11 août 2018

PLUS ON VA VERS LE NORD PLUS ON SE RETROUVE A L'OUEST !

DDS 519 120935262

C’est l’été, je crie « Pouce ! »
Il ne faut pas se faire de mousse
Et en boire une petite en douce !

Qu’elle soit brune, blonde ou rousse,
A la va comme je te pousse
Ou bien savourée avec fièvre,
Il faut bien y tremper sa lèvre.

C’est l’été, je demande : « Patron !
Il ne faut pas se casser le tronc !
Servez-moi un Perrier citron ! »

DDS 519 John Wilhelm 4 Juste un petit castorC’est l’été, je photographie,
Et je trouve sur mon chemin
Un jeune plaisantin d’Helvétie
Qui fait le même bouleau ( ?) que le mien :

La façon dont il voit la vie
Me rend mort de rire et songeur :
Il semble répondre au Défi
Avec cette photo de rongeur !

 

DDS 519 John Wilhelm 3 Walbrushing

 

 

Connaît-il notre oncle Walrus ?
Est-il familier avec lui
Pour le portraiturer ainsi
En amusante compagnie ?
 

 

 

DDS 519 John Wilhelm 1 Le parapluie à beau temps

C’est l’été, la saison magique
Où l’on s’interroge à foison :
Que serions-nous si d’aventure
On nous supprimait sans raison
Nos fournisseurs de confitures,
Les aimables Suisse et Belgique ?

Devant cette nouvelle misère
Il nous faudrait noyer le chagrin dans la bière :
« Patron ! Le monde tousse !
Servez moi donc une autre mousse ! »

N.B. « L’Univers de la famille Wilhelm » est une exposition photographique vue avec un plaisir immense par votre serviteur-cycliste en la ville de Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Le travail photographique de John Wilhelm est visible, entre autres lieux, ici. L’abus de surréalisme est conseillé pour la santé : à consommer sans modération !

DDS 519 John Wilhelm 2 le dîner est servi

Ecrit pour le Défi du samedi n° 519 à partir de cette consigne

Posté par Joe Krapov à 15:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


07 juillet 2018

ECRIRE A RIMBAUD ? 16, Catacombe

Monsieur Arthur Rimbaud
B.P. 01 au vieux cimetière 
08000 Charleville-Mézières

Mon cher Arthur

"Quand j’aurai du vent dans mon crâne…"
Boris Vian


La catacombe a été inventée pour rappeler aux humains qu’un jour la cata tombe. Aussi bien sur Taka Takata que sur Emile Combes.

Le cimetière est là pour leur dire leur misère : un jour où l’autre, mortel, tu tomberas du haut des cimes, tu gicleras par la portière, tu finiras au cimetière.

Qu’est-ce que t’incinères, Joe Krapov ? Qu’on devient feu ?

A côté d’Eros on pose Thanatos pour signifier à Emile qu’il ne fera pas de vieux os là ! Un jour ou l’autre on l’a dans l’os. La maladie vous fait la peau, arrive la mort, on s’évapore au dernier port et pour toi cela fut celui des Marseillais.

Mais pour moi mon cher Arthur, tout cela est tabou. Je m’abstiens de toute danse, y compris et surtout de la danse macabre : j’ai décidé une fois pour toutes que j’étais immortel. C’est plus facile de vivre ainsi. Et pour plus de sécurité, pour parfaire mon bonheur de touriste de 2018, je retourne de plus en plus souvent vivre dans les années 60 et 70.

Ainsi l’autre samedi ai-je acheté 34 numéros de Charlie mensuel, un journal de bandes dessinées dont le rédacteur en chef, Georges Wolinski, est décédé dans l’attentat contre Charlie-hebdo en janvier 2015.

Ainsi ai-je visionné « Living in the material world », un film de Martin Scorsese consacré à George Harrison, le guitariste le plus mystique d’un groupe appelé les Beatles qui connut un certain succès de 1963 à 1969, année érotique plus que thanatotique.

