10 janvier 2017

Les aquarelles saboliennes d'Ilarion Pavlovitch Krapov (7)

19 Sablé - Grille de l'école Gilles Ménage un jour de fête des écoles 1992 02 25 (1 de 3)

Grille de l'école Gilles Ménage un jour de fête des écoles (1992)

20 Sablé - Maison aux six sabots rouges rue du petit marché 1992 02 25 (2 de 3)
Façade de la maison aux six sabots rouge, rue du Petit marché (1992)

21 Sablé - Maison à escalier sur les bords de la Sarthe vue depuis le pont de la Grande rue 1992 02 02 (1 de 3)

Maison à escalier en bord de Sarthe (vue depuis le pont de la Grande rue) (1992)

Posté par Joe Krapov à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Les aquarelles saboliennes d'Ilarion Pavlovitch Krapov (8)

22 Sablé - Maison couverte de vigne rouge (non localisée) 1992 02 02 (3 de 3)
Façade de maison couverte de vigne vierge (non localisée) (1992)

23 Sablé - La poterne du château 1993 01 17
La poterne du château (1993)

24 Sablé - Maison de la rue Dorée 1992 02 24 (1 de 2)

Maison de la rue Dorée (1992)

Posté par Joe Krapov à 08:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 janvier 2017

Les aquarelles saboliennes d'Ilarion Pavlovitch Krapov (1)

J’ai toujours tellement aimé la fiction que je suis devenu moi-même un personnage de fiction. Peu de personnes savent que je m’appelle, à l’état-civil, Iosif Ilarionovitch Krapov et que je suis né en 1989.

Mais ce n’est pas de moi qu’il s’agit aujourd’hui. Marina Bourgeoizovna et moi-même avons une fâcheuse tendance, ces derniers temps à nous mêler de ce qui ne nous regarde pas. Vous me direz, c’est pour le plus grand bien des intéressés, mais quand même ! J’ai déjà évoqué ici la transformation du garage de M. Bourgeoizov en bureau et le déménagement, opéré par nous et d’autres costauds de la famille, d’une partie de sa bibliothèque dans ce nouveau bureau.

Cela nous a poussés à réfléchir et à envisager la même chose ou à peu près mais chez nous. Nous, ce qu’on voudrait, c’est mettre notre bibliothèque sur le bureau de l’ordinateur. Pas facile, hein ? Mais si, il existe un moyen bien simple d’y parvenir, c’est de numériser tout ce papier que nous détenons, de transformer en e-books ou en documents électroniques toute cette paperasse que nous avons accumulée ou qu’on nous a refilée.

C’est pourquoi j’ai passé mon dimanche à replonger dans les boîtes archives de mon paternel, le dénommé Ilarion Pavlovitch Krapov qui a beaucoup sévi en Sabolie, un petit royaume du Sud de la Sarthe, à partir de 1992 avant de disparaître dans les limbes en 1997, pratiquement le même jour que la princesse Diana, mais sans décéder pour autant. Lui ne s’est pas emplâtré contre un pilier mais il a disparu dans un tunnel de l’espace-temps. Après il n’y a plus eu que moi à porter le nom de Krapov dans la blogosphère !

J’ai déjà rendu hommage à son travail de poète aquarelliste ici : http://joekrapov.free.fr/index.php?tag/aquarelle

J’entreprends depuis hier de reconstituer, en couleurs et en numérique, ses recueils de poèmes à trente exemplaires et à deux balles illustrés de photocopies desdits travaux de pinceau et d’échelle (il repeignait souvent l’araignée qu’il avait au plafond !).

Cela m’a permis de remettre la main sur, finalement, une cinquantaine d’aquarelles qui n’avaient jamais été exposées ni montrées, juste éditées en noir et blanc à Samfou-les-Boules où mes parents ont vécu et où j’ai passé mes huit premières années.

Je vais vous les balancer douze par douze et puis après je déposerai le premier recueil en pdf sur dl.free.fr où il sera téléchargeable pendant un mois. C’est le plus que je peux faire cette semaine : mon médecin maltraitant m’a déconseillé de vivre tourné vers le passé à cause des risques de torti-mélan-colis !

