30 mars 2018

LA COMPLAINTE DU BOULEY ? : version sonore et imagée

Joe Krapov réalise les rêves ! (Bon, pas tous, quand même !)
La magicienne Emma rêvait d'entendre le poème publié ici hier lu par deux voix différentes
et soutenu par des musiques choisies. Voilà, c'est fait ! Ce fut un plaisir, chère Emma !
Cela m'a rappeleé les disques de Bernard Dimey et permis de fabriquer
un autre "enfant" avec ma compagne préférée !

Posté par Joe Krapov à 09:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


29 mars 2018

LA COMPLAINTE DU BOULEY ?

Quand j’étais marchand de quatre-saisons
J’avais, rue Lepic, ma vieille charrette
Et, le jour durant, criais à tue-tête
Aux vivantes qui passaient là
Pour vendre mes quatre saisons.

Quand j’étais marchand de quatre-saisons
Je vendais des hivers plus tranchants que des bibles
Et plus verts que le chou,
Des hivers à sonner le glas dans les campagnes,
Des rafales de vent à tocsingler les cloches
Et préférer faire fête au chaud.

Je criais :

Boules de neige ! Gants et cache-cols pour cours d’écoles ! Marrons glacés ! Qui n’a pas les marrons glacés ? Bâtons magiques pour étincelles de Noël ! Saint-Nicolas de pain d’épice ! Coquilles ! Crèches ! Sapins ! Guirlandes ! Au gui l’an neuf ! La bonne année ! Epiphanie ! Saint-Valentin l’amour au cœur ! Métro Glacière ! Filles du calvaire !
 

IL 2018 03 26 1355835247-Paris-Rue-Lepic

Quand j’étais marchand de quatre-saisons
Je proposais des printemps doux,
De la verdure à profusion,
De l’ancolie, du perce-neige,
Et des oublies, et du plaisir,
Du mimosa, du pont de mai, des œufs de Pâques.

Je criais :

Montées de sève ! Turgescence ! Qui n’a pas sa turgescence de printemps ? Boutons d’acné ! Demandez les rameaux du dimanche ! Lundi de Pentecôte ! Crocus, jonquilles ! Fruits de la passion ! Emois soudains ! Demandez l’émoi printanier, le seul l’unique ! Lapin de Pâques ! Carpe diem à marier ! Métro La Muette, Chemin vert, Jasmin et Porte des Lilas !

Quand j’étais marchand des quatre-saisons
J’offrais des étés plus vibrants que tout,
Des joies de Provence, parfums de vacances,
Des fruits et légumes couleurs d’arc-en-ciel,
Des chaleurs, des moiteurs et des Mistrals gagnants
Ou des petits vents rares et frais.

Je criais :

Ciel d’été ! Bleu intense ! Fruits de mer ! Coquillages ! Plantage de tente ! Camping des Flots bleus ! Quart d’heure américain ! Qui n’a pas son quart d’heure américain ? Demandez mon « Vas-y Jeannot » ! Suivez-moi jeune homme ! Bonheur du jour ! Oublies, plaisir ! Chants de cigale ! Nationale 7 ! Pétards de 14 juillet ! Noces de canotier bis ! Opium du peuple du 15 août ! Sieste crapuleuse ! Randonnée pédestre ! Métro Bel air, Gaîté, Plaisance !

Quand j’étais marchand de quatre saisons
Je vendais de l’automne en cachette
Sous le manteau d’un vieux salace
- On jouait « Bijoux de famille » au cinéma d’en face ! » -
Et j’holdupais ma clientèle avec les promesses frelatées
Et les couleurs enjolivées d’un inestimable bordel.

