18 juillet 2020

Chez des artistes à Nantes (Loire-Atlantique) le 9 et le 10 juillet 2020

On a passé la soirée de cette balade nantaise chez Mademoiselle Zell et Monsieur Tom. Je ne le dis jamais beaucoup par ici parce que c'est ma vie privée et que du coup ça ne regarde personne, je suis très fier de mes deux enfants  et très heureux de connaître Monsieur Tom. En plus lui aussi est un artiste qui pratique la sérigraphie et, c'est nouveau, la confection de masque d'après moulage de son visage !

Quand au chat qui est une chatte, elle continue de s'appeler Boulette.

200708 Nikon 105

200708 Nikon 110

200708 Nikon 112
200709 Nikon 001

200709 Nikon 002

200709 Nikon 012

Le lendemain j'ai reçu dans ma boîte mail un message de Monsieur Jibhaine (le fils musicien) qui me signalait ce "ouin ouin" là :

Je l'ai accusé en retour de cruauté mentale envers son popa mais, sachant qu'il est bon comme le pain, je suis allé réécouter ses productions à lui qui enterrent Monsieur Séchan sous trois tonnes de bouteilles de Ricard vidées.

 Bon, d'accord, parfois c'est un peu plus "noir c'est noir" que les bluettes auxquelles je m'adonne (du sleeping) de mon côté mais sinon, quelle maîtrise de tous ces instruments ! Waoh ! 

Mes morceaux préférés : 

jibhaine · Hey Bulldog (Beatles Cover)

jibhaine · La terrasse (Yann Tiersen)

jibhaine · La chanson du loubard (Renaud)

jibhaine · Leo ( Les VRP )


Et ici, carrément, paroles et musique de Joe Krapov !
Avec illustration de Mademoiselle Zell ! Quelle famille !

jibhaine · Alice

Posté par Joe Krapov à 04:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


29 octobre 2016

QUESTIONS INSOLUBLES (MEME DANS L'ALCOOL)

Même si je me sens souvent « artiste sur les bords », je ne comprends rien à l’art !

Je ne sais pas, par exemple s’il faut préférer les portraitistes aux paysagistes. Je ne comprends rien à l’art conceptuel, au réalisme socialiste, à la FIAC et à la manie qu’a M. Pinault d’entreposer des horreurs dans la douane de Venise. Ce sont des saisies de trafiquants en tous genres ? Comment ? C’est de l’art ? 

DDS 426mammouth-grotte-rouffignac

J’en viens parfois à me demander : faire de l’art, est-ce imiter la nature ou imiter son voisin ? Dans les débuts, je pense, on imitait la nature. En soufflant dans un flûtiau, on pouvait se prendre pour le rossignol de mes amours. Même avec des talents de caricaturiste minimaliste on pouvait représenter les premiers faits divers. Ainsi l’un des tout premiers dessinateurs, M. Victor Pierrafeu, avait entrepris le portrait de son futur beau-frère, Roméo Cromagnon, et n’était pas loin d’achever le portrait de celui-ci quand l’amoureux de Juliette, sa sœur unique et préférée, se trouva la victime d’un malencontreux accident de chasse au cours duquel il perdit la vie. Terminé, le Roméo de Lascaux.

Le petit Victor rentre dans sa grotte, il gratte, il gratte pour effacer le croquis du bellâtre et à la place il représente la scène de chasse en buvant sa bière.
- Comment tu vas l’appeler, ton tableau ? demande Juliette en pleurs, à peine remise de son récent veuvage, en admirant la paroi de la galerie.
- « Mammouth écrasant l’épris », répond l’autre.

 

DDS 426 Mammouth

Pendant longtemps le salaire des peintres a été lié à leur talent d’imitation et au niveau de ressemblance de leur portrait avec la marquise qui sortit à cinq heures et dont on voulait garder une trace florissante, même si, quelques années plus tard, le mari n’hésitait pas à la traiter de « vieux tableau » et les héritiers à ne plus pouvoir voir leur mère en peinture.

Et puis est apparue la photographie. Pour reproduire une image de la réalité, il n’y avait rien de mieux. Même si, pendant très longtemps, on n’avait que des clichés en noir et blanc, l’illusion était presque parfaite.

Malgré cela, la peinture a fait de la résistance et les peintres ont fait les malins. Et donc il y a eu les impressionnistes, les cubistes, les futuristes, Pablo Picasso, Marcel Duchamp et son urinoir, la peinture abstraite, Malevitch et tout le reste qui ressemble parfois à un gros foutage de gueule pour bonobos friqués – le bonobo friqué étant le stade ultime de l’évolution des espèces, vous l’aurez compris de vous-même. Je ne connais rien à l’art mais je m’y connais en Darwinisme. 

DDS 426 instagram-filtres

Aujourd’hui, grâce aux filtres Instagram et aux smartphones qui font des photos et des frites, tout le monde est un artiste moderne. « Ah non, dit Monsieur Instagram, vous n’allez pas encore essayer d’imiter, avec votre smartphone qui fait des photos et des frites, cette saloperie de réalité triviale et imposer à vos semblables vos horribles paysages convenus, couchers de soleil, plats de restaurant et vos selfies plus troublées que troublantes. On vous colle un barrage filtrant. Le réel ne passera pas ! Pas sur ma plate-forme !".

Et maintenant, voilà le résultat des courses. Sur mes appareils photos récents, je n’ai même pas besoin de filtres Instagram : ils sont intégrés à la bête ! J’ai juste à sélectionner « dessin » ou « illustration photographique » et je me retrouve avec un appareil photo qui, au lieu d’imiter et reproduire la nature, imite les gens des années 60 et 70 qui représentaient le monde avec des couleurs à bousiller les pupilles et enrichir les ophtalmos de France et de Navarre. Andy Warhol, Vasarely, etc.

Et vous savez quoi ? Je suis devenu accro au truc, non sans m’interroger un maximum. Si je colle par-dessus ces images des musiques jouées à la guitare électrique par M. Jibhaine et que j’en fais un diaporama musical, qui imité-je ? Des millions de Youtubers ?

Est-ce que c’est de l’art ? Qu’est-ce que l’art ? Est-ce que c’est un objet réel virtuel composé d’images surréelles et de musiques-collages inclassables ? Où sont passés la Vilaine et le ciel breton ? Où est partie la brume qui rend le monde si beau dans le silence du matin ?

Par pitié, ne répondez pas à toutes ces questions ! C’était un exercice gratuit : j’imitais le vieux singe à qui on n’apprend pas à faire des grimaces. Et je me fiche de savoir si mon numéro est bon ou pas !

Ecrit pour le Défi du samedi n° 426 d'après cette consigne

07 janvier 2014

Vie de famille sur la toile : état au 7 janvier 2014 (4)

Papy Pierre et ses parents

J'ai récupéré sur le Facebook de Mlle Zell cette photo de Petr Bourgeoizov, le papa de Marina Bourgeoizovna. C'est lui, le petit garçon au béret sur la photo. Il y figure en compagnie de son papa et de sa maman. Mlle Zell a entrepris de scanner des albums de photos de son grand-père préféré (elle n'en a plus qu'un !). Ses cousins et cousine s'extasient sur le sourire en coin de leur papy mais le plus drôle des commentaires est celui, tout à fait krapovien, de M. Jibhaine :
"J'aime les directions des regards, le père : "rien a foutre", la mère : "qu'est ce qui arrive sur la route ?", le fils : "hey cool, une photo !""

Tas de sales gosses, va ! ;-)

 

Posté par Joe Krapov à 00:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,