujours mal aimé le passage à Nivôse après les étés chaud qui vous ont mis en train.

Quetzal

Mais quoi ? Ce monde tarte est-il voué toujours à emplir cimetière ? Au théâtre simiesque d’Hermès et de Pluton, à l’envers du mirliton, aux hécatombes militaires, pourquoi faut-il toujours que nous nous limitions ?

Ce qui nous tente, faisons le : relevons les défis et réalisons-nous, posons sur le muret ce qui plombe nos vies et partons conquérir comme l’oiseau Quetzal l’épanouissement total !

 

Ecrit pour les Impromptus littéraires du 9 septembre 2013 d'après cette consigne.

Posté par Joe Krapov à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. XIV, Néologismes

DDS 263 Vaillant 17

Alors tous les arbres frémissent, le grand véréfour qui porte le nid retient son souffle ; se referment les tapinoufles et les ronils à pois bleus s'évanouissent car jamais en cette contrépétrie d’effroi on ne vit pareil harnachement à un vertugredin.

Sa cavale d’abord, à la robe caparaçonnée d’arvers, semble très inédite : elle piaffe d’archifougue et gerbedécume aux nazebroques. La princefesse que l’hérosantidote vient sauver des griffes du dragontrançonneur n’en revient pas. Le léquidé vaillant semble doué de parole et son chevaliaucheur joint le rutile à l’agréable, question zyeutage. Mais seront-il assez costarcostauds, cachevalier et monture pour vaincre le bestial ?

C’est qu’on en a vu défiler des présomptueurs et des sivains dont le cracheur de feu n’a fait qu’une bouchée mais ce vertugredin-là semble d’une autre marietrempe.

Les désossetilités dont elle, la princefesse, est l’enjeu ne tardent point d’ailleurs à s’engamélanger.

Georges de Lydadirl à dada – car c’est bien de lui qu’il s’agite –sort sa colicauchemarde et en fiche un grand coup dans l’oeiltorv de la bête.

130818 186

En retour le crachebousin pyrocrashe mais la cavale-star n’a pas été nourri à la petite bière. Le léquidé en pétard jeumpe par-dessus les flammèches.

Georges lance un deuxième assaut et qui n’est pas de courtoisie. Il tambourpiffe les écaillharissures, il tranchetronche à tout va, il déshydrate de l’herne à ne plus savoir où amidonner de la tête. Bientôt le bestial entailladé paindépisse le sang de partout. Dans un dernier sursaut il fait jaillir de son mâchecoulis une dernière pétarasade de pestepétrole enflammé. Mais le cachevalier est déjà descendu de son Jolisauteur et grimpant tout le long de son échine à pied, il lui troue le conservelas d’un grand coup de ramasse-bourier.

Le dragontrançonneur sonné chancelle du Colbacktowhereyouoncebelong puis s’écroule d’un seul coup aux pieds du Souveraindanlfroc qui n’en revient pas.

Alors les circonspectateurs se lâchent ! Ils poussent un grand charivhourra, portent l’hérosantidote en triomphe et viennent le déposer aux pieds de la princefesse pour la grande aubescène du deux.

- Maintenant vous êtes mienne, dame Cucunégonde, déclare le gagnagalant à la belle, puisque vous étiez le bélenjeu de ce combat. J’ai bien hâte c’est vrai que nous nous ébatifolions sous votre baldaquin mais avant que je soye d’une humeur fortaquine, mon estomac crifamine. Vous voudrez bien vider la bête et m’en cuire les partigrasses. Pendant cestuy temps que cela cuillera, votre paternul et moi-même allons zapouiller devant ménestrelles et tapeurs de baballes. Surtout, réservez-moi les solilesses, Mapoulette !

Facrotale erreur d’aspicologie !

La princefesse s’empare d’un grand couscoussier de marque Marmitondorg et le lui balance en travers du frontal pas à l’Apache.

- Hola Machoguilhomme, on ne m’a pas demandé mon sentiment et je ne suis poinct du genre à en faire. Nenni suis le grolo du loto, la falote du phallo, le cache-pot du charlot ! Damnature sur toi pour ces puanpropos !".

