17 août 2014

FERME TA BOÎTE !

Sur la petite place de ce petit village il n’y avait personne. Et pourtant je n’avais pas rêvé. Une petite voix m’avait interpellé et elle continuait de me parler.

Boîte aux lettres MAP DDS 311

- … Et c’est vrai que maintenant il n’y a plus besoin d’entrer dans une cabine téléphonique pour appeler du dehors le 22 à Asnières ? C’est ça que ça veut dire tous ces gens qui se promènent en se tenant l’oreille droite et qui causent tout fort dans la rue comme des débiles sans plus rien regarder autour d’eux ? Au début j’avais cru à une recrudescence d’idiotisme de village cumulée avec une épidémie d’oreillons ! Et les courriels, c’est quoi exactement ? Vous tapez un message sur votre clavier, vous tapez « envoi » et il arrive instantanément dans la boîte de votre destinataire ? On est en pleine science-fiction, là ! Comment ça fonctionne ? C’est un facteur factice sur un vélo virtuel qui pédale pour faire passer le pli dans les tuyaux ? Vous n’écrivez vraiment plus sur du papier ? On m’a même dit qu’aux Etats-Unis ils allaient arrêter d’apprendre aux mômes à écrire avec un stylo ! Vous vous rendez compte ? Qu’est-ce qu’on va devenir, nous ? Des pièces de musée ? Déjà qu’il n’y a plus qu’une levée par jour ! Et vous, vous écrivez encore ? Vous avez envoyé des cartes postales cet été ?".

C’était bien de la boîte aux lettres archaïque que la voix sortait. C’était bien la boîte elle-même qui me questionnait. Je n’ai pas eu le cœur de lui parler de Skype, de Facebook, de Twitter, des SMS ni de la blogosphère où je suis très actif.

Et puis j’ai paniqué. Jeanne d’Arc aussi a commencé par entendre des voix et puis après son destin a basculé tragiquement parce qu’elle est allée bûcher dans un autre domaine que le sien. Alors j’ai eu pitié de la boîte aux lettres jaune et verte et j’ai fait un truc idiot. Dans la fente réservée aux lettres et aux cartes j’ai glissé mon baladeur MP3. Si elle farfouille un peu dedans elle y trouvera, avec les petites merveilles d’Emmylou Harris ou de Cécile Corbel, la carte postale virtuelle et sonore de mes vacances à A…
 

 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 311 à partir de cette consigne.


11 août 2014

99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. 29, Conte chinois (ou sino-breton ?)

Par définition, de même que l’Argentine est habitée par les Argentins, la Palestine par les Palestiniens, les Philippines par les Philippins, la Chine est peuplée de Chinois.

Au temps où Lanzmann et Dutronc faisaient le Jacques ensemble ils étaient cinq cent millions et moi, et moi, et moi j’étais tout nu dans mon bain.

Mais à l’époque dont nous allons parler, au deuxième siècle après Jésus-Christ, ils étaient beaucoup moins nombreux et ne fabriquaient pas autant de produits de contrefaçon qu’aujourd’hui. A vrai dire, ils crevaient plutôt de faim.

C’était du moins le cas pour Ping et Pang, les deux frères Pong et pour leurs épouses respectives les sœurs Sing, prénommées Sing et Song.

140810 039

"Plus une seule petite parcelle
De champignon noir ou de vermicelle
Pour mettre dans leur gamelle
Et plus un rond dans l’escarcelle !"

C’est pourquoi ce matin-là Ping Pong avait franchi le pont sur le Fleuve jaune et maintenant il s’avançait dans la forêt en quête de nids d’hirondelles. Chaque peuplade a ses goûts et ses couleurs dont il ne convient pas de discuter ici. Quand ils sont dans le potage, les Chinois y mettent les nids de ces faiseuses de printemps tandis que nous autres, les occidentaux, nous cherchons à mettre des épinards dans notre beurre !

MIC 2014 08 04 Chinese painting

Une fois qu’il eut perdu de vue la pagode de la mère Mi Ché, celle qui égarait toujours ses affaires et ses animaux domestiques, Ping Pong pénétra dans la clairière du Loup pendu et tomba nez à nez avec un moine shaolin à l’entraînement. Le camarade branché sur « Tiens voilà du bouddha qui ne tendra pas la joue gauche» assénait force coups de bâton à un bouleau argenté qui n’en pouvait mais. Cela faisait choir sur le sol moussu de l’endroit les nids des hirondelles qui avaient préféré élire domicile là plutôt qu’un dictateur à la tête de l’Etat même si on ne leur avait pas demandé leur avis et que c’était un empire.

Ping observa la scène un instant puis il s’avança humblement et dit :
- Je te salue bien bas, camarade moine soldat.
- Je te rends ton salut, camarade gueux. Tu tombes bien !

Ping Pong se mit à craindre le pire. Il n’était ni valeureux, ni vigoureux, ni belliqueux, ni religieux et ne tenait pas plus que ça à devenir le compagnon de jeux de ce preux rigoureux et peut être obséquieux.

