26 octobre 2017

Nantes sous le soleil du 25 octobre 2017 (1)

171025 Nikon 092

171025 Nikon 094

171025 Nikon 100

171025 Nikon 104

Sur le coup de midi, le même jour, nous étions à Nantes avec une lumière et un temps complètement différents. 

- Les lampadaires et la fontaine de la place Graslin sous un soleil d'automne et une température quasi estivale ! La chance qu'ils ont, ces gens du Sud de la Bretagne !
- Euh... Joe Krapov... Nantes n'est pas en Bretagne ?
- On n'avait pas dit que c'était un sujet tabou, ça ?
- Ne dis plus rien, ça vaudra mieux pour toi !

Posté par Joe Krapov à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Nantes sous le soleil du 25 octobre 2017 (2)

171025 Nikon 112

171025 Nikon 113

Le passage Pommeray, lieu emblématique nantais.

171025 Nikon 117

171025 Nikon 120
Je suis preneur de la photo prise de face !

Posté par Joe Krapov à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Nantes sous le soleil du 25 octobre 2017 (3)

171025 Nikon 123

La placeRoyale.

171025 Nikon 127

La Tour Bretagne.

171025 Nikon 138
Quelque chose ne tourne pas rond sur ce terrain de football mais quoi ?

171025 Nikon 146
Le château des ducs de Bretagne.

Posté par Joe Krapov à 13:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 octobre 2017

DANS UN PAYS PAS TRÈS LOIN D’ICI

Mystérieux voisins
Qui nous parlez trois langues
Et, disant même plus,
Inventez à foison des insultes !

Mystérieux voisins
Qui pissez comme je pleure sur les femmes infidèles
Et rêvez cependant qu’elles ne vous quittent pas !

 

Mystérieux voisins
Qui peuplez de vestales dénudées
Les banquettes des gares et les nuits inquiétantes :
J'ai beau être Delvaux je n'en suis pas moins homme !

IL 171023 Delvaux

Mystérieux voisins
Qu’allons-nous faire chez vous
Où tout finit très mal ?

Waterloo, morne plaine,
Waterzooï, morne plat
Avec lequel Verlaine,
Un jour d’ivrognerie,
Empoisonna Rimbaud
Son horrible âme sœur,
Y adjoignant, farceur
D’un coup, un pistolet
Qu’il avait acheté
A la boulangerie
De la rue des Brasseurs !

IL 171023 le-fameux-revolver_5729429

 

Mystérieux voisins
Qui nous donnez l’exemple
Et personne ne suit !
Vous qui avez su, plus d’un an,
Vous passer de gouvernement !
Et c’est pourtant chez vous
Que naissent les directives,
Que naissent les directions
Des canaux qui se pendent
Entre les tours de Bruges et Gand.

Mystérieux voisins
Dont l’emblème si fier
Dans les yeux de sa mère
N’est qu’un gamin cul nul
Qui pisse dans la rue
Tout le fleuve de bière
Que des trappistes ronds
Avaient versé en son
Tout premier biberon !

Mystérieux voisins
Qui vous prenez parfois,
Avec un Martini,
Pour un Mussolini
Que, pourtant, sans rien dire,
Blondes comme le houblon
Des Flamandes font danser
Une courte saison
Puis laissent ronronner,
Lézarder au salon. 

Mystérieux voisins
Ceci n’est pas une pipe
Ni même un casse-pipe !
Fume quand même, c’est du Belge !
Je serai le dernier qui vous prendra en grippe :
Il n’y a ni tirage
Ni grattage
A ce Rigoloto
Entre les Hauts de France
Et les Bas de Belgique,
Juste un peu de surréalisme,
D’écriture autoTCmatique.
Putain putain c’est vachement bien
Nous sommes quand même tous des Européens !

Je ne vous raconterai pas d’histoires :
Nous sommes ici comme à Ostende,
Les filles sont chouettes aux bords de mer,
Il suffit de savoir y faire
Et de leur plaire
En les faisant sourire
Et rire.

Est-ce qu’on franquin le Rubicond
Quand Lagaffe se fait teindre en blond ?
Est-ce que Mademoiselle Jeanne
S’appelle désormais Beulemans ?

IL 171023Julos

Une seule chose est certaine
Au moment de tourner l’Apache :
J’ai oublié Sttellla, Simenon, Verheggen,
Julos dans sa gayole et son pull arc-en-ciel
Et madame Chapeau et des tas d’autres fous,
Mystérieux voisins !

Mais un truc est certain :
Dans les fiches des R.G.
J’ai retrouvé Tintin :
Il a fondé famille
Et travaille dans la pub !

 

IL 171023 Tintin

Ecrit pour les Impromptus littéraires du 23 octobre 2017

d'après cette consigne : Mystérieux voisins

Posté par Joe Krapov à 22:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 octobre 2017

A Rennes les 20 et 21 octobre 2017 (1)

171020 265 001

171020 265 002

171020 265 004

171020 265 006

 

Le quai saint-Cyr, c'est le kaléidoscope de Rennes !

