16 janvier 2022

En un mot comme en cent. 7 janvier 2022, Aujourd'hui surprise

Voici ce qui m’a été offert à Noël. Ça ne vous surprend pas ?

2022-01-09 - 285 1

2022-01-09 - 285 2

2022-01-09 - 285 3

Posté par Joe Krapov à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


10 décembre 2021

En un mot comme en cent. 1er décembre 2021, Aujourd'hui en retard

En retard sur ce qui était prévu, forcément ! Un marathon Brassens avec 100 chansons en quatre heures, c’était une utopie ! Mais 61, c’est déjà pas mal, surtout que la salle était pleine de public, que tous les musiciens et conteurs prévus étaient là et qu’on a eu l’impression de vivre des grands moments avec tout ce monde qui chantait ou disait les mots du Sétois et ceux de nos amis les poètes qu’il a mis en musique.

2021-12-01 - 285 26

2021-12-01 - Nikon 11

2021-12-01 - Nikon 13

2021-12-01 - Nikon 27

2021-12-01 - Nikon 29

2021-12-01 - Nikon 53

DSC_0672

Posté par Joe Krapov à 07:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

En un mot comme en cent. 3 décembre 2021, Aujourd'hui une coupe franche

Dans les quatre heures d’enregistrement du marathon que je suis en train de nettoyer ? «Les Passantes». C’est une chanson qu’il fallait chanter tout seul.

Et aussi « La Chasse aux papillons » (proustiens?) : le public s’est trompé sur le deuxième pont et sur le finale et a embrouillé les choristes.

Tout le monde croit que c’est facile Brassens ! Eh ben, non !

Une coupe franche positive ? « Boulevard du temps qui passe ». Ou « La Rose, la bouteille et la poignée de main » dit par Jean-Michel.

Krapov_et_Le_Bichon - Boulevard_du_temps_qui_passe (Georges Brassens)

Posté par Joe Krapov à 05:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 décembre 2021

En un mot comme en cent. 22 novembre 2021, Suffirait de trois rien pour que

Il suffirait de trois fois rien pour que je passe l’hiver à lire des bandes dessinées, à faire des collages ou a écrire les 33 versions manquante des «99 dragons». Trois fois rien, c’est ce poil de misanthropie que je ne ressens pas vraiment quand j’interprète « Le pluriel » de Georges Brassens. 

Posté par Joe Krapov à 06:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

En un mot comme en cent. 24 novembre 2021, J'étais un animal

J’étais un animal quand je travaillais. Je bossais comme un chameau.

Je continue du reste.

Marathon_Brassens_: 100_chansons_avec_accords

 

Posté par Joe Krapov à 04:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


04 décembre 2021

IMPACT AVEC LE DIABLE ?

DDS 691 Lucky Luke

La police scientifique lorsqu’elle constate qu’un projectile a perforé une boîte crânienne, une portière de véhicule, l’ombre de Lucky Luke (?) ou un président des Etats-Unis utilise le mot « impact ».

Le policier de base parlera quant à lui plus volontiers de « trou de balle ».

Il ne faut pas confondre le trou de balle avec le trouduc qui est une personne peu recommandable, détestable, dont la particularité est, plus souvent encore en période électorale, de venir faire des promesses dont la suite nous démontre qu’elles ne sont que du vent et surtout de souffler la haine - en général des étrangers, voire simplement de l’autre – pour troubler nos paix intérieures pourtant déjà bien fragiles.

On pourrait légitimement se dire qu’avec les progrès du progrès ce genre de bonhomme ou de bonne femme serait amené·e à disparaître du paysage médiatique. Comme il ne manque pas d’air, il pourrait très bien s’envoler hors de notre vue ?

Eh bien non. Au contraire la Science a démontré que les imbéciles heureux qui sont nés quelque part continuent de se balader dans la nature avec aplomb.

Le Temps n’a aucun impact sur ce genre de situations ! Craignons pour le futur, mes ami·e·s ! Et même pour le présent ! Comme si ce virus à la con ne suffisait pas !

Cliquez donc un peu sur l'image ci-dessous ou sur le lien en- dessous pour entendre une belle chanson de Georges Brassens interprétée par Joe Krapov, Manu le Bichon et Loïc le Voyou

Capture-d’écran-2018-12-04-à-08


Krapov et_Le_Bichon chantent "Le_Temps_ne_fait_rien à l'affaire" de Georges Brassens en_public


Ecrit pour le Défi du samedi n° 692 d'après cette consigne : impact.

19 novembre 2021

En un mot comme en cent. 15 novembre 2021, Aujourd'hui dans le rôle principal il y a

Dans le rôle principal il y a Georges Brassens dont j’ai choisi cent chansons. Je mets toutes leurs paroles dans un document au format paysage. Quel boulot encore !

On parlera d’autres vedettes après le 1er décembre, promis !

Marathon_Brassens___Affiche_au_2021_11_08

 

Posté par Joe Krapov à 06:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 novembre 2021

En un mot comme en cent. 2 novembre 2021, Pourquoi c'est compliqué

Pourquoi c’est compliqué d’écrire un contre-chant ?

Le trouver, l’inventer n’est rien.

Le jouer sur mon vieux violon crincrin (acheté 500 francs au Mans vers 1989 !) ne pose que le problème du son pourri de l’instrument et de l’exécution avec archet – je suis le roi du pizzicato ! -.

C’est l’écriture du rythme, de la durée des notes qui reste mon point noir. Mais je progresse et j’y prends du plaisir. C’est comme apprendre une langue étrangère et là je sais que ça va servir tout de suite !

Georges Brassens. - Le Gorille

Posté par Joe Krapov à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 novembre 2021

En un mot comme en cent. 28 octobre 2021, Aujourd'hui rondeurs

Il vaut mieux avoir des rondeurs que des raideurs.

Et des rotondités que de l’hérédité.

A part ça, je viens de découvrir ça :

«La Fessée» de Georges Brassens dit par Jean-Pierre Marielle. 

Posté par Joe Krapov à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 novembre 2021

En un mot comme en cent. 1er novembre 2021, La terre

La Terre continue de tourner.

La terre continue de donner des carottes pour que je puisse confectionner d'excellentes carbonades flamandes : mes invité·e·s n'ont rien laissé !

Et moi je continue de tournicoter autour du Sétois centenaire et de son étonnante postérité.

 

P.S. Monsieur Battmanu était le maître de cérémonie des Apéros poétiques cette année au grenier à sel de Redon.

 On peut retrouver sa production littéraire ici  et ici et ses vidéos là. J'ai beaucoup aimé aussi celles-ci :