- Oui ? fit-il timidement.
- On m’a dit qu’il y avait un dragon terrifiant dans celle région. Qu’en est-il ? Saurais-tu le localiser ? Si oui, pourrais-tu m’amener à lui ?
- Oui, il y a bien une bête qui crache le feu dans le coin. Oui, je sais qu’elle habite la caverne du vieux Jules. Oui je peux t’y conduire mais il faudra faire une longue marche et…
- Et ?
- Me permettras-tu en échange de ce service de ramasser les nids d’hirondelles que tu as fait tomber ? Je t’ai observé : c’était du beau boulot, tu as de l’abattage !
- Si ça te fait plaisir, pas de problème ! On y va ? Comment tu t’appelles, Machin ? Je vais t’appeler par ton nom plutôt que de te balancer du "camarade gueux" à tout bout de champ. Surtout qu’ils sont nombreux le long du Huang Hé, même si en jachère. Moi tu peux m’appeler Sin Jao Jao. Je suis moine guerrier spécialisé dans le dézingage de dragons et le dessoudage de samouraïs d’Ouessant mais ça je n’en ai encore jamais rencontrés.
- Snif ! commenta Ping Pong dont j’ai oublié de préciser qu’il sortait d’un gros rhume attrapé en route.

Le temps me manque pour dire la beauté du Fleuve jaune, la légèreté de l’air automnal dans la province du Qinghai et celle des plaisanteries que les deux personnages échangèrent en chemin. Ils se mirent en route puis très vite en boîte car c’est ainsi qu’on fait en Chine quand on chemine de conserve.
- Je te montre la Lune. Qu’est-ce que tu regardes ?
- Je regarde s’il n’y a pas un lac empli de thé pour y tremper ce grand croissant.
- Bien répondu ! A toi !
- C’est un immense navire, le plus long qu’on ait jamais construit. Et il a un mât haut, un incroyable mât haut. Qu’est-ce qu’il fait ?
- Il se monte du col ?
- C’est cela. A toi.

C’est vrai. D’une part j’ai un peu peur que ce genre de vannes vaseuses ne vous lasse et d’autre part on est déjà dimanche soir et ce texte, pas encore terminé, il va falloir que je le tape, que je l’illustre, que je le mette en page et l’envoie chez « Un mot, une image, une citation » où il est paraît-il attendu.

 

MIC 2014 08 04 dragon

 

Illustration de N. Kotcherguine


Je passerai aussi sous silence le combat de Sin Jao Jao contre le dragon. Il existe déjà au moins 28 versions de ce même récit sur le ouèbe et
je ne puis que vous renvoyer vers elles ou vers des extraits de films d’héroïc fantasy ou des matches de Saint-Etienne contre Metz sur Youtube si vous aimez voir des petits hommes blancs se castagner avec de gros monstres verts .

Nous reprenons donc le cours de notre récit au moment où Sin Jao Jao, après avoir estourbi le monstre, déclare ceci à Ping Pong :

- Merci à toi, Ping Pong « Avoir ». Tu as été pour moi un merveilleux auxiliaire et je tiens à te remercier d’un présent.
- Il ne saurait en être question. C’est du passé, n’en parlons plus. C’est notre futur qui importe.
- Justement, ce cadeau-ci améliorera ton avenir. Prends cela : c’est un moulin à prières.
- Merci à toi Sin Jao Jao mais il y a un proverbe chinois qui dit « les paroles ne salent pas la soupe ».
- Les paroles ne salent pas la soupe mais elles contribuent largement à mettre du sel dans la conversation et du goût dans la fréquentation des poètes et des étrangers. Ce moulin à prière est magique. Il vient d’un pays qui s’appelle la Bretagne et où il y a de nombreux pieux. Il y a plein de pieux et du coup, même si ça semble paradoxal, la religion n’y dort jamais. Dès que tu tournes le moulin en prononçant le nom d’une probable divinité locale, « Guérande », du sel va en sortir. A toi de le récupérer et de le stocker, d’en faire un usage modéré car sinon le démon Cholestérol viendra te tirer les pieds la nuit. Pour arrêter le processus, il faut insérer A dans B, consulter la notice de montage, appeler le SAV… Non, je déconne ! Il suffit de dire « Kenavo ».

Là-dessus le moine shaolin prit congé.

Ping Pong attendit un peu, découpa un quartier de bidoche dans le dragon puis s’en retourna vers sa demeure avec son moulin à prières, ses nids d’hirondelle et son butin inespéré.

Une qui fut surprise et heureuse ce soir-là, ce fut Song Sing. Elle cuisina le quartier de viande, l’assaisonna avec juste ce qu’il faut de sel et de nids d’hirondelles pour que leur repas du soir ressemble à un festin de roi.

Mais surtout,- vous savez tout aussi bien que moi comme sont les femmes – c’est le petit bidule magique et doré qui lui fit le plus plaisir. Elle passa tout le reste de la soirée à ordonner « Guérande », « Kénavo », « Guérande », « Kénavo » et à faire des petits tas de sel sur la table de la cuisine. Et puis, - vous savez tout aussi bien que moi comme sont les femmes – c’est elle qui eut l’idée de génie.

