19 juin 2017

Un petit tour à Tours (Indre-et-Loire) le 17 juin 2017 (1)

Il y aurait toujours un roman à écrire à partir des expéditions musicales d'Am'nez zique et les Biches. Cette fois-ci, pour notre tournée à Tours, il y a eu un certain nombre de gags autour du matériel à emmener et de l'emplacement du concert. Je raconterai ça à l'occasion ! Pour l'instant je partage quelques images que j'ai pu voler comme j'ai pu malgré mon sac à dos pesant, ma guitare à la main et mes compagnons qui traçaient devant !

170617 265 007

170617 265 017

170617 265 019

 

170617 265 025

170617 265 029

 Du coup, t'en oublis tes conjugaisons !

Posté par Joe Krapov à 09:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Un petit tour à Tours (Indre-et-Loire) le 17 juin 2017 (2)

170617 265 031

170617 265 041
Petite annonce pas d'égout-ante et pas non plus à côté de la plaque.

170617 265 045

170617 265 057

170617 265 119
Le chien qui prenait le frais comme un chat.

Posté par Joe Krapov à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Un petit tour à Tours (Indre-et-Loire) le 17 juin 2017 (3)

170617 265 125
Non, non, ce n'est pas une faute d'orthographe ! C'est juste qu'on a oublié le "s"  : normal pour des Am'nez zique ! Et puis Biche, c'est un nom propre, y'a juste une des deux soeurs qui est amnésique aussi et qui oublie de venir à tout ce qu'on fait ! Et on ne peut pas se rebaptiser Am'nez zique et la Biche parce que sinon y'a Feydeau qui fait la gueule !

170617 265 127

Place de la Victoire ! Finalement on ne s'en est pas mal tirés de la séance d'accompagnement des Passe-rêves, les reines et roi du théâtre improvisé. Une séance d'improvisation musicale et chantée nouvelle pour nous. Public nombreux, bonne ambiance, bon esprit !

170617 265 139
Cupidon s'en fout ? Qu'est-ce que je dois mettre dans ma guitare aujourd'hui, déjà, pour mercredi, jour de la Fête de la musique ? J'ai noté : 
Pour jouer avec les copines de Sebarjo : Comme un arbre, Let it be et Hey Jude
Pour chanter avec Manu Lebichon : Le petit joueur de flûteau, Pénélope, Embrasse les tous.

170618 265 005
A minuit j'ai posé ma tête sur Tintin en Amérique !

170618 265 011

Posté par Joe Krapov à 09:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Un petit tour à Tours (Indre-et-Loire) le 18 juin 2017

170618 265 015

170618 265 035
L'invitée du petit-déjeuner.

170618 265 051

170618 265 055

Au jeu du parcours des animaux le toucan et l'éléphant rapportent deux points mais...

170618 265 059

 ... le chien du vigneron et l'araignée du groseiller n'en rapportent pas.

Posté par Joe Krapov à 09:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17 juin 2017

DRÔLE DE ZIG !

Les zygomatiques ! Ah ! Ah ! Ah ! Laissez moi rire !

J’ai tellement souffert autrefois sur «L’eau et les rêves» de Gaston Bachelard et sur «Le rire» d’Henri Bergson que je n’en conseillerais même pas la lecture à mon pire ennemi. A vrai dire, de pire ennemi, je n’en ai pas, ou alors, si j’en ai, c’est sans le savoir et il n’a sans doute pas survécu à la vague de dégagisme qui vient de déferler sur la France cette année. Le général de Gaulle a tort : les Français ne sont pas des veaux car ils viennent de voter comme un seul mouton pour le chien du berger !

Mais revenons à cette histoire de muscle. A la bibliothèque des Champs libres, tout à l’heure, j’ai trouvé dans le rayon «humour», 847 chez M. Dewey qui classalsifie tout, le «Que sais-je ?» sur l’humour juif. Je me suis bien gardé de l’emprunter. Mieux vaut relire «Plumard de cheval» de Groucho Marx ou regarder une énième fois «La Soupe au canard» du même avec ses frères pour savoir ce que c’est.