Je susurrais :

Brouillards premier choix ! Brumes OK ! Rentrée des classes ! Cours de récré ! Doigts pleins d’encre d’enfant pas sage ! Turbulence ! Ambulance ! Hôpital silence ! Enterrement de feuille morte ! Châtaignes grillées ! Citrouilles pour carrosse ! Cornets de marrons chauds ! Buffet de chêne sombre ! Poires cuites ! Vieilles pommes ridées ! Dans la famille « Veillée au coin du feu », demandez la grand’mère ! Cimetière de Toussaint ! Chrysanthèmes ! Fruits pourris ! Plaisirs boueux ! Oublies, oublies, oublies des amours de vacances, de l’été, du plaisir ! Fleuves impassibles ! Eaux noires d’Europe ! Fils dénudés dans la forêt ! Fourmis épargnantes ! Ecureuils roux et fous ! Métro Château rouge. Métro c’est trop !

Le temps a passé.
Maintenant que j’ai réussi
Je rachète des hypermarchés.

Pour le bonheur des actionnaires
J’étrangle des vies paysannes.

Métro Commerce ?
Marcel Sembat mais pas tant que ça
Car j’ai oublié le plaisir.

Ô monde en pleine déraison !
Parfois j’ai la mélancolie
Des marchands de quatre-saisons
Et je regrette ma charrette
Et les cris de la rue Lepic.


Ecrit pour les Impromptus littéraires du 26 mars 2018
à partir de cette consigne

N.B. Le titre du texte est en référence aux personnages de la série "Fais pas ci, fais pas ça". Denis Bouley a dû exercer un certain nombre de petits métiers pour nourrir sa famille alors que chez son voisin Renaud Lepic, cadre dans la robinetterie, tout a toujours coulé de source.

Posté par Joe Krapov à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 février 2018

LE CABINET DES LETTRES. Chapitre 1

 Joe Krapov - le cabinet des lettres

CHAPITRE I

Aujourd’hui il n’est monté personne dans la rame du métro sur la ligne 7, enfin personne qui soit du genre à prendre la parole pour plomber d’avantage encore le silence pesant avec des phrases comme « S’il vous plaît, Messieurs et Dames, je sors de prison, j’aurais besoin d’une pièce ou deux pour manger ou d’un ticket restaurant pour survivre». Il n’y a eu personne non plus pour entonner « L’amandier » de Georges Brassens en s’accompagnant d’une musique de karaoké sortant d’un ampli crachotant attaché sur un diable à bouteille de butagaz.

De toute façon aujourd’hui Florent Fouillemerde n’a pas besoin d’être distrait ou perturbé pendant son travail. Le détective privé, bonhomme entre deux âges, entre deux eaux et même souvent entre deux vins, entre Saint- Chinian et Ventoux, entre Médoc et Pécharmant, est en pleine filature d’un type aussi anodin que lui. Un gars à lunettes rondes, la cinquantaine, signe particulier néant, genre personnage de Sempé portant une écharpe rouge, un ciré Guy Cotten bleu, une casquette irlandaise et un sac à dos du tout-venant. Bien qu’il ait l’air un poil intello, le type n’a pas de livre ou de revue à la main et il a l’air absent de tous les voyageurs qui vont descendre à Châtelet pour un long changement.

Le trajet du quidam emprunte ensuite la ligne 1. Nouveau changement à Charles de Gaulle-Etoile, ligne 2 pour une seule station. On descend à Ternes. « Ca lui va bien au teint ! » se dit Florent en ne perdant pas de vue les baskets de l’autre, son écharpe et sa gapette à carreaux.

1718-19 fontaine_Wallace_reductwk

Il est 17 h 15 et ça roule déjà comme pour rentrer chez soi sur l’avenue de Wagram. Le type la remonte jusqu’au numéro 36. Là il y a un banc public et le type s’assoit, faisant face à un immeuble haussmannien. Au rez-de-chaussée la porte est entourée de deux boutiques. A gauche c’est un marchand de béton et de téléphonie, à droite c’est « Gloops » qui vend des machines à rouler modernes pour piétons fatigués de naissance. Au deuxième étage du 36 une fenêtre est ouverte et le balcon est plus fleuri qu’une vahiné en quête d’un soupirant plein de pèse et de poudre à lever. Même Madame de Fontenay un jour d’élection de Miss Météo France ne clignoterait pas autant que le sapin polychrome qui trône parmi cet hymne floral au dieu de l’arc-en-ciel.

