Au château de Chateaubriant (Loire-Atlantique) le 6 juin 2019 (4)

190606 265 007

190606 265 008

Ben oui, désormais il faut leur traduire le mot "latrines" aux gens !
C'est chiant, hein ?

190606 265 009
Joli décor pour les deux conteuses qui ne se mouchent pas du coude !
Maintenant c'est carrément la vie de château !

190606 Nikon 023

Voilà, j'ai appris quelque chose aujourd'hui !

190606 Nikon 024

Pour faire rêver celles et ceux qui entament une seconde carrière en septembre ! ;-)

P.S. Une très bonne adresse de restaurant à Chateaubriant :
L'Ecole buissonnière

Posté par Joe Krapov à 16:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 avril 2019

Choses vues à Nantes le 7 avril 2019 (2)

190407 265 006

Le championnat de pétanque de la ville de Nantes a été remporté par M. Bouddha
qui laisse ici éclater sa joie en brandissant bien haut ses boules .

190407 265 007

190407 265 008

190407 265 009

190407 265 022

La toujours élégante et "si Nantaise" Mademoiselle Zell
dans la cour du château des ducs.

Posté par Joe Krapov à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 février 2019

Retour en enfance route de Lorient à Rennes le 16 février 2019 (2)

190216 265 044
Axiomes de 2019 : Toutes les filles sont des princesses

190216 265 045

190216 265 046
Les plus grandes ont de longs cheveux blonds.

190216 265 047
La plus belle s'appelle Isaure Chassériau

190216 265 048
Les joueurs du Stade Rennais Football Club,
les Rouge et Noir, habitent dans des châteaux.

Posté par Joe Krapov à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


25 janvier 2019

S COMME SERPENT, SERPENTE !

S’il est une chose que je regrette, concernant le château de S, c’est bien de n’avoir pas photographié la princesse Galitzine. Je devrais préciser : le portrait de la princesse Galitzine et de ses deux enfants, Marie-Thérèse et Emmanuel.

Il était accroché dans le hall, juste à l’entrée du salon vert, et les trois personnages au regard doux et sérieux nous observaient peut-être lorsque nous, indifférents à leur histoire, effectuions des recherches bibliographiques dans les volumes du National Union Catalog de la Library of Congress.

Aujourd’hui les recherches s’effectuent sur Internet et je peux vous dire que le tableau ne s’y trouve pas reproduit. J’ai même écrit à la Bibliothèque Nationale de France pour savoir si le tableau avait été rapatrié à Paris avec la collection Smith-Lesouëf au moment du déménagement sur le site Tolbiac. On m’a répondu que non, que ce tableau devait toujours se trouver à S.

Soit. Si c’est le cas, trouble-t-il encore quelque personnalité médiumnique comme Aziza O. qui nous avoua un jour, face à ce portrait, qu’elle entendait des voix ?

- Quelles voix, Aziza ?
- C’est une femme enfermée qui crie pour qu’on lui rende ses enfants.

J’en frissonne encore aujourd’hui. La jeune vacataire ignorait tout de l’histoire du lieu, du fait que la princesse avait logé ici et elle ne savait rien de ce que m’avait conté le relieur bavard du premier étage.

En 1864, le château de S. avait été racheté par la duchesse de Chevreuse. Son fils, le duc de Chaulnes, est resté célèbre dans l’histoire locale et nationale pour avoir été le mécène de Charles Cros à l’époque où le poète inventeur avait découvert la théorie de la photographie des couleurs et cherchait à passer aux travaux pratiques. Le duc l’avait rencontré à Paris et invité à venir séjourner à S. Il lui avait installé un laboratoire quelque part dans le château ou dans ses dépendances. Cros avait pris des clichés, réalisé des épreuves. Le but était de reproduire un jour le cartulaire de l’abbaye de S. qui se trouve pas loin. Dans ce coin du département de S., tous les noms de commune commencent par S. ! 

