05 juin 2016

Fin de carnaval à Toulouse le 9 avril 2016 (4)

160409 B Nikon 520

160409 B Nikon 524

160409 B Nikon 528

160409 B Nikon 529

160409 B Nikon 530

 

Ouais, hein ? C'est beau une ville la nuit !

Posté par Joe Krapov à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


15 avril 2016

Le Pont Saint-Pierre à Toulouse le 10 avril 2016

En un mot comme en cent : 366 réels à prise rapide

10 avril 2016

Tout ce qui brille

Tout ce qui brille n’est pas or, certes mais saurez-vous jamais la valeur qu’ont les lampadaires du pont Saint-Pierre, à Toulouse, quand la petite lumière jaillit dans leurs lanternes sur le coup de 20 h 45 ?

Attrapée par ces tridents de Neptune, il y a dans mes filets, ce soir d’avril, une pêche miraculeuse.

Les étoiles de mer scintillent dans la nuit et la lune elle-même n’en revient pas de ces images.

160410 Nikon 361

160410 Nikon 375

160410 Nikon 376

 

Supplément gratuit !

A la demande générale d'Adrienne, j'ai fait sauter un immeuble !

160410 Nikon 361 B

Posté par Joe Krapov à 22:23 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 mars 2016

Choses vues à Rennes le dimanche 13 mars 2016 (3)

160313 076

160313 077
Bonjour. Est-ce que vous louez aussi des crépuscules ?

160313 087

160313 089

160313 090
Si j'avais le temps, je nettoierais sur cette photo les tags débiles qui montrent qu'on peut fabriquer le pire à partir du meilleur.

Posté par Joe Krapov à 08:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

08 mars 2016

Une affiche "spécial dédicace" à Rennes le 6 mars 2016

 

160306 002

7e lune

 Cinéma : des stars qui vous mettent des étoiles plein les yeux ?

En un mot comme en cent : 366 réels à prise rapide

7 mars 2016 (1)

Leçon à apprendre par coeur

J’ai ajouté cinq autres chansons de Brassens dans ma guitare.

Elles figurent sur le double CD de reprises par Maxime Le Forestier. Il y en a là-dedans que je connais par cœur : « Je suis un voyou », « Les amoureux des bancs publics ». Mais je vis dans une société bizarre où personne ne me demande de les chanter. Je vais finir par les oublier.

Et ce que cette société m’a demandé d’apprendre par cœur (des mots de passe, des savoir-faire, des noms d’éditeurs etc.) elle m’autorise maintenant à l’oublier définitivement.

C’est vraiment une société bizarre ! 

7 mars 2016 (2)

Leçon à apprendre par coeur

A cette vitesse-là, ça n'est même plus la peine que j'essaie de les apprendre par cœur, les chansons de Brassens que j'ajoute dans ma guitare : la semaine prochaine je vais me retrouver ancêtre du côté de Bicêtre, je devrai écrire mon testament, réclamer des funérailles d’antan. Me faire appeler M’noncle Archibald. Entendre chanter le fossoyeur. Devenir Vieux Léon !


Morphing Visage Bébé par Spi0n


Vite, j’écris une supplique pour ne pas être enterré sur la plage de Sète !

Comment ? Je pourrai coucher avec un fantôme sans être réveillé par mon père ?

Si ce n’est pas la maman d’Arthur, ça n’ m’intéresse pas !

Arthur

 

Posté par Joe Krapov à 13:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 août 2015

Lever de lune à Annoville-plage (Manche) le 18 août 2015

150818 265 269

150818 265 270

150818 265 272

150818 265 275
"Le premier livre auquel j’ai travaillé, vers 1919-1920 qui s’appelait "Recherche sur la nature de l’amour" aurait dû être une thèse de doctorat. C’est Bergson qui m’a dit : « N’en faites donc pas une thèse, les thèses sont embêtantes pour tout le monde ». Il avait raison mais ça n’a pas empêché mon livre de n’avoir pas de lecteurs."

Ces quatre citations sont extraites de Emmanuel Berl. - Interrogatoire par Patrick Modiano. - Gallimard, 1976.

Ca se lit comme un polar !

Posté par Joe Krapov à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


02 janvier 2015

Rendez-vous avec la Lune à l'abbaye de Paimpont (Ille-et-Vilaine) le 1er janvier 2015 (1)

TRISTESSES DE LA LUNE / Charles Baudelaire

Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse ;
Ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins,
Qui d'une main distraite et légère caresse
Avant de s'endormir le contour de ses seins,

150101 013

Sur le dos satiné des molles avalanches,
Mourante, elle se livre aux longues pâmoisons,
Et promène ses yeux sur les visions blanches
Qui montent dans l'azur comme des floraisons.