- Et si je mettais ce sel dans des sacs et que j’allais les vendre au marché demain ?
- Je veux bien, répondit Ping, mais il faudra rester discret sur notre mode de production. Sin Jao Jao a dit d’y aller mollo. Imagine que ce moulin s’épuise, comme les ressources naturelles de la terre le feront peut-être un jour
- Cesse de dire des bêtises et viens au lit.

Ainsi firent-il s et la prospérité revint dans leur ménage. Mais vous savez tout aussi bien que moi comme sont les femmes. Quand la sœur de Song Sing, Sing Sing, la femme de Pang Pong et donc la belle-sœur de Ping-Pong vint quémander du sel pour conserver le poisson que son mari avait ramené de la rivière, on lui en donna sans rechigner parce que la famille, en Chine, c’est sacré.

La famille, c’est sacré, même si c’est un peu pourri. Car Pang Pong , le frère de Ping Pong, le mari de Sing Sing et le beau-frère de Song Sing, n’eut plus qu’un rêve : posséder le moulin à prière breton et fonder une multinationale pour commercer avec la terre entière.

Un jour que Song faisait des tas, que le moulin tournait, il vint en coup de vent, s’empara de l’objet magique et l’emmena chez lui.

Que croyez-vous qu’il advint ? Le Dieu Cholestérol ? Non. Le sel sortit du moulin, envahit toute la pièce, toute la maison et avant d’être complètement submergé, Pang qui ne savait pas comment arrêter le phénomène n’eut que le temps d’aller jeter la machine folle dans les vagues qui déferlaient sur la plage comme le sel du moulin.

Depuis ce temps, le moulin à prière breton continue de tourner tout au fond de la mer, là où les poissons sont assis.

Voilà. Maintenant vous savez pourquoi l’eau de la mer est salée.

Kenavo !

(Librement adapté d'après un conte paru dans le recueil "Les Frères Lu")


Ecrit pour "Un mot, une image, une citation" du 4 août 2014 d'après cette consigne :

Un mot : définition
Une image :
Tableau chinois retrouvé chez Google Images

Une citation : Les paroles ne salent pas la soupe. - Anonyme

Posté par Joe Krapov à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 août 2014

EXTRAIT DU JOURNAL D'UN GARDIEN DE FAR BRETON

31 juillet 

Bien que je me sois promis de ne plus réécrire de l’été, je reprends le stylo ce jour pour jeter quelques notes dans ce journal. C’est que, voyez-vous, la coïncidence est trop grande.

Nous sommes rentrés dimanche d’un séjour dans une ville du Sud-Ouest sise au bord de la mer ou presque. Je n’y ai pas croisé d’éléphant et je n’ai pas trop envie de raconter notre expédition au Cap Ferret où, du reste, nous n’avons pas visité le phare.

140721 A 242

Non, simplement, hier soir, en revenant à pied d’un concert en centre-ville d’un groupe de musiciens réunionnais, Grèn sémé, nous avons découvert l’avancée des travaux dans notre cité toujours en mouvement.

La « verrue » de M. Jean Nouvel est presque terminée et les palissades du côté du mail ont été abattues.

Une partie des aménagements du mail François Mitterrand est en place. Les bancs publics ressemblent à des lits, il y a un jeu de petits chevaux là où on nous avait promis un échiquier grandeur nature. On voit d’étranges kiosques qui ne servent à rien, ni à donner de l’ombre puisque leur toit est ajouré, ni à abriter de la pluie pour la même raison. Autour des bancs publics, différentes sortes d’animaux sont peints à même le sol.

140730 022

Le square de la Confluence est à deux doigts d’ouvrir et certains de mes concitoyens, pressés de voir à quoi servent leurs impôts, en exploraient déjà les passerelles métalliques et les fauteuils géants.

Mais c’est au début de notre rue que la surprise m’a sauté aux yeux. Le café « Le Gavroche » a été muré, sans doute pour qu’on construise ici un nouvel immeuble de cinq étages qui rapportera plus gros aux investisseurs. Son enseigne représentait le dernier patron du bistrot s’adonnant à une partie de pêche avec un jeunot à casquette. Sur la façade désormais aveugle quelqu’un placardé cette affiche surréaliste qui répond à la consigne de cette semaine de « Un mot, une image, une citation ».

 

140730 031

Les différents éléments de cette affiche-collage surréaliste sont un avis d’adjudication publié en 1911 pour attribuer au mieux offrant les travaux de construction de deux classes à l’école de garçons de la rue d’Echange, des mots anglais et le plan en coupe d’un éléphant monumental ou plutôt d’un monument éléphantastique dont le sommet semble être une colonne dotée d’un escalier en colimaçon, potentiellement un phare et la base constituée d’un pachyderme à mémoire d’éléphant.

