30 mai 2018

PORTE SOMMEIL MUSIQUE VOYAGER

 Est-ce le sommeil qui nous porte
A voyager en musique ?

Est-ce la musique du voyager
Qui nous mène aux portes du sommeil ?

Celui qui porte la musique
Fait-il voyager le sommeil ?

Et ce que la musique porte
Fait-il sommeiller le voyageur ?

Quand la musique m’ensommeille,
Le voyage est-il à ma porte ?

Ou le sommeil a-t-il une musique
Dont la douceur porte au voyage ?

 
180504 Nikon 061N.B. Ces deux médaillons, "la Nuit" et "le Jour",
ont été photographiés 
à la Neue Pinakothek
de Münich le 30 avril 2018


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 29  mai 2018

d'après cette consigne

Posté par Joe Krapov à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


RETARD TOURNER LAPIN TAMBOUR

 

Quand le lapin est en retard
Le monde tourne comme un tambour !

Quand le lapin tourne en bourrique
Le tambour se met en retard !

Mais qui retarde ainsi le lapin ce matin ?
Quel tambour tourne dans sa tête ?

Dans le tambour de la machine
Alice a posé un lapin :
Plus rien ne tourne rond dans la tête à Lewis
Où le pétard retarde :

Plus il fait tourner le lapin sur la broche
Plus ça retarde le tambour

Aussi, sans retard, retournez tourner
Le lapin qui joue du tambour au fond du four

Faute de quoi
Il vous en cuira !

 AEV 1718-30 lapin en retard Tim Burton

Illustration de Tim Burton


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 29  mai 2018

d'après cette consigne

Posté par Joe Krapov à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

REVE LIGNE AVION NAVIGUER

 

 Je naviguais en rêve
Sur un avion de ligne

C’était un avion de rêve
Dont la ligne naviguait au plus près de la beauté.

Toutes les hôtesses à bord avaient une ligne de rêve.
Quel bonheur de naviguer dans cet avion !

J’avais tant rêvé d’un avion
Qui naviguât (de la marine) sur toute la ligne de flottaison !

J’avais tant rêvé d’une ligne (de coke en stock)
Qui fît qu’un avion naviguât !

Sur la ligne d’un avion
C’est mon rêve qui navigue

Et quand je me réveille
J’ai les pieds sur la terre
Et j’en suis très heureux.

 180506 Nikon B 034






 N.B. La photo a été prise dans un hôtel de Strasbourg le 6 mai 2018


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 29  mai 2018

d'après cette consigne

Posté par Joe Krapov à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

LANGUE QUATRE VENTS RITOURNELLE HARPE

 

AEV 1718-30 Morgan Le Cuff histoires des quatre vents

La langue d’Eole est bien pendue.
Le dieu s’accompagne à la harpe
Et chante à qui veut l’écouter
La ritournelle des quatre vents

La harpe du souffleur connaît la ritournelle.
Elle peut la jouer dans quantités de langues
En latin, en grec, en rap ou en slang,
La mélodie des quatre vents.

Quand les quatre vents ont pris langue
Avec les axes de la terre
La ritournelle aux doigts d’Eole
Est venue chatouiller la harpe.

La langue a frappé sur les dents
Pour envoyer la ritournelle ;
Les doigts ont caressé la harpe
Et raconté les quatre vents

Harpe de Mistral et d’Autan,
Langue de Zéphyr, Sirocco…
Quatre vents sont sortis d’une bouche divine
Et puis la Tramontane a volé la chanson ! Partie, la ritournelle !

Ma langue est empesée, les dieux ont disparu :
Pas de magnétophone pour cette ritournelle.
Tout ce folklore est dispersé aux quatre vents
La harpe est démontée tout autant que la mer

Il pleut des cordes de misère
Par-dessus la flûte de Pan.
Effet du glyphosate ?
Plus de mite au logis !

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 29  mai 2018
d'après cette consigne

 

Posté par Joe Krapov à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 mai 2018

POÈME IMPÉRATIF

180503 Nikon 466

Ecris ! Ecris !
Ecris les mots du cœur !
Ecris les mots moqueurs !

Qu’on tique à ton cantique !
Qu’on s’écrie à tes cris !
Qu’on proteste à tous crins,
Qu’on conteste tes écrits,
Qu’on tempête face à leur écrin !
Qu’on critique ta poétique !

Ecris ! Ecris !
Et crie !
Sois preste à devenir peste !

Aie la rage !
Sois l’orage !
Noie les aèdes
Dans leur eau tiède !
Tire parti du tapage,
Prends parti pour le partage !
Jette-toi dans les rapides !
Ecris-nous des mots limpides
Sans te préoccuper des modes
Camarade !


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 22 mai 2018 
à partir de la consigne ci-dessous


POEME NÉGATIF

180503 Nikon 454

Poésie, démonétisée,
N’ayant plus une seule lire
Ne joue plus dessus
Ses chansons napolitaines
Qui faisaient Scaramouche à tout coup.

Jamais plus hôte de Mark
Aux salons de l’opéra
Elle ne brille plus guère, non plus,
Sa couronne, aux palais tchèques
Sans provisions.

