28 janvier 2022

A Ploumanac'h (Côtes d'Armor) le 31 décembre 2021

2021-12-31 - Nikon 26

2021-12-31 - Nikon 34

2021-12-31 - Nikon 35

2021-12-31 - Nikon 41

2021-12-31 - Nikon 42

Posté par Joe Krapov à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


27 janvier 2022

De Beg Leguer à Pors Mabo (Côtes d'Armor) le 1er janvier 2022 (1)

2022-01-01 - Nikon 19

2022-01-01 - Nikon 24

2022-01-01 - Nikon 29

2022-01-01 - Nikon 34

Posté par Joe Krapov à 06:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 janvier 2022

LE VOYEUR ET LE COUPLE ROYAL

La fin de l’humanité vient de débuter. En fait non. C’est la fin du séjour du roi Louis XVI au sein de l’humanité qui vient de commencer. Est-ce sa passion pour la reine Marie-Antoinette qui lui a fait perdre la tête ? Son temps sur terre a été raccourci contre son gré. Un peu brutalement, même.

2122-17 JK - marie-antoinette-45624

Mais tout n’est pas dit dans ce préambule. Il y manque certainement la référence à la pop-culture des années 2000. Messieurs Isaac et Malet, historiens scolaires du début du XXe siècle, ne pouvaient pas imaginer les dégâts que l’industrie cinématographique hollywoodienne provoquerait dans nos représentations. Ils avaient certes connu Alexandre Dumas qui s’accordait le droit de « violer l’histoire à condition qu’on lui fît de beaux enfants ».

J’ouvre ici une parenthèse : qu’attend donc Madame Dièse-Mitou pour faire mettre au pilori ou au pilon les billevesées machistes que le fils du général faisait écrire à son nègre Auguste Maquet ? Sexiste et colonialiste-esclavagiste en plus ! Je referme la parenthèse.

Malet et Isaac, donc, ne pouvaient pas savoir que Sofia Coppola, la fifille à son papa, donnerait à la plus étrangère des reines de France les traits aussi juvéniles que délicats de Mademoiselle Kirsten Durst. Tant pis pour la vérité historique ! Un bonbon de sortie d’école, ce n’est pas de la grande confiserie mais c’est très plaisant parce qu’instantané. Quand on dit « Marie-Antoinette », maintenant, on voit Kirsten Durst.

***

Une fois mort, Louis XVI, décollé, a décollé vers le Ciel en emportant sa tête sous son bras. C’est ça, l’avantage de croire en Dieu ou au diable. Après le trépas on se retrouve au Paradis ou en enfer.

Pour lui, ça a été le Paradis. Saint-Pierre l’a accueilli avec un grand tube de Seccotine et il a recollé la tête sur les épaules du monarque « N’a qu’une flèche ». « N’a qu’une flèche » c’est là le petit nom que la princesse autrichienne donnait à son Loulou chéri, on ne sait trop pourquoi mais on croit deviner.

***

Le Paradis est un village dans les nuages. Un genre d’EHPAD ou de motel ou de camping des années 2000 avec un bungalow pour chacun et chacune. Oui, parce que tous les couples, même les plus unis, y font chambre à part et mènent vie collective. N’y ont accès que des célébrités terrestres. Pourquoi ? Je ne sais pas. Si vous voulez des explications détaillées, désolé, ce n’est pas l’objet de ce livret.

Les bienheureux sont tous habillé de blanc, ils ont des ailes dans le dos, ils s’appellent « mon ange » et ils n’ont plus de sexe. Et voilà pourquoi ils font chambre à part !

Parce que la gourmandise est un vilain défaut et parce que la gastro est une maladie chiante on ne mange plus non plus et on boit encore moins. Dieu et sa bande veulent bien vous assurer l’immortalité de l’âme mais s’il faut livrer des pizzas où supporter des odeurs de fast-food, c’est non.

Ce n’est pas mal étudié, en fait. Les gens qui sont là ont suffisamment vécu d’aventures sur terre pour pouvoir, en toute cordialité, se les raconter les un·e·s aux autres. Et comme il y a des gens de toutes les époques, c’est intéressant. Il se crée des liens d’amitié surprenants.

Carlos Gardel et Sarah Bernhardt, par exemple, sont devenus très copains. Il lui a fait découvrir la musique argentine sur laquelle elle vibre comme ce n’est pas permis. Lui jouer un tango est irrésistible. Il faut voir comme elle secoue sa jambe de bois.