Comme la mienne n’est pas mal non plus, je parle de ma mémoire, pas de ma colonne, quoiqu’il n’y ait rien à redire sur elle non plus d’après mon kiné, j’ai pensé qu’il s’agissait peut-être de l’éléphant de la Bastille dans lequel le jeune personnage de Victor Hugo avait élu domicile pendant un certain temps. Du coup, cela m’a semblé une belle idée de citoyen bien cultivé que d’avoir collé cette œuvre d’art urbain (en français courant : street art) ici au Gavroche.

 

140730 033

 

Quoi qu’il en soit, parce que cette affiche associe le phare et l’éléphant et l’abondance des mots dont notre amie américaine est friande, j’ai fait une exception à mon vœu de silence écrivassier et estival et je vous fais cadeau de cette image rennaise providentielle et délirante.

 

140730 032

 

P.S. Las ! « Le premier principe est que vous ne devez pas vous duper - et vous êtes la personne la plus facile à duper », comme a dit Richard Feynman. Un éléphant, ça trompe énormément et l’idée m’est venue ensuite qu’il s’agissait plutôt de "La Maison à vapeur" de Jules Verne. Cela ne me déplaît pas non plus. Lors d’une excursion à Bordeaux cet été j’ai fait l’acquisition du livre « Jules Verne en verve » publié aux éditions Horay. On découvre dans cet ana, car, n’en déplaise aux cruciverbistes, c’en est un, que le plus célèbre des Nantais d’Amiens était quand même un drôle de bonhomme tout compte fait assez sympa-antipa-éro-scep-t(h)ique !

Mais je vous ai assez embêté(e)s comme ça avec mon racontage de vie et, tout gardien de far breton que je sois, je m’en retourne à mes tentatives d’amélioration de la recette des cannelés bordelais. A plus tard, braves gens ! 

Ecrit pour "Un mot, une image, une citation" du 28 juillet 2014 d'après cette consigne :

Un mot : éléphant

 Une image :

 Image par Schick sur Morguefile.com  

Une citation : Le premier principe est que vous ne devez pas vous duper - et vous êtes la personne la plus facile à duper. - Richard Feynman 

09 juillet 2014

LES LECTURES DE PLAGE DU CRITIQUE LITTERAIRE BRUXELLOIS

Ce "timbre" se chante sur l'air du chant de marin traditionnel "Encore et hop" 
  
   
  
Refrain 1
  
  
Encor' et hop et lire
Encor' et hop et lire
Encor' 
Et hop et lire lire encore un coup.

     
1
Hardi les gars l'encre a fait des bons
Hardi les gars bouquins par millions
Hardi les gars
Vive la plage les gars où nous lirons

  
   2
Chez Cook & Book place du temps libre
Chez Cook & book empli le bide
Il a ach'té
Pour les lire sur la plag’ des tas de livres

  

  cookbook-bookshop-bruxelles

   3
A Knokke-le-Zoute traînant son fardeau
A Knokke-le Zoute jusqu’au bord de l’eau
Le pauv’ critique
Chargé de son gros sac sue sang et eau

  4
C'est pas l'moment mon gars d'être saoûl
C'est pas l'moment d'avoir les bras mous
C'est pas l'moment
D'plier les g'noux mon gars faut les lire tous.

  
5
L'encre aime pas l’eau la mer a monté
L'encre aime pas l’eau il va décamper
Le sac de livres
Des mains, des pieds mon gars il faut l’tirer

  
Refrain 2
Encor' et hop et tire
Encor' et hop et tire
Encor'
Et hop et tire tire encore un coup.

  6
Encore un gros c'est dur le retour
Encor un gros enlèv' le plus lourd
Encore trop lourd
Vire le Goncourt ! Les gars, lisez toujours.

  
7
L’année prochaine pour les vacances
L’année prochaine par impatience
Il emmènera
Des magazines parc’que c’est plus léger !

   

97402709

 Image empruntée au blog de notre oncle Walrus

  

 

Ecrit pour "Un mot, une image, une citation" du 7 juillet 2014 à partir de cette consigne :

 

Un mot : hop
Une image :
Cook & Book, Bruxelles

Une citation : Les impatients arrivent toujours trop tard. - Jean Dutourd

 

07 juillet 2014

CELESTE EST MAL BARREE !

(E-specially dedicated to my dear uncle Walrus)

