05 juillet 2017

DRAME DE LA RESQUILLE AU CIRQUE BOUCLE

smd_139046_claude_nougaro_la_pluie_fait_des_claquettes_web

La Pluie nous souriait. Elle venait de terminer son numéro de claquettes. Elle attendait les applaudissements mais rien ne venait. Incroyablement, personne ne songeait à frapper dans ses mains pour applaudir ce qu’elle avait accompli avec ses pieds. Du reste, il n’y avait plus un seul spectateur sur les gradins du cirque.

C’est qu’il y avait eu un pépin. Tout le monde était sorti en entendant le cri.

Afin de pouvoir assister gratuitement au numéro de danse de la Pluie, une spectatrice n’avait rien trouvé de mieux que d’escalader l’un des mâts du chapiteau. Mais elle avait glissé et s’était écrasée par terre.

Le Monsieur Loyal de la troupe, qui s’appelait Soleil et qui était aussi le directeur du petit cirque ambulant, revint dire à la Pluie de passer dans sa roulotte, qu’il lui donnait son compte et qu’elle pouvait chercher du travail ailleurs.

Alors voilà, c’était ainsi. On la chassait de nouveau ! Même si dehors on entendait un grand cri de joie collectif : la spectatrice venait de se remettre sur pied et, oublieuse de ce qui s’était passé, elle escaladait de nouveau, sans aucune peine, le mât qui la menait au sommet du chapiteau, se hissait sur la toile, reprenait le fil de son existence un temps arrêtée.

***

La Pluie nous souriait. Elle venait de terminer sa petite chansonnette. Elle attendait des applaudissements mais rien ne venait. Incroyablement, personne ne songeait à frapper dans ses mains pour applaudir ce qu’elle avait accompli dans cette cour d’école avec les pieds de son poème. Les enfants se demandaient si on ne se fichait pas un peu d’eux avec cette sornette à deux balles que la Pluie avait à nouveau reprise en boucle sans jamais vouloir s’arrêter, de peur qu’on ne la chasse à nouveau :

L’araignée Gipsy
Monte à la gouttière
Tiens voilà la Pluie,
Gipsy tombe par terre

Mais le Soleil
A chassé la Pluie !

L’araignée Gipsy…

(Ad libitum, comme disent les musiciens)

170403 265 033


Ecrit pour les Impromptus littéraires du 3 juillet 2017 à partir de cette consigne :

La pluie nous souriait

Posté par Joe Krapov à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


04 juillet 2017

LES NÉOLOGISMES DE L’ÉTÉ 2017 (1)

Orthofauniste : professeur de maintien pour animaux.

Contrairement au dresseur de cirque et au spermatozoïde qui jouent du fouet et crient «Couché !», l’orthofauniste use de pédagogie et de douceur dans sa classe pour que tout le monde se tienne debout et bien droit.

Ses meilleurs élèves sont la girafe, l’hippocampe et le manchot empereur.

Parmi ceux qui peuvent mieux faire, le serpent tient bon la rampe et le zébu bosse un maximum.

Mais sur le bulletin de notes de l’aï l’orthofauniste a écrit : « Elève trop paresseux. Se traîne dans le bas du classement. Redoublement prévisible même si pour l’instant en suspens ».

Girafe de Gotlib 2017 07 04

Pondu hors atelier d'écriture le 3 juillet 2017.

L'illustration est de Marcel Gotlib qu'on ne regrettera jamais assez.

Posté par Joe Krapov à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

ON NE POURRA PAS DIRE QUE JE NE L'AI PAS PREVENUE !

Lakévio 65 Nadia Isakova 116160522

- Hé ! Ho ! Isadora Duncan !
- ???
- Arrête de faire l'andouille avec ton écharpe en la balançant au dehors par la fenêtre ouverte ! C'est dangereux ! Tu ne sais pas lire ? E pericoloso sporgersi ! Do not lean out of the window ! Nicht hinauslehnen ! Ne pas s'épancher au dehors !


Ecrit pour le jeu de Lakevio n° 65 à partir du tableau de Nadia Isakova

Posté par Joe Krapov à 11:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

03 juillet 2017

Les vidéos à partager du 3 juillet 2017

Musique entendue chez Emma (Allez voir son "bidouillage" artistique sur le Défi du samedi, ça vaut dix) et due, semble-t-il au compositeur préféré de Pedro Almodovar. Je n'ai pas trouvé de quel film il s'agissait. Sur la BO de "Julieta" le titre homonyme ne correspond pas à ce morceau. 