D 93 01 24

Ce que j’ignore par contre c’est la façon dont ce personnage à l’air falot est devenu l’époux de cette jolie princesse d’origine russe. Le sujet de la princesse est tabou dans la ville de S. Il semble que dans cette contrée-ci on couvre au-delà du raisonnable les failles des puissants. Nous sommes, encore aujourd’hui, dans un pays où il n’est pas de bon ton de dire du mal de « nos maîtres ».

Voici l’histoire, banale et triviale, comique et tragique à la fois. La jeune femme n’est, semble-t-il, pas restée insensible aux charmes du comte de Dion dont elle avait fait la connaissance. Ce monsieur est bien celui qui fabriqua par la suite les automobiles De Dion Bouton – oh les jolis phaétons ! -.

Y eut-il consommation de la liaison ? Y eut-il du coup adultère ? Il semble bien que oui puisqu’il y eut punition.

On vit en effet un jour, dans la ville de S., s’avancer une étrange procession. La jeune princesse russe, en chemise, les cheveux dénoués, pieds nus, traversa la ville jusqu’à la rivière pour faire amende honorable comme aux temps jadis : « Demande pardon, traînée, au pied de la croix, devant tous les bons chrétiens rassemblés !». La bigote duchesse avait très mal vu qu’on plaisantât avec les liens sacrés du mariage, qu’on cocufiât son fiston bien-aimé. Si l’on en croit la médium Aziza, on lui retira aussi ensuite, à la Sophie, la garde et l’éducation de ses enfants.

Tout ceci, bien évidemment, est sujet à caution. Il n’y avait pas à l’époque cette grande boîte à ragots et à vilenies – oui je sais, on dit « fake news » ou « infox » aujourd'hui - qu’est Internet et ces informations que je vous livre n’auraient jamais dû être libérées.

Mais que voulez-vous ? La princesse Galitzine est décédée en 1883 à l’âge de 25 ans. Moi je suis parti de S. en 1997. Depuis, mon imagination serpente.


Ecrit pour les Impromptus littéraires du 21 janvier 2019

d'après cette consigne : vie de château !

Posté par Joe Krapov à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 septembre 2018

Au château de Nymphenburg (Allemagne) le 3 mai 2018 (1)

Je n'avais encore montré, du château de Nymphenburg à Münich, que les carrosses du musée des écuries et des pièces du musée de la porcelaine. Voici l'aspect général du lieu et une première partie de la balade dans le parc immense.

J'apprends ce jour chez Madame Wikipe qu'Alain Resnais a tourné ici "L'Année dernière à Marienbad". Je crois que je vais me revoir ça, ce week-end, tiens !

180503 Nikon 005

180503 Nikon 008

180503 Nikon 009

180503 Nikon 052

180503 Nikon 082

Posté par Joe Krapov à 10:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Au château de Nymphenburg (Allemagne) le 3 mai 2018 (2)

180503 Nikon 110

Ne laisse pas le monopole des gondoles à Venise !

180503 Nikon 084

Déesses d'aujourd'hui admirant le domaine des dieux d'hier.

180503 Nikon 085

180503 Nikon 093

180503 Nikon 100

Posté par Joe Krapov à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Au château de Nymphenburg (Allemagne) le 3 mai 2018 (3)

180503 Nikon 103

 C'est une plage ou même, à ses moments furieux,
Neptune ne se prend jamais trop au sérieux.

180503 Nikon 091

Il porte un joli nom Saturne
Mais c'est un dieu fort inquiétant

180503 Nikon 094

Car le plus grand amour qui m'fut donné sur terr'
Je l'dois au mauvais temps, je l'dois à Jupiter
Il me tomba d'un ciel d'orage

180503 Nikon 096

Junon ou Héra : paon dans le mille ! 

180503 Nikon 104

- La déesse...???... Machine chouette !
- Minerve ou Athéna !

180503 Nikon 105

Posté par Joe Krapov à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Au château de Nymphenburg (Allemagne) le 3 mai 2018 (4)

180503 Nikon 157

180503 Nikon 158

180503 Nikon 160

180503 Nikon 153

180503 Nikon 154

Comme c'est romantique, tout ça !

Posté par Joe Krapov à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,