30 mai 2022

Sur les bords de la Meurthe à Nancy le 15 avril 2022 (2)

2022-04-15 - Nikon 42

2022-04-15 - Nikon 44

2022-04-15 - Nikon 50

2022-04-15 - Nikon 56

2022-04-15 - Nikon 58

Posté par Joe Krapov à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


29 mai 2022

Les Roses du Thabor à Rennes le 15 mai 2022 (1)

2022-05-15 - Nikon 13
Voici revenue l'époque à laquelle ce blog se transforme en catalogue Vilmorin ! ;-)

2022-05-15 - Nikon 14

2022-05-15 - Nikon 15

2022-05-15 - Nikon 16

2022-05-15 - Nikon 17
- Et vous les amoureux, comment ça va ?

- Comme sur des roulettes !

Posté par Joe Krapov à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Les Roses du Thabor à Rennes le 15 mai 2022 (2)

2022-05-15 - Nikon 19

2022-05-15 - Nikon 23

2022-05-15 - Nikon 24

2022-05-15 - Nikon 27

2022-05-15 - Nikon 28

Posté par Joe Krapov à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 mai 2022

99 DRAGONS : EXERCICES DE STYLE. 71, Hyperbole

C’était le plus innocent, le plus candide, le plus immaculé, le plus inoffensif, le plus affectueux, le plus caressant, le plus doux des êtres que portait la terre. Un véritable agneau. D’ailleurs c’était un agneau, magnifique, prometteur, blanc comme neige, très vivace, étonnamment déluré, plein d’appétit. Certes il ne pesait pas bien lourd encore mais le cours du temps arrangerait les choses. A paître dans les herbages de notre beau pays, la Lybie, dont la publicité de Sa Majesté disait qu’on n’avait rien vu de plus vert en ce bas monde à part peut-être les grivoiseries du trouvère espagnol Don Diego de Las Vegas de La Sarthe que, du reste, personne ici ne connaissait, il deviendrait, l’agneau, pas le poète, une belle et grasse brebis dont la viande tendrissime donnerait son pesant de côtelettes, de gigot, de collier et d’épaule et rapporterait, au marché d’un de ces samedi, au propriétaire éleveur, le sidi Mathurin Lepopeille, un pactole mirifique, une hyper plus-value, un rendement maximum, un retour sur investissement comac, de quoi arrondir sa pelote qui était déjà conséquente vu qu’il possédait le plus gros troupeau du canton.

Seulement… Seulement, d’un coup de son lance-flamme incorporé, un dragon, surgi de la nuit à la rencontre de l’aventure au triple galop, ou plutôt au trot ou même à son allure d’animal dandinant, l’avait grillé sur son super-barbeuc en kit de chez Ikéa-drive et n’en avait fait qu’une seule bouchée.

La suite, vous la connaissez, ou vous croyez la connaître parce que vous l’avez lue dans les journaux.

Dites-vous bien que tout est faux ! Qu’on vous ment éhontément ! On vous fait prendre des méga-vessies pour des big lanternes au point de vous brûler l’entendement ! Cette histoire de chevalier Saint-Georges, c’est calembredaines et compagnie ! Coquecigrues de chantier, carabistouilles d’estaminet minable, supermenteries guignolesques, inventions de moinillons, manipulation, pire, défèque-niouzes ! Elucubrations d’Oulipiste ! Bourrage de crâne pour embrigadement dans une secte dont on nous fait croire qu’elle a réussi ! Si cette conversion massive à la foi en un Christ rédempteur avait réellement eu lieu, comment expliquer l’absence de toute cathédrale, de tout calvaire aux carrefours, de tout pèlerinage pour remercier un quelconque saint-guérisseur du panaris douloureuxissime sur le majeur en Libye ? De nos jours, 97 % de la population libyenne est musulmane, l’Islam est religion d’état et la charia a valeur légale. On nous aurait menti à l’insu de notre plein gré ? Il y aurait eu un grand remplacement ou quoi depuis ?

Et puis cette histoire de roi débonnaire – oxymore de rire on est, tous les rois sont sanguinairissimes à l’époque, les empereurs hyper-sadiques ou complètement barjots, il n’y a qu’à lire Suétone pour s’en convaincre, les triumvirs sont bien souvent une andouille, une andouille et un assassin – ce monarque tout sauf shakespeakrine, pardon, shakespearien, c’est du pipeau, magnifiquement joué, certes, mais pareil au concerto pour piccolo de Vivaldi : c’est joli pour l’oreille mais pas crédible en tant que « grande musique ». 

