07 mars 2017

FOLIES MURALES

Si j'écris "acrobate" dessus, est-ce que ça lui fait les pieds, au mur ?

Si j'y lis tant de fautes d'orthographe, est-ce de sa faute, au mur ?

Pour passer de Berlin la sinistre à la Grèce fantaisiste d'Offenbach, grand mur, mue donc !

Aucun de nos murmures jamais ne franchira le mur du son !

Défense d’uriner, défense d’afficher ! Ce n’est plus un mur, c’est un éléphant !

Que serais-je sans toit ? demandait Aragon. Sans porte et sans fenêtres vous seriez, murs, s’il pleuvait, une jolie piscine !

Le mur me pose toujours, à moi, la même question qu’un carnaval : un confetto, des confetti, des confettis ? Un graffito, des graffiti, des graffitis ?

Tous ces mots sur les murs : l’imbécile écrit sur la ville genre « je vous salis, ma rue » ;
Moi j’écris sur la ville mais c’est dans mon cahier genre « je vous rends belle, ma Rennes ».

- Docteur, s’inquiète le mur, j’ai de vilaines plaques sur le ventre…
- C’est pas graff, répond le docteur très af-Léo-fairé. Avec le temps, va, tout s’en va !

C’est comme l’homme politique. C’est pas graff ciment. C’est son job, mon pauvre ! Faut juste pas croire aux pro-messe ni aux contre-vérité.

Dans le mur du théâtre classique Bertolt a ouvert la Brecht de la distanciation.

Construire un mur entre les Etats-Unis et le Mexique, ça coûte combien de briques ?

- Le prisonnier qui fait le mur s’en éloigne très vite alors que nous qui faisons notre boulot nous y retournons tous les jours. Le lundi au soleil, c’est une chose qu’on n’aura jamais.
- Une seule solution, devenez maçon ! Ca n’est jamais au même endroit !
- Ou alors allez en prison, allez directement en prison. Ne passez pas par la case « départ ». Ne touchez pas frs 20 000 ni la petite cuillère pour creuser.

- Pourquoi le poète serait-il inspiré par cette image ? Qu’est-ce qui le stimulerait ici au point de pondre des vers bien à soi ?
- C’est que le bombyx du mur y est.

- On introduit l’anglais dans la langue française parce que les mots sont plus courts !
- Ah oui, monsieur Pink Floyd ? "Wall" est plus court que "mur" ?

Sauf accident, les murs d’enceinte ne mettent jamais bas.

Quand on pose la première pierre de la maison du maréchal et que c’est juste un tas de bois, c’est qu’on on ne fait pas dans le solide. Ceci n’est pas qu’une La-palissade, comme aurait dit Magritte.

Celui qui va droit dans le mur, qu’il ne s’étonne pas de prendre un par-paing dans la gueule !

En Chine, c’est duraille d’escalader la grande muraille. Il faut faire preuve de bravitude mais là je ne déraille plus, je raille !

Ecrit pour l'Atelier n° 50 de Lakévio à partir de cette image

Lakévio 50 114526659

Posté par Joe Krapov à 18:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,



06 mars 2017

Tout baigne ! par les Chic'âneries à Orgères le 4 mars 2017 (1)

170304 265 006

Ingrédients : une femme sapeur-pompier...

170304 265 010
...une femme enceinte et son mari...

170304 265 024
...un cycliste en tenue...

170304 265 029

... un campeur...

Posté par Joe Krapov à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Tout baigne ! par les Chic'âneries à Orgères le 4 mars 2017 (2)

170304 265 038

... une pluie incessante, un accident automobile...

170304 265 050
... un épicier arabe...

170304 265 071

... du tirage dans les couples...

170304 265 098

...une expédition scientifique concernant les crapauds
("On est arrivés en pleine période de reproduction !")...

Posté par Joe Krapov à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Tout baigne ! par les Chic'âneries à Orgères le 4 mars 2017 (3)

170304 265 105

... un fusil de chasse pas chargé...

