02 juillet 2020

DÉBRANCHÉ !

200617 Nikon 018

Finalement, c’est très bien, le confinement ! On lit, on regarde ses dévédés, on fait du jogging ou du vélo ! On observe les gens abrité derrière un masque sans qu’ils puissent vous juger sur la mine ou voir si vous vous êtes rasé ou pas ce matin !!

On se retrouve chez soi avec des tas de fantômes mais tous les Parisiens qui causent dans le poste ne semblent pas avoir plus de matérialité que vos propres ectoplasmes – sauf quand ils vous envoient les flics afin de contrôler que vous ne faites pas de jogging à plus d’un kilomètre de chez vous -.

Entre mars et mai je me suis quand même bien démené – sans apéros-Skype ni réunions-Zoom - pour maintenir du lien social avec l’atelier d’écriture de Villejean et les M’A2R1 d’O douce et j’ai repris très vite contact à partir du 11 mai avec Am’nez zique et les Biches.

Mais j’ai chopé aussi une vieille fatigue au sortir de cette période : mes complices joueurs d’échecs ont jeté l’éponge, nous n’avons pu organiser qu’une toute petite fête de la musique, les chanteurs et chanteuses de l’A2R1 s’étant égaillé·e·s-égayé·e·s dans la nature, et surtout j’ai perdu le goût de participer au Défi du samedi.

J’essaie de résister à cela mais c’est dur. Trop occupé par mes voyages dans le temps, ma chasse aux belles images et mes archives de Neil Young, le chanteur pour poulaillers d’acajou. 



Et en plus parfois, ça ne veut vraiment pas.

Par exemple, pendant le trajet de voiture vers Lannion j’ai écrit quelque chose sur la confiture (Défi n° 616 du 13 juin 2020). « Chouette ! » me suis-je dit, j’ai emmené mon nouvel ordi-tablette, je vais pouvoir le taper et l’envoyer dans les délais impartis depuis ce Trégor si cher à l’oncle Walrus.

Sauf que pour utiliser le Word qui est dessus, il faut être connecté ! Ok, j’emprunte les codes WIFI de notre hôtesse et je commence, entre deux piapiatages, à taper mon délire. Puis je m’aperçois que ça ne va pas être coton de l’envoyer : j’ai oublié d’emmener le mot de passe qui donne accès à mon webmail. Tant pis, je demanderai à Marina B. si elle connaît les siens par cœur.

Après quelques parties décevantes de « Six qui prend », un jeu qui ne laisse pas place à la stratégie, finalement, quand on applique ses règles stricto sensu, nous allons passer une bonne nuit, bercés encore par l’écho du bruit de la pelleteuse qui a retourné le jardin du voisin tout l’après-midi.

200617 Nikon 026Le lendemain matin, je vais faire mon jogging local. La pelleteuse est déjà à l’ouvrage. Quand je reviens, elle a terminé sa besogne.

Puis sur le coup de dix heures, quand ces dames sont prêtes, nous descendons faire un tour en ville. Mais avant de nous mettre en chemin vers l’étape Gwalarn, l’arrêt obligatoire à LA librairie du lieu, il y un mémorable épisode de soufflage dans les bronches de l’artisan-aménageur de territoire.

 C’est qu’on ne soulignera jamais assez le zèle et la délicatesse des déménageurs bretons, des pêcheurs du Guilvinec ("Sarkozy ! Encorné !") et surtout des pelleteurs lannionais réunis. Ces gougnafiers-là se sont barrés sans prévenir leur patron – c’est lui qui était là et a pris la gueulante en pleine tronche– ni la voisine, c’est-à-dire Madame Anita, qu’ils avaient haché d’un coup de pelleteuse bien placé le fil téléphonique qui reliait sa petite maison au village mondial !

Bien entendu Orange n’est pas venu réparer dans les délais promis, à savoir avant le samedi soir.

Désolé, cher oncle, quand ça ne veut pas, ça ne veut pas !