Florent aurait aimé pouvoir se planquer derrière une fontaine Wallace mais il n’y en a pas ici. « Pas plus que de fontaine Gromit », songe-t-il. Alors il regarde en coin tout en faisant semblant de s’intéresser aux costards hors de portée de sa bourse de Sandro et Jean-Louis David puis revient vers le banc en flânant. Qu’est-ce qu’il attend, ce mec ?

Au bout de cinq minutes une charmante jeune fille vient s’accouder à la rambarde fleurie, se penche légèrement pour scruter les passants. Elle n’accorde aucune attention au type assis sur le banc. Puis elle rentre chez elle et referme la porte-fenêtre. Alors le type se lève. Il va taper quatre chiffres et une lettre sur le digicode puis entre. Florent Fouillemerde se précipite à sa suite, s’engouffre derrière son dos, faisant comme s’il habitait là. Il dépasse le gars qui s’est arrêté devant les boîtes aux lettres. Il fait mine de monter l’escalier et, après le premier coude, il s’arrête, s’accroupit et regarde le hall d’entrée. Le gars est en train de sortir une enveloppe de son sac à dos. Il la glisse dans une des boîtes après quoi il referme son sac et ressort.

Florent redescend tranquillement et s’en va lire le nom de la locataire à laquelle on vient de distribuer du courrier : Aude Rimbaud.

Ecrire à A. Rimbaud ? Pourquoi pas ? Mais aussi, pourquoi se cacher de la poste, faisant foi ?


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 13 février 2018
à partir de la consigne ci-dessous

Image d'illustration empruntée ici

12 juin 2017

DEBORDEMENT

Une rivière en avait marre de vivre sous les ponts, de refléter le soleil puis la lune et quelques pêcheurs à la ligne. Elle décida de sortir de son lit. Il était temps, elle approchait les 50 berges !

Par bonheur pour elle, les hommes avaient inventé le réchauffement climatérotique. Tout le temps était tout le temps détraqué et un jour, deux jours, trois jours durant, il se mit à pleuvoir du pont. Du pont des Arts, pour être précis, il plut des cadenas et des rambardes.

Quand toutes ces amours ou preuves d’amour furent tombées dans l’eau pour y rejoindre les clés des cadenas et les amours de Guillaume Apollinaire, la Seine, car c’était elle, déborda de reconnaissance :

- Ah merci, merci, Pont des arts, Averse et Pluie de cadenas ! Depuis le temps que j’étais serrée dans ce lit ! Je ne pouvais même pas étendre mes bras ni sentir le sang affluer à mes joues ni même jouer à l’habile beau quai ! De quoi perdre la boule !

AEV 1617-29 zouave 8678937

Et la Seine d’envahir Paris, de se répandre en bavardages dans ce nouvel entourage, d’aller rire au nez et à la barbe du zouave du pont de l’Alma, de mettre la main, comme une sœur, dans sa culotte, de se moquer de sa chéchia.

- Fichez le camp sur le champ ! » ordonna la statue du militaire.

Ça tombait bien, le Champ de Mars n’était pas loin. Elle s’ébattit gaiement sur ce nouvel espace mais soudain elle entendit une grosse voix qui lui disait :

- C’est ça ! C’est ça ! Entrez dans mon cabinet sans rendez-vous ! Allongez-vous sur la canopée, pendant que vous y êtes !

- Oh je ne monterai jamais jusque là-haut, répondit la graine d’évaporée. Car il est dit dans le « Livre sacré des fleuves et des rivières » que l’histoire du patriarche de la Noë est une légende lutécienne non vérifiée. Mais qui êtes-vous donc, Monsieur ?

- E.I. Felturm, psychanalyste. Qu’est-ce qui vous amène ? Vous avez de la chance, je le suis aujourd’hui. Amène.

