30 mars 2020

Rappel des troupes à Rennes le 30 mars 2020 (1)

C’est entendu : nous sommes en guerre et le combat ne fait que commencer.

C’est pourquoi j’ai battu le rappel des troupes, j’ai relancé la conscription, j’en ai fait sortir quelques-uns de leur boîte pour les confiner ici-même et les faire participer au combat immobile de cette guerre de tranchées.

Qu’est-ce que je n’ai pas fait-là ! Comme si on ne portait pas suffisamment de valises sans foutre le nez dans celles des autres ! Résultat des courses, hier soir sur le coup de 23 heures j’ai déniché sur Internet l’acte de mariage de mon arrière-grand-père et de mon arrière-grand-mère !

C’est ddddingue, quand même ! Je sens que je vais ouvrir un compte sur Généanet.org et ne plus faire que de la spéléologie archivistique !

Oui, je sais, tout ça ne sert à rien. Mais la guerre non plus, vue de mon point de vue de mauvais citoyen !

Léon Delfosse le père mort à la guerre en 1915 ou 1916 (recadrée) 

Mon arrière-grand-père du côté maternel.

  • Né le 28 février 1885 - OIGNIES 62
  • Décédé le 13 février 1916 - BELLEMAGNY 68 (Haut-Rhin), à l'âge de 30 ans
  • Soldat en 1907, ouvrier mineur en 1909
  • Régiment(s) : 401e Infanterie ; Grade : soldat

C'est le fameux grand-père à moustache dont le grand portrait a longtemps trôné sur le buffet de la cuisine et que je croyais  disparu à jamais. 
Il restait cependant cette petite photo déchirée sur laquelle il a le même regard coupant et présent au monde que celui de son fils, ci-dessous.

Léon Delfosse au service militaire à Sissonne en 1930
Le fils, né le 14 octobre 1910, portait le même prénom que son père.
Il est le premier tout en haut à gauche. Comment, ça, vous ne voyez pas bien ?

Léon Delfosse au service militaire à Sissonne en 1930 détail

Léon Delfosse au service militaire à Sissonne en 1930 B photo drôle
Avouez que c'eût été dommage de ne pas sortir cette photo des oubliettes ?!
Elle date de 1930 ou un peu avant.

Posté par Joe Krapov à 15:31 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,


Rappel des troupes à Rennes le 30 mars 2020 (2)

En 1954 et 1955 on envoyait encore les jeunes gens du Pas-de-Calais faire leur service militaire à Sissonne dans l'Aisne. Sur la plupart de ces photos-ci il y a mon père, au 6e régiment de cuirassiers. On ne rigolait pas avec le confinement à l'époque ! Incorporé là en mai 1954, devenu père de famille un mois plus tard, il devra attendre la naissance en février 1956 d'un deuxième fils pour être libéré de ses obligations militaires. Mais si on regarde bien les photos, lui et ses amis Bidasses natifs d'Arras ont rarement l'air malheureux de jouer au petit soldat. 

01 Char Richelieu

02 Photo de groupe devant les chars

06 Paul et ses potes devant les chars

08 Paul et ses potes devant les chars

14 Souvenir du 1er défilé de Paul 23 juin 1954

Posté par Joe Krapov à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Rappel des troupes à Rennes le 30 mars 2020 (3)

15 Un groupe de soldats quelque peu crados

16 Paul parmi d'autres bidasses

18 Paul présente les armes

19 Mais où est donc passée la 7e compagnie

21 trimballer son paquetage
Apparemment, ils étaient devenus là-bas des experts en matière d'apéro-skype et le coronavirus de l'époque tremblait dans son froc en entendant - ou plutôt en les voyant - siffler leurs canons !

24 Paul et se spotes au bistrot

25 Paul et ses potes au bistrot

30 Paul et ses potes autour d'un accordéon

 Ces deux billets-là ne seraient pas complets sans cette chanson de Madame Raymonde (vieux souvenir de La Flèche en Sarthe) que l'ami Emmanuel (pas les deux autres mais celui qui récite du Rimbaud par coeur) m'a rappelée il y a peu : 

Posté par Joe Krapov à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Rappel des troupes à Rennes le 30 mars 2020 (4)

J'ai convoqué aussi le frère du précédent, l'oncle V. Lui a été envoyé au front fiévreux des "événements" pour essayer de confiner l'Algérie en des temps difficiles.

Je ne saurais terminer cette revue de mes troupes sans citer l'oncle Georges une nouvelle fois afin de mettre un peu de légèreté et de philosophie dans tout ça.

