21 juin 2022

Travaux de l'Espace numérique à la Maison de quartier de Villejean vus le 18 juin 2022

C'était l'Assemblée générale de la maison de quartier de Villejean ce samedi. Dans le hall trônait encore l'exposition des travaux de l'Espace numérique local. Dommage qu'il y ait eu tant de lumière caniculaire dehors et tant de reflets sur les vitres parce que certains "tableaux" réalisés à la tablette (palette ?) graphique étaient de toute beauté.

2022-06-18 - 285 3

2022-06-18 - 285 4
Deux visions de l'entrée de ce bâtiment dans lequel je viens faire le clown chaque semaine depuis plus de 20 ans maintenant.

2022-06-18 - 285 5

2022-06-18 - 285 6

2022-06-18 - 285 8

Il me semble reconnaître ici Maître Claude qui me donne les clés de la salle Mandoline tous les mardis. Attention, c'est comme dans le dernier "99 dragons" : ne lui cherchez pas des crosses, il est professeur de boxe thaïe ! ;-)

Posté par Joe Krapov à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


22 octobre 2020

Une Veillée espagnole à Rennes Villejean le 11 décembre 2002

Je n'en reviens toujours pas ! C'est bien moi qui ai eu cette espèce de charisme-là ? J'ai réellement entraîné, à Rennes,  des gens que je ne connaissais que depuis peu dans cette prolongation des soirées Hydraulire que nous organisions jadis à Sablé avec Lionel Epaillard de "Drôle d'hydraule" ? Et ce pendant une dizaine d'années à raison d'une soirée trimestrielle de lectures publiques, de cuisine et de chansons dans le hall cheminée de la Maison de quartier de Villejean ? Il faut croire que oui puisque les boîtes d'archives que je suis en train de vider pour les numériser en témoignent.

Alors, bon, créons donc une nouvelle catégorie "Archives personnelles" et un tag "lecture publique" pour partager tout ce travail de collecte de textes, de collages de chansons, de jeux, de recettes de cuisine. Il manquera bien sûr au bout du compte l'essentiel : tout le plaisir et la convivialité de ces soirées de préparation où je faisais découvrir à mes lectrices ce qu'elles auraient à lire lors de la veillée. Et puis ce trac vite surmontable, le jour venu, de l'attente du public, les notes de l'accordéon, l'expérience de la conteuse qui, elle, se lance sans petits papiers à l'assaut des oreilles. Et cette nostalgie résignée : plus question désormais, pour de multiples raisons, de recréer de tels moments de vie collective à l'échelle d'un quartier où l'on allait, l'air de rien, à la rencontre des cultures.

Dieu merci, elles - les cultures - restent encore là pour un temps et je me trouve bien heureux d'offrir en partage, ce jour, les "Il y avait une fois" découverts grâce à prosper Divay, les citations de Dali, Picasso et Cervantes et même les recettes de pets-de-nonne castillans ! 

J'ai même retrouvé dans le dossier une liste du matériel de cuisine à amener à l'atelier préparatoire au bout de laquelle je posais la question iconoclaste suivante : "Faut-il mettre un "s" à nonne ou faut-il considérer qu'il n'y en a qu'une seule ?".

OK, je sors ! E viva España !

colonie_espagnole

Corida

Ernu-Espana

picasso-pablo-corrida-in-toros-y-toreros-2405074

Toreador

Illustrations collectées sur le ouèbe à l'époque pour réaliser l'affiche de la soirée.

Soirée_espagnole_du_11_décembre_2002_à_la_Maison_de_quartier_de_Villejean___Dossier

  



Posté par Joe Krapov à 04:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 mars 2020

Écrire et rire à Villejean… mais pas seulement !

Écrire et rire à Villejean… mais pas seulement ! 

180414 Nikon 020

En ces temps de confinement, l’Atelier d’écriture de Villejean propose les colonnes de son blog pour lire, rire et même écrire.

Joyeux anniversaire, l’Atelier !

