20 novembre 2019

O CYRANO NOX

Monsieur Cyrano de Bergerac
A bord du paquebot RMS Titanic
ou plutôt sur les quelques planches qui en restent,
quelque part dans l’océan Atlantique.

Monsieur Lechat-Botté
Chez le Marquis de Carabas
Quelque part entre Mamers et Louailles dans la Sarthe

Sur un radeau de fortune le 15 avril 1912

AEV 1920-09 Cyrano et Chat botté

Cher Monsieur Lechat-Botté

Je vous passerais bien un sacré savon si je pouvais ! Je sais bien que vous et vos pareils n’aimez pas trop la flotte mais figurez-vous que moi non plus. Et pour l’heure pourtant sur mon îlot flottant j’ai la vague impression que j’en suis très entouré.

Hier soir, dans les salons de première classe, j’avais demandé au maître d’hôtel un whisky avec un cube de glace. Je ne m’attendais pas à ce que le glaçon fût si gros. Est-elle véritablement bien réglée la baguette de la fée Clochette que vous m’avez confiée lors de notre rencontre à Paris ?

C’était bien gentil à vous de la lui avoir chat-pardée et plus encore de me l’avoir offerte. "Avec cela, m’avez-vous dit, vous allez pouvoir réaliser vos désirs les plus fous. Vous pourrez même voyager à travers le temps !" Mais de fait, quand j’ai demandé à l’instrument de m'emporter jusqu’aux Etats-Unis d’Amérique et de m’arrêter à la date du 21 juillet 1969, ça n’a pas marché sur la Lune, pas marché du tout. Je n’ai pas pu vérifier si un homme du futur marcherait un jour sur le sol de notre satellite et confirmerait la véracité de mes propres récits. Va te faire lanlère pour la Lune, Savinien ! Voyez comme c’est con : la baguette m’a déposé à Southampton, Angleterre, le 10 avril 1912.

Tant qu’à faire d’être là, plutôt que d’aller vous retrouver, vous et vos confrères, autour du Cabaret du Chat noir, je me suis offert ce dont je rêvais depuis longtemps aussi : une croisière ! La baguette de Clochette est un véritable agent de change : vous lui confiez un écu, elle le transforme en une valise pleine de livres sterling. Je menais donc la belle vie sur ce paquebot luxueux, me gavant de mille-feuilles à chaque fin de repas, pratiquant l’escrime avec de fiers bretteurs dans la salle de sports du pont n° 3, assistant à des conférences passionnantes comme celle d’avant-hier sur le pluriel des noms composés ou celle d’hier sur les soutiens-gorge de la Joconde.

Il y a celui qui soutient les faibles, maintient les forts ou ramène les égarés. Celui de Mona Lisa fait tout cela à la fois et c’est à dessein, sachant que vous êtes en période de chaleur et que vous maroulez toutes les nuits dans vos bottes, que je n’en dis pas plus sur cette échappée du musée du Louvre. M. Apollinaire qui contemple la Seine depuis le pont Mirabeau entre deux alcools a été disculpé du cambriolage mais la piste des Etats-Unis tient toujours. J’espère juste que le tableau n’était pas à bord du Titanic et qu’on le retrouvera ailleurs plutôt qu’au fond de l’océan où il aurait coulé sinon la nuit dernière.

Si la bouteille vide dans laquelle je glisse ce message en forme de SOS n’arrive pas très vite sur une plage, je crains fort de toucher le fond moi aussi dans les jours qui viennent. La baguette magique de la fée Clochette ne m’est plus d’aucun secours. Elle ne fonctionne plus. L’étoile qui en ornait l’extrémité a disparu et je ne vous remercie donc pas de ce cadeau empoisonné. Pour une fois, je l’avoue, j’ai manqué de nez.

J’espère simplement que je serai vengé un jour. J’ai fait télégraphier à ma cousine Roxane pour qu’elle vous mette la police aux fesses. Si l’’inspecteur Peter Pan vous met le grappin dessus et que vous aussi, tel le greffier de la Mère Michel, vous terminez votre vie en civet, je n’en serai pas plus marri que cela.

Mes amitiés au marquis et à la marquise de Carabas. 



Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 19 novembre 2019

à partir de la consigne ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


29 novembre 2018

Yannick Jaulin lit Jean-Henri Fabre à Redon le 5 juillet 2018

180705 265 040

180705 265 042

180705 265 044

180705 265 045

180705 265 046B

En complément de cette très belle exposition, nous avons eu droit à des retrouvailles avec le bien aimable Yannick Jaulin que nous suivons affectueusement depuis ses chroniques de Pougne-Hérisson, Persillette ma mignonnette et la flamme bleue sous les pieds du danseur.

Il a lu ici, très logiquement, des passages d'oeuvres de Jean-Henri Fabre, le plus célèbre des entomologistes.

De la lecture instructive et amusante ? C'est ici !

Au total, une de ces journées parfaites comme on les affectionne !

Posté par Joe Krapov à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 novembre 2018

Les Apéros poétiques de la Teillouse à Redon le 28 octobre 2018 (2)

Jean-Albert Mazaud dit "L'enfant impatient", conte géorgien.

Posté par Joe Krapov à 15:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Les Apéros poétiques de la Teillouse à Redon le 27 octobre 2018 (2)

Maïck la conteuse - La musicienne et le luthier 

Posté par Joe Krapov à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 décembre 2016

Entouré d'artistes : Maïck la conteuse à la Maison du Ronceray le 10 décembre 2016

Posté par Joe Krapov à 06:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


01 mai 2016

Contes entendus à Botmeur (Finistère) le 24 avril 2016 (1)



C'est toujours surprenant, pour un photographe, de voir comment, dans des conditions de lumière faible, certaines personnes prennent la lumière plus que d'autres. C'est sans doute un talent particulier mais notre ami le Bobleur les cumule. Sa prestation sous forme de quatre contes courts très proches du texte littéraire était de haute volée.  Vous pouvez le retrouver aussi ici.

Posté par Joe Krapov à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Contes entendus à Botmeur (Finistère) le 24 avril 2016 (2)



Il se trouve que, pour de multiples raisons et de multiples tâches, je sers quelquefois d'assistant personnel à cette conteuse. C'est moi qui lui ai suggéré la fin très rennaise de ce conte breton.

Posté par Joe Krapov à 08:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 avril 2016

Une veillée normande à Rennes le 17 mars 2016 (1)

Les habitants de Villedieu-les-Poëles avaient autrefois une réputation de...
Restons polis, disons qu'ils manifestaient une niaiserie certaine.

Vous pouvez en juger d'après les autres contes de Sourdins qui se trouvent ici.

Posté par Joe Krapov à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Une veillée normande à Rennes le 17 mars 2016 (2)

Merci aux deux conteurs de la rue d'en bas d'être venus nous prêter voix forte pour cette sympathique soirée !

En un mot comme en cent : 366 réels à prise rapide

5 avril

Un mot que j'ai écrit

Un mot que j'ai écrit, c'est "résumé" et il y en a quatre autres en-dessous : "Bon" "Mais" "Alors" "Et".

On doit s'en servir pour résumer un conte ou une oeuvre en quatre phrases et le faire deviner :

- Bon, c’est un type qui lit des tas de romans. Mais un jour il a envie de vivre lui-même les aventures qu’il a lues. Alors il engage un cuisinier et ils partent sur les chemins affronter des moulins à vent. Et ça devient un chef-d’oeuvre de la littérature mondiale.

- J’ai trouvé : « Le meunier, son fils et l’âne » !

don-quichotte