J'ai commenceéà examiner le répertoire d'un groupe de folk défunt dont je connais le violoniste toujours vivant qui aimerait bien s'y remettre.
Il y a là dedans pas mal de musique du Canada dont celle-ci (valse ou mazurka ?) qui est très jolie.



Au cours de ma navigation, M. Youtube m'a recommandé cela. Pour une fois il a bien fait !
Je connaissais la version de ce morceau par Linda Ronstadt et le Nitty Gritty Dirt Band.

Posté par Joe Krapov à 09:51 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

02 juillet 2017

Retour à Sablé-sur-Sarthe en mai 1993 (1)

- De toute façon, ça ne sert à rien de scanner tes diapositives ! me dit Marina B.

Mais qui a dit que je devais avoir des activités utiles ? Et utiles pour qui ? N'ai-je pas déjà accompli mon devoir envers la société en venant travailler chaque jour pendant une dizaine d'années dans le lieu qu'on voit ci-dessous ? Ne continué-je pas à donner de mon temps pour faire sourire les membres d'un atelier d'écriture, de deux chorales, d'un club d'échecs, d'un conseil d'administration, d'un groupe de chanteurs, d'un groupe de conteurs ?

Je n'ai vraiment pas le droit de regarder en arrière et de penser à tous les gens avec lesquels j'ai travaillé, vécu, ri et souri dans ce pays-là ? A la sérénité des paysages et des lieux où nous avons passé des jours à bosser et... à glander un peu, quand même, non ? C'est être utile que d'aller au cinéma, au festival des Affranchis, aux 24 heures du livres, aux Cénomanies, aux fêtes des écoles ?

Doit-on être toujours utile ? Dans quel sens va le temps ?
Quel est celui de la vie ? Qu'écrire à propos d'une clepsydre ?

Vous avez quatre heures !

D 93 11 02 Château de Sablé

D 93 11 03 Glycine rue Saint-Martin à Sablé

D 93 11 06 Mascaron de la cheminée au château de Sablé
Mascaron de la cheminée du salon blanc au château de Sablé.
Je ne sais pas si c'est utile mais je suis apparemment le premier
à publier la photo de ce mascaron sur Internet !

D 93 11 07 Devant les écuries du château de Sablé

D 93 11 08 Arbres devant l'entrée du château de Sablé

Posté par Joe Krapov à 10:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Retour à Sablé-sur-Sarthe en mai 1993 (2)

D 93 11 09 Brume devant l'entrée du château de Sablé

D 93 11 10 Brume devant l'entrée du château de Sablé

D 93 11 13 Chat dans la Grande rue à Sablé

D 93 11 14 Chat dans la Grande rue à Sablé

D 93 11 15 Cimetière de Solesmes

 Le cimetière de Solesmes

Posté par Joe Krapov à 10:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

01 juillet 2017

TENTATIVE INABOUTIE DE DÉROUILLAGE DE LA MÉCANIQUE CÉRÉBRALE

Le bidouillage est bien souvent informatique et nécessite de la pratique (ou pas !).

Le tripatouillage est politique, électoral ou financier et nécessite du secret.

Le magouillage est identique et nécessite au moins un François Béranger pour le transformer en blues.

Le lichouillage est érotique et nécessite un consentement mutuel sinon on va tout droit de la case Sofitel à la case prison.

Le trifouillage est narinaire et nécessite de savoir jusqu’où on peut aller trop loin sans que ça ne se transforme en joyeux tango des bouchers de la Villette : faut pas qu’ça saigne !

Le zigouillage est systématique et nécessite un régime dictatorial ou tyrannique ou une misanthropie relevant du cas clinique.

Le cafouillage est endémique et nécessite des rétropédalages, des démissions, des changements de braquet – ou pas !

Le mouillage est à la halte nautique et nécessite une ancre et aussi des amarres. Vous verrez, c’est plus loin, juste à côté du cirque !

Le mâchouillage est l’apanage des boulimiques et nécessite du chewing-gum, des crayons de bois ou n’importe quoi d’un peu mou (chique de tabac, etc.).

Le farfouillage est bordélique et nécessite une galerie La Fayette ou une période de soldes. C’est justement en ce moment !

L’Allelouillage est catholique et nécessite que le Léonard soit Cohen et que la Bigoudène soit coite.