200619 265 061

- Qui dira le côté tristouille
De ce fil coupé  qui pendouille ?

- Ben, Joe Krapov, l'espèce d'andouille !

Posté par Joe Krapov à 15:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 mai 2020

LE SLAM DU WIGWAM

Je veux dire le slam du wigwam,
Déclamer le blues du papoose,
Crier les mots des maux des squaws
Et jeter l’anathème du totem
Sur l’oncle Sam, c’est-à-dire nous,
Colons d’Europe, Espagnols gnols,
Irlandais affamés de la ruée vers l’or,
Anglais bouffis de l’eau de feu,
Français trafiquants d’armes,
Saxons envahisseurs,
Le fusil toujours prêt
A saisir des terres nouvelles.

Peu importe l’amer Indien !
L’histoire l’appellera « sauvage »,
Nous lui amènerons la civilisation,
Qu’il le désire ou non,
S’il le faut au son du canon !

Nous avons dérobé toutes les ruses des Sioux,
Anéanti les Mohicans jusqu’au dernier
Car nous n’étions Pawnees de la dernière pluie.

Nous avons semé le tonnerre à l’ouest,
Nous les avons poussés sur le sentier des larmes
Et sur le territoire de leurs tribus fantômes
Nous avons avancé le grand cheval de fer,
La caravane, la diligence, le fil qui chante,
Posé des barbelés sur la prairie
Dicté la loi du 20e de cavalerie.

La ville se construit en dur,
C’est le progrès ;
Il faut savoir tourner, l’Apache,
Les westerns d’Hollywood
Où tu tombes du cheval,
Pagaies en canoë vers ton destin fatal
D’anéantissement total.

Je voulais crier le slam du wigwam
Déclamer le blues du papoose
Dire les mots des maux des squaws
Et jeter l’anathème du totem
Sur l’oncle Sam
Mais mon souffle tourne court,
Ma fièvre redescend :
Le postillon de mon discours
N’est absolument pas viral
Et ne peut pas grand-chose contre l’état dictatorial
Du mouvement capital
A part ceci, très dérisoire,
Que j’applaudis tous les soirs
Son arrêt provisoire à la station « Bazar »
Et que je rêve de planter
Un jour ou l’autre, en Normandie,
Mon tipi !



Ecrit pour le Défi du samedi n° 610 d'après cette consigne : wigwam.

12 avril 2020

Maison de campagne = Country home

Cette semaine j'ai visionné une longue vidéo sur laquelle un vieux Canadien confiné dans un ranch reprend des chansons de Neil Young.  Ce qui m'a beaucoup amusé c'est l'utilisation qu'il fait, sur les images du début, de ce dont j'abuse souvent ici : des effets créatifs bizarroïdes du genre Nikon D 3300.

Après, c'est  très sympa, même si un peu mou du genou. Il sort sur sa terrasse et chante "Sugar mountain" sous la neige, en tournant le dos à sa compagne qui filme sa prestation.

Musicalement, il se débrouille bien, le bougre, c'est assez fidèle à l'original même si la voix est un peu faiblichonne - mais je n'ai rien à dire à ce sujet quand je m'écoute ! -  et le gars a installé un chevalet porte-harmonica bien pratique pour jouer du ruine-babines !

Ca se trouve ici, ça s'appelle "Fireside sessions II" si vous avez envie de voir. En fait ça a déjà disparu ! C'est remplacé par "Fireside sessions III" qui est très bien aussi (surtout la promenade du chien !).

2020 04 12 Neil Young Fireside sessions II

J'ai trouvé également sur son site web une vidéo inédite de Neil Young avec un joli son sur les soli de guitares de "Country home" (titre tiré de l'album "Ragged glory").

Du coup j'ai entrepris de traduire-trahir les paroles de cette chanson en m'inspirant de la vidéo précédente ! 

On peut même la chanter sur le même air ! Ca s'appelle un timbre ou une goguette comme il en fleurit tant en ce printemps confiné ! D'ailleurs, tiens, dès que j'ai un creux dans mon planning je l'enregistre ! 