Évidemment, ça n’a pas beaucoup plu à Dieu qu’Astor Piazzola soit venu leur fredonner ses mélodies. Parce que Dieu est mélophobe : il déteste la musique. Il n’y a pas un seul piano, aucune trompette, pas le moindre tambour dans tout le paradis. Encore moins de bandonéon.

***

Que pensez-vous qu’un imbécile ferait dans ce monde-là ? Dans un univers de culture, de tolérance et d’empathie comme celui-là, Louis XVI, au début, a joué les bégueules. Se mêler à ces plébéiens dont la plupart sont, Dieu seul sait pourquoi, des républicains, trop peu pour lui ! Il est venu toquer tous les jours à la porte de Saint-Pierre.

- Kèkvouvoulez ? a demandé le concierge.

- C’est possible de redescendre sur terre ?

- Non !

- C’est possible d’avoir un atelier de serrurerie ?

- De la serrurerie ? Pour quoi faire ? On ne ferme pas les portes ici à part la grande de l’entrée.

- Je m’ennuie comme un rat mort. J’aimerais m’occuper les mains en bricolant un petit peu.

2122-17 consigne BartholdiIl l’a tellement tanné jour après jour que l’autre a cédé. Il avait déjà concédé par le passé un atelier de sculpture à Bartholdi qui y construisait une réplique de la statue de la Liberté.

Comme la nouveauté attire les curieux et comme tout est toujours ouvert au Paradis, des bienheureux sont passés voir ce que Louis traficotait. C’est comme ça que Loulou est devenu pote avec le docteur Petiot.

Mince alors ! Vous croyez que c’est possible, ça, vous ? Le docteur Petiot est au Paradis !

Ca doit être comme les 7 % de pertes humaines auxquelles l’armée français a droit. Il doit y avoir un pourcentage d’erreur ou un gros bug dans le logiciel Parcoursup du Purgatoire. Ou alors ils n’ont pas voulu de lui en Enfer. Toujours est-il que ces deux-là sont devenus copains comme cochons. Et « cochons », c’est le mot qui convient.

2122-17 JK - 51WN5l4cZkLPetiot a montré à Loulou les pamphlets qui ont été écrits, en son temps, sur l’Autrichienne et que l’on cachait alors, bien entendu, aux yeux de Sa Majesté. Rien de ce que fait le couple royal ne lui échappe, à la presse et au monde du ragot dont le docteur est si friand que ça confine au voyeurisme. Et savez-vous ? Ca fait bien plaisir à Louis XVI de découvrir qu’on prête à Toinette des turpitudes auxquelles elle ne s’est jamais livrée, en tout cas pas avec lui.

On a beau ne plus avoir de sexe, la littérature érotique de dessous le manteau, ça fait encore de l’effet, au moins aux serruriers et aux pervers.

***

Mais depuis quelque semaines, il se passe quelque chose de bizarre au paradis. Petiot et Louis XVI ont installé une serrure et plus personne ne peut entrer dans leur atelier. Comme tout le monde ici ils sont en manque de documentation et le gars qui vient livrer des vieilles revues et des livres à la bibliothèque n’assure plus la liaison avec le monde d’en bas. Il paraît qu’ils ont chopé un méchant virus sur Terre. A la réception, Saint-Pierre se plaint d’être débordé.

Les deux psychopathes en liberté s’en fichent, ils ont prévu de réagir. Sait-on jamais à quoi rêvent les pions ! Ces deux-là ont un projet : construire une chatière à la porte du Paradis et se barrer. Ne serait-ce que pour aller une fois au moins dans un cinéma voir Kirsten Durst interpréter Marie-Antoinette !

2122-17 JK - marie-antoinette-gq-1540995370_0

 Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 26 janvier 2022

d'après la consigne 2122-17 ci-dessous.

Posté par Joe Krapov à 15:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

CONSIGNE D'ÉCRITURE 2122-17 DU 25 JANVIER 2022 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

La Chatière de la porte du Paradis

 

Choisissez parmi les formules ci-dessous celle qui sera le titre de votre texte :

La colère comme bonne conseillère
Un psychopathe en liberté
A quoi rêvent les pions ?
Espoir, désespoir et volupté
Croire en Dieu ou au diable
Placer la beauté avant la victoire
Y a-t-il une chatière à la porte du paradis ?
La fin de l’humanité
Le voyeur et le couple royal

Insérez dans ce que vous allez écrire au moins trois des formules suivantes :