Ainsi, par association d’idées, suis-je retourné en pensée mettre vingt centimes de franc dans le juke-box d’un café de Carvin (Pas-de-Calais), chez Jean-Pierre, où nous allions, à une certaine époque, chaque samedi soir, au siècle dernier. Inlassablement j’y écoutais, du même Harrison le 45 tours « Is n’t it a pity ». Je ne comprenais rien aux paroles mais j’étais amoureux fou de cette musique lancinante. L’après-midi qui précédait nous avions joué de la musique électrique dans la cave parentale transformée en lieu de répétition underground. Les rockers aussi étaient un peu caves, ce qui me ramène aux catacombes.


Quand j’aurai du Vian dans mon crâne, à l’automne, comme tous les pékins, je ne danserai plus la java des chaussettes à clous ni le joyeux tango des bouchers de la Villette. Il faut évoluer : de nos jours les policiers utilisent le teaser, le flashball et la grenade et tout le monde devint plus ou moins vegan.

Je n’entamerai pas plus l’interminable tango des perceurs de coffres-forts : celui-là vous mène directement en prison sans passer par la case départ et, derrière les barreaux, avant de mettre un terme à cette écriture de lettres folles je pose et repose la question essentielle te concernant :

Arthur ? Où t’as mis le corps ?

Engagé dans l’armée hollandaise en 1876 tu suivis le mouvement jusqu’à l’île de Java (des bombes atomiques !). Là, tout dépité de n’y avoir pas rencontré la dénommée Riquita, tu as déserté, tu as fait quarante-huit kilomètres à pied et tu as réembarqué pour regagner Charleville-Mézières en décembre !

Arthur, où t’as mis le corps du délit ? Tu n’as répondu à rien, tu as brûlé les questions et tu restes à jamais de ce fait le déserteur ultime de l’année 1876 et de celles qui ont suivi.

T’es snob ou quoi, Rimbaud ? Cela fait un an que je t’écris et jamais personne ne me répond jamais ! Tout le monde doit être occupé à surfer sur l’écume des jours ! Ou à boire systématiquement, comme toi, sa prime d'engagement !

Comme j’ai finalement compris, moi aussi, ou plutôt déduit, que ce salaud d’Arthur était au paradis, je retourne dans le mien chanter comme une cigale au milieu des fourmis.

Reçois, avec mes remerciements pour nous avoir fait rire un peu depuis un an, mes très poétiques amitiés !

En toute confraternité !

Ecrit pour le Défi du samedi n°514 d'après cette image.

DDS 514 120595126

 

02 juillet 2018

1984 + 34 = 2018

Lakévio 114 Roses blanches Igor Levashov

Oublier Berthe Sylva ?

Mais pourquoi donc ? Elle chante un univers dans lequel les marchandes de fleurs ont du cœur et où les infirmières pas encore en burn-out manifestent de la compassion pour les orphelins. La mort y est un grand jardin. L’humanité n’est pas un vain mot.

Faut-il préférer à ce monde éteint, délavé mais charmant comme les pétales tombés à terre d’un bouquet de roses blanches, cet univers-ci, le nôtre où c’est l’argent qui est traité en roi, où l’homme n’a plus d’attrait que pour les machines (voitures, téléphones, robots) qui le surveillent jusqu’à plus soif ? Où les guerres, économiques ou réelles n’ont même pas disparu ?

Plus légèrement dit, faut-il préférer Berthe Rancantat à Berthe Sylva ?

Ok, je sors !

 P.S. 1 C’est juste une question pour rire, chère Lakévio !
P.S. 2 Je n’ai absolument rien contre toi, Bertrand !
P.S. 3 A la version Krapov des "Roses blanches", on peut préférer l’"Histoire de rose" de Robert Lamoureux, dans la version de Mémé les Watts, ci-dessous.

Ecrit pour le jeu de Lakévio n° 114 d'après cette consigne

Posté par Joe Krapov à 13:59 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 juin 2018

DERNIÈRE CONSIGNE POUR LE BONHEUR

Lakévio 113 Anne-Françoise Couloumy 120487462

Ici elles ont vécu de nombreux moments fous dont il ne reste rien excepté cette feuille sur le sol.