Quand il commençait à se battre avec son oreiller, à constater qu’il s’était mis au lit trop tôt, à décortiquer les phases de son endormissement et ses impressions de rêve éveillé ou pas, elle arrivait pour le soutenir, pour l’abrutir, l’embrouiller, l’embrumer mais elle faisait pis que tout car malgré son homosexualité, elle voyait bien qu’il ne voulait pas se laisser aller dans les bras de Morphée et c’est donc elle qui, hachée de points-virgules, souillée de subjonctifs plus que parfaits mais fortement chargés en miasmes et en chiasmes, étirée jusqu'à plus soif en vue de perturber la compréhension du lecteur éventuel, récupérait les symptômes de l’écrivain asthmatique et se trouvait comme aspirée dans le tourbillon de la douche mémorielle projetée à jet continu sur les parois du souvenir et la nostalgie crasse se détachait par bribes, l’encalminait au point que tout un univers de jeunes filles en fleurs, de barons, de causeurs, d’aristocrates, de salonnards et de gloseurs, avec un art certain de ventiler le snobisme et la pseudo-modernité au sein d’un classicisme verbeux et pédantesque l’envahissait, lui donnait le tournis, lui faisait oublier sa justification première, à savoir la joie de communiquer simplement une idée, une émotion, une douleur, une banalité, un échange de politesses, du genre « Si le nez de Cléopâtre avait été plus long on n'en s'rait pas là !», « Tiens tiens tiens c’est le printemps qui vient !» « Et l’on dit merde en se pinçant les doigts », « Tout va très bien madame la marquise », «Vous permettez que j’déballe mes outils ? Oui mais faites vite qu’on lui a dit» et c’en était au point qu’elle avait des velléités grossières de soulager son maître, son auteur, de lui suggérer les mêmes pratiques physiques que celles qu’il faisait subir à l’intellect patient de ses lecteurs intellectuels et elle riait sous cape en imaginant que le petit Marcel eût pu, plutôt que de perdre son temps à s’agiter les neurones dans le noir, étrangler frénétiquement le borgne, recourir à la veuve Poignet, dessiner dans ses draps fins une carte de France animée sur laquelle le hasard lui eût fait disposer, d’un jet ou de plusieurs, Jouy-en-Josas, Gif-sur-Yvette, Bourg-la-Reine et Tremblay-les-Gonzesses dans un même alignement géographique surréaliste mais elle savait bien que chez ces gens-là, monsieur, ça ne se fait pas et que cet humour de garçon boucher ou de troisième mi-temps de match de rugby qu’elle tenait de son mari chauffeur de taxi, s’il avait eu sur l’insomniaque l’effet d’endormissement béat souhaité, n’eût pas été goûté de la postérité admirative pour qui elle-même, tirant à la ligne, usant de ficelles grosses comme celles qui soutiennent au-dessus de la rue populeuse le funambule somnambule, faisait tout son cirque ce soir, bien qu’elle ne fût qu’une modeste servante dévouée à l’accomplissement de l’œuvre majeur, se fatiguant au bout du compte de ce qu’on pût passer ainsi sa vie à causer, gloser, dégoiser sur un monde si étriqué alors que l’on sortait d’une énorme boucherie, 14-18 qui eût dû logiquement faire agir, réagir et lutter contre le même système qui avait permis cela, et rêvant du moment où, à la phrase alambiquée, tortueuse et finalement très amusante qu’elle était, Marcel, malgré qu’il en ait, consentirait à mettre un terme en posant, à l’issue d’une dernière aspiration d’air frais à la fenêtre ou au terme d’une énième relecture, son stylo et un point final qui lui eût permis à elle-même, pauvre phrase céleste égarée dans un océan de papier prétentieux comme une humble prolétaire ne comptant que pour beurre dans un magma de sept milliards d’individus, de se terminer à sa façon, ou plutôt à celle de Charles Trénet qui chantait que « Les jours de repassage, Dans la maison qui dort, La bonne n'est pas sage Mais on la garde encore : On l'a trouvée hier soir, Derrière la porte de bois, Avec une passoire Se donnant de la joie".

DDS305 Céleste Albaret

Céleste Albaret par Jean Claude Fourneau (1957)

Ecrit pour le Défi du samedi n° 305 à partir de cette consigne.

Posté par Joe Krapov à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


JOURNAL IN-DREAM-TIME D'UN KIOSQUIER JALOUX ?

Ma vie privée ne regarde que moi !

Passez votre chemin avec votre appareil photo, votre curiosité malsaine et votre prétendu détachement ! Vous êtes sans doute encore une de celles qui pissent de la copie à la tonne pour tous les lecteurs de journaux ! Une fouille-merde, oui !


 
MIC 2014 06 30 Kiosquier par Vivian Maier

 Ma vie privée ne regarde que moi ! Je le sais bien que sans vous, je ne serais rien ! Et d’ailleurs je ne suis rien. Rien qu’un marchand de journaux, un kiosquier, un ouvrier anonyme, quasi-sédentaire, quelqu’un sur qui on ne pose même pas le regard. A qui on demande rapidement « Le Livarot », « le Livarot magazine », « Transes soir », »Le Mouroir du cyclisme », « Le Chiasseur français », « Le Panard déchaîné », « Points de vue et images de l’immonde », « L’Aberration », « L’inanité » ou « L’Inanité-dimanche ». Ah non, celui-là, ce sont les heureux qui comme Ulysse qui le vendent eux-mêmes le dimanche quand j’ai fermé ma boutique et que je vaque à mes occupations. Mais cela ne vous regarde pas.