Maison de Campagne (Country Home) 
Neil Young ; traduction-trahison de Joe Krapov

Dans ma maison à la campagne
Je suis le plus heureux des bûch’rons
Confiné avec ma compagne
Je chante mes chansons

Si je n’ai rien contre la ville
Où l’on gagne sans doute plus de pèse
Ici la vie est plus tranquille
Et le chant des oiseaux m’apaise

Loin des sourires des stratèges
Et de l’agitation incessante
Je sors dehors, vais sous la neige,
Je suis heureux, je chante

Je vais marcher sur les chemins
Retrouver ma vie intérieure
Ne plus songer au lendemain
Oublier mes peurs

Que le bonheur soit temporaire
Que le monde fasse naufrage
Nous n’en sommes que locataires
Papillons de passage

Moi j’ai trouvé dans la forêt
De quoi nous chauffer jusque tard
Près du feu dans la cheminée
Je joue de la guitare

Dans ma maison à la campagne
Je suis le plus heureux des bûch’rons
Confiné avec ma compagne
Je chante mes chansons. 

Posté par Joe Krapov à 11:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

04 janvier 2020

PROCÈS D’INTENTION

Ecrit dans un univers parallèle :

« Oh l’emplumé, lui, eh ! Il n’a même pas écrit «emplumé·e» ! On ne va même pas pouvoir parler de Pocahontas ni de Zizi Jeanmaire à qui ce mot fait tout de suite penser. Enfin, ceux qui ne sont Pawnees de la dernière pluie !

D’autres ne vont peut-être pas s’en priver. A la fin de ce Défi du samedi vous saurez tout, tout, tout sur la Zizi et sur son tube, «Mon truc en plumes» dont les paroles sont de Bernard Dimey, un plumitif de la Marne dont je vous recommande l’œuvre intégrale et surtout les quatre recueils de chansons et poèmes parus aux éditions Christian Pirot.

Sur Pocahontas je ne sais rien sinon que Neil Young parle d’elle dans sa chanson homonyme où l’on entend «Marlon Brando, Pocahontas and me». 

 

tibet-petit-caniche-2pmu

Alors donc inventaire d’emplumés masculins ce jour !

Ca commence très loin dans le passé avec « Hiawatah le petit Indien » dans la bibliothèque rose. C’est de Walt Disney d’après Henry W. Longfellow.

Ca se poursuit avec Petit Caniche dans la bande dessinée Chick Bill de Tibet. Et aussi avec Tempête rose, définitivement le meilleur album de cette série mais elle c’est une femme donc ça ne compte pas. (Mon oncle W. me fait écrire de ces choses, parfois !). En plus elle est blanche ! (Zut, j’ai spoilé le pitch !).

Il y avait aussi dans le journal « Tintin » « La Tribu terrible » de Gordon Bess. 

tt2

 J’ai vérifié pour Yakari. Cette bande dessinée suisse de Derib est parue aussi dans le journal de Tintin. 

Kline-LN-Illus_ml

Dans la télévision en noir et blanc des années 50 et 60 il y a eu Aigle noir, seul Américain natif à défendre sa cheyenne de vie et son territoire contre tous ces migrants venus de l’Est : Josh Randall, Rintintin et Rusty, Davy Crockett, John Ford, John Wayne, Raoul Walsh venus faire leur cinéma guerrier chez des gens qui n’avaient rien demandé. Franchement, d’Iroquois je me mêle ?

Moins connu certainement, Loup noir, dessiné par Kline et scénarisé par Jean Ollivier dans Pif gadget, tient une place bien à part dans mon panthéon personnel.

De même qu’Oum Pah Pah de Goscinny et Uderzo. Mais bon, un Sioux c’est un Sioux et face à tous ces livres perdus depuis que les horribles sœurs Tatin ont pris le pouvoir et interdit la lecture sur papier il faut savoir tourner l’Apache !