Tout brille comme un sou neuf et tout est prêt pour recommencer comme hier et comme toujours. Les devoirs de physique, les dessins, les brouillons pourront se glisser sous le buffet des mômes ; les pubs et les flyers tomber du vide-poches, les courriers des impôts, des enveloppes diverses et des listes de courses sortir du porte-revues. Ils feront ce qu’ils voudront ceux qui viendront derrière elles.

Une porte refermée. Un dernier tour de clé. Elles s’en vont, les deux petites vieilles, roides, squelettiques et encore pleines d’une terrible énergie, vers un futur qu’on devine moins drôle.

Ils feront ce qu’ils voudront ceux qui viendront derrière elles seulement ils sont prévenus ; le billet est explicite. C’est en effet une lettre. Rédigée de leur plus belle écriture. Pleine de pleins et de déliés. Un ultime conseil de deux sœurs philosophes :

« Cher.e .s successeur.e.s

Nous prierons tout ce qui nous reste de vie pour que ce logis qui fut le nôtre vous soit immensément bénéfique et porteur de nombreux petits bonheurs indicibles (ce sont les meilleurs) comme il le fut pour nous.

Une seule condition pour obtenir ceci : que le sol de ce F4 soit toujours merveilleusement ciré.

Recevez l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Signé : les soeurs Fourmi, fées du logis. »

Et moi, poète, je m’écrie :

« Ô lettre sur le sol ! Il ne reste que toi pour témoigner d’hier…

… et un bidon de cire posé sur le linoléum du sombre corridor ! »

Ecrit pour le jeu n° 113 de Lakévio d'après cette consigne

Posté par Joe Krapov à 10:43 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

24 juin 2018

REVOIR EN REPLET !

Personnages-celebres-Les-Schtroumpfs-Schtroumpf-bricoleur-73334

Si vous avez raté un épisode de votre série préférée (ou sauté un Défi du samedi !) remerciez le Schtroumpf bricoleur ! En s’inspirant du ventre rebondi du Schtroumpf gourmand, il vient d’inventer le mode replet !

Ca donne des choses comme cela :

LE SCHTROUMPF DU SCHTROUMPF

Couplet 1
Ça c'est le schtroumpf
Oui c'est le schtroumpf du schtroumpf

Un schtroumpf de schtroumpf pas trop schtroumpf
Avec un schtroumpf au bout

Fais un schtroumpf et mets du schtroumpf par-dessus le schtroumpf
Et schtroumpfe dans ton schtroumpf un bon coup

Refrain
Puis on va se schtroumpfer en schtroumpf
Même en Schtroumpf patois je m'en schtroumpfe

Je schtroumpferais même un Schtroumpf
Je schtroumpferais un Schtroumpf
Je schtroumpferais même un Schtroumpf en schtroumpf

Je schtroumpferais même un p'tit Schtroumpf
Je schtroumpferais même un vieux Schtroumpf
Je schtroumpferais même un grand schtroumpf en schtroumpf

Bien sûr, pour l’instant la chaîne est cryptée mais le décodeur, ci-dessous, est gratuit !
 



Ecrit pour le Défi du samedi n° 512 d'après cette consigne : Schtroumpf


13 juin 2018

99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. 42, Onomatopées

Miam Miam
Vraoum Kaï Kaï Kaï

Bêê Bêê Bêê Bêê Toc   Boum 
Couic  Crac 

Scratch  Shazam 
Zap  no zip 

Gloup 

Slurp  Hic Burp  Mmmh  
Ronron Rrr Zzz Zzz Zzz

 

Le dragon, affamé, s’approche du troupeau, envoie d’un coup de patte valser à cinquante pas le chien du paysan.

Les brebis affolées se jettent sur l’enclos mais le monstre a tôt fait de tordre le cou à l’une.

Sans même prendre le temps de la faire cuire – quel besoin d’un barbecue quand on crache soi-même des flammes ? – il l’engloutit

Puis il va se désaltérer dans le courant d’une onde pure, émet un rot sonore et se pose sous un arbre pour digérer tranquille en se tapant une petite sieste

Pouah  Aaargh  Aïe aïe aïe 
Bouh hou hou  Snif 

Tap  Tap  Tap  Drelin Drelin 
Smack  Smack  Groin  Groin
"Tagada Tagada  Toc Toc  Vlan
Patatras Sob"

 

Un peu plus tard le paysan découvre le carnage et se lamente en comprenant sa douleur.

