19 décembre 2016

Illuminations de Noël dans les rues de Rennes le 17 décembre 2016 (3)

161217 Nikon 012
Lumières, embrasons-nous sous le gui !

161217 Nikon 015

161217 Nikon 016

161217 Nikon 017

 

LIMERICK DE LA SCIENCE DU PLURIEL

Un opus, des opera.
Un opéra, des rues Picpus.
Les petits rats
Ne désirent pas
En savoir plus.

Posté par Joe Krapov à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Illuminations de Noël dans les rues de Rennes le 17 décembre 2016 (4)

161217 Nikon 019

161217 Nikon 022

161217 Nikon 025
Lampadaire :
Grand patère
Où adhère
La lumière

161217 Nikon 030

Posté par Joe Krapov à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 novembre 2016

Le tour des étangs du Rheu (Ille-et-Vilaine) le 1er novembre 2016 (8)

161101 Nikon 049

161101 Nikon 057

161101 Nikon 065

161101 Nikon 075
Sous chacune de ces images
Il faudrait écrire
Un joli poème

Ca compenserait en innocence
Pour le nombre de gens
Qui promènent un fusil
Et la haine de l'autre
De par le vaste monde

Posté par Joe Krapov à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

19 octobre 2016

QUAND TU RONFLES : M(O)RPHEE AU PARADIS

Quand tu ronfles
Faut-il que je siffle ?
Faut-il que je te gifle ?
Que je te file une mornifle
Quand tu ronfles ?

AEV 1617-06 sieste 1

Quand tu ronfles
Faut-y t’pincer l’nez ?
Faut-y t’réveiller ?
Faut-y t’retourner
Quand tu ronfles ?

Quand tu ronfles
Tu me laisses vraiment en carafe
Je reste muette comme une girafe.
Y faut-y que j’te colle des baffes
Quand tu ronfles ?

Quand tu ronfles
Est-ce un cas de majeure force
Pour que je demande le divorce ?
Est-ce que tu parlerais en morse
Quand tu ronfles ?

AEV 1617-06 sieste 2

Quand tu ronfles
Tu deviens un gros tunnelier,
Tu nous perces une ligne B,
Tu fais trembler l’quartier d’Cleunay
Quand tu ronfles !

Quand tu ronfles
Franchement tu me désespères !
Tu fais tomber Monsieur Richter
De son échelle : il s’vautre à terre !
Quand tu ronfles

Quand tu ronfles
T’arrives à réveiller Morphée !
Il m’emmène pour me consoler
Visiter sa vieille canopée :
Les nuages y sont canapés
Quand tu ronfles.

AEV 1617-06 sieste 3

Quand tu ronfles
Je compte sept moutons, j’ monte au ciel
Avec l’homme providentiel
Et nous allons à l’essentiel :
De son amour je fais mon miel
Quand tu ronfles.

Quand tu ronfles
Pendant que tu dors comme une souche
Il me propose du bouche à bouche :
Petit à petit je découche
Et tu ne vois là rien de louche
Puisque tu ronfles !

Et lorsque tu ne ronfles plus
Tu te réveilles chiffonné
Avec la gueule enfarinée
Des cocus du p’tit déjeuner.

AEV 1617-06 sieste 4

Et lorsque tu ne ronfles plus
Il t’est poussé, pendant l’sommeil,
Des cornes à nulles autres pareilles.
Moi je souris à cette merveille ;-)

Et lorsque tu ne ronfles plus…
Fallait pas te piquer la ruche !
C’est fou maint’nant comme t’as l’air cruche
Une fois dégonflée la baudruche !

Et lorsque tu ne ronfles plus…
J’attends très fort que tu r’commences !
J’aime Morphée avec démence !
Viv’ment ce soir qu’il m’ensemence !