25 ans ! S’il n’était pas aussi discret, voire invisible, au sein de la Maison de quartier, l’Atelier d’écriture de Villejean pourrait fêter cette année ses vingt-cinq années d’existence.

Cela fait en effet un quart de siècle que des gens comme vous et moi se réunissent une fois par semaine, le mardi de 18 h 30 à 20 h 30, en salle Mandoline, pour découvrir ou retrouver le plaisir d’aligner les mots d’une drôle de «rédaction» hebdomadaire… mais pas seulement !

Car ici il n’y a pas d’instituteur qui corrige les copies, pas de notes, pas de jugement de valeur. On a même le droit de rendre copie blanche si le petit jeu proposé par l’animateur n’a pas inspiré l’écrivant ou l’écrivante. On a le droit d’être hors sujet, de délirer, de se lâcher, de raconter des tranches de vie, de composer des poèmes, d’inventer des chansons… mais pas seulement !

Vous voulez des exemples de ces consignes d’écritures données par Jean-Paul Legrand, l’animateur, ces derniers temps ? En voici :

- Cours, Kennedy, tout un monde est derrière toi !
Les Etats-Unis nous ont apporté plein de choses : le rock’n’roll, le chewing-gum, Walt Disney, la Harley-Davidson. Dressez-en la liste et classez les en trois colonnes (positif, négatif, indifférent puis racontez en détail votre relation personnelle avec un ou plusieurs de ces éléments (votre accoutumance au MacDo, votre détestation de Donald Trump, etc.)

- La généalogie tintinesque
Sur les pages de garde des albums de Tintin figure une impressionnante galerie de portraits. Imaginez un instant qu’il s’agit de votre propre arbre généalogique. Racontez-nous votre oncle Albert, votre tante Marguerite qui se prenait pour une cantatrice d’opéra. Qui sont ces jumeaux à moustaches, ce marin barbu et tous les autres ?

- Encyclopédie farfelue des compagnons de votre enfance
Expliquez aux plus jeunes qui étaient Zorro, Mary Poppins, François, Claude, Annie, Mick, Dagobert et les autres !

- Le jeu du post-it
Posez des questions pour deviner l’identité dont on vous a gratifié.e

DDS 542 jeu du post-it 1

- Racontez la fin du monde avec humour !
Comment vivez-vous avec cette « attestation de déplacement dérogatoire » ?


Pas si secret que cela !

On imagine bien que de plancher sur de tels sujets n’engendre pas la mélancolie. Malgré sa discrétion qui relève plus de la timidité que d’autre chose l’atelier rend accessibles ses travaux de divagation littéraire.

Par le passé des expositions de textes joliment illustrés ont été présentées dans le hall de la MQV. Depuis 1993 le blog de l'atelier permet de consulter les thèmes d’écriture et certains des textes écrits par les participants. En 2018, à l’occasion des dix ans de Mediapart à Rennes, l’atelier a même réalisé un journal consacré à certains aspects amusants du quartier de Villejean. On peut découvrir dans « Mon amant.e de Villejean » à qui appartiennent les baskets géantes du parc du Berry. On y apprend pourquoi les salles de la Maison de quartier sont désignées par des prénoms. Mais pas seulement !

Lauréat et lauréates du concours Encres d’automne

A force de pratiquer le logorallye, le cadavre exquis ou le lipogramme, les écrivant.e.s ont acquis une aisance d’expression et une maîtrise du récit court qui ont trouvé leur récompense à la bibliothèque de L’Hermitage. Depuis douze ans maintenant la médiathèque de cette commune à l’Ouest de Rennes organise le concours «Encres d’automne». Les membres de l’atelier y participent. Ils doivent rédiger un texte d’une page dans lequel ils insèrent quinze titres de romans récents acquis par la bibliothèque.

Jean-Paul a gagné un prix spécial du jury, Eliane a remporté ensuite le 1er prix, puis ce fut le tour de Dominique l’année suivante. Elle a ensuite gagné le deuxième prix. En 2018 le titre est revenu à Anne-Marie.

