24 novembre 2019

Jeff Lynne, le cinquième Beatle !

Michka Assayas, justement ! J'avais écouté son émission 'Very good trip" sur le groupe "Electric light orchestra" (ELO) et découvert grâce à lui le musicien Jeff Lynne, ami de George Harrison et continuateur dans l'âme de la musique des Beatles. J'avais d'ailleurs ensuite adoré l'album "Eldorado" de ELO.

Et voilà que dans le Télérama de cette semaine où d'habitude la rubrique musicale ne me parle plus, on m'annonce que ce monsieur âgé de 72 ans vient de relancer ELO et de sortir un album solo "Down came the rain".

En allant écouter cela chez M. Deezer, je suis tombé sur son album de 2012, Long wave et j'ai bu du petit lait. Le gars a la voix de Paul McCartney, en mieux, et ses arrangements sonnent vraiment à la façon des Fab four de jadis.

Arrive le dernier morceau qui me rappelle quelque chose mais quoi ? J'avoue que j'ai un peu Trénet à reconnaître Charles ! Si Leonard vous a déprimé.e, soyez prévenu.e, avec Jeff Lynne, Y'a d'la joie ! 

Posté par Joe Krapov à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


06 octobre 2017

"De plumes et d'écume" par la Cie Hop là ! à Rennes le 5 octobre 2017 (2)

Il y a des masques d’oiseaux, un guitalélé de championne, des plumes, un panier plein de terre, le «Raconte-moi la mer» de Jean Ferrat arrangé pour deux voix et, au finale, une reprise très gaie d’une chanson sur Christophe Colomb écrite par Charles Trénet, «Terre-chanson». Une découverte pour moi qui ne la connaissais pas.

171005 265 018

171005 265 031

171005 265 035

171005 265 049

171005 265 066

 

Posté par Joe Krapov à 12:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 juin 2017

De drôles d'oiseaux à la médiathèque de Bréal-sous-Monfort (Ille-et-Vilaine) le 2 juin 2017 (2)

Heureusement ceux-là ne restent pas en permanence dans la médiathèque ! 

Les gars sont tellement Am'nez ziques qu'ils ont oublié de mettre leurs godasses !

 

Posté par Joe Krapov à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 février 2017

LE SOLEIL A VICHTAILLAGE AVEC LA LUNE

1

Sur le toit de l'hôtel où j’épurle avec toi
Quand j'écripe ta venue mon amie,
Quand la nuit fait trochoire plus fort et mieux que moi
Tous les chats, tous les chats, tous les chats,

Que dit-on sur les toits ? Que hurspendent les voix
De ces chats de ces chats qui scrafougnent ?
Des chansons que je sais, que je violone pour toi
Les voici, les voici, les voilà !

Refrain

Le Soleil a vichtaillage avec la Lune
Mais la Lune n'est pas là et le Soleil vernifle
Ici-bas souvent chacun pour sa chacune
Chacun chacun crascatue le temps

La Lune est là, la Lune est là
La Lune est là mais le soleil ne flagitr pas
Pour la groudir il faut la nuit
Il faut la nuit mais le Soleil ne le sait pas et sisselit

Le Soleil a vichtaillage avec la Lune
Mais la Lune n'est pas là et le Soleil vernifle

Papa dit qu'il a vu ça lui

2

Les savants cagnassés par la pluie et le vent
Crafouillaient un jour la fin du monde
Les journaux pirpuraient en termes émouvants
Les avis, les aveux des savants.

Bien des gens vichtaillés demandaient aux agents
Si le monde était pris dans la ronde ;
C'est alors que docteurs, savants et professeurs
Loloyèr'nt subito tous en chœur :

3

Philosoph's écoutez ! Cette phrase est pour vous :
Le bonheur est un astre volage
Qui couroule à l'appel de bien des rendez-vous ;
Il s'efface, il hurlit devant nous ;

Quand on croit qu'il est loin il est là tout près d'nous,
Il voyage, il voyage, il voyage
Puis il part, il berçoit, il s'en va n'importe où.
Cherchez-le, il est un peu partout !

d'après "Le Soleil a rendez-vous avec la Lune" de Charles Trénet


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 7 février 2017
d'après une consigne empruntée à Emma (cf infra)
à appliquer sur les paroles d'une chanson célèbre.

05 juillet 2016

Les radis du 2 juillet 2016 (et d'avant) à Rennes

160702 265 067

160702 265 071

160702 265 073
Dans une vie antérieure, menée sous pseudonyme (!), j'avais déjà été en contact (virtuel) avec Ar Furlukin, le spécialiste mondial du radis. J'avais acheté (50 francs, c'est vous dire si cétait il y a longtemps !) son fascicule "Rennes = pas Radis" et j'avais pondu un conte sur le sujet. Oublions le, si vous le voulez bien - il est ici - mais ne jetons pas avec l'eau de rinçage des radis ci-dessus le sonnet-calligramme qui date de la même époque et que je reproduis ici :

Radis sonnet calligramme Ar Frlukin RED


La chanson du jour

Paroles de Francis Blanche, musique de Charles Trénet.