- Eh bien voyez-vous j’avais comme qui dirait une petite envie de m’épancher et j’ai trouvé une fenêtre de « j’me tire ».

- Allongez le pognon et vos fesses sur le champ et racontez-moi vos débuts dans la profession. Remontez bien à la source, surtout !

AEV 161729 4626- Eh bien voilà, Docteur Felturm, c’est assez oedipien comme comportement et somme toute naturel pour un fleuve : j’ai toujours eu envie de voir la mer ! Alors je me suis nourri de ce rêve, de l’eau qui tombait des nuages, j’ai grossi, j’ai tracé mon chemin, j’ai fait les quatre cents coups dans le calcaire, j’ai suivi ma voie, j’ai coulé des jours heureux, j’ai passé l’été en pente douce, puis j’ai décliné…

Il s’ensuivit tout un flot de paroles plaintives, une dégoulinade de souvenirs en cascade, d’épanchements de Seino-vie que le psychanalyste écouta impassible. Ou plutôt il entendit tout ce roman-fleuve comme un clapotis de potins, des bruits de vagues et de ragots de virago, une remémoration de murmures sous ramure qui l’endormirent presque. Il se demanda si la cliente ne lui montait pas un bateau-mouche tant elle versait de larmes sur son sort de voyageuse énurétique en perpétuel transit avec des aspirations au voyage vers le large à la longue étouffées sur les bords. Quand elle eut vidé suffisamment son sac il l’arrêta et lui dit :

- Rentrez chez vous, remettez-vous au lit et laissez faire les choses. Ne traitez que le courant. Vous allez la voir bientôt, la mer. Vous allez le trouver, votre havre de paix. Si vous êtes pressée, vous n’aurez qu’à regarder le film homonyme d’Aki Kaurismaki en DVD. Ou alors en streaming.

- Merci beaucoup, Docteur Felturm. Je vous dois combien ?

- Il est d’usage qu’on me paie beaucoup et en liquide mais pour vous ce sera gratuit. D’habitude on me casse les pieds avec de vieilles histoires mais vous, vous me les avez lavés avec des rêves d’avenir. J’ai juste une chose à vous demander.

- Oui ?

- Vous avez une voix de crécelle un peu énervante. Aussi, quand arriverez aux Andelys…

- Oui ?

- Bouclez-la !

P.S. Cette histoire d’inondation de Paris était totalement imaginaire mais il est tout à fait possible – vous m’en verriez alors ravi - que certaines et certains d’entre vous l’aient… crue !

AEV 1617-29boulevard-haussman-crue-de-la-seine-1910

Pour voir d'autres images de la Seine en crue, c'est ici.


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 6 juin 2017
à partir de la consigne-incipit n° 336 de Pascal Perrat

Posté par Joe Krapov à 08:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 janvier 2017

D'UN GRENIER L'AUTRE. 4, Photo-Hall, 5, rue Scribe à Paris

Mais, si je le fais, comment ne pas perdre le fil de « Photo hall » dont j'ai découvert l'existence dans le grenier de mon beau-père ? C’est que cela m’a ramené rue Scribe à Paris, Paris où j’ai aussi vécu, où j’ai croisé la dame qui m’a amené ici à Rennes où je suis devenu « kaléïdoscopeur de couleurs d’autrefois qui perd parfois le fil du discours initial» !

Qu’est-ce que je disais, déjà, au début ?

Image empruntée au Musée Carnavalet :

 

Devanture du salon des arts 5 rue scribe
Devanture du salon des Arts, 5, rue Scribe.

Images empruntées chez Delcampe.net :

216_002

582_001

Facture photo hall

En 1962 Photo-Hall était toujours actif.
Patrick, appelle donc Opéra 40 52, pour voir ! ;-)

Photo hall 740_001

Photo hall829_001

 Niepce... Si j'ajoute "Nicéphore de café", est-ce que j'aurai bouclé la boucle ?