En 2019 Maryvonne a été sélectionnée parmi les douze textes retenus par le jury. Elle a eu droit à une belle lecture de son texte par le comédien Michel Monestes lors de la cérémonie de remise des prix.

Tout le monde attend avec impatience le palmarès 2020 !


Temporairement ouvert à toutes et à tous sur Internet !

Nous terminerons ce tour d’horizon en signalant que l’atelier ne recrute que peu de nouveaux membres. Ce monsieur et ces dames sont déjà une bonne douzaine, ce qui est le nombre idéal pour ce genre de rendez-vous. Mais pas seulement ! Cela permet aussi de couper en parts égales un gâteau d’anniversaire qu’on leur souhaite bon !

Compte-tenu du confinement généralisé, l’atelier ouvre temporairement les colonnes de son blog à qui veut bien tenter l’expérience par Internet. Une consigne paraît le mardi soir et vous avez une semaine pour pondre un texte, le taper et l’envoyer à jeanpaul.legrand [arobase] free.fr

Pour plus de précisions, voyez ici : http://aevillejean.canalblog.com/archives/consigne_d_ecriture/index.html

Joe Krapov


Ecrit pour le blog Histoires ordinaire/Villejean le vendredi 20 mars 2020.

11 novembre 2019

UNE SOIRÉE POUR JOUER COMME ENTRE AMI.E.S

Une soirée pour jouer comme entre ami.e.s

Notre reporter a testé pour vous, à sa façon bien à lui, les soirées jeux de société mensuelles de la Maison de quartier de Villejean. Faites vos jeux, rien ne va plus quand la roulette est pseudo-russe !

191108 Nikon 019
 

Agapes du soir, bonsoir !

«Chez Gilles et Teresa», ce pourrait être l’enseigne d’un café chic et pourtant bon enfant, situé au 2 de la rue de Bourgogne, à Villejean. Pour y accéder on monterait les marches, comme à Cannes, sur un tapis rouge et orange de feuilles mortes, sauf qu’on serait en novembre et qu’il ferait déjà noir à 20 heures. En haut de l’escalier on serait accueilli par le maître d’hôtel, Monsieur Claude. On s’inquièterait auprès de lui de l’absence des patrons.

- Ils vous reçoivent à la cave, ce soir, répondrait-il. Descendez l’escalier à votre gauche, c’est la porte en face !

A la cave ! On rêve à un club d’oenologie ou à quelque chose du même tonneau. On va boire du millésimé, ce soir, croit-on ! Mais on se trompe. Déjà sur la porte du saint lieu il est écrit «Cave à musique» et pourtant on n’entend ici aucune mélodie en sous-sol. Va-t-on se rebiffer dans cette cave ? On pousse les deux portes consécutives et on entre… dans un tripot sélect où Gilles et Teresa, fort affables et très bien entourés déjà, vous accueillent sympathiquement.

Ils ont, si on peut dire, dressé le couvert sur plusieurs tables mais «Chez Gilles et Teresa» ce n’est pas un restaurant non plus. C’est bien une salle de jeux, sans tapis vert, sans croupiers, sans bandit manchot ! On était à côté de la plaque et on a manqué de commettre un impair. Pas question de faire sauter la banque, tous les billets sont faux ! Gilles et Teresa assurent en fait avec beaucoup d’élégance l’animation des soirées jeux mensuelles de la Maison de quartier de Villejean.

Nous serons une quinzaine de «clients» ce soir à nous répartir selon nos envies autour des plateaux de jeu : celles et ceux qui ont un appétit de baraka-baroudeurraccuda du Nil embarqueront à bord de «Pharaon» ; les amateurs d’intrigues moyenâgeuses feront le siège de l’Isle of Skye ; d’autres choisiront peut-être de grimper sur la butte pour atteindre le but de tout joueur : gagner une partie !


