08 décembre 2016

Du bricolage à Redon (Ille-et-Vilaine) le 30 novembre 2016

161130 265 001

161130 265 006

Le 30 novembre, j'ai aidé Marina B. à poser du parquet dans le nouveau bureau de son popa. La semaine d'avant on avait repeint les murs et le plafond de cette pièce. 

161130 265 003

 A chaque fois que c'est fini, je n'en reviens pas. C'est vraiment nous qui avons fait tout ça ?

Posté par Joe Krapov à 10:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


12 octobre 2014

BREF J'AI MONTE UN MEUBLE

Bref, j’ai monté un meuble.

A vrai dire, c’est mon épouse qui l’a monté. Un meuble de cuisine hyper-large et hyper lourd qu’il a fallu accrocher au-dessus de l’évier à la place des trois placards qu’elle avait descendus pour que les gars de l’entreprise précédente puissent démonter les vieilles fenêtres et remonter les neuves.

Elle a donc percé quatre trous dans le mur, a installé des méga-chevilles, mis les vis renforcés et le soir elle m’a attendu pour qu’on monte le meuble et qu’on l’accroche là-haut. Ca me plaisait bien qu’on en arrive à ça parce que ça faisait quatre jours qu’il y avait les assiettes dans le séjour, la farine dans l’arrière-cuisine, les gâteaux de mon goûter sur le bord de la cuisinière et que je n’osais pas trop lui dire que je ne retrouvais plus rien dans ce bordel.

Donc on dispose la table près de l’évier, on pose un tabouret à deux marches sur l’évier. Par-dessus on met une boîte plate qui contient des cassettes audio mais sans les cassettes audio. Elle pose son escabeau face à tout ça et on va chercher le meuble hyper-large et hyper-lourd. Avec bien du mal, déjà, on le pose sur la table. Avec encore plus de mal on le monte sur la première marche du tabouret puis sur la deuxième et quand on a réussi à ne pas le faire chavirer et à poser les perforations du fond sur les quatre vis qui dépassent du mur, je m’aperçois que j’ai les mains qui tremblent et je sens que j’ai au moins 19-12 de tension tellement j’ai eu la trouille que ce machin se casse la gueule.

141003 003

 

Je la laisse serrer les vis pour faire éclater les chevilles dans le mur et je retourne à mes expériences de chimie amusante sur la gazinière : chez nous c’est en effet moi qui fais la cuisine et ma femme qui bricole.

Le lendemain, quand je rentre du boulot, elle a fait place nette : la farine, les pois cassés, mon mazagran et les assiettes sont dans le meuble suspendu.
Mais le surlendemain tout est à nouveau étalé partout dans l’appartement.
- Faut qu’on démonte le meuble, qu’elle me dit, la vis en haut à droite a du jeu !».

Alors on a réinstallé le jeu de badaboum et on a desserré les vis… vraiment très facilement ! Puis on a refait notre numéro d’équilibriste mais, de plus en plus forts, les artistes du cirque Krapov, à l’envers cette fois ! On est allés poser le bahut dans la chambre de notre fille puis j’ai vérifié que j’avais de nouveau 19-12 de tension. En réalité, je n’avais que 12-8 mais j’aurais pu avoir le double : Marina Bourgeoizovna a constaté que les chevilles n’avaient pas éclaté vu qu’elles étaient enfoncées dans... de la brique creuse ! Pendant deux jours on aurait pu se prendre cent kilos de vaisselle et de meuble sur le coin de la gueule rien qu’en sortant un verre pour boire un jus d’orange !

Bref j’ai monté un meuble !

141003 001

 

Posté par Joe Krapov à 11:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,