31 mars 2022

Les Collages de Jean-Emile Rabatjoie du 31 mars 2022

2022-03-27 - Nikon 119

Dimanche dernier je suis allé écouter la chorale Chamade à la salle de la Cité.
Je suis donc passé devant l'Hôtel des ventes où était apposée cette affiche.
Elle ne vous rappelle rien, cette tête ?
A moi si !

Isaure l'Africaine 2 (2022 03 31)
Isaure l'Africaine 1

Isaure l'Africaine 1 (2022 03 31)
Isaure l'Africaine 2

2022 03 31 Isaure chronique de pierre

Isaure et la coccinelle de Marcel

2022 03 27 Flaubert joue du saxo 1024

Je crois que Jean-Emile s'est trouvé une autre tête de truc... de Turc avec ce Gustave colorisé qui a squatté les pages de Télérama pendant un bon bout de temps !


07 janvier 2022

Des nouvelles d'Isaure Chassériau (2)

C'est en poursuivant mes recherches sur Isaure que je suis tombé sur l'illustration du billet juste au-dessus. J'ai ainsi découvert que notre idole rennaise était allée se montrer à Paris en 2019 au sein d'une exposition intitulée "Paris romantique" présentée au Petit palais.

En voici une présentation par le directeur de l'établissement. Je dispose à la suite quelques avis de visiteurs·ses à propos de Dame Isaure C. ainsi que d'autres propos tenus sur la toile à son sujet.

Le cartel explique que cette demoiselle est la nièce du peintre et qu’elle est une cousine du peintre Théodore Chassériau.
Elle se tient de face, raide et figée. Elle ne sourit pas. On dirait qu’elle passe un examen, qu’elle doit se justifier de quelque chose.
Elle est pourtant élégante avec ses fleurs roses dans les cheveux et sur son corsage assorties à la couleur de sa robe. Les visiteurs du Salon de 1839 ne l’ont, paraît-il, pas aimée.

http://protestantsdanslaville.org/spiritualite-et-image/im372.htm

***

Mais on se contente de sourire, mis de belle humeur par la qualité des portraits (l’Isaure Chassériau d’Amaury-Duval, presque inquiétante à force de frontalité).  Alain Rauwel

https://www.art-critique.com/2019/06/1815-1848-paris-entre-effervescence-historicisme/

***

Asseel Al-Ragam
@a_alragam
Eugène Amaury-Duval’s painting of his niece Isaure Chassériau. The painting was criticised at the 1839 Salon Carré of the Louvre because of its fixed pose and vivid tones that “disturbed” and “provoked.”

https://twitter.com/a_alragam/status/1163073870615797761?lang=fr

***

The annual salon des Beaux Arts at Musée du Louvre is wonderfully reproduced in a large room with paintings by Chassériau, Delacroix, Girodet and Ingres, hanging from floor to ceiling. And a ravishing portrait of Isaure Chassériau (cousin of the painter) by her uncle  Eugène Amaury-Duval brings lightness to the room. This reminded me very much of the Grande Galerie in Château de Chantilly where Duc d’Aumale hung his collection.

https://parisdiarybylaure.com/two-exceptional-shows-bring-romanticism-to-petit-palais/

***

Au départ, je voulais faire La Chasse au loup, de François Desportes. Mais la copie avait déjà été faite hier. Trop tard.

Alors changement d'ambiance, avec cette jeune fille. Ce "Portrait de Mademoiselle Isaure Chassériau", par Eugène Amaury-Duval (1838). Sa pause, son regard m'ont touché. Elle n'avait pas l'air d'être heureuse, cette jeune femme. Ce devait être une princesse... J'ai eu envie de lui rendre hommage.

Il faut de la patience... J'y suis depuis ce matin. Et on rendra la copie à 18 h. D'autres personnes, ici, en sont déjà à leur deuxième copie.

Le plus difficile dans ce tableau, c'est le visage. Et ce regard. Il faut lui redonner cette espèce de douceur et de tristesse. Oh non, c'est pas si ressemblant que ça... Maintenant, en ce milieu d'après-midi, il va falloir que je mette le turbo. À mon avis, le bas de la robe sera fait vite fait, bien fait.

Ce Musée recopié, c'est une superbe initiative. Je ne prenais plus le temps d'aller dans un musée. Moi, j'aime le dessin. Je suis toujours en train de dessiner. C'est un exutoire pour ne pas péter un câble. Mademoiselle Isaure Chassériau savait-elle dessiner ? »

Greg 1-02-2016 Le Musée recopié

« J'ai voulu rendre hommage à cette jeune fille triste »

***

Adrien Goetz
@adriengoetz
Le plus fascinant visage du musée de #Rennes : Isaure #Chassériau par #AmauryDuval, le premier des élèves d’#Ingres

https://twitter.com/adriengoetz/status/939309435188580352

Posté par Joe Krapov à 08:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 janvier 2022

Des nouvelles d'Isaure Chassériau (1)

Quelque part, c'est rassurant : je ne suis pas le seul, à Rennes et dans le monde, à maltraiter m'intéresser à Isaure Chassériau !