Monte là-dessus, tu verras Montmartre !

191108 Nikon 007

Cela fait six ans maintenant que ce rendez-vous mensuel existe. J’étais déjà venu une fois dans le passé m’initier à «Carcassonne» un jeu méridionalo-médiéval à base de tuiles, de routes, de déroutes et d’abbayes ! Et à la Fête du jeu, en septembre dernier j’avais assisté à une partie de chemin de fer autour des «Aventuriers du rail».

Comme il faut bien se lancer je m’installe ce soir à la table de « Montmartre », séduit par la joliesse des jolies drôlesses sur les cartes de ce jeu. Gilles nous explique le concept :

- Nous sommes des peintres concurrents. Au début du jeu nous avons quatre tableaux en mains. Il y a quatre séries : rose, bleu – comme les périodes de Picasso ! – vert et jaune. A chaque tour de jeu on peut déposer un tableau dans son atelier, c’est-à-dire, le poser devant soi. Ou deux si le total des points qu’ils portent ne dépasse pas 5. Au fil des tours, en fonction des points déposés par les autres joueurs dans chacune des quatre séries, on pourra les vendre et récupérer ainsi des cartes «propriétaire» dont les premières valent deux francs et les suivantes quatre francs puis six… Quand un peintre a gagné quinze francs, la partie s’arrête.

Le croirez-vous ? Sans avoir trop bien compris les règles de ce jeu-là, j’ai quand même gagné la première partie ! Peut-être ai-je des dispositions cachées pour caser la croûte et ramasser la petite Monet ?


Splendor, Backgammon, Pearls, Isle of Skye, Pillards, etc.

Vous allez me dire : on va moins loin avec quinze francs de l’époque de Toulouse-Lautrec qu’avec les frs 20.000 du Monopoly de notre enfance !

Mais chez Gilles et Teresa on est sûr au moins qu’on n’y laissera pas sa chemise ! On est là pour le plaisir du jeu, pour le petit effort intellectuel qui consiste à enregistrer les règles de fonctionnement d’un univers imaginaire, à prendre des cartes ou des figurines, à les poser, les déplacer. Ainsi en est-il dans le jeu «Splendor» où l’on ramasse des pierres précieuses qui permettent d’acheter des titres de propriété de diamants, rubis (sur l’ongle) ou onyx (soit qui mal y pense) qui permettent d’acheter des titres de noblesse. Justement je rêvais d’aristopicrate en entrant ici !

Pendant ce temps, que se passe-t-il aux tables voisines ? A droite les adeptes de "Pharaon" en sont encore à leur première partie. C’est vrai que c’est assez long de bâtir une chambre funéraire, de préparer son passage dans l’au-delà – personnellement je ne suis pas pressé de faire ça ! - et de peser son âme – en ai-je seulement une ? - !

A gauche il y a Monsieur Francis. C’est la deuxième fois qu’il vient initier celles et ceux qui le souhaitent au backgammon, un jeu à l’air compliqué qui fiche un peu les jetons mais qui ressemble au jeu des petits chevaux mâtiné, même en soirée, de bataille navale : il se joue avec des dés et des stratégies de blocage ou de chute sur le râble d’un jeton isolé. J’ai déjà joué à ça avec lui un mercredi après-midi dans le hall de la MQV.


Le plaisir de jouer

- Comment ? Il est déjà 22 h 30 alors que je n’ai joué que trois parties de deux jeux différents ?

- Ne t’inquiète pas, Joe Krapov, me confie Teresa. Ici on maîtrise les alarmes et on peut jouer de 20 heures à minuit. Tu peux même, contre un chèque de caution…

- Etre libéré de prison, comme Carlos Ghosn au Monopoly japonais ?