 

Robert-Doisneau-Le-Peintre-du-Pont-des-Arts-1953-e-Un-Regard-Oblique-1948

 

C’est ma vie privée et elle ne regarde que moi. Et puis d’abord c’est quoi, cette nouvelle mode d’aller coller un Leica sous le nez des braves gens ? Les concierges, les bouchers, les agents, les prostituées ? De la photographie humaniste ? Parce que vous pensez que ce monde-là va disparaître et que vous cherchez à en conserver la beauté qui est toujours poignante parce qu’éphémère ? Mais je suis désolé, ma petite dame, il y en aura toujours des putes à l’entrée des hôtels de passe, des poinçonneurs aux Lilas, des gens qui fument dans les bistrots, des agents à pèlerine et bâton blanc, des petits épiciers, des librairies et des disquaires ! Comment vous le voyez, le monde de demain ? Chacun derrière un écran, qui ne sort plus de chez lui, se fait livrer des pizzas, commande tout par téléphone, ne lit plus, passe ses journées à regarder la télé, échange avec des machines grâce à des machines, est surveillé par des machines ? Mais vous rêvez éveillée, ma petite dame ! Ou vous lisez trop de science-fiction !

En quoi ma vie privée vous concerne-t-elle ? Vous croyez que je suis un serial killer ? Vous travaillez pour la police ? Vous êtes sociologue ? J’ai bien le droit, une fois les volets baissés, une fois les quotidiens repartis, d'aller m’envoyer en l’air avec qui je veux, non ? La mère Michel qui a perdu son chat, la fleuriste du coin de la rue, la boulangère qui a des écus, même si celle-ci a un mari, mon dieu quel homme, quel petit homme ? Se pourrait-il… ? Travaillez-vous pour celui-ci ? Détective privée ?

Peu importe ! Ma vie privée ne regarde que moi. Et d’ailleurs c’est bien simple. Si un jour ma vie privée regarde quelqu’un d’autre, je l’étrangle, je lui tords le cou à ma vie privée et j’en étale des bribes au grand jour. Un morceau chaque jour. Il y a des gens que ça intéressera, j’en suis sûr. C’est que je n’aime pas les infidèles, moi, Madame ! Et tant pis si ce meurtre-là s’étale à la une des journaux ! Ou pas !





 

Ecrit pour "Un mot, une image, une citation" du 30 juin 2014 d'après cette consigne :

Un mot : inanité
Une image :
Photo par Vivian Maier  

Une citation : Toute beauté est poignante. - Amélie Nothomb

Trouvailles et vidéos

La première des trois vidéos n'a pu être publiée chez Joye pour des raisons techniques propres à Youtube. C'est pourquoi j'ai renvoyé ma contribution avec deux autres versions dont celle en viet-namien, magnifiquement illustrée et chantée mais qui m'a beaucoup fait rire. Je suis allé voir si d'autres chansons françaises existaient dans cette langue et je suis tombé, chez la personne qui l'a publiée sur une collection hilarante de... bikinis ! Allez, c'est l'été, on danse !

29 juin 2014

L'OLYMPIA (C') EST DIFFICILE !

Je n’aime pas quand Halévy arrive avec des sujets comme ça ! Est-ce que c’est bien sérieux de me demander à moi, Henry Meilhac, librettiste pas triste, d’écrire des chansons, drôles ou pas, à partir d’éléments biographiques aussi insipides ? D’abord, où a-t-il dégoté cette pièce de Jules Barbier ? Qui c’est ce mec inconnu au bataillon ? Et qu’est-ce que c’est que cette histoire de pimbêche à qui les hommes amoureux d’elle ne plaisent jamais ? Pourquoi pas, tant qu’à faire, les aventures d’une prostituée tuberculeuse ? Je ne sais pas s’il se rend compte, Ludovic, que je ne vais pas pouvoir pondre d’un seul jet des couplets qui plairont à Offenbach pour ses « Comptes d’Ophwoman » à partir de cette matière-là. Jugez par vous-même :

17e0133a

- Le premier soupirant d’Olympia fut un aspirant de marine qui avait besoin d’aspirine car, trop porté sur la bouteille, il trouvait bien souvent duraille de devoir faire des merveilles pour être à la hauteur des désirs du bas-bleu dont il visait les épousailles. Peu enclin aux trouvailles et mal armé pour la rimaille il passait par le soupirail pour aller dans la cave boire le jus de la treille conservé en flacons. Le beau-père potentiel apprécia peu cette intrusion par passion et ces penchants pour la boisson. La jeune fille non plus. On rompit les fiançailles.

1024px-In_the_Conservatory_-_edited

Au suivant ! Le deuxième plut beaucoup à Madame Coquatrix. Elle le trouvait au poil et il s’en fallut d’un cheveu que ce prétendant fût le bon. Mais Olympia ne goûta pas l’idée de devenir épouse d’un botaniste hyper-barbu qui menait au Museum d’histoire naturelle des recherches sur les plantes carnivores. Il rêvait de devenir le singe de son service mais comme seul argument de cette ambition-là il n’avait à offrir qu’une pilosité abondante et sa propension à ramener du travail à la maison. Les plantes qui prennent la mouche, faut aimer.Qui plus est, tout comme Henri IV, l’homme embaumait l’ail à trois pas. Rien de tel pour déboulonner l’idole. La jeune fille mit fin à l’’idylle.

le_baiser

Jamais deux sans trois. Il y eut ensuite le peintre de Toulouse, petit, mal embouché et chameau sur les bords. Un bosseur bossu et iconoclaste. On découvrit d’après certains cancans qu’il était fort goulu de femmes de mauvaise vie et qu’il avait vécu autrefois à Montmartre dans une maison close. San compter qu’il commit maintes folies avec plusieurs bergères. La famille Coquatrix ne tenait pas à ce qu’Olympia s’acoquinquinât avec ce pratiquant forcené du jeu de la bête à deux dos. Il devint, le rapin de Toulouse, l’autre ex.

