20 septembre 2017

Randonnée de Pourville à Varengeville (Seine-Maritime) le 23 août 2017 (1)

170823 Nikon 009
Dieu et Marina B. savent bien que je n'ai absolument pas à me poser en arbitre des élégances mais franchement, le short jaune et les chaussettes bleues, je n'aurais jamais osé !

170823 Nikon 010

170823 Nikon 011

170823 Nikon 013

170823 Nikon 014

Posté par Joe Krapov à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


13 septembre 2017

BRIN DE CONDUITE (1)

« Le petit bout de chair sans intérêt qui se trouve à la base du pénis s’appelle un homme » a écrit Jo Brand.

Hé oui, Mesdames, c’est ainsi ! Depuis la nuit des temps l’homme est appelé à se déplacer. Il va faire les courses au Mammouth ou la course au mammouth même si cet hypermarché et cet animal n’existent plus de nos jours.

Il part aux croisades, à la guerre, aux matchs de foot, aux 24 heures du Mans ou chez Ikéa.

Qu’est-ce qu’ils sont courageux, les hommes, derrière leur pénis et leur fragilité ! C’est vrai, "les hommes sont comme les femmes, il leur arrive aussi de pleurer, mais seulement lorsqu’ils essaient de monter un meuble en kit" comme a écrit Rita Rudner.

De nos jours les pérégrinations professionnelles ou autres de ces messieurs – et aussi de ces dames – peuvent s’effectuer en voiture. L’homme s’assied dans un fauteuil à roulettes entouré de tôle et de verre, il appuie sur des pédales, le véhicule avance, tourne grâce à un truc appelé volant et s’en va partout où on veut, parfois même dans le décor, surtout si c’est Jayne Mansfield qui est assise sur le siège à côté du conducteur. « Dans ce cas-là, les hommes sont des créatures à deux jambes et huit mains ». Quelquefois, en effet, le jobastre utilise aussi celles qui doivent rester sur le volant et - Boum ! - il s’emplafonne dans un platane ou dans un champ de doryphores ! « Va donc, eh, patate ! » entend-on beaucoup sur les routes.

Quand je dis l’homme, je devrais mettre une H majuscule car de nos jours la femme conduit aussi. Certains médisants comme Bill Vaugn considèrent que « Aujourd’hui, les femmes occupent des postes aussi importants que chefs d’entreprises ou chercheurs spécialisées sur l’atome. Il serait temps qu’elles sachent enfin faire un créneau ». Ce n’est pas très gentil ni très vrai.

170825 Nikon 027

170825 Nikon 029

170825 Nikon 043

 

BRIN DE CONDUITE (3)

AEV 1718-01 grosdegueulasse

Après le virage en épingle à cheveux de Pourville-sur-Mer la route monte à la va comme je te pousse sur la falaise. Vers le milieu de la pente voici l’Homme qui déboule ! Pardon, voici l’homme qui déboule d’une petite rue sur la droite et qui nous coupe la route, carrément.

- Crois-tu qu’il se serait arrêté, ce saltimbanque ? » commentons-nous intérieurement dans nos Ford intérieures.

Eh bien justement, cent mètres plus loin, il arrête sa voiture au milieu de la chaussée, forçant mon chauffeur préféré à stopper son propre véhicule. Le type descend, très calme, sort de sa bagnole et vient vers la nôtre.

Les zygomatiques de ces dames, à l’avant, se mettent à fonctionner à plein Youtube ! Un vrai film ou un sketch des Inconnus ! Le gars à une tête de hobereau local mais sans grâce et surtout sans le costume idoine : il est en short, torse nu, et arbore une bedaine de buveur de bière aguerri. Autant dire qu’il ressemble trait pour trait à un personnage en slip kangourou du regretté Reiser. Ah oui, ça me revient ! « Gros dégueulasse » qu’il s’appelait et ici la citation de Dave Barry ne s’applique pas vraiment :

AEV 1718-01 académie Bach

« A en juger par les couvertures des magazines féminins, les deux sujets qui intéressent le plus les femmes sont :
- Pourquoi les hommes sont tous des gros dégueulasses ?
- Comment faire pour les séduire ? »

Voyant venir le coup et le macho dans ses œuvres, mes deux voitureuses cessent de s’esbaudir devant l’autochtone normand. Sentant qu’est venue l’heure à laquelle on se télescope chez les Hubbel, elles prennent l’attitude digne de deux bonnes bourgeoises qui sortent d’un stage de chant à quatre de l’Académie Bach avec Bruno Boterf comme chef, ce n’est pas rien quand même, non ?