Elle l’éméleftourbit, le matducouloire, l’ourlette, l’upperpacute, le chassériaute et l’isaure par la fenêtre.
Se relevant du tadpurin dans lequel il est chu, il lèvepouce et dit :

- Poinct ne battrai femmenifleur en reprépousailles, ce n’est point dans mes uscoutumes, je prèfère laisser péronchonnelle à paternul. J’ai dû me tromper d’espastempe ! Ou alors estions ici en pays de galette complète Mandingue ? Je préfère m’esbigner les rougnolles avant qu’il ne m’en outrecuise plus ! Adieu vat, follegensses !".

Et de fait tandis qu’il s’éloigne dans le soleil couchant en chantant « Aïe ! Me poure l’aune, zoo me nuit, Saint-Georges suis » les Libyens trop affamés déchiquètedugrallent la carcasse du monstre pour transformer les écailles en porte-clefs alors que ni serrure ni clé n’ont encore été inventées en cestuy temps et découpent l’amibidoche de ce gros mouton pour en faire haricomestible.

130818 187

- Si tu veux mon avis, cow-boy, lui confie un peu plusloin sa cavale, il y a une Gilberlafaille dans le continuum spécieux-temporal. Va savoir, si j’en juge d’après la façon dont je claudikadicke, si nous ne sommes pas dans un univers paracoudanlèle ! Peut-être même erratiquons-nous dans une nouvelle de Joe Krapov !

- Par Tout Matisse et Bel Eros ! Si tu as raison, Jolisauteur, dis moi donc ce que j’ai fait au Seigneur pour mhériter cela ?

- Je ne sais pas mais vlà l’boute, dit le cheval en partant au gallo.

DDS 263 dragon rouen

 Ecrit pour le Défi du samedi n° 263 à partir de cette consigne.

Posté par Joe Krapov à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 septembre 2013