Le balcon de Manet-Magritte

Avec le quatrième de ses prétendants, on faillit acquérir des quartiers de noblesse. Il s’agissait en effet de Pierre-Igor de Talleyrand, marquis de Confitdoie et apparenté à la mode de Bretagne avec Charles-Maurice le très connu ministre de Napoléon 1er. Malheureusement, tout comme son parent, Pierre-Igor était né avec une jambe de bois et ainsi que lui traitait toute la gent féminine de « mère d’en bas de soi ». Cet appariement avec un boiteux à langage peu châtié partait d’un trop mauvais pied pour qu’on pût cheminer longtemps ensemble. "De toute façon, commenta Olympia, vos velléités de mariage, ça commence à me faire une belle jambe, espèce de bande de casse-pieds !"

 

edouard-manet-prune

 

Là-dessus, comble du désespoir pour les parents de la jeune fille incasable, la jeune demoiselle s’enfuit avec un musicien pour aller élever des chèvres au Larzac, poser nue pour des peintres de passage et même déjeuner sur l’herbe en petite tenue parmi des messieurs habillés. Quel scandale ! Mais c’est qu’on est rendu en mai 1868, voyez-vous ? Vois-tu Henry ce qu’on peut tirer de couplets pour ces « Comptes d’Ophwoman » ?

manet-krapov

Olympia

Edouard_Manet_024

Je me suis mis au travail dès le lendemain et j’ai d’abord pondu une gwerz, une espèce de lamentation bretonne sur la douleur des familles bourgeoise qui ont du mal à caser leur progéniture ou voient leurs valeurs voler en éclats avec le développement de la société industrielle et la montée de l’Impressionisme. Et puis le soir j’ai dit Basta ! Offenbach trouvera bien quelqu’un d’autre pour adapter cette histoire stupide. Je renonce. Pour ne pas perdre complètement ma journée d’écriture, j’ai torché à la va-vite un chant de marin à ma façon sur le sujet. C’est évidemment incasable, personne n’en fera jamais rien mais bon je ne sais pas si vous avez remarqué mais Halévy et moi, on a besoin de vacances !

 

a7a15e0a

N.B. Effectivement, c’est Jules Barbier qui adapta lui-même sa pièce pour donner naissance, en modifiant le titre et l’intrigue, à l’opéra le plus fantastique qu’on connaisse d’Offenbach : « Les contes d’Hoffmann ».

Quant à la chansonnette non signée d’Henri Meilhac, elle connut elle aussi une certaine postérité. La preuve : elle est encore aujourd’hui inscrite au répertoire ! Au répertoire du Club des 5 !

 

Ecrit pour "Un mot, une image, une citation" du 23 juin 2014 d'après cette consigne :

Un mot : jet
Une image :
 
Dans la serre par Édouard Manet, 1879
 Une citation : Jamais deux sans trois. - Proverbe français

LEGENDE URBAINE DE LA CAMPAGNE ET JAVA BLEUE AVEC CHAPEAUX

Edinburgh, le 24 juin 2014, de notre envoyé spécial :

DDS 304 Monstre du lac

Un drame affreux a failli se dérouler tout au fond du Loch Ness où une équipe de scientifiques de l’Université de Rennes 3 opérait des recherches autour du soi-disant « monstre » qui sévirait ou aurait sévi par ici.

Deux hommes-grenouilles se sont en effet violemment querellés en cours de mission sous-marine. D’après les premiers éléments recueillis auprès du commissariat de Drumnadrochit il s’agirait – Ah, ces Froggies ! - d’une rivalité amoureuse qui aurait pu très mal tourner si le professeur Denis D'Eglise-Trouée, responsable de l’expédition, n’avait pas fait appel à la brigade internautique locale commandée par Mlle Imogène Mc Carthery.

Nos agents ont fourré les deux Frenchies au bloc au motif d’envoi de pêches en eau trouble. On peut donc affirmer sans aucune Nessie-tation que le « monstre du lac » court toujours mais que l’aura négative qu’il projette sur notre pays a encore fait des victimes.

Il n’y aurait pas là de quoi en faire tout un plat si quelques membres facétieux de cette université de Rennes 3 n’avaient tiré de cet incident une chanson qui tourne sur les campus et fait un carton (-pâte) monstre sur Youtube. 

N.B. "La Java des hommes-grenouilles" est une oeuvre du formidable Ricet Barrier.

Texte écrit pour le Défi du samedi n° 304 d'après cette consigne.