"Je te plais, tu me plais, viens donc beau militaire !
Dans un train de banlieue on partait pour Cythère
On n'était pas tenu même d'apporter son coeur"

Georges Brassens - Les amours d'antan.

Victor Legrand pendant son service militaire en Algérie 01

Victor Legrand pendant son service militaire en Algérie 02

Victor Legrand pendant son service militaire en Algérie 03

Victor Legrand pendant son service militaire en Algérie 04 à Oran B

Victor Legrand pendant son service militaire

 

Posté par Joe Krapov à 14:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mars 2020

LE HARENG A LA JAPONAISE

Léon le pêcheur 01 réduit

A la maison, en ce temps-là, il n’y avait que le grand-père pour manger du poisson.

C’est peut-être parce qu’il était lui-même un grand pêcheur devant l’éternel. A revoir les albums et les boîtes de photos que j’ai récupérés récemment on pourrait croire qu’il a passé sa vie à accrocher des vers au bout de son hameçon, à monter des lignes avec des petiti plombs, à amorcer, à surveiller son bouchon, à se faire photographier avec de jolies prises.

C’est peut-être cela, le secret du bonheur : être pêcheur au bord de l’eau.

Tout ça pour dire que Maman, qui faisait les courses des deux familles, s’arrêtait parfois « au Saumon d’or », chez Jules Turbiez, le poissonnier de la grand’rue, et qu’elle ramenait des rollmops ou des harengs saurs qu’on appelait des saurets. Je n’ai pas souvenir qu’elle ou grand-mère aient jamais cuisiné du cabillaud, du thon, du lieu ou du sabre comme je le fais très souvent maintenant. 

Poissonnerie Jules Turbiez 
Photo d'un "mariach' à sabots" extraite du calendrier 2017 de la ville de L.

Alors vous pensez bien, le hareng à la japonaise, ça a été un grand moment de drôlerie dans notre histoire commune !

C’était en 1980, à Cracovie, je crois. Il nous avait emmenés, ma grand-mère, mon frère et moi, passer des vacances en Pologne et en Tchécoslovaquie où il avait des connaissances et des points de chute pour le logement.

Vous-ai-je déjà dit qu'il était un espion du KGB ? Oui, je l'ai dit et ceci explique cela.

Ce jour-là, on était entrés, tous les quatre, sans accompagnateur autochtone, dans un restaurant.

On a regardé la liste des plats sur le menu mais tout était écrit en polonais et uniquement en polonais. Pour demander des explications en allemand ou en russe, les deux langues dans lesquelles, avant même d’être devenu Breton, je pouvais baragouiner quelque peu, c’était compliqué : les Polonais, pour des raisons d’envahissements intempestifs de leur territoire que l’on sait, détestent entendre le sabir de leurs voisins de droite comme de gauche. Tout ce qu’on savait c’est que les knedliky, ces boulettes de farine qu’on vous servait trempées dans une espèce de soupe, c’était pas top.

Alors on s’est lancés au hasard et moi, comme entrée, j’ai pris « Śledź po japońsku ». C’était d’autant plus gonflé qu’à l’époque on avait encore moins idée de ce que pouvait être la cuisine japonaise mais on ne se faisait pas de sushi pour si peu. On verrait bien !

Eh bien figurez-vous que c’est très bon, « Śledź po japońsku » ! C’est du hareng fumé mélangé avec des pommes, des cornichons et de la crème fraîche !J’ai fait goûter le plat à mon grand-père. Tout le restant de sa vie il a regretté de ne pas avoir fait le même choix que moi !

Finalement, la cuisine, c’est comme le jeu d’échecs ! Ce n’est pas vous qui gagnez, c’est l’autre qui fait le premier une erreur dans son choix !

En voici la recette qui est devenu un plat traditionnel de la maison Krapov :

Vous prenez un paquet de filets de harengs fumés doux. Vous les passez sous le robinet histoire de les dessaler un peu, même si, en argot, le hareng est toujours dessalé.
Vous coupez les filets en morceaux d’un centimètres.
Vous les mettez dans un grand saladier.
Vous épluchez un oignon et le coupez en fines lamelles.
Vous ajoutez trois ou quatre petits cornichons coupés en tronçons.
Puis deux cuillères à café de câpres.
Un piment de Cayenne séché que vous découpez très (con)finement.
Puis trois pommes fruit que vous pelez, épépinez et coupez en demi-quartiers.
Vous versez là-dessus deux cuillères à café de jus de citron, une cuillère d’huile d'olive, du poivre et un pot de dix centilitres de crème fraîche.
Vous mélangez et servez frais.