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 18 octobre 2016
d'après la consigne ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

LA CHOUETTE

AEV 1617-06 Chouette

 La chouette effraie
Ton poisson ne l’est pas

Le chrétien étouffe
L’herbe sous ses pas

Le canard s’ébroue
Par-dessus deux noix

Le babouin épile
Sa face de gourmand

La belle montre étanche
Glisse dans l’étang

Le renard étripe
Le road movie du toucan

Un ourson épluche
Des notes de frais
Et se frotte le nez

La chouette effraie
Ton poisson ne l’est pas

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 18 octobre 2016 
d'après la consigne ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 11:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


09 octobre 2016

SAM'DI TOUT L'MONDE REVIENT POUR LA SUPER SOIREE DIAPOS !

 

Il suffit de dire « Sésame »
Et la porte de la caverne
S’ouvre sur les trésors cachés.

Il suffit de dire « Brantôme »
Et de vieux ponts sur la rivière
Posent la question du parcours.

Il suffit de dire « Brantôme »
Et tu fais six au jeu de l’oie :
Tu rejoues tes pas au hasard.

Il suffit de dire « Brantôme »
Et par trente-huit degrés tu trempes,
Tu siestes, tu lis, tu farnientes.

Il suffit de dire « Brantôme »
Et la pie t’apporte la clé
qu’elle a volée à Rossini.

Les rubis de la Castafiore
Liquéfiés dans le Bergerac,
Tu ne rebiffes aucune cave.

Il suffit de dire « Brantôme »
Et les kayaks se précipitent,
En régime, des bananiers.

Il suffit de dire « Brantôme »
Et l’on perd Igor en chemin
Dans ce massacre du printemps

Que joue l’été dans les sous-bois,
Enguirlandant le cœur des feuilles
Et promenant les hippocampes.

Il suffit de dire « balade »
Et tu pénètres des châteaux
Où trônent des curiosités.

Il suffit de dire « Bourdeille »
Et tu flânes, en d’autres jardins,
Parmi des fleurs d’âge moyen.

Il suffit de dire « vacances » :
Tout est changé par la magie
De la "prestigivacation".

Il suffit de dire « Brantôme » :
Toutes les dames sont galantes
Et le Périgord est plus vert.

Il suffit de dire « Brantôme ».
Ce philtre a des côtés puissants
Et j’en reprendrais bien un verre !

Mais je sais aussi être sage
Et archiver ces mille images
Pour les longues soirées d’hiver !

Ecrit pour le Défi du samedi n° 423 à partir de cette consigne

25 septembre 2016

FAMILLE THENARDIER, JE VOUS HAIS !

Ils continuent de ne pas s'embêter, à l'Université de Rennes 3 ! L'équipe de chercheurs un brin farfelus formée par le Pr Isaure Chassériau et les trois frères Park (Luna, Jurassic et Central) envoie toujours dans le passé son véhicule-robot baptisé Tornado afin d'en ramener des trésors (?) non parvenus jusqu'à nous. Il en est ainsi du poème ci-dessous, un  pastiche de Victor Hugo écrit par André Gide et que l'auteur a sans doute jugé bon de déchirer un peu avant de recevoir le prix Nobel de littérature en 1947. Remercions l'Université de Rennes 3 d'avoir récupéré ce document très intéressant pour l'histoire littéraire du XXe siècle.

FAMILLE THENARDIER, JE VOUS HAIS ! (un poème retrouvé d’André Gide)

AEV 16-17-02 dubout5

Si tu veux foutre le bordel
Au nouvel an chez ta belle-doche
Tu débarques en porte-jarretelles
En brandissant un tournebroche
Garni de blanches tourterelles !

Surtout, n’fais pas dans la dentelle,
Au nouvel an chez ta belle-doche !
Vas-y déguisé en poubelle
Avec des restes de cantoche
Dans ta chevelure poivre et sel ! 

AEV 1617-02 5176981

Comme Lady Gaga l’infidèle
Tu te recouvres de bidoche,
Tu joues au vieux Polichinelle
Et tu accroches en haut de l’échelle
Les plus turbulents des mioches moches
De ta belle-sœur Isabelle.

C’est fastoche de faire un festoche
De mauvais goût un peu cruel !
Je sais d’infâmes ritournelles
Extraites des « Fiancés de Loches »

Du genr’ « Le chat d’la mère Michel
Mixé dans la pâte à brioche » !