01 Sablé - Vue de l'Erve depuis le pont de la rue Michel Vielle 1996 07

02 Sablé - Vue automnale sur la Sarthe depuis le pont de la Grande rue 1996 07

03 Sablé - Le petit pont de la rue d'Erve 1992 02 23 (1 de 2)

Posté par Joe Krapov à 21:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


05 décembre 2016

N'OUBLIEZ PAS D'ETEINDRE VOS PORTABLES !

N’oubliez pas d’éteindre votre portable… et votre radio ! Depuis dimanche soir le monde s’est arrêté sur le score quasi soviétique obtenu par le camarade François Fillon à la primaire de la droite.

On n’avance plus. On recule, même. On se trouve rejeté vingt ans en arrière, dans une France que ses concurrents et adversaires, très sympathiques, ont qualifiée de « moisie ».

D85 décembre - 05

Ils n’ont peut-être pas tort. C’est qu’on le connait bien, ce coin du Sud de la Sarthe où il a entamé sa carrière politique. On revoit encore avec la même sérénité qu’alors cette abbaye de Solesmes, austère et fière et bien dressée. On a trace, dans son grenier, des douze années passées ici, sous forme de centaines de photographies colorées ou en noir et blanc de l’endroit, prises depuis la petite place de l’autre côté de la rivière. Des barques, des pénichettes y sont amarrées. On en a même fait des aquarelles.

La Sarthe ! C’est un pays de soutanes surannées, de résignations paysannes, de respect ancestral de l’autorité, des nobliaux puis des institutions. Quelle fierté, évidemment très brassensienne, liée à la Ballade des gens qui sont nés quelque part, quand un enfant du pays atteint les sommets de la réussite à laquelle nul ici n’a jamais rêvé ! On est trop bien dans ce jardin extraordinaire où chaque 24 heures compte plus qu’ailleurs, dans cette ville la plus sportive de France, capitale de la modération à l’abri de tout aléa. Monsieur le Maire a toujours trouvé du travail à tout le monde à la fromagerie Bel ou chez LDC où l’on découpe le poulet. Loué soit-il pour cela !

D 93 01 Solesmes 25 ou 43Oui, un recul de vingt ans en arrière ! On se souvient que le mercredi soir et le samedi après-midi on allait jouer aux échecs. On poussait du bois avec le docteur G. médecin-accoucheur de toute la ville. C’était une terre de droite dans laquelle vous et une poignée de détestables fonctionnaires étiez les seuls à voter pour la gauche. Et pourtant, effet de la douceur angevine pas très lointaine, sans doute, elles vous indifféraient un tant soit peu, ces moeurs provinciales poussiéreuses qui n’étaient pas les vôtres : les enfants dans le privé, le golf de Sablé-Solesmes, le club d’équitation, les sonneries de trompe de chasse au château de Dobert, le Festival de musique baroque, le vol en montgolfière pratiqué comme étant le nec plus ultra du snobisme local.

Et voilà qu’après vingt ans d’interruption on remet les pieds dans une aimable assemblée de papys joueurs d’échecs. Et comme par un fait exprès le monde journalistique s’extasie encore et toujours comme à l’époque sur le roi François par-ci, le roi François par-là !

N’oublie pas d’éteindre ton portable et surtout ta radio, Joe Krapov ! Le monde avance à rebrousse-temps ! Ca va te prendre à rebrousse-poil !


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 29 novembre 2016 d'après la consigne ci-dessous.
 

Posté par Joe Krapov à 12:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 février 2016

Diapos pour aquarelle : Sablé-sur-Sarthe en 1993

D 93 11 Sablé - 38

D 93 22 Sablé - 05

 

Ce diptyque, c'est le jour et la nuit !

Posté par Joe Krapov à 12:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Diapos pour aquarelle : Sablé-sur-Sarthe en 1995 (2)

D95 17 novembre - 33

D95 novembre - 07 b

D95 novembre - 38
Ce bâtiment fut longtemps "mon château" !

Posté par Joe Krapov à 12:09 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,