99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. 28, Logogriphe de la princesse

 

D’une pincée d’épices a jailli la princesse,
Cadeau inespéré du boucher à la reine
Car le pénis du roi n’avait pas la cerise
Et c’eût été la crise
Si des pisse-copie plus ou moins inspirés
Avaient crié partout dans leur immonde presse
Que le Sire ripait au moment du pérenne.

Donc, ce fut une fille. On l’appela Perrine
Car elle était fervente
A clamer le néné de sa voix de sirène.
O, ces cris insensés qu’elle poussait la nuit
Dans le petit écrin de son royal berceau !
Et comme elle prisait la Nini, sa nourrice !
Le père, exaspéré, crispé par ce barouf,
S’en allait se cacher quelquefois dans la huche.

En grandissant tout caractère se précise.
Sa majesté la reine eût été bien en peine
De serrer sa Perrine : on vit bientôt l’enfant,
A l’âge des souris, des ris et des poupées,
Dédaigner l’encrier, lui préférer l’épée,
Les jeux de la récré : « Crêpe-moi le chignon
Mon garçon », « Fends-toi la pipe mon Pierre »,
« Renoncer que nenni », « La bagarre à tout crin ».

Prière d’insérer ici quelques années :
Le temps, le savez-vous, ne cesse de passer.
Le pire est arrivé sur le petit royaume :
Un dragon carnassier l’enserre de ses griffes,
Exigeant rien de moins qu’un sacrifice humain.
Le sort a désigné Perrine comme proie ;
Le roi, les yeux cernés par ce surcroît de peine
S’apprête à voir périr sa fille et l’avenir
De son royaume.

Perrine a revêtu ses nippes de soudard,
S’est caparaçonnée d’ample sérénité.
- Va-t-en bouffer Sissi, Renée ou Séréna !
Lance-t-elle au bouffi, et te rincer la dalle et les yeux loin d’ici !
- Je ne suis pas censé bouffer de la conserve,
Bavarde, qui plus est, objecte Butagaz
(C’est le nom du bestiau)
- Tu n’en boufferas pas ! opine Perrine du chef.
Espère, sous ta crinière à écailles et pustules
Un jour meilleur pour toi.
Ici, si tu m’en crois, tu cesses ton ciné.
Tu vas ranger tes gaules, en épi, s’il te plaît,
Te garer des voitures, te faire voir au Pirée, s’écrie-t-elle.

L’éprise de baston se jette sur la bête,
Elle le pic, elle le cap, elle le péninsulte
Elle le précipice, le canyonne, l’incinère,
Lui cire le crépi au rouleau compresseur
Entaille sa résine à la serpe,
L’épépine en cinq secs.

Quand la lance lui perce l’iris de l’œil droit
Il lâche prise et meurt.

140501 036

Sous les blancs cerisiers, sous l’encre d’Essénine,
Saint-Georges, dégoûté,
S’en va solliciter le couronné d’épines.
Le voilà à prier.
- Seigneur Dieu, pincez-moi ! Je crois que j’hallucine !
Cette histoire épicée autant que féminine…
- Féministe, Saint-Georges !
- ..me fait un peu crisser des molaires du fond !
- Pour ma part, je la prise !
Autrefois, chez les Grecs, Circé faisait des siennes
Et Aristophanès de drolatiques pièces.
Je ne me récrie pas devant la fantaisie
Par principe. Ris donc de cela, mon neveu
Et permets donc un peu l’hérésie à mes nièces :
Sois bon prince avec les princesses !

140501 046

140501 047

140501 048

 

140501 033

Posté par Joe Krapov à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 juin 2014

Les super-héros de la Maison de quartier de Villejean à Rennes le 22 juin 2014 (2)

140622 031

140622 032

140622 033

140622 034

Grâce à ses super-pouvoirs jamais Superman ne se soucia de farfouiller sous son super-évier pour réparer une fuite.

 Grâce à ses super-pouvoirs jamais Superman ne s’inquiéta de savoir quel jour on sortait le super-container à poubelles sur la rue et quel jour on sortait les super-sacs jaunes.

 Grâce à ses super-pouvoirs jamais Superman n’eût à supporter les caprices de sa super-belle-soeur.

 Grâce à ses super-pouvoirs jamais Superman ne se préoccupa de remplir une super-déclaration d’impôts.

 Grâce à ses super-pouvoirs jamais Superman ne fut obligé d’aller faire ses courses au Super-U.

 Grâce à ses super-pouvoirs jamais Superman ne dût prendre rendez-vous  chez le super-dentiste qui fait super-mal.

 Grâce à ses super-pouvoirs jamais Superman ne remit ce qu’il pouvait faire le jour même au super-lendemain. Poil aux mains !

 Grâce à ses super-pouvoirs jamais Superman ne se soucia de monter un meuble IKEA en deux heures 15 montre en main. Poil aux mains !

 Grâce à Loïs Lane qui prenait bien soin des extrémités de ses mains et de ses pieds, jamais Superman ne souffrit d’un ongle incarné. Voilà, c’était la liste des choses dont jamais Superman n’eut cure.