 A la petite Pimprenelle
Tu confisques sa vieille totoche,
Tu la lui caches dans l’eau d’vaisselle
Et à sa grande sœur, la gazelle
Qui crèche rue du Maréchal Foch,
Pendant qu’elle touille son vermicelle
Tu lui roules deux ou trois galoches !

AEV 1617-02 dubout6

Si tu veux foutre le bordel
Au nouvel an chez ta belle-doche
Tu viens avec la varicelle,
Avec la peau qui s’effiloche !
J’ai un pote qui boss’ dans l’cinoche,
Il connaît toutes les ficelles
Du maquillage gore qu’on s’accroche
Pour faire trembler les jouvencelles !

 Si t’es du genre intellectuel
Tu viens avec Aldo Ripoche !
Il jouera sur son violoncelle
Le « Concerto pour la main gauche »
Du dénommé Maurice Ravel
Ou de frondeuses tarentelles
Composées par Gérard Filoche :
Y’a pas plus chiant comme saltarelle ! 

AEV 1617-02 albert-dubout-le-prince-des-humoristes-7-m

Si ta famille, par les bretelles,
T’envoie ramasser une gamelle
Sur le pavé de la place Hoche
Tu as gagné ! C’est dans la poche !
Tu ne paieras plus la gabelle
De cette sinistre bamboche :
Tu ne fais plus partie des proches !

Et l’année prochaine, à Noël
Moët et Chandon plein la valoche,
Caviar de Russie à la pelle,
Tu pourras te taper la cloche
Sans te farcir les sales caboches
De ces messieurs et demoiselles !

Tu pourras te faire un cinoche,
Mireille Darc dans « La grande sauterelle »,
AEV 1617-02 62d7064dUn film avec Juliette Binoche,
Un vieux polar avec Bébel
Ou rester devant ta téloche
En te gavant de caramel !

Famille, je vous Gargamelle !
Vous ne méritez que taloches,
Horions et coups de manivelle !

Et je signe, sans anicroche :
Gavroche, rebelle de la Bastoche.

Les illustrations sont d'Albert Dubout et empruntées ici et là sur le web. Merci à l'artiste et aux généreux partageurs.

 Produit à l'Atelier d'écriture de Villejean et utilisé pour le Défi du samedi n° 421.

La consigne de Villejean était la suivante : 

 Belle ou moche ? 

 On collecte du vocabulaire : dix rimes, pas forcément riches, à l’adjectif « belle » et dix rimes «  à l’adjectif « moche ».

 On met ce vocabulaire en commun. On obtient ainsi la liste ci-dessous. Il est demandé d’écrire une chanson, un poème, un texte dans lequel on fait alterner les sonorités en « elle » et les sonorités en « oche ».

 Accroche - Bamboche - Bastoche - Belle-doche - Bidoche - Boche - Bouloche - Brioche - Caboche - Cantoche - Cinoche - Cloche - Coche - Effiloche - Fantoche - Fastoche - Fastoche - Festoche - Filoche - Gavroche - Galoche - Gauche - Juliette Binoche - Loches - Maréchal Foch - Mioche - Moche - Place Hoche - Poche - Proche - Ricoche - Roche - Sacoche - Taloche - Télé-poche - Totoche - Tournebroche – Valoche. 

 Aile - Annabelle - balancelle - Bébel - Bordel - Bretelle - Camel - Cannelle - Caramel - Caravelle - Carrousel - Colombelle - Cruel - Damoiselle - Demoiselle - Dentelle - Donzelle - Echelle - Escarcelle - Femelle - Ficelle - Fidèle - Gabelle - Gamelle - Gargamel - Gazelle - Glorfindel - Hirondelle - Hôtel - Isabelle - Jean de Nivelle - Label - Manivelle - Marcel - Marelle - Mère Michel - Miel - Mirabelle - Missel - Pelle - Pimprenelle - Polichinelle - Poubelle - Porte-jarretelles - Quel - Ravel - Réel - Ribambelle - Ridelle - Rimmel - Ritournelle - Saltarelle - Sauterelle - Sel - Tagliatelle - Tarentelle - Tel - Tourterelle - Vaisselle - Varicelle - Vermicelle – Violoncelle.