Aussitôt il se rend chez Dame Christiane, la responsable locale de la FNSEA, lui claque deux bises car ils sont copains comme cochons et il l’enjoint de partir à cheval pour aller au château du roi Vlan lui dire le malheur qui leur tombe sur la gueule

Frou frou 
Fft Fft Pschitt pschitt
Vlan Whao 
Ah Ah Ah
Hou Beurk

Hue  Hiiiii  Tagada Tagada Cataclop Cataclop Toc toc Drelin drelin
Frou frou
Coucou Bla bla bla bla bla bla Vlan Bing Bling-Bling Oups Vlan Taratata Pouët Pouët Taïaut Taïaut
Smack Smack
Frou Frou

Dame Christiane va mettre la plus belle de ses robes de voyage, elle s’apprête, se parfume puis redescend. C’est que ce n’est pas rien de rendre visite au roi Vlan ! Autant ne pas se présenter devant lui avec des sabots de paysanne : les capitaines auraient vite fait de l’appeler « Vilaine »

Elle enfourche son cheval qui file au galop jusqu’aux portes du palais. Elle toque à la porte, tire la sonnette et après qu’on l’a introduite elle fait frissonner sa belle robe à traîne sur le carrelage de la salle du trône. Elle se présente, expose la situation et le roi ainsi que les courtisans sont assommés par la nouvelle. Le monarque lui annonce qu’il va battre le rappel des ses troupes et faire donner la cavalerie afin de chasser le monstre. Il lui claque deux bises sur les joues en signe de compassion et la syndicaliste prend congé en faisant froufrouter sa robe d’apparat.

 

Rantanplan Rantanplan Taratata Trutt Trutt Banzaï Youhou Rintintin
Floutch Coa Coa
Fissa fissa Ouste Pschitt Pschitt Piou Piou cataclop Cataclop
RTL Zou
Chpong 
Bzz Bzz Bzz

Zonzon

La roi a fait battre tambour et lancé le rappel de ses preux chevaliers. Il les exhorte à débarrasser le royaume de ce qui n’est au fond qu’un gros lézard à injection, un allume-gaz monté sur des cuisses de grenouilles. Mais ses seigneurs s’avèrent des lâches et vite fait bien fait ils replient leurs gaules, montent sur leurs grands chevaux et retournent de calfeutrer dans leur duché par amour du luxe en bourg. Le roi reste tout seul dans son palais. Dans le grand silence attristé on entendrait voler une mouche mais en fait ce n’est qu’un moustique.

Cui Cui Cui Cot Cot Kodak
Miam Slurp Mmmh
Ding Dong Ding Dong
Chabadabada Allô  Bla Bla Bla Vlan Snif
Boum Boum Cocorico
Heula !

Dans les tréfonds de la campagne sarthoise, pas très loin de l’endroit ou Dame Pénélope Fillon fabrique des confitures, Saint-Georges fait une retraite à l’abbaye de Solesmes. Quand soudain son téléphone portable sonne. C’est le roi Vlan, embarrassé, qui pleurniche au bout du fil pour bénéficier de ses services de décapiteur en chef de poulets aux usines agro-alimentaires LDC de Sablé-sur-Sarthe

Youpi Youp Olé Olé Vlan
Alleluia

Le roi Vlan est content (il faut bien que le corps exulte) : le justicier sarthois a accepté de lui venir en aide

Tic Tac 
Shazam 

Teuf teuf Tut Tut
Pouët Pouët Atchoum

Bing Bling Boing Boum Chtac Couic Crac Flac Flatch Floc Pan Pif Ploc Plop Pof Pouf Poum Schlac Scrotch Tac Toc Vlan Atchoum

Flac Floc Glou Ploc Pouf Pout Tip Vlouf Houla Aïe Aïe Aïe Badaboum Baoum Boum Pan Pataras Atchoum

En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire Saint-Georges est là.

Il a fait la route sur son tracteur Massey-Ferguson et le voilà qui corne à la porte du dragon.

