11 décembre 2019

LES SŒURS TATIN N’EN FONT JAMAIS D’AUTRES ! : SAYNÈTE

AEV 1920-12 four des soeurs tatin

Madeleine - C’est maintenant que t’arrives, Mathilde ?

Mathilde - Je remets toujours tout à plus tard ! Tu sais comment je suis ! J’ai oublié d’acheter des poireaux sur le marché samedi alors je suis allé à la supérette. J’en avais besoin pour ma vinaigrette

Madeleine - En attendant, c’est encore moi qui ai dû éplucher toutes les pommes pour le dessert !

Mathilde - Mais enfin, Madeleine, ne te plains pas ! Tu adores faire la cuisine ! Tu n’as jamais su assumer tes contradictions et là où il n’y en a pas, voilà que tu en crées !

Madeleine - Mais toi aussi, faut voir ! Tu es toujours partie ! A la moindre occasion tu es rendue dehors. Tu bavasses et tu tatasses avec tout le monde ! Tu rencontrerais un chien avec un chapeau tu l’inviterais à boire un verre au bistrot ! Tu aimes parler des autres avec n’importe qui. Tu n’as pas dit du mal de moi, au moins ?

Mathilde - A qui ?

Madeleine - Au chien avec un chapeau !

Mathilde - Mais enfin, Madeleine, arrête ta parano ! Ca te rend vraiment désagréable et personne ne t’y oblige, à chercher des noises !

Madeleine - En attendant, c’est comme ça ! Heureusement que je ne t’attends pas pour mettre en route la cuisine de l’auberge. Heureusement que je ne compte pas sur toi ! D’ailleurs la minuterie vient de sonner, la tarte est cuite. Je vais la retirer du four.

(Elle ouvre la porte du four qui fait un grand bruit de "kling", de "klong" et de "clap").

Dégage le plan de travail ! Mets-moi un dessous de plat au milieu ! Aaargh ! Qu’est-ce que c’est qui se prend dans mes pieds ? C’est le chat ? Attention, gare-toi, ça m’échappe des mains !

Mathilde - Désolée, ce n’était pas le chat, c’est mon cabas avec les poireaux pour ma vinaigrette

Madeleine - C’est malin de l’avoir laissé traîner dans le passage ! J’en suis toute retournée et la tarte aussi !

Mathilde - Y’aura qu’à la servir comme ça et prétendre que c’est une nouvelle recette qu’on a inventée !

Madeleine - Tu m’énerves avec tes certitudes, Mathilde Tatin ! Il y a des jours où tu mériterais des tartes !

AEV 1920-12 soeurs tatin

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 10 décembre 2019
d'après la consigne ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 21:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


IL FAUT ÊTRE RÉSOLUMENT MODERNE : SAYNÈTE

AEV 1920-12 enigme-pourquoi-sorciere-balai

Le marchand - Et quand vous chevauchez votre balai, la nuit, dans le ciel, Madame la sorcière, ça vous arrive de pleurer ?

La sorcière – Si je prends une poussière dans l’œil, oui, peut-être. Mais ne cherchez pas à déceler où sont mes points de fragilité. Si vous espérez des aveux, vous pouvez attendre longtemps !

Le marchand - Oui, je sais, vous êtes une cliente du genre coriace. Cet aspirateur-traîneau, ça ne va pas être coton de vous le faire acheter, foi de vendeur d’électro-ménager de chez Darty ! Si la première intuition est la bonne, avec vous c’est mal barré, je le sens bien ! La verrue sur le nez, le chapeau pointu, les toiles d’araignée, vous faites bien partie de l’ancien monde ! Et cette balayette à chiotte géante qui vous sert de véhicule, c’est sûr, vous n’êtes pas Samantha 2.0 !

La sorcière – Tu n’es pas un peu binaire, toi, mon p’tit gars ? Est-ce que je te demande si ton habit fait le moine ? Ta barbe de trois jours, elle est là pour cacher ton unique neurone ?

Le marchand - J’ai des idées, grand-mère, mais elles ont du mal à sortir ! Laissez-moi dérouler mon argumentaire, j’arrive au bout : sur cet aspirateur-traîneau, pas même besoin d’atteler des chevaux-vapeurs ou autre chose ! Le père Noël nous a acheté le même pour remplacer ses rennes. C’est sur ce modèle là qu’il effectue sa tournée des cheminées cette année !

La sorcière – Allez, jeune homme, remballe ton tuyau percé ! Va te faire googler ailleurs ! J’ai bien compris que tu veux me fourguer un de ces véhicules électriques à la mode. T’es bien gentil mais ton engin de la mort, où est-ce que je vais brancher la prise pour qu’il s’envole ? Et quand elle est rendue au bout des quinze mètre de fil, qui est ce qui retombe par terre cul par-dessus chemise ? Mary Poppins !

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 10 décembre 2019
d'après la consigne ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

LA FEUILLE ET LE STYLO : SAYNÈTE

Le stylo – A votre avis ? Qu’est-ce qu’il y a après la vie ?

La feuille – C’est ton problème, mon vieux ! Cette question-là, c’est la bouteille à l’encre. Quand tu n’en auras plus on te balancera sans doute et on te remplacera par un autre ! Mais n’y pense-pas tant que tu peux te la couler douce ! Vivre, c’est donner tout ce qu’on a comme jus !

Le stylo - Justement, j’ai l’impression que mes lettres pâlissent ! 

La feuille - En tout cas, je suis ravi de t’avoir connu. T’es mignon à croquer, t'as un joli capuchon rouge ! Mais je me demande si tu me feras de bons souvenirs !

Le stylo - Ce n’est pas de mon fait. Tout dépend de celui qui me noircit. De celui qui écrit. Si on est dans un atelier d’écriture votre durée de vie avant de tomber dans l’oubli ne dépassera guère une semaine !

La feuille – J’aime bien les gens désabusés comme toi ! Tu tires toujours à la ligne ? Tu jettes encore l’encre, mon petit bateau ?

Le stylo – J’ai la lenteur dans le sang mais ça sent la panne d’inspiration là-haut ! Je crois que le gong va sonner pour l’écrivant. Vous reviendrez la semaine prochaine ?

La feuille – Va y Frankie, c’est bon ! On verra ! Peut-être bien que je vais finir à la poubelle dès ce soir ! Va savoir !

AEV 1920-12 plume

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 10 décembre 2019
d'après la consigne ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,