  Ce jeu d’écriture est inspiré de la chanson « Belle et rebelle » de Juliette Noureddine sur l'album "Nour".

  AEV 1617-02 juliette_nour-1024x1024

 Celle du Défi était celle-ci.

08 septembre 2016

Le fest noz des Tardives à Lannion (Côtes d'Armor) le 22 juillet 2016 (2)

160722 Nikon 078

160722 Nikon 079

160722 Nikon 085

160722 Nikon 087

 

Dans la grande poubelle de la vie
Il y a, en ces mois d'été 2016,

Des malades qui foncent dans la foule,
D'autres qui assassinent des prêtres, 

Un putsch qui a raté et des tas de suspects
Que l'on fourre en prison,

La folie du Pokémon go
Et celle de l'itsi bitsi petit burkini.

Il y a moi qui photographie
Les danseurs du dessus du volcan.

Dans la grande poubelle de la vie...

Il semble que ni Dieu
Ni l'Eboueur n'existent.

Fais ton tri sélectif et recycle
A même la décharge !

 

Posté par Joe Krapov à 13:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 mars 2016

L'EMPEREUR DES MERS

Rien n’est régulier
Pour marquer tempo
Comme un métronome.

Trois temps d’une valse,
Le bal est ouvert,
Les robes froufroutent,

Les pieds virevoltent,
Les têtes s’enivrent,
Les cœurs se rapprochent.

La boule à facettes
Envoie dans le ciel
Des étoiles d’or.

Les encravatés
Secouent les deux pans
De leur queue-de-pie.

Les diamants scintillent.
On voit tournoyer
Des plumes de paon.

Tout au long du soir
Les morceaux s’enchaînent.
La nuit est à nous .

L’orchestre est parfait,
Le pianiste adroit,
Les violons légers.

C’est qui ce pingouin
Qui s’enfile au bar
Des shoots de vodka ?

manchot métronome 4

Pas manchot le mec !
C’est fou c’qu’il s’envoie
Derrière la cravate !

Mais bonjour, demain,
La casquette en plomb !
C’est le capitaine ?

Oh ! Pas d’inquiétude !
Le second est sobre
Et tout ira bien,

Tout au moins jusqu’à
Ce moment fatal
Que nul n’a prévu

Où le paquebot
Croise sur sa route
Un iceberg perdu,

Glaçon tressautant
Dans l’apéritif
D’un siècle arythmique

Et alors… Plouf !

 

Titanic face aux métronomes réduit

 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 392 à partir de cette consigne

Posté par Joe Krapov à 12:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 mai 2015

99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. 30, Pantoum

150525 077-001

Ô saint homme, délivrez-nous
De ce dragon impitoyable !
Faut-il toujours vivre à genoux
Dans ce monde à peine croyable ?

De ce dragon impitoyable
Le roi lui-même a peur la nuit.
Dans ce monde à peine croyable
Le pouvoir n’apporte qu’ennuis

Le roi lui-même a peur la nuit.
Ses chevaliers sont morts de trouille.
Le pouvoir n’apporte qu’ennuis
Mais c’est le bas-peuple qui douille.

Ses chevaliers sont morts de trouille
Vit-on jamais preux si peureux ?
Mais c’est le bas-peuple qui douille
Plaignez le sort des malheureux !

Vit-on jamais preux si peureux
Devant un monstre si vorace
Plaignez le sort des malheureux !
Et pitié pour la populace !

Devant un monstre si vorace
La princesse est la proie du jour
Et, pitié pour la populace,
Voilà qu’on la livre au vautour !

La princesse est la proie du jour
D’impuissance la foule enrage
Voilà qu’on la livre au vautour
Armez-vous, Georges, de courage !

D’impuissance la foule enrage.
Les Dieux sont-ils devenus fous ?
Armez-vous, Georges, de courage !
Ô saint homme, délivrez-nous !

Posté par Joe Krapov à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,