 Après moult estocades portées à la bête il sort victorieux de ce combat malgré un rhume des foins sérieux ramené de Solesmes ou l’été est parfois très sec



(Bon, c'est vrai, l'agonie du dragon dure une petit peu trop mais parfois j'aime bien tirer à la ligne  plutôt que de pointer à l'Agence Nationale de la Panne d'Ecriture !)

Smack Smack smack guili guili
Hi Hi Hi Ha Ho Hé Hmmm Miam Miam Youf Schlika Schlika Wham Wham Aaaarg Maman  Olé Olé Rhaa lovely Hmmm
Prout

Dans cette version-ci Saint Georges, en récompense, fricote grave avec la fille du roi. Je vous signale que ça fait quand même quarante et une fois qu’elle reste assise sur le banc des remplaçants à compter les points ! Et ce Saint-Georges, il a beau être dévot, il n’en est pas moins homme : il faut bien que le corps exulte. Et puis tant pis si ça ne vous plaît pas : j’écris tout qu’est-ce que je veux, d’abord, ici ! Na !

1718-32 Saint-Georges et le dragon (Münich) ouille

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 12 juin 2018
d'après la consigne ci-dessous

11 juin 2018

LE GENRE DE GARS AVEC LESQUELS IL FAUT COMPOSER, PARFOIS, J’TE JURE !

Lakévio 111 Harold Harvey - Lettre à Elise

Ma chère Elise

J’ai tellement tapé comme un sourd sur mon piano toute cette journée que je n’ai plus aucune énergie pour ce qui est de te proposer la bagatelle.

Elle est en la mineur, elle n’a pas de numéro d’opus et c’est la 59e de mes œuvres sans numéro. Woo ! Il y a de quoi perdre le Nord, n’est-il pas, si les œuvres sans numéro en ont quand même un !

J’aurais bien aimé que tu la lises, que tu la déchiffres, la joues, l’apprécies et que tu m’offres en remerciement une bise.

Mais le début pour toi n’est pas assez balèze aussi vais-je l’offrir à Thérèse.

Je ne pense pas que l’Histoire retiendra cette oeuvrette !

Ludwig Van B., peintre naïf.
 



Ecrit pour le jeu de Lakévio n° 111 à partir de cette consigne.

Posté par Joe Krapov à 05:59 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 juin 2018

TÊTE DE SÉRIE MYSTÉRIEUSEMENT ÉLIMINÉE A MELBOURNE !

A quatre pattes sur la moquette, je m’étais mis en quête de ma paire de chaussettes.

Houla le mal de tête ! Quelle tempête sur le faîte de mon crâne ! Mes aïeux, quelle casquette ! Tout tournoie ! Faut que j’arrête la piquette ! Pourtant je n’avais rien bu la veille. Juste un peu d’anisette. Et aussi plus bas, quel besoin de balles neuves, quelque part !

Quand je soulevai la couette tombée dans nos ébats de cette nuit de fête, je trouvai ma conquête dans une posture fort peu coquette. Sûr qu’elle avait une drôle de binette, toute violacée sur la moquette, étranglée qu’elle était avec les cordes d’une raquette. Finies les galipettes, ma minette !

Pas de doute, comme disait le maître de requêtes Samuel Beckett, il allait bien falloir que j’échappe à l’enquête.

Et tant pis si j’étais le principal suspect.

Ah non : y avait aussi cet aviateur français, Roland Garros, à qui Phryne balançait sans cesse «Roland, arrête, t’es bête ! ».

Et l’écrivain également, un nommé Dashiell Hammett, qui ne m’avait pas semblé très honnête quand il jouait à la roulette.

Tout partait en sucette ! Mauvaise pêche ! En levant Miss Fisher, cette drôle de midinette, j’avais fait une boulette et perdu le premier set !

Je remis mes baskets, ma liquette, ajustai le toutime et je pris la poudre d’escampette. Par la sortie de service, bien entendu ! Pas question que je tombe dans les filets du brigadier Collins et de l’inspecteur Robinson, ces enquêteurs à la noah !
 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 510 d'après cette consigne : Quête

N.B. : Si vous aimez ce genre de jazz, vous pouvez écouter la B.O. de ce feuilleton ici.
Autre chose : l'interprète de Miss Fisher s'appelle Essie Davis. ca vous la coupe non ?