J’aurais pu aussi vous évoquer le « Ralliez-vous à mon panache blanc » de notre bon roi Henri IV mais on n’est pas vraiment sûr qu’il ait prononcé cette phrase ni qu’il ait dit « Elémentaire mon cher Sully » à son ministre ou «Tu t’y prends comme un Comanche !» au secrétaire qui taillait ses plumes juste avant qu’il signât «Lady de Nantes» le manuscrit de son best-seller «Paris vaut bien une promesse».

Autre emplumé célèbre à s’agiter dans ma mémoire, le Quetzalcóatl ou serpent à plumes d’Amérique du Sud que j’aime à imaginer sur les pentes du Popocatépetl (pourquoi je retiens tous ces noms idiots, moi, dites-moi un peu !).

Mais si on aborde l’ornithologie on n’a pas fini : du paon de Junon à la colombe de Picasso, du « petit oiseau de toutes les couleurs » de Gilbert Bécaud à «l’Aigle noir» de Barbara on va encore me voler dans les plumes parce que mon texte est trop long à lire.

Alors faisons court et évoquons – je l’ai gardé pour la bonne bouche et pour la place idoine – «Le Dernier des Mohicans» de James Fenimore Cooper.

Je n’ai de toute façon pas le temps d’en ajouter : je pose ici ma plume et boucle ma valise pour m’en aller fumer le calumet de la paix hivernale sur les rivages du Trégor.»

***

Dieu merci dans cet univers-ci où les sœurs Tatin n’ont pas pris le pouvoir et des mesures coercitives notre oncle vénéré a bien usé de l’écriture inclusive pour nous permettre de parler de "Frida Oum Papa" et de son beau chapeau tyrolien !

 
P.S. Il y a deux autres emplumés du Far-West dont j’ai oublié les noms. Je ne sais même plus dans quel album de Lucky Luke ils apparaissent. Ce sont les deux tricheurs qui finissent toujours chassés de la ville, portés sur un rail et couverts de goudron et de plumes.

Ecrit pour le Défi du samedi n° 592 à partir de cette consigne : "emplumé·e"

22 décembre 2019

All along the watchtower !

Donc, Vanity fair, le générique. La musique du générique. Comme elle a tourné cinq fois déjà, au rythme du "merry-go-round", dans nos oreilles, on s'en va voir, ici précisément, de quoi il s'agit. Et on est stupéfait de découvrir qu'il s'agit d'une version moderne de "All along the watchtower", une chanson de Bob Dylan de 1967, célèbre pour avoir été reprise ensuite par Jimi Hendrix.

La version de Bob Dylan :

 Celle de Jimi Hendrix : 

Et - bien entendu - celle de Neil Young (je ne peux pas m'en empêcher
et c'est d'ailleurs celle que je préfère !).



Post-scriptum : Si vous avez une liseuse et préférez le silence de la lecture
au bruit et à la fureur musicale du cinéma,
sachez que le roman de W.M. Thackeray est téléchargeable gratuitement ici.


02 avril 2018

J’TE JOUE DE L’HARMONICA

neil-young-1986-2-chris-walter

J’te joue d’l’harmonica où tu veux, quand tu veux !

Il n’y a pas plus vintage, comme instrument ! Plus personne n’en joue aujourd’hui. Les vieux fourneaux de votre connaissance vous déclareront avec la fierté de ceux qui peuvent encore citer Aznavour :

- On a connu Albert Raisner qui en jouait dans l’émission « Age tendre et tête de bois » ! Et je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître !

- Plus tard on a eu droit aux chemises à fleurs et aux élucubrations d’Antoine, le chanteur opticien. Lui ne savait jouer que deux notes sur cet instrument à bouche que les Québécois appellent « ruine-babines ». Après quoi il lançait « Oh yeah ! » et, précurseur en matière de « name dropping », il parlait d’Yvette Horner et de Johnny Hallyday qu’il souhaitait voir enfermé en cage à Médrano. Quel cirque c’était, ces années 60 !

