01 novembre 2016

Balade en forêt de Rennes le 29 octobre 2016 (3)

161029 Nikon 024

161029 Nikon 027

161029 Nikon 030

161029 Nikon 032

Lumière ou pas
Dans les sous-bois
L'automne est là

Posté par Joe Krapov à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Balade en forêt de Rennes le 29 octobre 2016 (4)

161029 Nikon 005

161029 Nikon 009

161029 Nikon 013

161029 Nikon 021

161029 Nikon 025
- Que ne suis je la fougère ?
- Suis les balises jaunes pour ne pas te perdre en chemin, déjà !

Posté par Joe Krapov à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 octobre 2016

De notre envoyée spéciale en forêt de Rennes le 29 octobre 2016 (1)

161029 265 007

161029 265 009

161029 265 010

161029 265 011

161029 265 012

Toute cette semaine, ici, il y a lieu de penser que nous nous promènerons dans les bois.
Tant que le loup n'y est pas, nous ne verrons pas flou !

Posté par Joe Krapov à 09:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

De notre envoyée spéciale en forêt de Rennes le 29 octobre 2016 (2)

161029 265 013

161029 265 015

161029 265 017

161029 265 018

161029 265 019
Nous avons assez bûché ! Et donc maintenant, nous apprenons, sur le tas, l'art de ne pas rester de bois devant la lumière des forêts, le bonheur du soleil d'automne, la joie de faire, pour l'hiver, provision de couleurs dorées.

Posté par Joe Krapov à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

De notre envoyée spéciale en forêt de Rennes le 29 octobre 2016 (3)

161029 265 020

161029 265 023

161029 265 028

161029 265 029

161029 265 032

Jadis, un jour de mai, j'épousai la fille du roi des arbres.
Je m'en vais quelquefois, avec elle, rendre visite à son père devenu gyrovague mais il habite loin au coeur de la forêt.
Jamais nous ne le retrouvons mais elle n'en éprouve pas de dépit.
Elle revit à la lumière des sous-bois, elle se rengaillardit de tout cet oxygène...
puis nous rentrons à la maison savourer ses pâtisseries.

161030 Nikon 001

Posté par Joe Krapov à 09:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


De notre envoyée spéciale en forêt de Rennes le 29 octobre 2016 (4)

161029 265 033

161029 265 034

161029 265 035

161029 265 038

161029 265 039

Ces photos de la forêt de Rennes, où je mettais les pieds pour la première fois, ont été prises par Marina Bourgeoizovna (Mme Krapov à la ville, comme on dit à la ville... et à la campagne aussi).

Posté par Joe Krapov à 09:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 octobre 2016

Un collage Téléramien de Jean-Emile Rabatjoie

2016 10 30 Bertrand Tavernier

Hola, Tavernier ! Faites-nous de la lumière !

Posté par Joe Krapov à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

QUESTIONS INSOLUBLES (MEME DANS L'ALCOOL)

Même si je me sens souvent « artiste sur les bords », je ne comprends rien à l’art !

Je ne sais pas, par exemple s’il faut préférer les portraitistes aux paysagistes. Je ne comprends rien à l’art conceptuel, au réalisme socialiste, à la FIAC et à la manie qu’a M. Pinault d’entreposer des horreurs dans la douane de Venise. Ce sont des saisies de trafiquants en tous genres ? Comment ? C’est de l’art ? 

DDS 426mammouth-grotte-rouffignac

J’en viens parfois à me demander : faire de l’art, est-ce imiter la nature ou imiter son voisin ? Dans les débuts, je pense, on imitait la nature. En soufflant dans un flûtiau, on pouvait se prendre pour le rossignol de mes amours. Même avec des talents de caricaturiste minimaliste on pouvait représenter les premiers faits divers. Ainsi l’un des tout premiers dessinateurs, M. Victor Pierrafeu, avait entrepris le portrait de son futur beau-frère, Roméo Cromagnon, et n’était pas loin d’achever le portrait de celui-ci quand l’amoureux de Juliette, sa sœur unique et préférée, se trouva la victime d’un malencontreux accident de chasse au cours duquel il perdit la vie. Terminé, le Roméo de Lascaux.