Il s’en fallait de peu du reste
Qu’on ne l’assignât à résidence
Ornée à la cheville ouvrière,
A ses pieds alexandrins,
D’un bracelet électronique

Elle n’est plus que pièce percée
Jusques au fond du cœur
D’une teinte imprévue
Aussi bien que mortelle.

Avec la disparition du liquide
Ne restent plus sur place
Que des cœurs secs. 

Jamais plus la carte ne sera du Tendre
Ni ne tinteront pareilles offrandes.

 

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 22 mai 2018 
à partir de la consigne ci-dessous

NOUVEAUX VERBES

180503 Nikon 463

Cher Wolfgang Amadeus

Si tu entendais mes soupirs,
Saurais-tu combien je silence,
Combien je te pause sur un piédestal ?

J’ai double-croché ton portrait
Sur tous les murs-murs de ma chambre,
Je te gainsbarre de reprise,
Je te pointdorgue sans mesure.

Comme je voudrais que tu m’arpèges,
Que tu me dièses,
Que tu me crescendotes
Au bécarre de tour
De tout ton amour,
Que tu me blanches,
Que tu me rondes
Que tu m’anicroches
Que tu me clédesoles

Oui j’aimerais tant que tu me hautboives,
Que tu me tires l’ut,
Que tu me libidores la pilule,
Que tu me sérénaïades,
Que tu me symphonymphonies,
Que tu me concertisses
Des diamants de ta musique !

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 22 mai 2018 
à partir de la consigne ci-dessous

POÈME SUR LE TEMPS QU’IL FAIT

180503 Nikon 470Quel temps fait-il aujourd’hui ?

Il fait pieds nus dans les sandales,
Il fait collier fin sur haut de poitrine

Il fait bras nus pour tout le monde
Il fait petit vent dans les branches au soir qui tombe.

Il fait mai, bientôt juin,
Temps de poème en nos journaux
Il fait dictionnaire de rimes

Il fait guitare sur le dos
Et retour chemise trempée :
Sueur à ne plus travailler

Marche vers l’été inconnu
Il fait incertain de périples

Il fait retour des festivals
Il fait retour des estivants
Il fait musique pour vivants :
Régénérer l’octogénaire
Avec des rythmes neufs… d’hier !

Il fait de l’endormissement
Dans les ateliers d’écriture

Bientôt du temps de 24 heures
Et trous de vrillettes indûment
Par où s’échappent des ciels blancs
Et des nuits à compter étoiles,
A dormir fenêtres ouvertes
Et gonfler, par ses ronflements,
Les ailes du moulin du temps.

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 22 mai 2018 
à partir de la consigne ci-dessous


N.B. Les photos qui illustrent ces poèmes ont été prises au Musée des porcelaines du château de Nymphenburg (Allemagne) le 3 mai 2018.

12 mai 2018

VERS DE MIRLITEUTON

180504 Nikon 105

J’viendrais bien faire le mirlifore
Mirlitontaine, mirlitonton,
Avec mes vers de mirliton
Pour chanter la faune et la flore
Et les charm’s du pays teuton !

Je ne ferais pas de manières
Pour vous jouer un ou deux airs
Avec mon petit mirliton
Et vous dire’ comment,
sans façons, 
Je me suis prom’né en Bavière.

 

Mais au kazoo vous l’sauriez pas
De cet instrument de carton
Ne sort pas le son de la voix,
Juste un bruit de vol du bourdon !
Pour s’exprimer, c’ n’est pas coton !

Et pour vos oreilles c’est rosse :
Le son est un poil casse-couilles !
Cet instrument est pour les gosses !
C’est la cinquième Ruhr du carrosse,
Ca n’vaut pas La Mirlitantouille !

 

180504 Nikon 052

Alors du coup je passe la main !
Alors du coup je passe le Main !
Tant pis ! Ce sera sans musique
Que je commencerai demain
Le récit quasi mirifique

De mon voyage magnifique
De Marktheidenfeld à Munich
Via le château de Nymphenburg
Et l’alte Brücke de Würzburg
Où l’on boit du vin en public.


 

180504 Nikon 037 B

Finalement ça vaut mieux pour vous !
Quand je turlute dans mon kazoo
Tous les mirlitaires tombent à terre
En criant « Dieu, épargnez-nous !
Ce Breton est un vrai calvaire !».

Aussi pour que grand bien vous fasse
Je passe mon tour, je laisse ma place
A ces chanteuses sympathiques
De la Kantorei germanique
Devant qui, humblement, j’m’efface !
 



N.B. Les tableaux ont été photographiés à la Neue Pinakothek de Münich.



Ecrit pour le Défi du samedi n° 506 à partir de cette consigne : mirliton

25 février 2018

PÉRIGÉE - APOGÉE

IL 2018 02 19 Lune de sang final

L’image centrale, illustrant le phénomène de Super Lune, a été empruntée ici


Ecrit pour les Impromptus littéraires du 19 février 2018

d'après cette consigne mais pas envoyé.

Posté par Joe Krapov à 09:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,