Posté par Joe Krapov à 19:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


A Rennes les 20 et 21 octobre 2017 (2)

171020 265 009

171020 265 010

171020 265 011

171020 265 013

Posté par Joe Krapov à 19:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

A Rennes les 20 et 21 octobre 2017 (4)

171021 265 008

Une Fiat 500 ! A cette époque-là, les voitures n'étaient pas encore des chars d'assaut !

171021 265 009
S'il s'agit là de notre camarade Arsène qui déclamait jadis par coeur "Le Bateau ivre" aux soirées du bar l'Amaryllis, ce "portrait de l'artiste en haltérophile" doit être assez ancien !

171021 265 010

171021 265 011

 

Rien de tel qu'un haut-de-forme pour tenir le haut du pavé !

22 octobre 2017

RIKKI-LA-LOOSE = RENGIN LAULU

Je me suis enfin décidé, ce dimanche où j'ai fait la grasse matinée, à enregistrer "Rikki-la-Loose" !

Pardonnez-moi, mes chers enfants, d'être de moins en moins sérieux au fil du temps qui passe !

Et merci encore à Voix nomades de m'avoir fait découvrir cette scie pour  le moins... folklorique !

Pour rappel les paroles de cette krapoverie sont ici

 

Posté par Joe Krapov à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 octobre 2017

IL NE FAUT JAMAIS DIRE "FONTAINE"

DDS 477 juventusA part Madame Najat Vallaud-Belkacem – repose en paix, camarade ! – peu de gens par ici ignorent que « jouvence » vient du latin «juventus» qui signifie «jeunesse». Notre amie Najat qui rêvait que l’on supprimât le latin des apprentissages scolaires croyait que «juventus» signifiait «bande d’idiots qui courent après un ballon dans un stade à Turin». Elle n’a du reste jamais proposé, pour mettre fin aux violences des hooligans après le match, que l’on distribuât un ballon à chacun des joueurs, histoire de calmer le jeu. Le manque d’imagination de nos politiques, quand même !

Juventus a donné «juvénile», «jouvenceau» «jouvencelle» et «jouvence». Ce dernier terme nous rappelle juste «Fontaine» qui était lui aussi un footballeur mais également un lieu affable où coule une eau si spéciale que, dixit Madame Wikipe, «quiconque boit de cette eau ou s'y baigne est guéri de ses maladies, rajeunit ou ne vieillit plus».

"Dixit Madame Wikipe", ma chère Najat, ça signifie que c’est Wikipédia qui l’a dit.

Moi vous me connaissez, je suis comme Obélix : la fontaine de jouvence j’ai dû tomber dedans lorsque j’étais petit. Du haut de mes huit ans et demi d’âge mental, je ne me suis toujours pas éloigné de ma prime jeunesse et je n’ai pas envie de prendre un bain. Pas tout de suite, toujours.

Je ne vais pas pour autant me fâcher avec mon oncle préféré et je vais donc vous parler, à sa demande, de l’année 1971, histoire de… ne pas vous rajeunir ! Comme l’a dit le célèbre poète dont j’ai oublié le nom «On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans».


A l’époque j’écrivais déjà des conneries dans des cahiers à petits carreaux. Je n’étais pas un fan de Marguerite Duras dont Pierre Desproges a dit « Elle n’écrivait pas que des conneries : elle en a filmées aussi ! ». Cependant, tout comme elle, j’écrivais des conneries et j’en dessinais également.


Tout cela se trouve dans une valise bien poussiéreuse, là-haut, dans mon grenier. J’ai failli en faire un roman, « La valise à Scherzos » dont on trouve des bribes sur Internet.


J’y suis monté tout à l’heure, au grenier. Je voulais retrouver un passage où j’avais entrepris d’analyser « la musicalité dans les œuvres d’Arthur Rimbaud » - ça y est, je me suis souvenu, du nom du poète de dix-sept ans ! - mais je suis tombé sur dix cahiers de mon écriture irrégulière et ça m’a découragé de chercher plus loin.


En lieu et place de ce pensum, je vous livre quelques petits dessins faits à l’époque et retravaillés à l’ordi spécialement pour vous cette semaine. J’étais déjà un rigolo, à l’époque, non ?
 

Et je le suis toujours, je crois. Mille excuses à toi, camarade Najat ! "Jouvence" vient en fait de l’adjectif «juvenis» qui signifie «de jeunesse» et pas du nom «juventus», qui se disait plutôt «juventa» du reste. Tu vois qu’il y a du boulot et que moi aussi, quelque part je devrais retourner à l’école… réapprendre le latin.

Gaston Lagaffe ! Yo !

Quand même ! Dans l’un des deux classeurs où j’ai retrouvé ces dessins, j’ai aussi mis la main sur celui-ci qui s’intitule «Portrait de Jean-Arthur Rimbaud». "C’est beau, la constance, non ?" comme demandait Mozart à sa groupie du pianiste.

A part ça, portez-vous bien, jeunes gens !

65 Portrait de Jean-Arthur Rimbaud V2

Ecrit pour le Défi du samedi n° 477 à partir de cette consigne : jouvence