170826 Nikon 117

170826 Nikon 118

 

12 septembre 2017

Un crépuscule à Barfleur (Manche) le 5 août 2017 (3)

170805 Nikon 104

170805 Nikon 106

170805 Nikon 108

170805 Nikon 109

170805 Nikon 112

Posté par Joe Krapov à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


08 septembre 2017

Pourville-sur-Mer après la pluie le 21 août 2017 (1)

170821 265 001

Je ne le reprécise pas dans le titre mais nous sommes bien à Pourville-sur-Mer, dans la Seine-Maritime, et donc en Normandie. Plus précisément même ici, dans la vallée de la Scie. La Scie, chien fidèle ?

170821 265 007

170821 265 008

170821 265 021

170821 265 023

Posté par Joe Krapov à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

Pourville-sur-Mer après la pluie le 21 août 2017 (2)

170821 265 025

170821 Nikon 001

170821 Nikon 002

170821 Nikon 004
170821 Nikon 025
On célébrait aussi, ce week-end là, le 75e  anniversaire de l'opération Jubilee, première tentative de débarquement des alliés en Normandie. Ceci explique la présence des feuilles d'érable rouge un peu partout au long de la côte.

Posté par Joe Krapov à 10:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Pourville-sur-Mer après la pluie le 21 août 2017 (3)

170821_Nikon_009

170821 Nikon 005

170821 Nikon 007

170821 Nikon 011

170821 Nikon 012

170821 Nikon 026 bis
"Le bison futé cache ses canines ! "Proverbe Ch'ti.

(Dans cette langue ou ce parler, "mucher" signifie "cacher")

Posté par Joe Krapov à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 septembre 2017

Le premier soir à Barfleur (Manche) le 29 juillet 2017 (1)

NOTES DES VACANCES A BARFLEUR

30 Juillet

Personne ou presque sur la route de Barfleur (Manche). On plante la tente juste à l’entrée du camping de la Blanche nef, un peu difficilement car secoués par le vent.

Marina B. proteste déjà parce qu’on n’est pas loin des sanitaires et près de l'entrée. Elle n’a pas encore remarqué que les autres emplacements de tentes et caravanes sont encore plus près que nous des dits lieux et que le reste du camping est occupé par des mobil-homes : quelle dénomination bizarre pour ces pavillons qui ne bougeront plus jamais puisque vendus à d’aimables Normands qui en ont fait leur résidence secondaire et viennent y faire du «barbeuque» tous les week-ends !

Finalement il s’avère que c’est très paisible, là où l’on est, et qu’on a la vue sur la mer à trente mètres.

Première reconnaissance dans le bourg, sympathique à souhait avec son port de pêche, ses ruelles, son GR de 50 centimètres de large en surplomb des rochers et de la route ;-), ses manège, cafés, restaurants, boulangerie et surtout plaques de numérotation des habitations très jolies dont j’apprendrai plus tard qu’elles sont le travail de Dame Ingrid qui tient l’atelier de poterie local. Le plus souvent le numéro est agrémenté d’une image en relief d’un pêcheur dans sa barque ou d’autres créatures maritimes. Je vous en apporterai la pieuvre à l’occasion.

Nous constatons la présence de nuages merveilleux dans le ciel de Barfleur. Au retour nous poursuivons la balade en direction du phare de Gatteville jusqu’au moulin de Crabec.

Le soir après dîner je constate qu’il y a un arc-en-ciel sur Barfleur. J’y retourne seul pour capter d’autres lumières plus chaudes. Une première heure de tranquillité pour des vacances qui s’annoncent paisibles !

J’ai entamé « Homicide mode d’emploi », un recueil de nouvelles policières retrouvé de Fredric Brown.

170730 265 002

170730 265 003

170730 265 004

170730 265 005

170730 265 011

Posté par Joe Krapov à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,