150101 019

Quand parfois sur ce globe, en sa langueur oisive,
Elle laisse filer une larme furtive,
Un poète pieux, ennemi du sommeil,

Dans le creux de sa main prend cette larme pâle,
Aux reflets irisés comme un fragment d'opale,
Et la met dans son coeur loin des yeux du soleil.

150101 020

Posté par Joe Krapov à 20:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Rendez-vous avec la Lune à l'abbaye de Paimpont (Ille-et-Vilaine) le 1er janvier 2015 (2)

LA LUNE OFFENSEE / Charles Baudelaire

Ô Lune qu'adoraient discrètement nos pères,
Du haut des pays bleus où, radieux sérail,
Les astres vont se suivre en pimpant attirail,
Ma vieille Cynthia, lampe de nos repaires,

150101 027

Vois-tu les amoureux, sur leurs grabats prospères, 
De leur bouche en dormant montrer le frais émail ? 
Le poète buter du front sur son travail ? 
Ou sous les gazons secs s'accoupler les vipères ?

150101 030

Sous ton domino jaune, et d'un pied clandestin,
Vas-tu, comme jadis, du soir jusqu'au matin,
Baiser d'Endymion les grâces surannées ?

- " Je vois ta mère, enfant de ce siècle appauvri,
Qui vers son miroir penche un lourd amas d'années,
Et plâtre artistement le sein qui t'a nourri ! "

150101 038

Posté par Joe Krapov à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Rendez-vous avec la Lune à l'abbaye de Paimpont (Ille-et-Vilaine) le 1er janvier 2015 (3)

BALLADE A LA LUNE / Alfred de Musset

C'était, dans la nuit brune,
Sur le clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.

Lune, quel esprit sombre
Promène au bout d'un fil,
Dans l'ombre,
Ta face et ton profil ?

Es-tu l'oeil du ciel borgne ?
Quel chérubin cafard
Nous lorgne
Sous ton masque blafard ?

150101 040

N'es-tu rien qu'une boule,
Qu'un grand faucheux bien gras
Qui roule
Sans pattes et sans bras ?

Es-tu, je t'en soupçonne,
Le vieux cadran de fer
Qui sonne
L'heure aux damnés d'enfer ?

Sur ton front qui voyage.
Ce soir ont-ils compté
Quel âge
A leur éternité ?

150101 047

Est-ce un ver qui te ronge
Quand ton disque noirci
S'allonge
En croissant rétréci ?

Qui t'avait éborgnée,
L'autre nuit ? T'étais-tu
Cognée
A quelque arbre pointu ?

Car tu vins, pâle et morne
Coller sur mes carreaux
Ta corne
À travers les barreaux.

150101 049

Va, lune moribonde,
Le beau corps de Phébé
La blonde
Dans la mer est tombé.

Tu n'en es que la face
Et déjà, tout ridé,
S'efface
Ton front dépossédé.

Posté par Joe Krapov à 20:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Rendez-vous avec la Lune à l'abbaye de Paimpont (Ille-et-Vilaine) le 1er janvier 2015 (4)

CLAIR DE LUNE / Paul Verlaine

Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.

150101 065

Tout en chantant sur le mode mineur
L'amour vainqueur et la vie opportune,
Ils n'ont pas l'air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,

150101 076

Au calme clair de lune triste et beau,
Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d'extase les jets d'eau,
Les grands jets d'eau sveltes parmi les marbres.

150101 088

Posté par Joe Krapov à 20:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 novembre 2014

AU DECROCHEZ-MOI CA, ARTICLES DE VOYAGE

Que ne ferais-tu pas pour séduire Artémise,
Homme, présomptueux ver de terre, qui boîtes ?
Depuis la nuit des temps tu m’admires et convoites,
Tu voudrais m’accrocher aux pans de ta chemise

Mais c’est plaisanterie, ce sont carabistouilles,
Ballets de mots passants, contes de la bécasse,
Forfanteries de Cyrano ou de Fracasse,
Orgueil de fanfaron enivré de chatouilles !

Si tu veux me toucher, entre dans la cabine,
Espèce d’animal ! Fais vrombir le delco,
Promets-moi de l’amour, du miel, Acapulco !
Approche-toi de moi, montre-moi ta bobine !

Parcours cette distance en petite foulée !
N’oublie pas de m’offrir, en guise de pastis
Un bouquet de poèmes ou de myosotis
Mais surtout pas de valse, encor’ moins d’azalée. *

Ah, te voilà enfin, sortant de ta nacelle,
De ton petit module enfin posé chez Diane.
Emu par ma tranquillité si océane
Tu as fait un grand pas… Patatras ! Tu chancelles !

Un petit Papou l’homme,
Un grand Papou Lune habitée !

DDS 326 Vocaline

* Parce que "l'azalée c'est une valse" ne rajeunit personne et surtout pas les vieilles lunes !

 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 326 à partir de cette consigne

Posté par Joe Krapov à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,