07 juin 2018

99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. 41, STYLE EXPRESSÉMENT COQUIN

180521 Nikon 009

Il s’appelait Paul Ledragon mais on le surnommait Popaul. C’était un chemineau qui se faisait employer comme journalier ici ou là. Il n’était jamais le dernier à aller cueillir la pâquerette derrière un talus, à demander becquée à Vénus ou à s’enivrer de sa bouteille mais quand il allait en pantoufles par le chemin sec il se calmait, il regagnait les villes où ça sentait l’avoine, prêt à accepter tous les boulots comme on prend ce qui tombe de l’étagère.

Ce jour-là, le 20 octobre 1854, Popaul Ledragon était venu boire du ratafia au Pont de Neuilly. C’était une gargote qui s’appelait ainsi parce qu’elle était sise près du pont de Neuilly-sur-Marne. Dans la période précédente, Popaul avait vécu au clair de lune et il en était réduit, comme souvent, à se contenter du café du pauvre.

Il avait demandé à la patronne s’il y avait de l’embauche dans la région.

- Nous on cherche un plongeur, déjà !

- Un plongeur ? Dans la Marne ? Avec un scaphandre de poche ? Pour aller récupérer les noyés ?

- Non, mon gars ! Nous, c’est Albert Leroy et moi ! Et le plongeur c’est pour faire la vaisselle du restaurant !

Ledragon avait dit banco et il était devenu l’homme à tout faire du « Pont de Neuilly ». On ne le reconnaissait plus. Il faisait les cuivres façon grand hôtel ; en cuisine il décortiquait la crevette comme pas un ; il faisait la lessive d’Albert et mettait ses chaussettes à la fenêtre ; bref il sculptait l’atmosphère de manière telle que personne n’eût voulu en changer. Ainsi il donnait toute satisfaction et même plus vu qu’affinités avec la Zézette qui tortillait de la crinoline devant lui.

P 94 04 Sablé - Fête des écoles (26-06-94) + Montgolfières au Comice agricole 20 réduite

Comme il avait le nez tourné à la friandise il avait très vite senti que la patronne avait un frelon dans le module, qu’il existait en elle un trésor à faire étinceler. Il avait deviné qu’Albert, de ce côté-là, s’était endormi sur le rôti. Pour ce qui est de s’expédier chez Montgolfier, il y a des gens comme ça qui, avec un scoubidou de sous-officier de réserve, sont capables de devenir très rapidement des académiciens de la flanelle. Albert Leroy en était : sa petite musique de nuit était passée du B-dur au bémol et les seins de Zézette mouraient comme des melons.

A la façon dont elle faisait des yeux de carpe pâmée en le regardant travailler, il avait compris qu’elle en était réduite, pour chanter Ramona, à faire résonner sa petite guitare cachée.

Un jour qu’Albert était parti au ravitaillement à l’autre bout de Paris chez son neveu Georges qui était grossiste près de l’abbaye de Longchamp, Popaul avait aisément réussi à faire cascader la vertu de l’aubergiste. Il lui avait déballé le Mon chéri et elle n’avait pas tardé à crier Maman. Bref il avait mangé en hachis les restes du gigot et les deux s’en étaient trouvés bien.

Cela faisait six mois que ce manège durait. On était maintenant au signe des gémeaux, fin mai, début juin. Zézette n’avait jamais été aussi resplendissante ni Albert aussi suspicieux. Il la regardait qui tournait et retournait son éventail et il lui trouver un petit air à faire voler son dragon comme elle en avait à l’époque de leurs fiançailles. Son dragon ou son Ledragon ? Très vite cette association d’idées fit tic tac dans ce qui lui restait de cervelle et il comprit ce soir-là ce qui devait se tramer ici les jours où il allait chercher boustifaille et tonneaux à Longchamp.

