05 juin 2019

L’ACCORDEUR DE CIGALES

Tout a sans doute commencé à cause de l’accordéoniste. Il s’est incrusté dans une discussion entre Nathalie et Monique dans la salle des périodiques de la Bibliothèque universitaire où je venais d’atterrir. Dans toute la joyeuse bande de mes collègues d’alors j’avais réussi à en embarquer trois dans ce projet musical totalement au diapason du Jack Lang de 1981 : descendre dans la rue le jour de la Fête de la musique et donner à entendre et à voir son savoir-faire de tapeur de casseroles, de frotteur de violon ou d’élytres, de joueur de piano debout ou de chanteur de salle de bains.

Ce n’est pas pour embêter la fourmi mais moi je suis du signe de la cigale et mon instrument c’est la gratte, la guitare. Je souffle également dans des harmonicas et mon inspiration pour ce jeu de souffler-aspirer dans un « ruine-babines » vient de Neil Young plus que de Bob Dylan. Encore que les modèles français que j’ai eus dans l’enfance s’appelaient plutôt Albert Raisner ou Antoine. Ce dernier, dans ses « Elucubrations » de 1965 ou 66 nous gratifiait de deux petites notes par-dessus ses chemises à fleurs à la fin desquelles il proclamait : « Oh ! Yeah ! ». 

A l’époque Sheila chantait « Le kilt », « Petite fille de Français moyen » et « Le Folklore américain ». Il y avait plein de joyeux loustics qui avaient débarqué avec des guitares électriques et il fallait choisir son camp entre Beatles et Rolling Stones. Mais on pouvait aussi préférer la guitare sèche du moustachu de Sète, l’oncle Georges B. avec son « plonk plonk » régulier qu’on appelle la pompe.

Mais je m’égare. Tout ça c’était bien avant qu’on fasse la connaissance de ce pharmacien à thèse tardive – il ne l’a toujours pas soutenue - qui jouait de l’accordéon. Il m’est arrivé plus tard de chanter avec lui du Bruce Springsteen (« Pay me my money down ») mais jamais de morceaux de Neil Young.

Donc l’accordéoniste, Hervé, s’est joint à nous, a tenté de se mettre en osmose avec notre répertoire de javas folles et de tangos stupéfiants pour que finalement, sur la petite place derrière chez nous, nous produisions sans recevoir top de quolibets la première prestation des « Rats déridés » ce 21 juin 1998 dans la bonne ville de Rennes.

Vingt ans ont passé depuis, la chorale a grossi puis s’est éteinte, puis s’est transformée en Club des 5 et j’en ai à nouveau deux autres sur les bras. Grâce à l’informatique et à cause de la nécessité de transposer la tonalité des partitions pour les joueurs de piano à bretelles sans capodastre, j’ai fait d’énormes progrès en solfège. Mais franchement, être accordeur de cigales, quel turbin ! Que devrait dire vrai un chef de chœur, quel enfer vit-il, le roi de la polyphonie ? Parce que moi, mes cigales chantent à l’unisson. Une fois sur deux j’oublie de leur faire faire des vocalises mais il me semble bien que le quart d’heure qu’elles passent à bavasser entre elles avant de pousser la moindre note est un exercice de mise en voix bien plus efficace que les « Rheu Keuh Tseuh Keuh », le « Chênehutte-les-Tuffaut » ou le « La belle eau, la belle eau, la belle eau » que j’ai pratiqué en tant que choriste de 2008 à 2018 au sein de la Chorale Héloïse, le lundi soir, rue de Redon.

Quand je jette un œil sur cette activité musicale continue je me questionne cependant. Ne serais-je pas plutôt une très patiente et très utopique fourmi rêvant que de ces gosiers de bavardes sortent des watts Castafioriens, des habaneras de Carmen bien en place, des « Eaux vives » habitées ou des « Emmène-moi » chavirants ?

AEV 1819-03 la-cigale-et-la-fourmi B

Je réussis désormais à accompagner deux accordéonistes tatillons, un violoniste souple et des joueurs de ukulélé de rencontre. Personne ne joue du xylophone avec moi et Jean-Luc Godard a encore oublié son ocarina – pardon, son Anna Karina – dans les limbes des années soixante évoquées plus haut.

Mais toutes ces prestations déjantées, du « Meuh Meuh Meuh font les vaches » donné sur la place de la Mairie de Rennes au « Yoga de la narine » balancé sur la scène du « Diapason », du « Galette saucisse je t’aime » envoyé à l’A.G. de la Maison de quartier de Villejean à cet « Homme debout » qui ne doit rien évoquer du tout aux pensionnaires des deux EHPADS où l’on me traîne, tout ce travail d’accordeur improbable n’a-t-il pas pour objectif de réconcilier les cigales et les fourmis dans un même éclatement jovial des muscles zygomatiques ?

Faut-il que j’ajoute « J’ai usé cinq culottes » à la liste de ces gentilles provocations pour me persuader que « Tant que je chanterai, nous serons en été et la vie sera belle » ?

Parce que de toute façon, si on me demande à l’hiver de « danser maintenant », La Fontaine ne sera pas déçu du voyage : la danse et moi, ça fait deux ! Plus que deux, même !

Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 4 juin 2019
d'après la consigne ci-dessous

Mots insérés : accordéoniste, bande, collègues, diapason, elytres, fourmi, guitare, harmonica, inspirateur, jeu, kilt, loustic, moustachu, Neil Young, osmose, place, quolibet, Rats déridés, solfège, turbin, unisson, vocalises, watt, xylophone, yoga, zygomatique.

