19 décembre 2018

ELVIRE JOUVET 40 OSCAR DETOUR 15

Hélène Builly - 23 Incertain Monsieur Tokbar

Le rideau se lève sur un coin de verdure où coule une rivière mais en fait c’est plutôt un fleuve puisqu’il s’agit du Rhône. On est en plein Lyon, pas loin de l’entrée du parc de la Tête d’or. Oscar a planté sa tente Quetchua dans un petit bosquet entre le Rhône et les deux pistes parallèles réservées, l’une aux cyclistes, l’autre aux piétons, les trottinettes, électriques ou pas, ayant le droit d’hésitation-transgression pour l’instant. Il est venu là sur une motocyclette antique dotée d’un habitacle latéral (side-car) dans lequel il a mis ses maigres bagages. Il a sorti sa valise mais ne l’a pas ouverte. Il a sorti d’un coffret rouge son vieux violon et le racle. La nuit est tombée car on est en décembre et on aperçoit, dans un ciel forcément sans nuages, des étoiles et un beau croissant de lune. Il arrête de jouer, se tourne vers le public et entame son monologue en regardant le sol devant lui.

- Et alors, mes sauterelles ? Vous êtes contentes de retrouver votre ami Oscar le musicien? Je n’avais pas prévu de venir vous voir mes belles mais tous les hôtels étaient pleins ! Il parait que c’est la Fête des lumières ces jours-ci à Lyon ! Et moi je voulais voir cet événement-là au moins une fois dans ma vie. C’est que voyez-vous, il y a trop de tranquillité dans les établissements hospitaliers pour personnes âgées dépendantes. Pour tout dire et pour parler franc sans pour autant donner dans la lamentation, on s’y emmerde ferme. Très vite on n’a plus qu’une seule idée, faire le mur !

Et pour jouer la grande évasion, rien de mieux que ma vieille motocyclette ! Steve McQueen n’a qu’a bien se tenir !

Elvire ne sait pas que j’ai conservé une clé de ma maison. Elvire, c’est ma fille. Elvire Jouvet, née Detour. Epouse de Kevin Jouvet. Rien à voir avec Louis, le théâtreux qui trouvait bizarre que l’on dise bizarre !

Et justement, c’est très bizarre, les EHPADs ! Ils sont comme nos gouvernants, ils nous prennent un peu pour des cons là-dedans. Oui, c’est vrai, on est dépendants. On nous a mis là parce qu’on n’est plus en état d’aller faire les courses, de s’occuper de notre cuisine. Mais quel intérêt de cuisiner quand il suffit d’appeler Hubert Yeats ? Mais si vous connaissez, Hubert Yeats, le poète de la tambouille ! Le Yehudi Menuhin de la livraison de plats chauds à vélo. Mais il paraît que c’est payant tout ça et que ma petite retraite ne suffisait plus à couvrir mes caprices de consommateur. Moi vous savez, j’ai toujours été comme le Belge qui met sa carte bleue dans le distributeur et qui tire de l’argent liquide. Chaque fois que je gagne, je rejoue !

Mais je m’éloigne de mon sujet. On est dépendants mais on n’est pas cons. On sait encore lire et observer. J’ai bien vu comment faire pour se barrer tranquillement de leur hospice à la noix. D’autant que c’est comme le port-salut : c’est écrit dessus : « Tapez les quatre chiffres de l’année en cours suivis de la lettre A ». Une fois qu’on a fait ça la porte du sas s’ouvre. Yapuka entrer dedans et attendre qu’elle se referme. Et là on a la suite du mode d’emploi : «Tapez ABCD suivi de *étoile ».

Là c’est la porte extérieure qui s’ouvre sur le cosmos, sur la liberté retrouvée et hop, en route pour un road-movie dont on espère qu’il ne virera pas au mauvais trip. De toute façon ce ne sera jamais pire que la soupe à la courgette ou les cours de tricot !

Il reprend son violon.

Tiens je vais vous jouer un concerto de Vivaldi, les filles !

Il joue en fait quelques mesure d’une tarentelle puis il range son violon et son archet dans le coffret rouge.

Dépendant ! Dépendant ! Moi, vous avez vu, je ne suis même pas dépendant d’une partition ! Je le connais par cœur ce morceau. Et s’ils croient que j’ai du yoghourt dans les neurones, ils se gourent. Je l’ai retrouvé tout seul le chemin de la maison. Coup de chance, Elvire n’a pas encore réussi à la vendre. J’ai mis tout ce qu’il fallait pour un long voyage dans la valise, j’ai pris la tente au cas où et j’ai retrouvé Pétrolette dans le garage. La pauvre se morfondait dans l’étrangeté grise de cet abri désert. J’ai tout refermé derrière moi et on est allés faire le plein avant de filer sur la route. En route pour une promenade onirique ! Mais si vous saviez ce que c’est devenu cher l’essence ! Et en plus, tout le long du trajet, des travaux partout ! Je ne sais pas si c’est à cause du passage à 80 km/ h qu’ils modifient les carrefours mais sur tous les ronds-points y avait des travailleurs de chantier en gilet jaune !