L’agenouillage est malaisé chez l’arthritique et nécessite un bon coussin pour les genoux.

L’épouillage tourne Serge en Gainsbourrique et nécessite une Elisa.

DDS 461 Jan_Siberechts_-Cour_de_ferme-_détail_Scène_d'épouillage

Le verrouillage est aristocratique et nécessite un Fragonard qui ferme la porte. Paradoxalement, dans ce qui suit ce geste, tout reste ouvert !

Le gazouillage est encyclopédique à condition de ne pas dépasser 140 signes. Exemple : «Pourquoi est-ce que tu t’en-quin-tettes à envoyer des tweets, Schubert ?»

Le gribouillage est hiéroglyphique et nécessite parfois de démêler le tien du mien, l’égyptien du mésopotamien et Pierre de Rosette (Pierre et Rosette sont les personnages du « Verrou » de Fragonard évoqué plus haut).

Le scribouillage est la marque de fabrique du prolifique et nécessite un mauvais style. Ici personne ne scribouille, on se livre à des bidouillages esthètes et à des jeux oulipiens. Pour tous ceux qui tiennent à oublier Proust, c’est une nécessité vitale !

Le grattouillage est guitaristique et nécessite qu’on fiche la paix une fois pour toutes à la rengaine « Jeux interdits » qui se joue, elle, en arpèges. Les accords de Do, Fa et Sol 7 devraient suffire à nos bonheurs de jolis chants autour de ce foutu feu de camp qui ne veut pas prendre ! On a des scouts dans l’assistance ?

Le bafouillage est bien comique mais il faut pour cela le talent d’un Pierre Repp ou d’un Francis Perrin pour que ça fasse du bien à nos zygomatiques (voir ce mot).

DDS 461 Peanuts

Emporté par mon élan, j’ai failli ajouter :


L’échouillage est du genre Atlantique et nécessite un Titanic (avec deux glaçons, s’il vous plaît).

La carabistouillage est peut-être lié à la Gueuze Lambic et nécessite de pratiquer les Hauts de France et/ou les Bas de Belgique.

Le cornegidouillage est ubuesque et Jarrythmétique et nécessite un crochet à phynance et un royaume de Pologne.

Le tatouillage n’est pas épisodique et nécessite, - quelle abjection ! - une injection d’encre non sympathique !


Notons que «bidouillage», qui était notre point de départ, a en commun avec «gribouillage», «grattouillage» et «gazouillage» de tolérer un suffixe en «is» : on peut donc dire aussi «bidouillis», «gribouillis», «grattouillis» et «gazouillis». Par contre bigoudi n’a rien à faire dans cette liste, même s’il est porté par la Bigoudène mentionnée sous «Allelouiage».

Mais du coup, comment appelle-t-on l’action de bouillir sans génie ? La «cent degrés y’a» ?

J’ajouterai pour terminer que dans leur chasse aux vocables pour illustrer le «Dictionnaire-bêtisier du Défi du samedi» certaines andouilles ne reviennent jamais bredouilles : c’est le cas pour moi cette semaine. Et je trouve que je l’ai bien bidouillée, cette contribution ! Car «en même temps», comme on dit maintenant, elle ne dit absolument rien de ce que je bidouille dans ma vraie vie !

P.S. Si jamais, pour cause de vacances et de vadrouillage, je ne puis être là la semaine prochaine, je vous souhaite à toutes et à tous, pour cet été, un bon et excellent «glandouillage» !


Ecrit pour le Défi du samedi n° 461 à partir de cette consigne : Bidouillage

Posté par Joe Krapov à 05:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

30 juin 2017

Blog en pause

En revenant de la Bibliothèque des Champs libres où je suis allé rendre mes livres en retard (!) je m'aperçois que je n'ai pas, ce matin, publié ici mes billets habituels !

C'est que j'ai été fort occupé avec l'illustration et l'envoi de mon Défi du samedi puis avec une entreprise de numérisation d'un recueil de chansons irlandaises puis avec la lecture de "Menaces de mort", de Simenon.

C'est que, en fait, sans entrer dans les détails, je suis en vacances ! On va donc considérer que ce blog est en pause pour les deux mois d'été. Je publierai mon Défi demain, quelques billets encore la semaine prochaine et puis après, autres aventures ici et là dans la vraie vie !

Bonnes vacances à vous aussi ! Profitez bien de votre été !

170614 265 005

170614 265 007

170614 265 023

Posté par Joe Krapov à 19:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,