- … emprunter un des jeux pour jouer chez toi avec tes ami(e)s d’ «Histoires ordinaires» et nous le ramener le mois prochain. Tu peux dire aussi à tes lecteurs que cette activité jeux de société est ouverte à tous et ne nécessite financièrement que le paiement de l’adhésion à «Rencontre et culture», soit une dizaine d’euros pour l’année – mais avec des vraies pièces, cette fois ! Au fil des ans nous avons constitué un stock d’une vingtaine de jeux pour nos soirées et nous en empruntons aussi à la ludothèque, à l’étage au-dessus, pour mettre de la variété dans nos séances.


Et le vainqueur est…

Je peux surtout dire que j’ai passé là un très agréable moment avec des gens pacifiques, souriants, posés qui redécouvrent ensemble le plaisir de se concentrer, de prendre des risques, de s’aventurer, de se tromper, bref de jouer.

Alors finalement «Chez Gilles et Teresa», aux soirées jeux de la Maison de quartier, même si ce n’est ni un café, ni un restaurant, c’est quand même un endroit où l’on se régale de retrouver son enfance innocente, même si on simule dans certains jeux d’être un envahisseur normand ou un très Claptonien tueur de shérif !

N’hésitez pas à tenter l’expérience par vous-même ! Peut-être deviendrez-vous «addict.e» à certains de ces jeux de cartes ou de plateaux très colorés comme je le suis moi-même du jeu d’échecs où les pièces ne sont pourtant que noires et blanches !

Finalement, ici, on n’a rien à perdre à essayer de gagner ! Prochaine réunion : le vendredi 6 décembre à 20 heures. «Chez Gilles et Teresa», vous retiendrez, mes joyeux enfants ? 2, rue de Bourgogne, «dans une cave où y’a du bon vin» comme dit la chanson !

Joe Krapov

Ecrit pour "Histoires ordinaires/Villejean" le 11 novembre 2019.

Posté par Joe Krapov à 15:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17 juin 2019

TINTAMARRE DANS "16 METRES CARRES" !

Tintamarre dans seize mètres carrés !

 

190615 265 129

La troupe de théâtre Tintamarre, partenaire depuis de longues années de la Maison de quartier de Villejean est venue le 15 juin 2019 y présenter sa nouvelle création. Elle s’intitule « 16 m2 ».

Pour bien clôturer la fête de la MQV

Celles et ceux des Villejeannais.es qui avaient survécu, samedi dernier, à l’assemblée générale de l’association «Rencontre et culture», à l’apéro du midi, à la fête du jeu, aux prestations théâtrales des ateliers et de la Troupe d’Improvisation rennaise, à la danse country, aux danses africaines de Synzhoi, à la partie de baby-foot humain, à l’apéro du soir et à d’autres agréables moments ont été bien récompensés de leur endurance. Sur le coup de 20 heures la troupe Tintamarre est venue installer, gratuitement, dans la salle de spectacle, son joyeux… tintamarre !

Un récit de cape et d’épée dans un espace réduit

Après «Arsenic et vieilles dentelles», Tintamarre est retourné plus loin dans le passé et s’est attaqué à une pièce historique de Théophile Gautier, «Regardez mais ne touchez pas !». De cet auteur romantique du XIXe siècle on se souvient surtout du « Capitaine Fracasse ». L’action de cette pièce se déroule en Espagne et c’est un pastiche des drames romantiques historiques nombreux à cette époque où «sévissaient» Alexandre Dumas et Victor Hugo.

16  !

190615 265 118

Pourquoi changer le titre de la pièce en « 16 m²» ? Parce que c’est un sacré défi que de monter un récit de cape et d’épée dans l’espace réduit d’une scène de théâtre.

Le pari est d’autant plus difficile à réaliser que l’argument de la pièce tourne autour d’un cheval lancé au galop et du mystérieux inconnu qui, en l’arrêtant, sauve la vie de la reine d’Espagne.

Le spectacle est hilarant car bâti sur une mise en abyme : les comédiens sont en répétition et leurs personnalités s’affrontent dans la vie sur le plateau comme dans le récit espagnol. Le metteur en scène a modifié « grave » le texte de la pièce sous prétexte qu’on va la jouer pour des élèves d’un lycée d’éducation prioritaire de la ZUP ! La personnalité emportée de Ludovic, l’acteur principal, pourra-t-elle être canalisée sur scène ?