Bon appétit !

Pardon : Smacznego !



Pondu pour l'atelier d'écriture de Villejean le mercredi 25 mars 2020
d'après la consigne ci-dessous

16 mars 2020

LE DÉPOSITAIRE (1)

Avant que nous n’entrions, le 15 mars 2020, dans la période dite "de la fin de monde, du malin Grossièrement et du con Finement", je suis retourné, le vendredi 13 mars au soir à la dernière soirée jeux de la Maison de quartier de Villejean.

J’ai joué à « Carcassonne » à peu près pour la première fois et, comme d’habitude, j’ai gagné. A chaque fois que je joue à un jeu, je gagne. C’est pour ça que plus personne ne veut jouer avec moi et que désormais, je vis tout seul chez moi. Comme tout le monde !

On m’a aussi appris, en ce début d’année 2020 à « jouer ? » au Grand jeu de la Vie dont les règles sont très particulières.

200306 265 014

- Si tu passes deux fois en un an sur la case « crématorium » tu perds énormément de jetons « larmes » mais tu gagnes le pion « dépositaire » !

- A quoi il sert ?

- Ca veut dire que c’est toi qui es le dernier : tu hérites de l’histoire familiale et tu en fais ce que tu veux. Tu la racontes ou pas, tu l’enfouis ou pas, tu la réinventes ou pas, tu t’en amuses ou tu t’en attristes, ou pas.

- Il est nul ce pion ! Il est nul ce jeu !

- Attends, ne pars pas te confiner tout de suite. Il faut aussi que tu emmènes les caisses « héritage ».

- C’est quoi ?

- Des albums photos, des papiers, des cassettes et des cartes postales.

- Finalement, on a bien fait de venir en voiture, alors !

Posté par Joe Krapov à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

LE DÉPOSITAIRE (2)

Alors disons que c’est 1955 ou 56. Ce sont deux couples de jeunes mariés qui partent en vacances dans les Ardennes françaises. Avec une tente canadienne, ou deux, et une quatre chevaux Renault immatriculée 9553 EU 62. Le camping est à Monthermé, la barrière est celle de la Roche à Sept heures, le chemin grimpe au-dessus de la jolie boucle de la Meuse. J’ai randonné moi-même par-là avec Marina B. en 2017 quand nous sommes allés passer une semaine sur les traces de Rimbaud à Charleville-Mais’hier sans savoir qu’ils étaient passés par-là avant nous.

Jeanne et Paul

Vacances de Paul et Jeanne dans les Ardennes avec Clément et Marie-Thérèse Fouquart 05

Vacances de Paul et Jeanne dans les Ardennes avec Clément et Marie-Thérèse Fouquart 06

Vacances de Paul et Jeanne dans les Ardennes avec Clément et Marie-Thérèse Fouquart 07

Vacances de Paul et Jeanne dans les Ardennes avec Clément et Marie-Thérèse Fouquart 08

La Roche à sept heures à Monthermé
Photo empruntée sur Internet

170714 Nikon 049
Ce que l'on voyait depuis cet endroit-là en juillet 2017.

Posté par Joe Krapov à 13:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

LE DÉPOSITAIRE (3)

Vacances de Paul et Jeanne dans les Ardennes avec Clément et Marie-Thérèse Fouquart 01B

Vacances de Paul et Jeanne dans les Ardennes avec Clément et Marie-Thérèse Fouquart 04

Vacances de Paul et Jeanne dans les Ardennes avec Clément et Marie-Thérèse Fouquart 02

Vacances de Paul et Jeanne dans les Ardennes avec Clément et Marie-Thérèse Fouquart 03

170714 265 055

Cette même statue, vue depuis un bateau de croisière sur la Meuse en 2017.

Vacances de Paul et Jeanne dans les Ardennes avec Clément et Marie-Thérèse Fouquart 09
Vallée de la Meuse à Bogny-sur-Meuse (Tripadvisor)
Photo empruntée à Tripadvisor

La vue sur le coude de la Meuse est prise à Bogny-sur-Meuse et il y a sans doute eu un touriste aimable pour les immortaliser tous les quatre assis·e·s sur le socle de la  statue des quatre fils Aymon, entre les pattes du cheval Bayard.

- Pourquoi tu publies ça sur Internet ?

- Pour rien ! Juste pour profiter du pion « Dépositaire » !

- T’as raison, il est un peu con ce Grand jeu de la Vie !

Posté par Joe Krapov à 12:40 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,