Et donc je crains fort qu’une dissertation sur les zygomatiques ne fasse rien d’autre que de vous extirper des bâillements. C’est pourquoi, quitte à être hors sujet, je vous livre une chanson sur le bâillement qui vous décoincera peut-être les zygomatiques ! Allez savoir !

Et j’en ajoute une deuxième inspirée par Joye et son «Witloof frommi tuyau» un peu adapté pour la cirque-constance !

Il y a de drôles de zigs, quand même, sur ce Défi du samedi ! ;-)
 



 

Ecrit pour le Défi du samedi n° 459 à partir de cette consigne : Zygomatiques


16 juin 2017

L'exposition "Kimono" au MBA de La Rochelle le 19 avril 2017 (1)

Moi, vous me connaissez : je ne comprends absolument rien au monde qui m'entoure... mais je suis quand même très heureux de vivre dedans ! Sans doute, entre autres, parce qu'on me laisse, ici et là, exposer mes délires du jour.

Et donc aujourd'hui je vous emmène au Musée des Beaux-Arts de La Rochelle où nous sommes allés, lors de notre séjour d'avril, visiter l'exposition "Kimono entre tradition et modernité" qui avait lieu du 17 février au 20 mai 2017.

170419 265 N 014

170419 265 N 016

170419 265 N 017

170419 265 N 018

170419 265 N 022

Photos prises par Marina B. avec le Canon Ixus rose de Joe K.

Posté par Joe Krapov à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

L'exposition "Kimono" au MBA de La Rochelle le 19 avril 2017 (2)

Comme vous pouvez le constater, on avait octroyé aux visiteurs le droit de prendre des photos des pièces exposées à condition expresse qu'ils n'utilisassent point leur flash. Nous avons mis cela en pratique et nous n'avons sans doute pas été les seuls pendant ces trois mois mais...

170419 265 N 019

170419 265 N 021

170419 265 N 024

170419 Nikon 072

170419 Nikon 073

Posté par Joe Krapov à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'exposition "Kimono" au MBA de La Rochelle le 19 avril 2017 (3)

... quelqu'un(e) peut-il m'expliquer pourquoi,chez M. Google-Images, le gars en forme de coucou, celui qui fait fortune en permettant d'aller fouiller dans les mots et images des autres, à part l'affiche de l'exposition, on ne trouve pratiquement rien des magnifiques pièces exposées ?

170419 Nikon 068

170419 Nikon 074

170419 Nikon 075

170419 Nikon 076

170419 Nikon 077

Posté par Joe Krapov à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

L'exposition "Kimono" au MBA de La Rochelle le 19 avril 2017 (4)

N'ai-je effectivement pas tout compris ? On a le droit de prendre des photos mais pas de les montrer ? On a le privilège de voir de belles choses mais pas de partager leur image avec d'autres qui, pour des raisons d'espace et de temps, ne peuvent être là en même temps que vous ?

Ou bien, au prétexte que les images au format JPG n'auront pas une durée de vie supérieure à celle des documents papier, chacun(e) jette au panier, une fois rentré(e) à la maison, les photos qu'il ou elle  vient de prendre ? Et à la place va s'engueuler de façon saignante sur les réseaux sociaux avec de parfaits inconnus ? C'est à ça que ça sert, Internet ?

Quand je vous le disais, que je n'ai pas tout compris ! Bon week-end à vous quand même !

170419 Nikon 078

170419 Nikon 079

170419 Nikon 080

170419 Nikon 081

 

Les vidéos du jour

En publiant ces messages et ceux d'avant-hier, je me suis régalé les oreilles avec les productions de mes ami(e)s américain(e)s, Linda Ronstadt, Les Paul et Mary Ford. Dieu merci, personne n'a jeté au panier ces images et ces sons d'un autre temps et ce fut pour moi un réel bonheur d'écouter cela. 

 J'adore la séquence à 17 minutes 22 ! 

Posté par Joe Krapov à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 juin 2017

AU BOUT DE LA NUIT CROQUIGNOLE

- Il faut voir comme la Nuit est gourmande ! Tout ce qu’elle s’envoie dans le cornet et dans la voie lactée ! Ce qu’elle engloutit de croissants de Lune ! Elle ne fait pas de quartiers ! Jamais dans la demi-mesure. Il lui faut sa ration quotidienne de cette pâtisserie astrale car sinon, bonjour l’humeur : rien ni personne n’est plus sombre qu’une Nuit sans lune.