Posté par Joe Krapov à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11 juin 2015

Les B Car... retournent à l'école à Paris le 6 juin 2015 (2)

Ce que j'aime bien, avec les B Car..., c'est que ça me fait voir le monde autrement. Moi, vous me connaissez... (un p'tit peu, quand même ?) et vous savez que je ne fréquente, sur mon blog et dans les ateliers d'écriture du net et en vrai, que des enseignantes tout ce qu'il y a de plus sérieuses (un petit peu, quand même, mesdames, non ?). Avec les B Car... je retrouve le monde vu du côté des élèves ! Je retourne à l'école et je suis plus en phase avec mon âge mental (8 ans et demie). Après le potlatch, les potaches !

Il y a celui qui affiche sa philosophie dans sa cuisine :

150606 A 035

Il y a celui qui arbore un t-shirt provocateur :

150606 A 067

Posté par Joe Krapov à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Les B Car... retournent à l'école à Paris le 6 juin 2015 (2)

Il y a celui qui se roule par terre quand on le réprimande parce qu'il a fait une bêtise (c'est le même) ! 

Il y a celui qui monte sur la table pour faire son intéressant !

150606 B 003

Posté par Joe Krapov à 22:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Les B Car... retournent à l'école à Paris le 6 juin 2015 (3)

Il y a celui qui dit : Regarde, Joe Krapov ! Une Parisienne ! Photographie-là !
Et je prends la photo !

150607 C 023

Qui dit plus loin : regarde Joe Krapov ! Un élevage de grues ! Photographie-les !
Et je prends la photo !

150607 C 029

Qui dit plus loin : regarde Joe Krapov ! La philharmonie ! Photographie-la !
Et je prends la photo, non sans songer que comme à Bruxelles, architecte est vraiment un très gros mot à Paris ! 

150607 C 032

Posté par Joe Krapov à 22:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Les B Car... retournent à l'école à Paris le 6 juin 2015 (4)

150607 C 024

150607 C 025

Après ça continue : on est le lendemain matin, on recharge la B Car... Bagnole et on prend la direction de Montreuil tout en continuant de se débiner allègrement et gentiment !

150607 C 021


Eux aussi sont du genre "J'ai dix ans...Tar' ta gueule à la récré !". 

Posté par Joe Krapov à 22:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 juin 2015

Les B Car... débarquent à Paris le 6 juin 2015 (1)

S. et S. viennent de prendre leur retraite. Parisiens de toujours ils ont eu un coup de cœur pour la Bretagne et ont acheté une maison à P. du côté de Paimpol (Côtes d’Armor). Au cours de la soirée, ils nous parlent de Bégard comme d’un trou perdu. Je n’ai pas l’impression d’avoir mémorisé P. comme un sommet trouvé mais Marina me dit qu’on est allés randonner par là-bas en remontant le Trieux. En fait non, on y est passés en voiture en revenant de La Roche-Jagu l’été dernier. J'ai trouvé le village joli mais je n'irais pas m'y enterrer pour ma part. J'ai déjà donné en séjournant quelques années là où je suis né, à Samfou-les-Boules, au royaume de François 1er de Sabolie ! Bref, en me resservant un deuxième verre de marquisette, je les ai rassurés en leur disant mon admiration pour les pages culture du journal « Le Trégor », toujours bien remplies d’annonces de concerts, spectacles et expositions, même l’hiver. Mais ensuite, quand je suis allé aux toilettes et que j’ai vu la déco à base de tickets de concerts et de pièces de théâtre, je me suis dit qu’ils avaient intérêt à aimer la musique celtique, "un petit peu, quand même". Et puis bon, chacun sa route, chacun son chemin ! On ne discute pas les coups de cœur ! Du coup, ce soir ils organisaient leur soirée d’adieux à leur appartement et à leurs copains parisiens. Les B Car… étaient donc chargés de l’animation musicale de cette petite fête. Côté buffet garni, on n'a pas été malheureux. Un potlatch de première, même !

150606 A 039

150606 A 051

150606 A 060

150607 C 008 

Posté par Joe Krapov à 21:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,