LES HEUREUX ET LES DAMNES

- C’est l’histoire d’un mec qui est né dans un bled nommé Ascalon. On va l’appeler H. pour faire court. Il est le fils d’Antipater, le bras droit d’un gangster nommé Hyrcan II qui détient le pouvoir sur tout un territoire de l’empire des jeux. A l’époque où commence le périple, H a déjà du sang sur les mains. Il s’est débarrassé d’un concurrent nommé Ezéchias mais grâce à l’intervention de son avocat, Maître Saméas, H. a été relaxé au bénéfice du doute par le juge Sanédrin.
- C’est le scénario du remake du « Parrain » que tu nous amènes-là ? Ou une resucée des « Soprano » ?
- Au début du film, il vient d’être recruté par le boss de la Mafia, Sextus Caesar qui a besoin d’un stratège en Samarie. Mais Sextus Caesar est assassiné.
- D’où la réplique un peu brute « Tu quoque mi fili ! ». Tu nous proposes un péplum ou quoi, là ? Je te signale qu’on n’aura pas le budget de « Cléopâtre » pour ce film !
- Antipater et H. se rallient alors à Cécilien Bass dont la spécialité est le racket des potentats locaux mais Antipater est assassiné par Terence Malik, un notable qui rechignait à casquer et qui rêvait de prendre sa place. H. nommé intendant de Syracuse par Cassius Clay venge son père en faisant assassiner Malik près de Tyr.
- Je rêve ou j’ai enfin entendu le mot « tire » ? Ça manquait cruellement de moyens de locomotion, jusque-là, pour un road-movie !
- Puis il y a une guerre des gangs entre H., son frère Phasaël, Antigonos et Marion. H. soudoie le grand Tonio qui est devenu le patron de la Mafia entre temps. Comme il a versé bonbon, il est nommé tétrarque.
- « Touchez pas au grisbi » ? « L’argent de la vieille » ? Ah non, je confonds avec l’or et Pétrarque !
- Mais bientôt le clan des Siciliens envahit le secteur. Phasaël, Antigonos et Hyrcan II sont pris en otages par leur chef, Balthazar Farnese. H. s’enfuit de Jérusalem avec 9000 hommes.
- 9000 hommes !? Bonjour la facture des figurants ! Tu prends Canal + pour Cecil B. de Mille, le facteur Crésus ou l’abbé Gomme ou quoi ? Et Jérusalem, maintenant ? Tu crois qu’on va pouvoir aller là-bas tourner les lamentations de ton héros qui va droit dans le mur ?
- J’y peux, rien, c’est inspiré de faits réels ! Ils tombent dans une embuscade mais il parvient à mettre sa famille en sécurité à Massada et à aller chercher du renfort à Pétra. Mais le succès des Siciliens est sans lendemain et finalement H. devient le patron de toute la Mafia. Il consolide son pouvoir, fait exécuter 45 notables, il s'allie à la Mafia russe par son mariage avec Mariamne, fait nommer Aristobule III, son beau-frère de 17 ans comme bras droit puis, le jugeant trop populaire, le fait noyer sans tambour ni trompettes dans une piscine près de Jéricho. Plus tard, il fait exécuter son beau-frère Joseph, sa belle-mère, et même sa propre femme à la demande de sa sœur Salomé qui accusait celle-ci d’infidélité. Il devient à moitié fou et la caméra le suit alors qu’il a entrepris de massacrer tous les mômes de moins de deux ans sous prétexte que son successeur à son poste est parmi eux.
- Eh ben ! « Massacre à la tronçonneuse dans la maison Shakespeare», maintenant ! T’as des réductions chez un marchand de ketchup pour l’hémoglobine ? Tu me prends pour Tarantino ? Ecoute, je t’aime bien, Francis Scott, mais il y a un truc qui ne va pas dans ton pitch. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression que tout est vieux, qu’on a déjà vu ça quelque part, que ça sent le réchauffé. Et il me semble qu’on t’avait demandé un scénario de road movie.
- Mais ça se passe en Syrie, en Judée, à Rome. Ca s’appelle justement « Herod’s movie ». C’est un concept intellectuel post-moderne : j’ai tout plagié sur Wikipédia, juste changé quelques noms, transposé de nos jours…
- Un film historique ! N’importe quoi ! Je crois qu’il vaut mieux que tu renonces. Tiens, je te rends ton dossier.
- Tu refuses de le tourner ? Alors là, tu me déçois. Je ne te reconnais plus, Francis Ford. Et puis on va passer pour des cons : j’avais pressenti Gérard pour le rôle principal et il avait accepté.
- Gérard ? Quel Gérard ?
- Ben, Depardieu, pardi !
- Tu as l’accord de Depardieu pour tourner ça ?
- Il a dit que si c’était toi qui réalisais, il se libérait tout de suite.
- Pourquoi tu ne m’as pas dit ça plus tôt, imbécile d’alcoolique ? Qu’est-ce que tu nous fais perdre comme temps, toi alors ! Rends-moi ce dossier, j’appelle le producteur. Je lui demande un à-valoir maousse pour que tu puisses continuer à te soûler la gueule comme un putain d’Irlandais génial que tu es et on le met en route dès demain.
-Ca roule !

Ecrit pour les Impromptus littéraires du 26 août 2013 sur le thème "road movie".

Posté par Joe Krapov à 16:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

CECI N'EST PAS UN SONNET DE MAGRITTE

 

89050267_pLe poison s’insinue comme un pied dans la porte

Mais le vent ne vend plus son « Encyclopédie

Des roses parfumées à la liqueur trop forte »

Et puis rien ne s’oppose à cette comédie.

 

 

Mme récamierUn nuage de lait se pose dans la tasse,

Invite le nimbus à s’asseoir au fauteuil.

Personne ne sait plus très bien ce qui se passe :

Une envie d’éclater de rire dans le deuil ?

 

the-domain-of-arnheim-1962(1)La montagne a pris forme d’oiseau au passage,

 

 

 

 

 

magritte-the-great-warLa femme a un bouquet de fleurs sur le visage,

 

 

 

 

 

melon pomme

L’homme au chapeau melon une trogne de pomme.

 

 

 

 

locomotiveUne locomotive est sortie du foyer

 

 

 

 

 

magritte_grande-famille

Et tout est chamboulé au royaume de l’homme

Car je dors près d’un ciel aux ailes déployées.