Pour mon collègue René, l’harmonica c’est Bob Dylan.
Pour moi c’est plutôt Neil Young.
Pour d’autres c’est Jean-Jacques Milteau.

Non, plus personne n’en joue. Je suis le dernier à souffler-aspirer dedans par-dessus mon ukulélé. J’te joue d’l’harmonica où tu veux, quand tu veux ! C’est plus facile à transporter qu’une contrebasse !

De la guimbarde ? Non. Je n’ai jamais appris comment ça marchait.
De l’Anna Karina ? Non plus. Jean-Luc Godard interdisait que l’on soufflât dedans. Je crois d’ailleurs qu’on dit « ocarina » plutôt qu’"Anna Karina".


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 27 mars 2018 
d'après la consigne ci-dessous

20 octobre 2017

ROULE BIEN, ROULE AU LOIN ! = LONG MAY YOU RUN

1

Nous avons traversé
Bien des pays ensemble,
Malle pleine de souvenirs et de joies à venir.

On a toujours su quoi faire
Au temps de nos galères
Aussi je te r’dis ce qu’on s’disait hier :


Refrain 1

Bon voyage au lointain !
Roule bien, roule au loin !
Tout change et plus jamais rien n’est pareil.

Je vois ton coeur de chrome
Qui brille sous le soleil.
Va–t’en faire chanter les lendemains !


2

IL 171016 consigne

Quand je t'ai vue en vie
Pour la dernière fois
C’était, je crois, en 2003 ;

Un virage bien raté,
Un tonneau sur le bas-côté,
C’est là que nos routes se sont séparées.


3

Peut-être qu’un surfeur
A fait rebattre ton coeur
Et qu’il écoute à bord Radio Caroline ?

Tout au long de l’océan
Vous glissez seuls en chantant
Comme sur les vagues du bon vieux temps.

4

Peut-être bien aussi
Que tu finis ta vie
Là où la rouille ne dort jamais,

Quelque part dans un pré,
Corbillard abandonné,
Et que tu te souviens de notre passé ?


Refrain final

Bon voyage au lointain !
Roule bien, roule au loin !
Tout change et plus jamais rien n’est pareil.

Je revois ton coeur de chrome
Et mes rêves de jeune homme
Qui s’en vont chanter dans le soleil.


P.S. Il s’agit d’une traduction/adaptation d’une chanson de Neil Young intitulée « Long may you run ».
 



Traduction effectuée pour les Impromptus littéraires du 16 octobre 2017

à partir de cette consigne.

24 septembre 2017

Le clip de l'été 2017

Je n'y peux rien : j'aime écouter ce que fait ce type sans même rien comprendre à ce qu'il raconte ! Son dernier album, "Peace trail" ne cassait pas trois pattes à un canard mais j'aime bien ce morceau-là. Même si, politiquement parlant, on peut se poser la question : On est où, là ? Pour, contre, nulle part ?
 

Posté par Joe Krapov à 14:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

03 octobre 2016

Sur la passerelle du Moulin du Comte à Rennes le 2 octobre 2016

161002 Nikon 001
Tout près de chez moi, un arbre se noie.

161002 Nikon 002

La rouille ne dort jamais !

161002 Nikon 003

 Autrement dit, "Rust never sleeps" 

Posté par Joe Krapov à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 juin 2015

Une vie de musi... chien ? Rennes le 21 juin 2015 (2)

Je n'ai pas pu avancer beaucoup ce soir dans mes compressions-publications de vidéos : j'ai mis dans ma guitare "Donna Donna" de Joan Baez que nous allons sans doute interpréter demain, Sebarjo et moi, pour la première fois ensemble, devant un nombreux public.  Ca m'a permis de me balader dans Florence en compagnie d'Umi Chalika (j'ai de ces fréquentations virtuelles, dites donc !) et ensuite j'ai été dérangé dans mon travail par un vieux canadien errant qui croit encore aux protest-songs ! (Monsanto n'a fait qu'un tourto !)

 

Posté par Joe Krapov à 23:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,