E viva España !

Les petits travers de ces comédiens et des grands d’Espagne qu’ils incarnent, un oncle fêtard, un Don Melchior menteur, dragueur et ambitieux, une Griselda rouée et une Béatrix amoureuse, les quiproquos dus à l’obscurité dans les jardins d’Aranjuez, tout cela nous mène vite du côté de Tex Avery et le délire s’installe bientôt sur la scène.

Mais ne dévoilons rien ! Disons qu’il y a de la vidéo, de la musique, des anachronismes, du délire, une boule à facettes, cinquante nuances de roman-photo, un duel, un mort qui ressuscite et gageons que vous aurez très envie, si vous aimez rire, après avoir vu la bande annonce ci-dessous, d’aller découvrir ce formidable spectacle plein de drôlerie, de rythme et de pétulance.

Ne le ratez sous aucun prétexte. Notez dans votre agenda qu’il sera rejoué au Théâtre de la Parcheminerie, en centre-ville de Rennes, le dimanche 30 juin à 17 heures et que Tintamarre le redonnera en septembre, deux soirs de suite, à la Maison de quartier de Villejean. Olé ! 



Ecrit pour "Histoires ordinaires/Villejean" le 17 juin 2019

16 juin 2019

Week-end de fêtes à Rennes les 14 et 15 juin 2019 (1)

Plein d'occasions de faire la fête à Rennes ces jours-ci : il y a des matchs de la coupe du monde féminine de football. Ce vendredi c'était Ecosse-Japon :

190614 265 005

190614 265 006

190614 265 008

Sur le mail François Mitterrand, on préparait les concerts du festival "Les Fleurs du Mail"

190614 265 004

190614 265 001

Sur le coup de midi je suis allé déjeuner à la Fête de la Maison de quartier de Villejean puis j'ai donné là un concert de chants de marins avec "La Ritournelle" et M. Kaïrakovski, l'accordéoniste du Club des 5. Un grand moment !

Sur le marché de Villejean j'ai photographié l'homme sandwich du XXIe siècle : 
"Changeons ce monde ! Abolisson l'argent ! Choisissons l'humanité !
http://www.mocica.org

190614 265 002

J'ai découvert à l'occasion le baby-foot avec charlotte !

190614 265 003

J'ai appris que "fête" en russe se dit "Viétchérinka".

Et un peu plus tard on m'a parlé de cette chanson russe et de son adaptation en français. 

Son titre est "Odinokaya garmon' "que l'on peut traduire par "l'accordéon solitaire". 

Week-end de fêtes à Rennes les 14 et 15 juin 2019 (2)

190615 265 003
Le samedi je suis retourné à Villejean tenir les blancs sur ce jeu d'échecs géants !

 

190615 265 004

Je l'avoue : je ne sais pas jouer au backgammon !

190615 265 006

On pouvait jouer au scrabble...

190615 265 012

190615 265 014
... comme au baby-foot humain !

Posté par Joe Krapov à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Week-end de fêtes à Rennes les 14 et 15 juin 2019 (3)

190615 265 018

Danse country...

190615 265 021
...Tarot...

190615 265 023
...Danse africaine...

190615 265 024

...A la rencontre du monde...

190615 265 026

...Initiation au jeu d'échecs...

Il y en avait pour tous les goûts ce samedi à la fête du jeu !

Posté par Joe Krapov à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Week-end de fêtes à Rennes les 14 et 15 juin 2019 (4)

La Troupe d'Improvisation Rennaise TIR) a offert un spectacle de cabaret. On a bien ri grâce à ces trois ac.teur.trices.

190615 265 034

190615 265 036

190615 265 039

190615 265 040

190615 265 043

190615 265 049

Posté par Joe Krapov à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,