 

 

 

 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 261 d'après cette consigne et cette image :

89050267_p

 

Posté par Joe Krapov à 16:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

CINQ PETITES LEGENDES POUR ACCOMPAGNER LE DEBUT D'UN SIECLE

DDS n° 260

- Ce n’est pas un peu tôt pour lui donner à lire du Emile Ajar ?
- « La vie devant son soi », vu l’âge qu’il a, c’est idéal, non ?

DDS n° 260

- Dis chérie, tu n’aurais pas vu mon édition du Kama Soutra illustrée par Dubout ?

DDS n° 260

- La chair est triste hélas et j’ai lu tous les livres !
- Pas moi ! C'est le premier qui me tombe sous la main et je crois que je vais le dévorer !

DDS n° 260

- Tu ne crois pas, chéri, que ta mère aurait mieux fait de lui offrir une liseuse ?
Il appartient quand même à la génération Y 3.0, non ?

DDS n° 260

Photo de notre oncle Walrus, enfant, se lançant dans la « Recherche du temps perdu »
(à moins qu'il ne s'agisse d'Adrienne  ?)

Ecrit pour le Défi du samedi n° 260 d'après cette consigne et cette photo reproduite cinq fois ici.

Posté par Joe Krapov à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


DANS LA ROUE DE SEBARJO

 

vélo 1

1
Sur son triporteur
Pédalant allègrement
Darry fait écowl !

http://www.youtube.com/watch?v=jh81YHMBfos

 

vélo 2

2
Corsica nostra !
Pourquoi donc mon pneu avant
A-t-il éclaté ?

 

vélo 3

3
En Corse et partout
Le port... d'armes est prohibé.
Oui mais... la seringue ?

 

vélo 4

4
Marius et Olive
Sont arrivés détachés
Les mollets en pièces !

 

 

vélo 5 88031309_p

5

Son côté fleur bleue
La bonne soeur le cultive
Sur son cycle. Amen !

vélo 6 88031773_p

 

6
En Camargue on voit,
Belge, vainqueur du Giro,
Un grand Flamand rose !

 

 

vélo 7 88077162_p

7
Les filles des Forges
Leur livre préféré c'est
La bicyclett' bleue !

 

 

 

vélo 8

8
La star du vélo
De Brest à Besançon
Brille dans l'été

 

 

 

 

 

vélo 9 88084583_p

9
Passer la muraille
Et foncer droit dans le mur
Ca, Marcel aimait !

 

 

vélo 10 88159100_p

10
Portant nom de fleurs
Les bateaux s'en vont, vainqueurs,
Fleurir l'océan.

Delphine en Bata
S'en vient près de l'océan
Fleurir le vainqueur

Delphine Batho
N'a pas convaincu céans :
Se trouve un peu fleur.

Près de Saint-Malo
Ce qu'assène Malaussène
Me fait mal aux seins

La bouche (bo) bée
Daniel Pennac croire
Au Vélo breton

 

vélo 11 88185235_o

11

Tour de France
Odyssée de mon enfance
Gardée dans mon coeur !

Même si mal entraînés,
Chantons tous avec Trénet !

 

 

vélo 12 88191160_p

12
Toi et moi, là-haut
Nous chantons André Bourvil

(http://www.youtube.com/watch?v=WizGTZtjgvo)

Un boeuf sur le toit !

 

 

vélo 13 88185357_p

13
Un air plein d'entrain
Retentit joyeusement
Dans la rue d'Antrain

Tout cela se passe à Rennes
Où l'on aim' la petit' reine !

 

 

vélo 14 88215898_p

14
Pierre de rosette
Pour gagner la Tête d'or
Prends du champ, beau lion !

Echappé hier aux griffes
Dans l'ascension d'Aubier l'X

(N'importe quoi !)

 

 

vélo 15

15
Franck Pinard, caviste
En possédera peut-être ?
C'est là son rayon !

http://joekrapov.free.fr/public/0711/070114_39.jpg

 

 

vélo 16

16
On soupçonnerait
De survol à la roulotte
L'aigle du Ventoux !

 

 

 

vélo 17

17
The tea on the bike
Is it run against the clock ?
(or the five o'clock ?)

Amazing ! This is my first English haïkaï !