Que dire de cette armée déliquescente, composée de gros lâches qui font dans leur froc alors qu’on leur demande juste de rejouer Pierre et le loup ? C’est Pagnol à Hollywood, pas crédible, incroyable, merveilleux. Dès qu’il s’agit de trancher dans le lard, de casser du sauvage, de plumer de l’Indien, de buter du gars d’en face, de démonter la gueule à qui ne nous revient pas, tout le monde se précipite comme un gorille en rût à l’assaut des gendarmes de Brive-la-Gaillarde et croyez-moi, on s’en souvient, chez Dame Yvanne, de cette hécatombe-là. Pas de dérogation ici, on sait tous être sévèrement burnés, éparpiller façon puzzle, balancer la purée, les gnons et les mandales aux vandales. Toute castagne est bonne à l’homme des cavernes qui sommeille à peine en nous dès qu’il s’agit de fuir l’ennui du casernement. A quoi ça servirait sinon que les trouvères, les aèdes, les bardes se cassent le tronc à composer des chansons de geste, des épopées de plus de mille vers, des Iliades, des Odyssées, des chansons de Roland qu’on accompagne au synthé ? Autant faire accroire que Poutine est fou et que c’est à reculons qu’il envahit un pays voisin qui, tiens donc, est leader en exportation de blé et autres denrées nécessaires. Elle est verte, elle est verte, l’herbe du voisin !

Qui y croirait un seul instant au pacifisme effréné des militaires, au « Tu ne tueras point » des mercenaires, au « Je peux pas j’ai poney » de légionnaires devenus soudain pleutrissimes ? « Du sang, du sang, du sang ! » crie-t-on peut-être encore à la moindre bagarre dans les cours des collèges et lycées de notre république ! Comment, en primaire aussi ?

Jules Claude Ziegler - Saint-Georges (MBA Nancy)

Jules Claude Ziegler - Saint-Georges (Musée des Beaux-Arts de Nancy)

Nous ne perdrons pas notre temps non plus à discuter de ce fameux Saint-Georges. Vous avez vu les représentations de ce freluquet dont on se demande ce qu’il est dans le bouquet LGBTQIA+ que moi-même je sais même pas traduire ce signe ? Pratiquement toujours androgynissime, propre comme un sou neuf alors qu’il vient de se farcir, déserteur en cavale, un Nicomédie – Mazaca sous une pluie digne d’un Paris-Roubaix de légende – nous avons retrouvé les bulletin météo de mars 303 : c’était pis qu’à Waterloo, la flotte, ça tombait comme à Gravelotte, ca pissait aussi dru que la jument de Gargantua pendant les guerres picrocholines – et le gars arrive, hyper-smart, gravure de mode, il nous la joue façon Georges Clooney sortant du pressing et s’en va dessouder d’un seul coup de cure-dent un monstre gros comme un lézard ? Trop fastoche !

Laissez tomber ce fatras d’incongruités, cette hagiographie stupide dont ni Netflix ni Disney + ne voudraient comme intermède entre deux pubs. La vérité est bien celle qu’ont rapportée les seuls courageux journalistes de « Libye détective » : quand il a vu le crime, Mathurin Lepopeille est rentré chez lui hors de lui (?), il a empoigné sa carabine 22 long rifle et il a descendu d’un coup le dinosaure carnivore. Ensuite sa femme Olive en a fait des conserves pour l’hiver. Chez nous rien ne se perd.

Oeil pour oeil, dent pour dent ! Faut pas emmerder les paysans sur leurs terres, surtout s’ils sont affiliés à la NRA* de l’époque.

*National Rifle Association. En fait c’étaient les mêmes initiales que portaient à l’époque les ceusses qui ne voulaient pas qu’on dérobât leur Darmanin de jardin : « Nardinamouk ! Recule, Affreux ! ».