Albert Leroy ne vécut plus dès lors qu’avec cette question : Comment se débarrasser de ce chaud de la couche ? Comment mettre les bagatelles à la porte ? Bien entendu, sans agacer le sous-préfet, sans rendre publique la paire de cornes que sa sauterelle d’édredon lui faisait porter. A-t-on idée aussi, ô femme folle, d’avoir le bonbon qui fait robe à queue ?

Il s’ouvrit de son dilemme à son neveu Georges. Le neveu était un drôle à la fesse tondue ! Il était sexy comme un curé dans un prunier mais à part ça c’était un homme de bon conseil, très inventif et l’on disait de lui qu’il avait toujours du boudin à apporter à sa cousine.

- Ta tante Zézette s’applique un homme sur l’estomac. Mais c’est à moi que le cataplasme pèse.

- Y’a pas de quoi se mettre en capilotade à cause d’un dénicheur de fauvettes qui a emprunté un pain sur la fournée, Tonton ! Mais ton gars Popaul, on va le faire cheminer autrement que des pieds. Je sais comment le faire cesser de grimper aux rideaux !

180428 Nikon 083

On ne sait pas comment Georges s’y prit mais trois semaines après, sur l’esplanade au pied du pont de Neuilly-sur-Marne un chapiteau immense était dressé. Des clowns, des acrobates, des trapézistes, des singes et même un éléphant traversèrent toute la ville dans une parade folle pour annoncer la représentation du cirque Carelli.

On ferma l’auberge ce soir-là et, à la demande insistante d’Albert, Ledragon accompagna les tauliers du pont de Neuilly à la fête. Tout se passa bien pour tout le monde jusqu’au moment où le dompteur hypnotiseur, Zorbak le Grec, demanda à Popaul de descendre sur la piste pour ce qui allait être, selon lui, le clou du spectacle.

Le lion ouvrit grand sa gueule, le dompteur mit la tête du factotum dedans. Il y eut un roulement de tambour, le canon tira sa poudre aux moineaux et… le lion ferma sa gueule !

Ben oui, parfois ça accidente sur la piste. On laisse les chats aller au fromage et finalement les fauves mangent les papiers des petits fours ! Quand on prend les chemins de Fatima, il y a des risques ! Quand on mène Popaul au cirque aussi !


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 6 juin 2018
d'après la consigne ci-dessous.



02 juin 2018

SORTIR DE SA BULLE

vaillant_387_1

En aurai-je vu défiler, des phylactères !

Et qu’est-ce que je pourrais vous soûler avec cet itinéraire qui va de Placid et Muzo à Fabcaro en passant par les héros de Vaillant, Pif-Gadget, Tintin, Spirou, Pilote, Charlie Mensuel, A suivre, Fluide glacial…

Comme j’ai décidé de faire court je vous livre juste un petit jeu très facile. Saurez-vous trouver quel personnage de bande dessinée a prononcé ces paroles dans un phylactère si mémorable que je m’en souviens encore ?

1 Bretzel liquide !
2 Je suis mon cher ami très heureux de te voir !
3 C’est un Alexandrin !
4 Je veux être calife à la place du calife !
5 I’m a poor lonesome cow-boy far away from home
6 Et combien de sucres dans thé à toi, subséquemment mille tonnerres ?
7 Ne négligeons pas le fait que je suis peut-être génial !
8 Pas glop ! Pas glop !
9 Ils sont fous ces Romains !
10 Je ris de me voir si belle en ce miroir
11 Venise sera ma fin
12 Je dirais même plus
13 M’enfin ?!

A Bianca Castafiore
B Corto Maltese
C Dupond (ou Dupont ?)
D Iznogoud
E Le Concombre masqué
F Lucky Luke
G Numérobis
H Obélix
I Panoramix
J Pifou
K Snoopy
L Tempête rose (dans un album de Chick Bill)
M Gaston Lagaffe

Finalement, je suis bien content ! Mon intention première sur ce défi était de coincer la bulle !
Comme quoi je peux encore en sortir, de ma bulle !

N.B. Pour avoir la solution des devinettes, retournez l'écran de votre ordinateur ! ;-)

sOLUTION DU JEU 509

 

 


Ecrit pour le Défi du samedi n° 509 à partir de cette consigne : phylactère

Posté par Joe Krapov à 07:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,