Le petit Victor rentre dans sa grotte, il gratte, il gratte pour effacer le croquis du bellâtre et à la place il représente la scène de chasse en buvant sa bière.
- Comment tu vas l’appeler, ton tableau ? demande Juliette en pleurs, à peine remise de son récent veuvage, en admirant la paroi de la galerie.
- « Mammouth écrasant l’épris », répond l’autre.

 

DDS 426 Mammouth

Pendant longtemps le salaire des peintres a été lié à leur talent d’imitation et au niveau de ressemblance de leur portrait avec la marquise qui sortit à cinq heures et dont on voulait garder une trace florissante, même si, quelques années plus tard, le mari n’hésitait pas à la traiter de « vieux tableau » et les héritiers à ne plus pouvoir voir leur mère en peinture.

Et puis est apparue la photographie. Pour reproduire une image de la réalité, il n’y avait rien de mieux. Même si, pendant très longtemps, on n’avait que des clichés en noir et blanc, l’illusion était presque parfaite.

Malgré cela, la peinture a fait de la résistance et les peintres ont fait les malins. Et donc il y a eu les impressionnistes, les cubistes, les futuristes, Pablo Picasso, Marcel Duchamp et son urinoir, la peinture abstraite, Malevitch et tout le reste qui ressemble parfois à un gros foutage de gueule pour bonobos friqués – le bonobo friqué étant le stade ultime de l’évolution des espèces, vous l’aurez compris de vous-même. Je ne connais rien à l’art mais je m’y connais en Darwinisme. 

DDS 426 instagram-filtres

Aujourd’hui, grâce aux filtres Instagram et aux smartphones qui font des photos et des frites, tout le monde est un artiste moderne. « Ah non, dit Monsieur Instagram, vous n’allez pas encore essayer d’imiter, avec votre smartphone qui fait des photos et des frites, cette saloperie de réalité triviale et imposer à vos semblables vos horribles paysages convenus, couchers de soleil, plats de restaurant et vos selfies plus troublées que troublantes. On vous colle un barrage filtrant. Le réel ne passera pas ! Pas sur ma plate-forme !".

Et maintenant, voilà le résultat des courses. Sur mes appareils photos récents, je n’ai même pas besoin de filtres Instagram : ils sont intégrés à la bête ! J’ai juste à sélectionner « dessin » ou « illustration photographique » et je me retrouve avec un appareil photo qui, au lieu d’imiter et reproduire la nature, imite les gens des années 60 et 70 qui représentaient le monde avec des couleurs à bousiller les pupilles et enrichir les ophtalmos de France et de Navarre. Andy Warhol, Vasarely, etc.

Et vous savez quoi ? Je suis devenu accro au truc, non sans m’interroger un maximum. Si je colle par-dessus ces images des musiques jouées à la guitare électrique par M. Jibhaine et que j’en fais un diaporama musical, qui imité-je ? Des millions de Youtubers ?

Est-ce que c’est de l’art ? Qu’est-ce que l’art ? Est-ce que c’est un objet réel virtuel composé d’images surréelles et de musiques-collages inclassables ? Où sont passés la Vilaine et le ciel breton ? Où est partie la brume qui rend le monde si beau dans le silence du matin ?

Par pitié, ne répondez pas à toutes ces questions ! C’était un exercice gratuit : j’imitais le vieux singe à qui on n’apprend pas à faire des grimaces. Et je me fiche de savoir si mon numéro est bon ou pas !

Ecrit pour le Défi du samedi n° 426 d'après cette consigne

Choses vues à Redon le 22 octobre 2016 (1)

161022 265 007

Sommes-nous bien sur une fête bretonne ?

161022 265 003
La réponse est : "Oui, le Groupement culturel breton est bien là".

161022 Nikon 070

 ... avec son emblème plein de finesse ?

Posté par Joe Krapov à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,