Ma dernière exploration du web, compte tenu de la minceur du sujet, a été relativement riche. J'ai découvert qu'Isaure pouvait désormais faire une autre chose exceptionnelle : voici en effet qu'elle danse... dans un ascenseur ! 

 Voici aussi que, arroseuse arrosée, elle répond à des interviews. Ah non, je me trompe, ce n'est plus elle, c'est la danseuse ! 

J'ai retrouvé aussi l'original d'une affiche que j'avais vue et photographiée sur un abribus.
C'est une oeuvre de Séverine Lorant pour un projet intitulé "Les Inconnus dans la maison".

Isaure par séverine_lorant_beaux_diables_graphisme_musée_des_beaux_arts

 

Et je ne sais plus si je vous avais montré cette oeuvre de Fred Fehlau dans une série intitulée "L'Effacement". Son site web très fourni mérite le détour (une fois que vous y êtes cliquez sur l'image centrale pour faire défiler le diaporama puis explorez le menu à gauche).

Fred Fehlau - Isaure Chassériau (2021) recadré

Un détour par Généanet me laisse avec toujours la même inconnue sur la date de naissance d'Isaure.
Est-ce le 2 ou le 21 février 1820 qu'elle naquit ?
Quelle importance, demanderez-vous ?

"Verseau ou poissons ! " répond l'astrologue de service ! ;-)

Posté par Joe Krapov à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 novembre 2021

TIENS, VOILA DU BOSMANS !

Bosmans s’était souvenu qu’un mot, «La Madeleine», revenait dans la conversation. Au début il avait cru qu’il s’agissait d’une personne. Il avait pensé à une paysanne parce que cet article défini devant un prénom, ça faisait très campagnard. Une chanson du groupe Les Charlots en témoignait : «Quand La Marie est jalouse, je chante le blues» ainsi que d’autres, pas plus finaudes, de Ricet Barrier.

Mathurin Méheut - A l'ombre des platanes

Ce pouvait être aussi une fille de mauvaise vie, une tapineuse ou une perle de boxon qui aurait rendu fou d’amour et de désir plus d’un des militaires ou marins en rade de sexe à Toulon, comme ceux, par exemple, qu’il voyait attablés en terrasse, la clope au bec, l’ennui porté en bandoulière, les képis étalés sur les tables voisines de la leur. Ou alors une fille au caractère tranché, une maîtresse-femme, une pouliche indomptable. Une féministe avant l'heure, tout droit sortie d’une chanson de Jacques Brel. «La Mathilde est revenue !». Mais «Maudite Madeleine» ça ne le faisait pas du tout.

Aussi quand il avait osé demander à Martine Hayward qui était cette Madeleine dont on parlait tant, celle-ci avait éclaté de rire.

- La Madeleine, c’est une ville du Nord. Explique-lui, Guy !

Ils étaient quatre dans ce café à profiter du beau soleil et de l’ambiance méridionale, à lézarder derrière la balustrade verte. Guy Vincent sirotait un Campari, Martine Hayward un Martini, Michel de Gama une bière et lui un Perrier rondelle.

- Je suis de là-haut, dit Guy. Ma famille résidait près de Lille et mon meilleur ami de l’époque où j’étais étudiant habitait La Madeleine. C’est un peu la banlieue chic. Il s’appelait Réné-Marco Heriford et on écoutait plein de musique chez lui. Un bel appartement bourgeois, au rez-de-chaussée. Pour y aller il suffisait de longer la voie du tramway et on arrivait, en haut de la pente, au carrefour de l’avenue de la République avec la rue du Docteur Kurzenne. Mais je n’ai pas grand-chose à dire sur ces années-là, sinon qu’elles sont loin et que je n’ai pas envie d’y retourner.

- C’est vrai, commenta Michel de Gama, qu’après mai 68, il y a eu juin 69 !

- Ce qui veut dire ? interrogea Martine, s’attendant à voir sortir une allusion à l’année érotique de Serge Gainsbourg, mais cela ne se produisit pas.

- Ça veut dire que la tension est retombée, que tout est rentré plus ou moins dans l’ordre. Un autre ordre.

- Il en faut un minimum, non ? demanda Martine.

- C’est vrai, admit Guy. Et vous, vous faites quoi dans la vie, Monsieur Bosmans ?

- Je vends des lettres.

- Des lettres d’écrivains ? D’hommes politiques ?

- Non, des lettres décoratives. De l’immense et de l’inattendu. Je suis architecte-décoratrice… pardon, architexte-décorateur d’extérieur. Depuis que j’ai décoré le Ciné-Manivel à Redon, ma carrière a décollé. Je pose des enseignes surréalistes partout où on me le demande.