170304 265 109

... une réplique n'existant que dans mon cerveau de Marxiste tendance Groucho :
" Ou bien cet homme est mort, ou bien ma montre est arrêtée !"...

170304 265 115

... une séance de bouche à bouche...

170304 265 135

... un enregistrement de "Bambi".

Avec tout cela, écrivez-nous une pièce de théâtre !

En fait non, n'écrivez rien, elle existe déjà ! Elle s'intitule "Tout baigne

Posté par Joe Krapov à 09:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Tout baigne ! par les Chic'âneries à Orgères le 4 mars 2017 (4)

170304 265 137

Il y a aussi une bouée canard, une piscine gonflable, la construction médusante d'un radeau... et, vous l'aurez reconnu, l'ami Pierre-Antoine (le Dr Sanguinetti !) dans le rôle de Yann. Bref on a ri à gorge déployée pendant deux heures pleines où tout a baigné (aux pommes !) !

170304 265 148

170304 265 001
Hè, le soupirail, si tu veux en profiter, il est encore temps ! C'est joué par la troupe des Chic'âneries à la salle des fêtes d'Orgères les deux prochains week-ends ! Vois les dates et heures ci-dessous !

170304 Tout baigne - flyer

Posté par Joe Krapov à 09:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 mars 2017

UN KYRIE, DES KYRIELLES !

De la poche du kangourou
J’extrais 
Un kamikaze kaléïdoscopique,
Trois kilos de kaolin,
Un kakémono à suspendre,
Un kilomètre de dilemmes kafkaïens
Et un képi kaki du Kaiser
(Franz Beckenbauer ?)

 

DDS 444 gotlib_kangourou10

 

De la poche du kangourou
Je sors
Une ceinture noire de karaté
Sa vocation de serre-kiki,
Un manuel de karting,
Un kilo de viande kascher,
Un kayak palindromique,
Un lot de pochettes surprises
Destinées au stand de pêche à la ligne de la kermesse d’Irkoutsk 
Ou de la ducasse de Dunkerque, 
C’est kif-kif la même chose et du pareil au même.

DDS 444 gotlib_kangourou12

De la poche du kangourou
J’extirpe
Un kil de rouge,
Du kif,
Du khôl,
Un kyste,
Un kinésithérapeute en kilt.

DDS 444 gotlib_kangourou13

De la poche du kangourou
Je ramène
Une bouteille de kirsch,
Un vieux klaxon de Buick
Qu’une Kabyle kleptomane,
Vétue d’un kimono,
A volé à Kharkov
A un koulak insigne
Et vendu trois kopecks
Au Kazakhstan à la sauvette.

 

DDS 444 gotlib_kangourou4

 

De la poche du kangourou
Je tire
Un kouign-amann fourré au korrigan velu.
Beark !

DDS 444 gotlib_kangourou5

Du kangourou K.O.,

Vaincu par un kouglof
Fabriqué en série dans un kolkhose de Kiev
Dans une kitchenette kitsch,
Je sors un…

Mais c’est quoi, là ?
Un koala ?!

DDS 444 gotlib_kangourou18

Manquant de kérozène
Pour aller plus avant
Je me soûle au kummel,
J’emmène mon Kodak
Au kiosque du Thabor.

Et j'y rencontre le général Koutouzov
Qui me dit : "Cher Krapov !
Dans la poche de mon slip kangourou
Il y a un drôle d’oiseau ;
Je crois que c’est un kiwi.
Je l’empêche de sauter sur le monde qui bouge !
Mais comme on s’entend bien,
Lui et moi dans mon Parnasse
Je l’ai appelé Kiki ;
Et comme il a frite
On ne se kikitte plus !".

N.B. Les illustrations de Marcel Gotlib ont été empruntées ici

 

Ecrit hors délais pour le Défi du samedi n° 444 d'après cette consigne

Posté par Joe Krapov à 06:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,