12 novembre 2021

En un mot comme en cent. 9 novembre 2021, Hommes et femmes

Hommes et femmes prenant le bus avec un masque sur le nez.

Hommes et femmes chantant du Brassens assis avec un masque sur le nez

Homme et femmes écrivant sans masque sur le nez.

Un mardi ordinaire dans un monde extraordinaire.

2021-11-04 - 285 24

2021-11-04 - 285 28

2021-11-04 - 285 29

2021-11-04 - 285 33

2021-11-04 - 285 38

 Photos prises à Rennes le 4 novembre 2021

Posté par Joe Krapov à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


06 février 2021

N'ORMEAU-LISATION

200225 Nikon 219C’est dans le quartier de Quineleu, à Rennes, que se trouve la rue des Ormeaux. Je n’ai pas grand’ chose à en dire sinon qu’ont vécu ici, pas très loin, dans l’impasse de la Herpe rebaptisée rue Albert Martin, les arrière-grands-parents puis les grands-parents de mon épouse.

Ce quartier du sud immédiat de la gare est resté presque dans son jus, à base de maisons de cheminots. Elles sont aujourd’hui habitées, comme celles du quartier Sainte-Thérèse, par une population de bourgeois-bohême. Mais qui peut se payer le luxe d’habiter un centre-ville aujourd’hui sans entrer peu ou prou dans cette catégorie ?

Le meilleur moyen de gagner ce quartier de Quineleu est de passer, sans faire le zouave, par-dessus le pont de l’Alma qui enjambe les voies de chemin de fer et près duquel aucune princesse anglaise ne vient se crasher ou alors c’est qu’on ne me dit pas tout.

200225 Nikon 186Au bout du pont vous tournez tout de suite à gauche dans la rue de Châtillon et vous passez entre les lieux d’enfermement les plus emblématiques de la ville de Rennes. Sur votre droite se trouve la prison des femmes et sur votre gauche cet immeuble de bureaux neufs complètement grillagé que j’ai pour ma part baptisé « la Burqa ». Le vocable « architecte » est un gros mot partout, pas seulement à Bruxelles, et le concept de permis de construire débouche très souvent sur une insulte à l’environnement.
 

200225 Nikon 184Après, vous vous perdez dans un labyrinthe de rues presque toutes semblables les unes aux autres et surtout envahies par des SUV stationnés-là parmi d’autres voitures de taille imposante. Le concours de celui qui a la plus grosse n’est toujours pas terminé.

Comment remettre de la poésie dans tout cela ? C’est bien simple suggéré-je à Nathalie A., notre maire préférée, que j’aime bien quand même malgré ses partis pris architecturaux ultra-minéraux et limite très moches. En rebaptisant tout ! Puisqu’il y a une rue des Ormeaux, faisons comme dans les lotissements neufs : créons l’unité du lieu par la thématique maritime ou zoologique induite par ce nom de rue ! Appelons Brigitte Bardot à la rescousse ! Rebaptisons les rues de Quineleu à l’aide de coquillages et crustacés !

Exit la rue de Riaval, fin de la rue Jean Boucher, arrêtons-nous à la poissonnerie !

Voici mes suggestions du jour :

200225 Nikon 228

Rue de la Môme Crevette, personnage de Georges Feydeau
Rue de la Moule rieuse
Rue de la Bernique hurlante, café rennais
Rue Marcel Gamba
Rue Bernard Lhermitte, frère d’acteur
Rue des Sœurs Palourde (elles étaient de mœurs légères)
Rue des Longs couteaux (à éviter la nuit)
Rue Homard Matuer
Rue du Crabe aux pinces d’or
Rue Abalone Some, cow-boy
Rue des Quatre praires d’Altona
Rue O. Bulot (elle donne dans la rue des Trois huît·re·s)
Rue Coquillard Saint-Jacques
Rue Casse-corps et Mollusque
Rue Yoko Bigorneau
Rue de l’écrevisse platinée
Rue Jean Tanlamer
Rue de la Naissance de Vénus
Rue Monseigneur Pétoncle-Walrus, prélat belge

***

200225 Nikon 217Marina B., mon épouse préférée, m’insinue dans les conduits auditifs que la rue des Ormeaux aurait été ainsi dénommée en référence aux arbres qui portent ce nom ou aux jeunes ormes plutôt qu’à ces coquillages en voie de disparition..

En arrivant à la fin de ce billet, il se pourrait donc que j’aie tout faux quelque part ! Voilà ce que c’est que d’emboîter le pas à la première idée qui passe en arborant un « suivez-moi-jeune-orme » derrière son chapeau !

Si malgré cela j’ai le droit de revenir en deuxième semaine, je repartirai de zéro et parlerai du jeu Abalone que je ne connais pas et auquel sans doute je ne comprendrai rien non plus !

Car voilà, la preuve en est apportée à nouveau : en ce bas-monde l’imbécile curieux et indigeste survit mieux que le coquillage nacré, comestible et fort couru !


Ecrit pour le Défi du samedi n° 649 d'après cette consigne : abalone

28 février 2020

Autour de la gare à Rennes le 25 février 2020 (2)

200225 Nikon 170

200225 Nikon 171

200225 Nikon 179

200225 Nikon 180
- Mais... Pourquoi est-ce que vous mettez des barreaux devant les fenêtres ?
- Ce ne sont pas des barreaux, c'est l'escalier de secours !

200225 Nikon 181

Posté par Joe Krapov à 10:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Autour de la gare à Rennes le 25 février 2020 (3)

200225 Nikon 182
Peut-on encore voter pour des gens qui laissent construire de telles horreurs ?
Peut-on voter pour d'autres gens qui feront peut-être pire encore ?

200225 Nikon 184
Comment s'appelle cet immeuble grillagé ?
- Le Tchador. C'est un clin d'oeil à la prison des femmes qui se trouve en face.
- Bravo ! Bonjour le concept !

200225 Nikon 186
Bonjour le choc visuel pour elles le jour où elles sortiront !

200225 Nikon 188

200225 Nikon 189
- Et ces pylones de camp de concentration ce sont... ?
- Des lampadaires !

Posté par Joe Krapov à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Autour de la gare à Rennes le 25 février 2020 (4)

Evidemment un artiste trouvera toujours de la beauté dans la chose.
Merci, Monsieur Effet-Créatif ! T'es vraiment con-tradictoire, Joe K. !

200225 Nikon 156

200225 Nikon 163

200225 Nikon 169

200225 Nikon 173

200225 Nikon 178

 

Posté par Joe Krapov à 10:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,