- Intéressant, conclurent les deux compagnons de Martine en retrempant les lèvres dans leur apéritif.

Tout cela n’était que pieux mensonges. Bosmans, quand il les aurait quittés, irait replonger le nez dans son ordinateur à la recherche d’inspiration. Il interrogerait Pagesblanches.fr pour savoir s'il existait des gens nommés Proust à La Madeleine (Nord). S’il y en avait, et même s’il n’y en avait pas, il leur inventerait alors, pour son journal, le Défi du samedi, une existence exceptionnellement drôle.

Tout cela n’était que mascarade. D’ailleurs Bosmans ne s’appelait pas Bosmans et n’était même pas de sexe masculin. Elle s’appelait Isaure Chassériau et n’aimait rien tant que voler des confidences aux gens et leur képi blanc aux militaires flapis des terrasses de Toulon.

2021 11 21 Isaure légionnaire


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 19 novembre 2021

d'après la consigne 2122-09 ci-dessous.

03 novembre 2021

Choses vues à Redon (Ille-et-Vilaine) le 23 octobre 2021 (2)

2021-10-23 - Nikon 12
Isaure Chassériau ! Sors de ce corps !

2021-10-23 - Nikon 13
Couvrez ce sein que je ne saurais voir !

2021-10-23 - Nikon 14

2021-10-23 - Nikon 15

2021-10-23 - Nikon 16

Posté par Joe Krapov à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


18 octobre 2021

En un mot comme en cent. 5 octobre 2021, En noir et blanc

Je n’ai toujours pas entamé le projet d’abécédaire rennais de 26 pages en noir et blanc que j’ai promis à M. Tom et à son frère pour la fin de l’année.

J’ai pourtant noté dans ce cahier-ci d’écriture nomade – où dans le précédent – les lieux dans lesquels je comptais faire apparaître Isaure Chassériau, notre guide pour une fois dépourvue de couleurs.

Bien sûr qu’à la page des Z elle regagne le quai Emile Zola et apparaît à la fenêtre du musée !

Un premier essai, pas terrible, à P comme Parlement.

P comme parlement 1er essai

Posté par Joe Krapov à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 octobre 2021

En un mot comme en cent. 3 octobre 2021, Comme un avis à la population

- Plan ! Plan ! Plan ! Rataplan. Avisse à la population ! Rennes bat le PSG 2 à 0 !

- Merci, garde-champêtre !

2021-09-27 - Nikon 1

2021-09-27 - Nikon 6

2021-09-27 - Nikon 7

2021-09-27 - Nikon 8

2021-09-27 - Nikon 9

2021 10 08 Isaure à lunettes

Posté par Joe Krapov à 13:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 octobre 2021

En un mot comme en cent. 26 septembre 2021, Un meuble a des formes

Moi aussi mais je m’en fous : elles me plaisent bien, mes formes !

2021-07-30 - 285 5

 Photo prise le 27 juillet 2021 à la Bibliothèque Lucien Rose à Rennes.

Posté par Joe Krapov à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 août 2021

En un mot comme en cent. 17 août 2021, L'ordinateur

L’ordinateur, on y va de plus en plus tard se mettre devant. C’est qu’on écoute la série d’émissions sur Louise Michel sur France-Culture et qu’en plus, ce matin, on a enchaîné sur la suivante qui parlait de Walt Disney.

Ensuite on se perd dans l’écoute de disques de l’édition Vivaldi chez Naive et dans le projet d’enregistrer les pochettes de ces disques pour coller ces visages modernes sur le portrait d’Isaure Chassériau !

Isaure 1024 Argippo

Isaure 1024 cantate II

Isaure 1024 fagotto IV

Isaure 1024 flauto

Isaure 1024 Nuova vieArgippo

Posté par Joe Krapov à 05:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 juin 2021

En un mot comme en cent. 28 juin 2021, Tout le monde ne porte pas de lunettes

2021 06 28 Isaure a mis ses lunettes de soleil

Tout le monde ne porte pas de lunettes

P 95 05 Carnaval de Sablé mars 1995 I 17 Mme Chaillou

Tout le monde n’a pas une bille de clown

P 95 05 Carnaval de Sablé mars 1995 I 21 Autruche

Tout le monde n’a pas un truc en plumes

P 95 05 Carnaval de Sablé mars 1995 I 18

Tout le monde n’est pas bouffon du roi

P 95 05 Carnaval de Sablé mars 1995 I 16 Elsa

Tout le monde n’a pas une bonne fée dans ses parages

Mais tout le monde a pris vingt-six ans dans les dents depuis
Que ces photos ont été prises

Et moi trou la la itou


 N.B. A part le portrait-collage d'Isaure Chassériau,
les autres photos ont été prises au carnaval de Sablé-sur-Sarthe en mars 1995.