Ecrit pour le Défi du samedi n° 717 d'après cette consigne : hyperbole

Posté par Joe Krapov à 04:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


L'intérieur de la Villa Majorelle à Nancy visité le 14 avril 2022 (2)

2022-04-14 - Nikon 258

2022-04-14 - Nikon 260

2022-04-14 - Nikon 263

2022-04-14 - Nikon 267

2022-04-14 - Nikon 268


Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Charles Baudelaire - Invitation au voyage

Posté par Joe Krapov à 11:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mai 2022

Les extérieurs de la Villa Majorelle à Nancy le 14 avril 2022 (1)

2022-04-14 - Nikon 224
On l'appelle aussi la villa Jika mais ça n'a rien à voir avec Joe Krapov. C'est plutôt Jane Kretz.

Vous saurez tout sur ce bâtiment ici et pourrez le visiter virtuellement .

2022-04-14 - Nikon 225

2022-04-14 - Nikon 227

2022-04-14 - Nikon 228

2022-04-14 - Nikon 229

Posté par Joe Krapov à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Les extérieurs de la Villa Majorelle à Nancy le 14 avril 2022 (2)

2022-04-14 - Nikon 231

2022-04-14 - Nikon 232

2022-04-14 - Nikon 233

2022-04-14 - Nikon 235

2022-04-14 - Nikon 237

2022-04-14 - Nikon 238

Te mesurer à moi ? Qui t'as rendu si vain ?

2022-04-14 - Nikon 239
"Marquise si mon visage a quelques traits un peu vieux."

J'ai mis dans ma guitare ce jour "Maman, papa" de Brassens chanté par Patachou
qui ne figurait pas à mon catalogue ("mille e tre" !).

2022-04-14 - Nikon 240

Posté par Joe Krapov à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 mai 2022

ENVIES DE VOYAGES

2122-30 JK - chateau de Linières vu de l'étang

Est-ce qu’on peut appeler ça du tourisme nécrologique ? Voire du tourisme nécrophile ? Je connais un endroit à Rennes dans lequel il me suffit de parler d’Arthur Rimbaud pour que les gens pensent aussitôt à Isaure Chassériau ! Alors oui, j’y suis allé au cimetière de Charleville-Mézières comme à celui de Sète voir les tombes des poètes fumeurs de pipe ! Mais suis-je prêt à faire le déplacement jusqu’à Montrouge pour vérifier si la plus célèbre des inconnues rennaises, Isaure Chassériau, est enterrée là-bas ? Lui a-t-on élevé un monument commémoratif ? Ou est-ce à Saint-André Goule d’Oie en Vendée qu’on trouvera les traces de son bref passage sur cette terre ? Sachant que le château de Linières, dont elle hérita et où elle résida, est aujourd’hui détruit ? Et qu’en fait elle est morte à Paris ?

Depuis mardi dernier, c’est Narbonne qui reclignote dans les destinations de vacances possibles. La maison natale de Charles Trénet est certainement devenue un musée et j’ignorais quelles autres richesses touristiques étaient à voir en cette cité riante bien que sacrément peuplée d’électeurs du Rassemblement national. Je sais désormais qu’il existe des levers de soleil de toute beauté sur l’étang de Gruissan et ça me ferait assez plaisir de pousser jusqu’à Narbonne-Plage ou plutôt Saint-Pierre-sur-Mer où j’ai passé mes premières et mes seules vacances méditerranéennes. C’était en 1966, le camping était installé directement sur la plage et le soir on allait au café avec les adultes regarder les matchs de la coupe du monde de foot dont les vedettes étaient alors Franz Beckenbauer, Bobby Charlton et le Portugais Eusebio.

2122-30 La Famille à St-Pierre en 1966

Est-ce Périgueux qui a donné le Périgord ? Pourquoi n’a-t-on pas eu dès lors de Vesoulord, de Rodézord ou de Carcassonnord ? Une destination qui me fait de l’oeil depuis un certain temps c’est Bergerac. A cause de Cyrano d’abord et puis parce que le vignoble local atterrit assez souvent sur notre table sous forme de vin blanc pour la cuisine et de rosé pour les repas avec les ami·e·s. Cela serait drôle de relire, sur place, pour la quatrième fois, ce roman de Simenon dans lequel le commissaire Maigret, la jambe plâtrée après un saut depuis un train en marche, se retrouve coincé à l’hôtel et mène l’enquête depuis sa chambre en rudoyant tout le monde y compris la pauvre Madame Maigret !