 

N.B. La caricature de Joe Krapov en cigale La Fontainienne est toujours due au talentueux Michel Hivert.


29 mai 2019

Pendant ce temps à Rennes le 25 mai 2019 (3)

190525 265 009

190525 265 010

- Mademoiselle a du chien !
- Aux abois, Joe Krapov ?

190525 265 011

190525 265 012
C'était la fête du jeu sur le mail, ce samedi-là. 
Je vais peut-être bien m'installer là avec un jeu d'échecs, cet été !
Il n'y en avait pas sur place mais le lendemain j'ai eu la chance de disputer une partie à la terrasse des Grands gamins.
J'étais en bonne posture mais la pendule a encore eu ma peau ! 

Posté par Joe Krapov à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27 mai 2019

Pendant ce temps à Rennes le 26 mai 2019 (3)

190526 265 010

190526 265 012

190526 265 013
Vous allez en vacances à la mer, Mademoiselle Chassériau ?

190526 265 014
On est ici rue d'Antrain à la Pharmacie du Progrès
dont les vitrines sont toujours un régal pour l'oeil

190526 265 015

Posté par Joe Krapov à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 mai 2019

Rendre Brassens à Sète le 1er mai 2019 (2)

190501 Nikon 055 

  A partir de ce jour j' n'ai plus baissé les yeux, 
J'ai consacré mon temps à contempler les cieux, 
A regarder passer les nues, 
A guetter les stratus, à lorgner les nimbus, 
A faire les yeux doux aux moindres cumulus, 
Mais elle n'est pas revenue.

190501 Nikon 089

Toi l'épouse modèle,
Le grillon du foyer;
Toi qui n'a point d'accrocs
Dans ta robe de mariée;
Toi l'intraitable Pénélope
En suivant ton petit
Bonhomme de bonheur,
Ne berces-tu jamais
En tout bien tout honneur
De jolies pensées interlopes?
De jolies pensées interlopes...

190501 Nikon 094 

  C'est une plage où, même à ses moments furieux, 
Neptune ne se prend jamais trop au sérieux, 
Où quand un bateau fait naufrage, 
Le capitaine crie : « Je suis le maître à bord ! 
Sauve qui peut ! Le vin et le pastis d'abord ! 
Chacun sa bonbonne et courage ! »

Posté par Joe Krapov à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


Premières photos prises à Sète le 30 avril 2019 (6)

190430 Nikon 024

190430 Nikon 032

Faudrait savoir ! Vous êtes bélier ou vous êtes gémeaux ?

190430 Nikon 033

190430 Nikon 034

190430 Nikon 035

Posté par Joe Krapov à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 mai 2019

Rendre Brassens à Sète le 30 avril 2019 (2)

190430 Nikon 016

 Les "encore", les "c'est bon", les "continue" 
Qu'ell' cri' pour simuler qu'ell' monte aux nues, 
C'est pure charité, les soupir des anges ne sont 
En général que de pieux menson(ges) . 
C'est à seule fin que sont partenaire 
Se croie un amant extraordinaire, 
Que le coq imbécile et prétentieux perché dessus 
Ne soit pas déçu .

190430 Nikon 023

Par une ruse à ma façon, à ma façon, 
Je fais semblant d'être un poisson, d'être un poisson. 
Je me déguise en cachalot 
Et je me couche au fond de l'eau, au fond de l'eau.

190430 Nikon 025

190430 Nikon 026

190430 Nikon 027

Au village, sans prétention, 

J'ai mauvaise réputation. 
Qu' je m' démène ou qu' je reste coi 
Je pass' pour un je-ne-sais-quoi! 
Je ne fait pourtant de tort à personne 
En suivant mon de petit bonhomme. 
Mais les braves gens n'aiment pas que 
L'on suive une autre route qu'eux, 
Tout le monde médit de moi, 
Sauf les muets, ça va de soi.

Posté par Joe Krapov à 09:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Rendre Brassens à Sète le 30 avril 2019 (4)

190430 Nikon 062
Juste au bord de la mer à deux pas des flots bleus
Creusez si c'est possible un petit trou moelleux
Une bonne petite niche
Auprès de mes amis d'enfance, les dauphins
Le long de cette grève où le sable est si fin
Sur la plage de la corniche

190430 Nikon 075

  Il avait nom Corne d'Aurochs, ô gué ! ô gué ! 
Tout l' mond' peut pas s'app'ler Durand, ô gué ! ô gué ! 
Il avait nom Corne d'Aurochs, ô gué ! ô gué ! 
Tout l' mond' peut pas s'app'ler Durand, ô gué ! ô gué !

190430 Nikon 077 

 Hélas, si j'avais pu deviner que vos avantages 
Cachaient sournoisement, madame, une foison d'oursins, 
J'eusse borné mon zèle à d'innocents marivaudages. 
Se peut-il qu'on soit si méchante avec de jolis seins ? 
Se peut-il qu'on soit si méchante avec de jolis seins, 
Si méchante avec de jolis seins?

Posté par Joe Krapov à 09:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

26 avril 2019

Choses vues à Lannion (Côtes d'Armor) le 18 avril 2019 (1)

190418 Nikon 003

190418 Nikon 004

190418 Nikon 006

190418 Nikon 007

190418 Nikon 008

 

3 cordes seulement ?

Idéal pour apprendre la guitare sommaire !

Posté par Joe Krapov à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,