Mange, c’est bon pour toi !
Lui jouer un tango est irrésistible.
Mais tout n’est pas dit.
L’instinct du chasseur.
Une délicate et discrète décapitation dont je me délecte d’avance.
J’arrive alors au bord du gouffre.
La gourmandise est un vilain défaut.
On ne réfléchit pas quand on charge des tanks à la baïonnette.
Voir un mort-vivant sortir de sa tombe.
Je la savoure avec luxe, calme et volupté.
N’importe quoi, même « Pan ! Pan ! » avec la bouche.
Je commence à respirer même si ce n’est que d’une narine.
Si vous voulez des explications détaillées, désolé, ce n’est pas l’objet de ce livret.
Un troisième cavalier !
Il y avait comme un soleil qui brillait dans mon cœur.
Que pensez-vous qu’un imbécile ferait ?
Et elles font ça plutôt bien, non ?
Un bonbon de sortie d’école, ce n’est pas de la grande confiserie mais c’est très plaisant parce qu’instantané.
Rien de ce que fait le couple royal ne lui échappe.
Mince alors !
Vous croyez que c’est possible ?
Successivement enthousiaste et dépressif, décidément le fou est... fou !
La fin de l’humanité vient de débuter.

Vous pouvez également vous inspirer de cette image si cela vous est utile :

2122-17 consigne Bartholdi

Posté par Joe Krapov à 13:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


25 janvier 2022

En un mot comme en cent. 17 janvier 2022, Aujourd'hui, film dont vous êtes le héros

Ce lundi matin, Joe Krapov se réveille tout surpris. Il a réellement terminé de rédiger sa copie pour le Défi du samedi !

Ne reste plus qu’à taper le texte et à l’envoyer au sieur Walrus, son oncle putatif, chose qu’il ne fait d’habitude que le vendredi à 22 ou 23 heures si pas pire.

Et voilà-t-il pas qu’au réveil une mélodie lui vint, qu’il pose dans son enregistreur ?

Le poème devient une chanson ! Il l’enregistrera… vendredi après-midi !

téléchargement

***

Le thème d'écriture était "polochon".

L'illustration (Andy Capp) est de Reg Smythe, découvert autrefois dans "Charlie mensuel".

 

Posté par Joe Krapov à 06:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

En un mot comme en cent. 18 janvier 2022. Fragment d'aujourd'hui raconté en recette de cuisine

Dans un local baptisé « Refuge », mélangez :

- Un clarinettiste barbu
- Un violoniste à prénom rigolo
- Un accordéoniste diablement tonique

Assaisonnez avec un chanteur retardataire, deux dames qui chantent en ténor et trois soprani.

Versez des chansons du pays gallo.

Enregistrez.

Ne servez jamais ce plat sonore à personne : quand les gens chantent avec un masque on n’entend que les instruments avec du gribouillis par-derrière !

2022-01-20 - 285 1

 

Posté par Joe Krapov à 04:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

En un mot comme en cent. 19 janvier 2022, Dilemme

J’ai longtemps cru que ce mot s’écrivait « dilemne ». On n’est plus jamais sûr de rien. Comment conjuguez-vous le verbe "s’empâter" à la deuxième personne du pluriel du passé simple ?

La bonne réponse est : « Vous vous empâtâtes » !

Les candidats du jeu d’Emile Euro ont répondu : « Vous vous empâtîtes ».

Le verbe s’empâtir signifie-t-il « éprouver de l’empathie pour des candidats qui s'étalent à la question super-banco » ?

2022-01-06 - 285 1 jazz

2022-01-06 - 285 1 java

Posté par Joe Krapov à 03:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

En un mot comme en cent. 20 janvier 2022, Sans pitié

Sans pitié, j’avale les deux tours de mon adversaire, je lui interdis de donner des échecs perpétuels et je gagne en matant au 32e coup. S’il avait joué 11. Cc3, j’eusse été très mal tout au long de la partie.

Je suis vraiment un sale type très chanceux ! 

Posté par Joe Krapov à 02:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 janvier 2022

En un mot comme en cent. 13 janvier 2022, Aujourd'hui ce qui ne fonctionne pas

Ce qui ne fonctionne pas c’est qu’une tour en d5 ne peut pas prendre un fou en f4 !

Soit j’ai mal noté la partie, soit mon adversaire a réinventé les règles du jeu d’échecs.
Pô grave ! J’ai gagné mes deux parties en simultanée quand même. 



***

J'ai noté 25... Td5. Ce qui explique le coup 28. Fc4 attaquant la tour. Si celle-ci avait été effectivement jouée en d4, elle serait restée en prise pendant trois coups par le cavalier f3. Je n'aurais pas laissé passer ça quand même !

Posté par Joe Krapov à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,