 

 

vélo 18

18
Elephantastique,
Le vélo-caméléon
Devenu Elmer !

 

 

vélo 19 88232224_p

19
Foncer dans le mur,
Finir en cyclorameur
Sur la barque bleue !

 

 

vélo 20 88232412_p

20
Comble de malchance :
Attraper l'avarie-selle
Sur le tour de France !

 

 

vélo 21

21
Pour nous mettre au vert
Faisons flèche de tout bois
Avec Sebarjo !

 

N.B. Le tour de France en haïkus 2013 a été remporté par les Petits-Bretons de Rennes, M. Sebarjo premier devant M. Joe Krapov, mesdames les championnes de Belgique (Adrienne Merckx) et d'Iowa (Joye Armstrong) ayant renoncé à concourir cette année. Le parcours du vainqueur, avec les crédits photographiques, se trouve ici : 

http://sebarjo.canalblog.com/archives/haikus_de_mon_tour_de_france/index.html

Ecrit en commentaires en juillet 2013 sur le site de Sebarjo indiqué ci-dessus et recyclé sur le Défi du samedi n° 258 d'après cette consigne et cette photo :

 

DDS 258 vélo consigne

 

Posté par Joe Krapov à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 août 2013

SORTEZ COUVERTS !

 

DDS 257 1 Couvre-toi

DDS 257 2 Couvre-toit

 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 257 d'après cette consigne et cette photo :

 

DDS 257

 

Posté par Joe Krapov à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

SOURIRE DE FAÇADE ?

 

DDS 256

 

Si de chaque maison

Pouvait naître un sourire,

Si de chaque caserne

Sortaient des jardiniers,

J'aurais plus de confiance

En l'avenir du monde.

 

Loin des buildings austères

Qui préparent le pire,

Sur des chemins fleuris,

Optimiste et niais,

Je sème des sourires

Et rires à la ronde.

 

On peut toujours imaginer

D'autres chemins qui chantent

Plus qu'ils ne récoltent de rente.

Dans les paumes des mains

Il y a tant de lignes

De vie et chance différentes.

 

C'est ainsi que je vais,

C'est ainsi que je suis :

J'ai toujours bien aimé

Rêver avec les autres

Et préféré l'Hymne à la joie

Aux chants guerriers.

  

Ecrit pour le Défi du samedi n° 256 d'après cette consigne.

Posté par Joe Krapov à 00:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

DES PAPATTES, OUI MAIS DES PANZOOTIES !

DDS 255 la poule couve

 

- Mais dis-donc, Cocotte… je ne sais pas si tu te rends compte mais… tu couves un chiot, là !

- Ah oui ? Mais ce n’est pas pire, Poulette !

- Pire que quoi, Cocotte ?

- Pire que le ramassis de signes non-spécifiques qui associent chez toi présentement fièvre, céphalées, toux, pharyngite, myalgie, asthénie et anorexie. Ne ressens-tu pas une modification de ton comportement t'incitant à augmenter le nombre de tes interactions sociales, ce qui donne à penser que les transformations neurophysiologiques chez l'hôte sont un avantage évolutif pour le virus ? N’éprouverais-tu pas le besoin d’inhibiteurs de la neuraminidase ?

- Eh minute, Cocotte ! Qu’est-ce que tu racontes, là ?

- Ne prends pas cet air ahuri de celle qui vient de trouver un couteau sans lame auquel il manque le manche ! J’ai reconnu les symptômes : toi tu couves la grippe, Poulette ! La grippe aviaire, même !
  

 

Ecrit pour le samedi n° 255 d'après cette consigne 

Posté par Joe Krapov à 00:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

LAPONIE EXPRESS ! CHOUBIDOU OIE !

- Si tu vas

Au pays de Selma

Lagerlöf

 

N'oublie pas,

Ramène-moi

Plein de töfs (1)

 

Des chaussures qu'on fabrique là-bas !

 

- De quoi tu parles, là

Joe Krapov ???

DDS 254 pompes bleues

- Des blue SUEDE shoes !

(1) : töfs = phötös en suédois (a ne pas confondre avec le danois tøfs !)



Ecrit pour le Défi du samedi n° 254 d'après cette consigne et cette photo :

 

DDS 254 avion Nils