Je crois qu’on ira vraiment à Colmar ! Plutôt en hiver, pour voir la neige sur les toits des maisons à pans de bois. On comparera sur place le Pinot gris, le Sylvaner, le Riesling et le Gewurztraminer et après, complètement ivres, on chantera à tue-tête « Les cigognes sont de retour sur les clochers des alentours... ». Vaut peut-être mieux cette chanson que « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine » ou « Ils ont brisé mon violon car il avait l’âme française ». Quoique !

2122-30 JK - dubout palavas-les-flots

Je ne sais même pas où ça se trouve, Palavas-les-Flots, mais on y trouve un cheminement dans la mer bordé de lampadaires dessinés par Dubout. Une fois par an je voyais cette photo surgir du calendier perpétuel Géo offert par mes beaux-parents une année à Noël et posé à gauche de mon ordinateur au bureau.

J’ai failli oublier Dunkerque et son carnaval sauvage. L’envie m’est cependant passée d’aller me frotter à cette liesse populaire où la bière coule à flots. Si vous n’êtes pas vous-même déguisé en travelo, travesti en femme à barbe, gros baraqué à bas résilles et rouge à lèvres, qu’advient-il à votre appareil photo ? Et comment prendre des clichés dans ce chahut monumental ? Comment circuler à la nuit tombée ? Parfois le Nord me fait peur ! Ou bien est-ce que, transfuge de classe et de patrie, je snobe les Ch’tis pour leur préférer le carnaval de Venise ? Même pas ! Je n’irai pas non plus à cette fête d’exhibitionnistes !

Ce serait bien d’aller discuter le prix des bottes d’oignons au marché de Brive-la-Gaillarde mais ils connaissent le truc maintenant, surtout les gendarmes ! Ils ont même baptisée la halle du nom de Georges Brassens.

Aurai-je d’avantage ma place au Festival de théâtre de rue d’Aurillac ? Celui de La Flèche , dans la Sarthe, me suffira peut-être cette année. Comme dans tous, le cirque y a remplacé la prise de parole. Exactement comme dans la vie politique actuelle.

Groix, Belle-Île, Noirmoutier, Ré… Mon bilan carbone en matière de voyage aux îles se pose un peu là ! Il me manque Oléron. Faut-il que je demande à ma Marraine la fée un carrosse amphibie pour m’y rendre ? S’il te plaît, marraine d’Oléron… OK, je sors !

Après il y a tant de bêtises à dire et à ne pas faire ! Je propose entre autres : acheter une botte, une seule, à Nevers, des mouchoirs rouges à Cholet, se déguiser en cantonnier sur la route de Louviers, faire la route du « 21 » (Troyes-Foix-Sète), danser sur le pont d’Avignon, afficher une plaque d’ingénieur à Grenoble, valser sur « le Beau Danube bleu » à Vienne (Isère), organiser un rassemblement de sœurs jumelles à Rochefort ou de personnes prénommées Hélène sur le pont de Morlaix ou une foire au vin blanc à boire sous des tonnelles à Nogent-sur-Marne. Acheter un cadre de couleur noire à Saumur, faire des bêtises à Cambrai, admirer le clair de lune à Maubeuge, écrire des palindromes à Laval, écouter gronder le tonnerre à Brest. Et c’est ainsi qu’on boucle la boucle : ce genre de parcours fantaisistes au goût presque douteux, Isaure Chassériau n’arrêtait pas d’en inventer à l’époque où elle était directrice de l’Agence de Flânerie Amoureuse de Rennes !


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le 24 mai 2022

à partir de la consigne AEV 2122-30 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 15:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

CONSIGNE D'ÉCRITURE 2122-30 DU 24 MAI 2022 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Dix lieux à visiter

 

Reprenons la carte distribuée et publiée ici la semaine dernière.

Cette fois-ci vous choisissez dix villes de départements différents dans lesquelles vous n’avez jamais mis les pieds et dans lesquelles vous iriez volontiers. Dites ce qui vous attire en elles ou ce que vous avez envie d’y faire.

Imaginez que vous êtes fortuné·e et avez tout votre temps devant vous. Racontez un bout du voyage que vous entreprenez pour relier deux ou plusieurs de ces destinations. Ou ce que vous voulez à partir de cette carte de France.

2122-29 Consigne Carte de France

Posté par Joe Krapov à 11:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :