04 décembre 2021

IMPACT AVEC LE DIABLE ?

DDS 691 Lucky Luke

La police scientifique lorsqu’elle constate qu’un projectile a perforé une boîte crânienne, une portière de véhicule, l’ombre de Lucky Luke (?) ou un président des Etats-Unis utilise le mot « impact ».

Le policier de base parlera quant à lui plus volontiers de « trou de balle ».

Il ne faut pas confondre le trou de balle avec le trouduc qui est une personne peu recommandable, détestable, dont la particularité est, plus souvent encore en période électorale, de venir faire des promesses dont la suite nous démontre qu’elles ne sont que du vent et surtout de souffler la haine - en général des étrangers, voire simplement de l’autre – pour troubler nos paix intérieures pourtant déjà bien fragiles.

On pourrait légitimement se dire qu’avec les progrès du progrès ce genre de bonhomme ou de bonne femme serait amené·e à disparaître du paysage médiatique. Comme il ne manque pas d’air, il pourrait très bien s’envoler hors de notre vue ?

Eh bien non. Au contraire la Science a démontré que les imbéciles heureux qui sont nés quelque part continuent de se balader dans la nature avec aplomb.

Le Temps n’a aucun impact sur ce genre de situations ! Craignons pour le futur, mes ami·e·s ! Et même pour le présent ! Comme si ce virus à la con ne suffisait pas !

Cliquez donc un peu sur l'image ci-dessous ou sur le lien en- dessous pour entendre une belle chanson de Georges Brassens interprétée par Joe Krapov, Manu le Bichon et Loïc le Voyou

Capture-d’écran-2018-12-04-à-08


Krapov et_Le_Bichon chantent "Le_Temps_ne_fait_rien à l'affaire" de Georges Brassens en_public


Ecrit pour le Défi du samedi n° 692 d'après cette consigne : impact.


06 novembre 2021

UNE SEULE RÉFÉRENCE EN MAGASIN

L'épigastre ?

Il s'encastre !
 

Ecrit et surtout enregistré pour le Défi du samedi n° 688 d'après cette consigne : épigastre.

02 novembre 2021

En un mot comme en cent. 25 octobre 2021, Parti

2021 11 02 061028 097

C’est parti ! Le classeur vert m’a lâché ! J’ai donc remis mon intégrale de paroles de Brassens dans deux classeurs neufs à quatre anneaux dont on peut tourner facilement les pages sans que tout se barre - en live, c’est gênant -!

En suite de quoi j’ai mis de l’ordre et fait du tri dans la pile de dossiers de l’étagère au-dessus. J’y ai retrouvé un gros classeur blanc plein de textes écrits ou rassemblés à  l’époque du café slam des Champs libres.

Plein de trésors ! Dont celui-ci qui était parti-sorti de mon souvenir.

La Folie des glandeurs

(pensez à cliquer en haut de la nouvelle page pour entendre le MP3)

 

 

Posté par Joe Krapov à 14:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 juin 2021

NON-PARTICIPATION

- Pourquoi tu refuses de participer au Défi de ce samedi ? T’es fâché avec quelqu’un ? On t’a traité de paltoquai la dernière fois ?

- Pas du tout !

- Tu te mets à toi-même une ceinture de pachasteté ?

- Pas le moins du monde !

- Personne ne te lance plus d’oeillade assassine quand tu délires par trop ?

- Sont très tolérant·e·s, les gars et les filles, là-bas !

- On s’est moqué de ton slip trop grand pour toi quand tu as parlé de nébuleuse ?

- J’assume complètement d’avoir été habillé à la mode vintage !

- On t’a taxé de misogynie ?

- Certainement pas ! Je ne suis pas contre les femmes, tout contre, et je le regrette bien parfois !

- Alors pourquoi tu ne participes pas ? Pourquoi tu te rebelles aujourd’hui ?

- Ben parce que c’est ce qu’on me demande ! C’est la consigne de la semaine, « rebelle » !
 



Réalisé pour le Défi du samedi n° 666 d'après cette consigne : rebelle.

Posté par Joe Krapov à 08:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 mai 2021

AUX TROUS !

La mémoire est un quai envahi par la brume…
Je ne me souviens pas des beaux yeux d’une fille
Qui m’aurait vouvoyé, moi qui étais voyou.
Je l’aurais embrassée ? Tu peux dormir tranquille,
Je n’suis pas d’ce genre là car j’aim’ pas qu’on m’allume !

C’est pas moi qu’ai fait l’coup !
La mémoire est un quai envahi par les trous.

La mémoire est un quai peuplé par des orfèvres.
A beau m’interroger qui veut je ne sais rien
De ce beau tralala dont la fille de l’air joue.
Pourquoi dirais-je tout, moi qui suis un vaurien
Et préfère me taire en un monde sans fièvres ?

C’est pas moi qu’ai fait l’coup !
La mémoire est un quai envahi par les trous.

La mémoire, à la fin, trop interrogée, flanche.
Elle ne connaît plus que bribes de chansons,
Perd toute retenue à la sortie d’écrou.
Pourquoi nier, inspecteur, les côtés polissons
Avec lesquels ce jour j’aurai brûlé les planches ?

C’est pas moi qu’ai fait l’coup ! C’est Dranem !
La mémoire est un quai envahi par les trous.

200817 Nikon 135

Photo prise à Pont-Croix (Finistère) en 2020

Réalisé pour le Défi du samedi n° 665 d'après cette consigne : Quai

24 avril 2021

BOMBINETTE OU CHANSONNETTE ?

Oui, je sais, je ne me renouvelle pas !

Dans mon laboratoire rennais, vous ne voudriez tout de même pas que j'y fabrique des bombes atomiques, tout de même ? 
Ne vous inquiétez pas, d'autres s'en chargent ailleurs.

Non. Moi, je préfère pousser la chansonnette que de moccuper de l'élevage de champignons nucléaires !

Et donc, en compagnie de Boris Vian, celle-ci est en guise de remerciements  à ce cher oncle Walrus, notre tenancier  de boutique préféré !

 



Réalisé pour le Défi du samedi n° 660 d'après cette consigne : Laboratoire.

03 avril 2021

DANS LES VIEILLES MARMITES

Qui j'idolâtre en ce moment ?

Le grand Charles !

Vive le québec libre

Non, pas celui-là, l'autre : Charles Trénet !

 


Écrit et réalisé pour le Défi du samedi n° 657

à partir de cette consigne : idole

Posté par Joe Krapov à 04:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 juillet 2020

CADET RUSSELL A DROIT A UNE CHANSON !

Cadet Russell


LA CHANSON DE JACKIE

(se chante sur l'air de "La Chanson de Jacky" de Jacques Brel)

1
Même si un jour à Knokke-le-Zoute
Je deviens comme je le redoute
Clébard pour femmes finissantes

Même si j’leur chante " Mi Corazon "
Avec la voix bandonéante
D'un Dalmatien de Carcassonne

Même si on m'appelle « vieux corniaud »
Que je brûle mes derniers feux
En échange de quelques cadeaux
Madame Madame yé fais cé qué yé peux

Même si je m’gave de Canigou
Pour mieux parler d’futilités
A des mémères décorées
Comme le Saint-Guibert de Gembloux

Je sais qu' dans ma soûlographie
Chaqu’ nuit pour des Docteurs Pangloss
J’leur chant’rai la chanson molosse
Celle du temps où je m'appelais Jackie

Refrain
Faire une heure, une heure seulement
Faire une heure, une heure quelquefois
Faire une heure, rien qu'une heure durant
Le beau, le beau, le beau et le con à la fois

2
Même si un jour à Neufchâteau
Je deviens roux comme un chow-chow
Cerclé de chiennes languissantes

Même si lassé d'être aboyeur
J'y sois devenu maître chanteur
Et qu’ce soient les bipèdes qui chantent

Même si on m'appelle le boxer
Que je vende des produits de niches
Du porto fait près de Dinant
De vrais bichons de faux caniches

Que j'aie une banque à chaque patte
Et une patte dans chaque pays
Et que je lève des crédits
Je sais quand même que chaque nuit

Tout seul au fond de ma fumerie
Pour un public de chihuahuas
J’rechanterai ma chanson à moi
Celle du temps où j’ m'appelais Jackie

Refrain
Faire une heure, une heure seulement
Faire une heure, une heure quelquefois
Faire une heure, rien qu'une heure durant
Le beau, le beau, le beau et le con à la fois

3

Même si un jour au Paradis
Je devienne comme j'en serais surpris
Husky pour femmes à ailes blanches

Mêm’ si j’joue d’la pédale Wah Wah
En regrettant le temps d'en bas
Où c'est pas tous les jours dimanche

Même si j’pose à côté d’mon père
Çui qui s’prend pour un rottweiler
Entre clebs fou et chien de garde
Même si mon bipède se barbe

Même si toujours trop bonne pomme
Je m’crève le cœur et l’ pur esprit
A vouloir balader les hommes
Je sais quand même que chaque nuit

J'entendrai dans mon Paradis
Les épagneuls et les cockers
Me chanter ma chanson d’ naguère
Celle du temps où je m'appelais Jackie.

Refrain
Faire une heure, une heure seulement
Faire une heure, une heure quelquefois
Faire une heure, rien qu'une heure durant
Le beau, le beau, le beau et le con à la fois.
 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 618 à partir de cette photo :

127133159

23 novembre 2019

ALOUETTE, GENTILLE ALOUETTE !

Doit-on écrire "yaourt", "yahourt", "yogourt" ou "yoghourt" ?

Je m’en fiche ! Moi ce qui m’intéresse, c’est de pédaler dedans ! Et même la semoule des quatre jeudis peut faire l’affaire !

Il n’empêche, je ne suis pas peu fier cette semaine d’être venu en aide à mon oncle préféré et d’avoir retrouvé, chez Madame Beuneufeu, mon ancienne mère nourricière, la chanson que chantait sa maman à lui.

Pas peu fier non plus d’avoir retrouvé la partition et d’avoir enregistré la chose qui datait quand même de 1857 et semblait totalement tombée dans l’oubli.

Quel rapport avec le yoghourt ou le yaourt, Joe Krapov ?

Essayez donc un peu de chanter avec moi le « Lirli ! Lirli ! Lirli ! Lirli ! Lirli ! Relireli ! Relireli ! Relireli ! » et vous verrez si vous n’en faites pas ! 


P.S. Pour les historiens de la chanson :

« L’Alouette gentille… » figure ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109059s/f229.item
au sein du poème XXXVII, "La vierge aux souvenirs" dans un recueil de François Barrillot intitulé "Les Vierges" et paru en 1857.

La partition figure à la page 122 du «Livre de musique» de Claude Augé paru à Montréal vers 1920 et disponible en pdf ici : http://encrages-studio.com/wp-content/uploads/2016/05/lelivredemusique00aug.pdf

Partition complète Barrillot l'Alouette

Ecrit pour le Défi du samedi n° 586 à partir de cette consigne : yoghourt

Posté par Joe Krapov à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,