Son appétit de sucreries est si féroce que les gazelles s’enfuient à son approche afin de préserver leurs cornes.

La Nuit aime les éclairs qui zèbrent le ciel d’orage des étés et la dotent d’un beau pyjama à rayures. Sans aucune reconnaissance, elle les avale à la vitesse de Guy L’Eclair.

160220 265 123

La Nuit dévore la galette tout autant que les financiers et les mendiants. On appelle ça la Crise. 1929 et 2008 sont des fringales célèbres de la Nuit. Il eût mieux valu pour tout le monde que ces financiers, florentins ou pas, le sussent ou les vissent venir, mais non. Elles arrivent sans tambour ni crumpets et tout le monde est douillonné sauf la Nuit qui se régale de nos déconfitures. L’économiche n’est pas une science exacte.

La Nuit est une ogresse iconoclaste. Peu lui chaut la religion. Jésuite, sacristain, alleluia, colombe de Pâques, religieuse, pet-de-nonne et même Saint-Honoré, tout est bon pour son estomac qui ne croit que ce qu’il broie. Elle bouffe du curé, nantais ou pas, à tous les repas. N’en faisons pas tout un fromage, nous sommes déjà rendus au dessert.

Photo prise à Valence (Drôme) le 20 février 2016

Que vous soyez Congolais, Oranais, gens de Paris, Brest, Pithiviers, Monaco, Vitréais, Tropéziennes, que vous preniez la navette de Marseille ou fassiez des vers de mirliton à Rouen, sachez-le, un jour la nuit vous avalera, bande de glands et de struffolis ! Surtout vous, les boulets de Metz !

Il faut voir comme la Nuit est gourmande en lumière. Ce qu’elle nous coûte en énergie. Mais nous sommes déraisonnables, aussi ! Plutôt que d’aller dormir lorsqu’elle tombe et profiter de sa sagesse – car la Nuit porte conseil – nous voulons à tout prix éclairer ces merveilleux chemins qui mènent à l’opéra. Nous désirons élire la Reine de la Nuit, vérifier que tous les chats ne sont pas gris, voir dans nos cinémas, « sur l’écran noir de nos nuits blanches » « Queue de castor et Pompe à huile » et tant pis si les acteurs sont un peu tartes !

Mais c’est du flan, tout ça ! Dormez plutôt en paix, braves gens ! Le jour devrait suffire à notre bonheur. Lui n’est pas gourmand en lumière. Un seul gros projecteur en forme de brioche dorée dans la gueule et tout le monde est content. « Viens nous voir à Ganassouinda, y’a du soleil et des nanas ! ». Pas besoin qu’on lui découpe à l’emporte-pièce, dans le tissu du ciel, des sablés en forme d’étoiles pour y voir ! Ne dit-on pas « Clair comme le jour » ? « Bon comme le pain » ? « Simple comme bonjour » ? « Sans chichis » ?

La Nuit, laissons la faire son voyage, on la trouvera au bout, comme disaient Céline Renaud et Louis-Ferdinand Saint-Malo-Alanagecécostaud. Cette gourmande est une ogresse qui se nourrit de forêts noires, de cris de loups, de peurs d’enfants. Laissons-la faire sa chasseresse, remplir son chariot, allumer son fourneau, remplir sa casserole, déguster sa baguette de mesure de jade, sacrifier à l’autel de la gourmandise nocturne. Il faut bien que tout le monde vive et ça n’a rien de gênant : il n’y a même pas de lumière à l’intérieur de son silencieux réfrigérateur !

Nous, bien au chaud dans les draps, serrés l’un contre l’autre, on n’est pas bien, là, mon chou ?

- Eteins la lumière, mon amour ! Je vais te faire un truc qui te laissera baba !

- Oui, Charlotte ?


- Je vais te dévorer, mon bichon !


Ecrit pour les Impromptus littéraires du 12 juin 2017
d'après cette consigne : une nuit gourmande

Posté par Joe Krapov à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,