05 mai 2016

Ce que l'on pouvait lire à Toulouse le 8 avril 2016 (3)

160408 Nikon 088
Une enseigne canon !

160408 Nikon 089

160408 Nikon 090
Penny lane ?

Posté par Joe Krapov à 16:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


09 janvier 2016

Dans les rues de Lannion le 30 décembre 2015 (4)

151230 178

Penny lane there is a barber showing photographs
of every head he's had the pleasure to know 

151231 015

Autoportrait d'un jour où je m'étais mis en boule... de Noël !

Posté par Joe Krapov à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 février 2015

Une fête celtique à Saint-Pol-de-Léon (Finistère) en... juillet 1996 ! (2)

D 96 09 30 Saint-Pol de Léon - Petits Quimpérois

Petits Quimpérois
Devenus maint'nant très grands
Comme vous et moi !

D 96 09 32 Saint-Pol de Léon - Attendant son tour de danser

 Attendant son tour
Ou déjà récompensée
D' être allée danser ?

Posté par Joe Krapov à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 octobre 2014

ISAURE CHASSERIAU SE FAIT COUPER LES CHEVEUX CHEZ FRANCIS LE COIFFEUR-PHILOSOPHE

060416_18

Il coupe la toison, ouvre la juvénile valse du peigne et des ciseaux, lacère parmi les ondulations. Il promène le museau de la tondeuse parmi cette forêt. Elle l’allume à nouveau avec son jardin de macarons et son quelque chose qui n’est pas à sa place dans cette robe rose et printanière. Mais rien ne va. Rien n’est mieux. La plastique est parfaitement baroque, abrupte et frisée drue. Comme un voile de pollen qui voudrait caresser les oiseaux dans la lumière neuve du jardin.

Sa chance réside dans sa propension au plaisir, dans les beaux restes de ses mèches qu’elle a su préserver des cicatrices de l’écroulement et dans son désir de clairières, de prés printaniers, de lumières de paradis, d’errance d’oursonne excavatrice dans la ville à moitié vide malgré l’heure matinale.

Lui, Francis, le coiffeur-philosophe, voudrait capter, dès qu’il le peut, des fragments d’attention, des encouragements pour qu’il se remette à tournoyer, à lâcher des figures de style ou des formules de soprano qui bougent là-haut en apesanteur et qui s’offriraient à lui dès qu’il lèverait le peigne au ciel. Mais aujourd’hui le grand ballet des aphorismes et des sentences définitives s’est glissé dans une pile de silence haute jusqu’au plafond.

C’est pour ça qu’il aimerait mieux être dehors, transporté par le flot de ses pas. Il lui arrive même d’avoir des envies prunifères envers cette jeunesse, de vouloir la mettre à l’amende, de désirer grimper aux rideaux du zeugma, de la périphrase et de la fenêtre qui donne sur la rue pour que, du sommet de cette colline, il voie, au-dessus de l’espace bleu ciel de la blouse enfilée par la cliente, se suspendre ne serait-ce qu’un instant l’incessante danse de ce mutisme soudain.

 

Isaure

C’est plutôt beau quand le coiffeur s’énerve, songe-t-elle. Quand les pistes se brouillent dans son désert de mots. Quand les nuages de perplexité se dressent dans ses muscles, dans ses crocs de verrat. Que Francis lève un menton noir, défiant, en fronçant les sourcils m’indiffère. Je sens que je ne lâcherai pas. La patience est la mesure du véritable amour, jusqu’à l’explosion du feu allumé sur la gelée blanche, jusqu’à la révolution du vent léger, désespéré qui enflamme la peau de sa douceur.

Car Isaure, malgré les apparences, ne lâche rien elle non plus. Juste un peu surprise de temps à autre, perdue dans ses jeux, mais c’est pour mieux conjurer les aléas d’un quotidien terre à terre qu’elle transgresse à sa manière les codes sociaux inégaux, vieux comme le temps, gris comme les tempes, luisants et patinés le long des routes, qui permettent que, seul maître à bord après Dieu, à la suppliciée du fauteuil comme aux décrépis friables comme des os qui patientent sur les deux longues banquettes, le coiffeur-philosophe assène ses vérités sur la forme du 8, le cheval qui ressemble à Shakira et va gagner selon lui la course de dimanche, l’église écroulée du PSG relégué derrière Marseille en ce début de championnat, le soleil de ce merveilleux matin et patati et patata. Il y a chez lui un instinct de survie qui lui permet de ne jamais perdre le fil de cette logorrhée, comme s’il possédait en tête l’ordre immuable dans lequel les chars de ce Corso fleuri vont défiler sur cette placette familière.

isaure1508

Aussi, quand il déprime, parce qu’il est seul, parce que la cliente n’accroche pas, succède au premier réflexe, celui du repli loin des mises en plis, un irrépressible besoin de sortir, de se mêler à l’air ambiant, de croiser d’autres solitudes et de frotter au passage quelques-unes à la sienne.

Il y a des moments comme ça, malheureusement parcimonieux et rares, pense Isaure, où on a l’impression de ne pas parler la même langue que l’autre.

Il y a des moments comme ça, heureusement parcimonieux et rares, pense Francis, où on a l’impression de ne pas parler la même langue que l’autre.

Ecrit à l'Atelier d'écriture de Villejean le 30 septembre 2014 d'après cette consigne :

Fusionner les trois textes suivants en vous servant du premier comme d'une matrice et des deux autres comme réservoir de vocabulaire :

La  part des nuages / Thomas Vinau

La ventolière en plastique / Marius Chivu

Le lamento de l'excavatrice / Pier Paolo Pasolini 

P.S. Merci à L'Adrienne pour les liens !

 

31 mai 2013

Choses vues le premier jour à l'île d'Yeu le 8 mai 2013 (8)

130508 021

Vu le système de gouttières qu'ils ont, on ne doit pas souvent sortir dans la rue quand il pleut  à l'île d'Yeu ! Ou alors on évite de raser les murs. Qu'en pense le coiffeur dont on aperçoit l'enseigne quand on clique sur la photo ?

Posté par Joe Krapov à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,