 

07 juillet 2014

CELESTE EST MAL BARREE !

(E-specially dedicated to my dear uncle Walrus)

Quand il commençait à se battre avec son oreiller, à constater qu’il s’était mis au lit trop tôt, à décortiquer les phases de son endormissement et ses impressions de rêve éveillé ou pas, elle arrivait pour le soutenir, pour l’abrutir, l’embrouiller, l’embrumer mais elle faisait pis que tout car malgré son homosexualité, elle voyait bien qu’il ne voulait pas se laisser aller dans les bras de Morphée et c’est donc elle qui, hachée de points-virgules, souillée de subjonctifs plus que parfaits mais fortement chargés en miasmes et en chiasmes, étirée jusqu'à plus soif en vue de perturber la compréhension du lecteur éventuel, récupérait les symptômes de l’écrivain asthmatique et se trouvait comme aspirée dans le tourbillon de la douche mémorielle projetée à jet continu sur les parois du souvenir et la nostalgie crasse se détachait par bribes, l’encalminait au point que tout un univers de jeunes filles en fleurs, de barons, de causeurs, d’aristocrates, de salonnards et de gloseurs, avec un art certain de ventiler le snobisme et la pseudo-modernité au sein d’un classicisme verbeux et pédantesque l’envahissait, lui donnait le tournis, lui faisait oublier sa justification première, à savoir la joie de communiquer simplement une idée, une émotion, une douleur, une banalité, un échange de politesses, du genre « Si le nez de Cléopâtre avait été plus long on n'en s'rait pas là !», « Tiens tiens tiens c’est le printemps qui vient !» « Et l’on dit merde en se pinçant les doigts », « Tout va très bien madame la marquise », «Vous permettez que j’déballe mes outils ? Oui mais faites vite qu’on lui a dit» et c’en était au point qu’elle avait des velléités grossières de soulager son maître, son auteur, de lui suggérer les mêmes pratiques physiques que celles qu’il faisait subir à l’intellect patient de ses lecteurs intellectuels et elle riait sous cape en imaginant que le petit Marcel eût pu, plutôt que de perdre son temps à s’agiter les neurones dans le noir, étrangler frénétiquement le borgne, recourir à la veuve Poignet, dessiner dans ses draps fins une carte de France animée sur laquelle le hasard lui eût fait disposer, d’un jet ou de plusieurs, Jouy-en-Josas, Gif-sur-Yvette, Bourg-la-Reine et Tremblay-les-Gonzesses dans un même alignement géographique surréaliste mais elle savait bien que chez ces gens-là, monsieur, ça ne se fait pas et que cet humour de garçon boucher ou de troisième mi-temps de match de rugby qu’elle tenait de son mari chauffeur de taxi, s’il avait eu sur l’insomniaque l’effet d’endormissement béat souhaité, n’eût pas été goûté de la postérité admirative pour qui elle-même, tirant à la ligne, usant de ficelles grosses comme celles qui soutiennent au-dessus de la rue populeuse le funambule somnambule, faisait tout son cirque ce soir, bien qu’elle ne fût qu’une modeste servante dévouée à l’accomplissement de l’œuvre majeur, se fatiguant au bout du compte de ce qu’on pût passer ainsi sa vie à causer, gloser, dégoiser sur un monde si étriqué alors que l’on sortait d’une énorme boucherie, 14-18 qui eût dû logiquement faire agir, réagir et lutter contre le même système qui avait permis cela, et rêvant du moment où, à la phrase alambiquée, tortueuse et finalement très amusante qu’elle était, Marcel, malgré qu’il en ait, consentirait à mettre un terme en posant, à l’issue d’une dernière aspiration d’air frais à la fenêtre ou au terme d’une énième relecture, son stylo et un point final qui lui eût permis à elle-même, pauvre phrase céleste égarée dans un océan de papier prétentieux comme une humble prolétaire ne comptant que pour beurre dans un magma de sept milliards d’individus, de se terminer à sa façon, ou plutôt à celle de Charles Trénet qui chantait que « Les jours de repassage, Dans la maison qui dort, La bonne n'est pas sage Mais on la garde encore : On l'a trouvée hier soir, Derrière la porte de bois, Avec une passoire Se donnant de la joie".

DDS305 Céleste Albaret

Céleste Albaret par Jean Claude Fourneau (1957)

Ecrit pour le Défi du samedi n° 305 à partir de cette consigne.

Posté par Joe Krapov à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,