(Rideau) ou (à suivre ?)


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 11 décembre 2018
d'après la consigne ci-dessous.


17 décembre 2018

MOI AUSSI ON M'AZNAVOURA AUX GÉMONIES

De la cave qui se rebiffe
Au grenier qui se déballonne
Tout va mal dans cette maison !

181207 Nikon 073

Sans conversa-certa-tion, 
Sans concilia-vesti-bule,
Plus moyen de tenir salon !

Où est donc le bonheur-du-jour
Où nous rangions tout notre amour
Et nos recettes de cuisine ?

Il n’y a plus grand monde au balcon,
La chambre n’est plus horizon,
Autour de nous le monde gronde,

L’huissier chinois frappe à la porte !
Tu t’laisses aller, tu t’laisses aller !
Marianne, j’te l’dis, tu t’laisses aller !



Ecrit pour les Impromptus littéraires du 10 décembre 2018 d'après cette consigne

16 décembre 2018

Dans le vieux Lyon (Rhône) le 7 décembre 2018 (1)

181207 Nikon 017

Un ami c’est celui qui devine toujours quand on a besoin de lui (Jules Renard)

181207 Nikon 018

Les mamans ça pardonne toujours. C’est venu au monde pour ça. (Alexandre Dumas)

181207 Nikon 019

 Rien n’est plus vivant qu’un souvenir (Federico Garcia Lorca)

181207 Nikon 020

 Un ami c’est celui qui devine toujours quand on a besoin de lui (Jules Renard)

181207 Nikon 021

 Il y a dans tout homme un cochon qui sommeille mais le mien ne dort que d’un œil (Joe Krapov)

Posté par Joe Krapov à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Dans le vieux Lyon (Rhône) le 7 décembre 2018 (2)

181207 Nikon 024
Quand partons-nous pour le bonheur ? (Charles Baudelaire)

181207 Nikon 028
Il est temps de vivre la vie que tu t’es imaginée (Henry James)

181207 Nikon 029
Si tu pouvais lire dans mon cœur tu verrais la place où je t’ai mise (Gustave Flaubert)

181207 Nikon 033

Les amis sont des compagnons de voyage qui nous aident à avancer sur le chemin d’une vie plus heureuse (Pythagore)

181207 Nikon 037

Les erreurs sont les portes de la découverte (James Joyce)

Posté par Joe Krapov à 16:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

Dans le vieux Lyon (Rhône) le 7 décembre 2018 (3)

181207 Nikon 030

 

Sans la musique la vie serait une erreur (Friedrich Nietzsche)

181207 Nikon 031

 

Il n’y a rien de plus réellement artistique que d’aimer les gens (Vincent Van Gogh)

181207 Nikon 032

 

La musique commence là où s’arrête le pouvoir des mots (Richard Wagner)

181207 Nikon 041

 

Ne me demandez pas mon âge, il change tout le temps (Alphonse Allais)

181207 Nikon 042

 

J’adore parler de rien. C’est le seul domaine où j’ai de vagues connaissances (Oscar Wilde)

Posté par Joe Krapov à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Dans le vieux Lyon (Rhône) le 7 décembre 2018 (4)

181207 Nikon 043

 

Se donner du mal pour des petites choses c’est parvenir aux grandes avec le temps (Samuel Beckett).

181207 Nikon 044

 

Voilà l’homme tout entier : il s’en prend à sa chaussure alors que c’est son pied le coupable (Samuel Beckett).

181207 Nikon 045

 

Les maîtres d’écoles sont des jardiniers en intelligence humaine (Victor Hugo)

181207 Nikon 046

 

J’adore parler de rien. C’est le seul domaine où j’ai de vagues connaissances (Oscar Wilde)

181207 Nikon 047

 

La vieillesse c’est quand on commence à se dire « je ne me suis jamais senti aussi jeune » (Jules Renard)

Posté par Joe Krapov à 15:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

14 décembre 2018

Sur les bords du Rhône à Lyon le 7 décembre 2018 (1)

181207 Nikon 226

 Encore un de ces jours de lumière bénie
Où l'on démonterait bien 
Le chapiteau de son cirque
Pour aller faire un tour du côté du silence.

181207 Nikon 227

181207 Nikon 228

181207 Nikon 235

181207 Nikon 232

Posté par Joe Krapov à 14:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,