11 février 2018

PLACE AUX GÉNÉRATEURS ! (3)

Sur ma lancée j'ai découvert le générateur de Vincent Corlaix, plus riche et plus surréaliste encore !
Il faut cependant ruser un peu pour récupérer les jaquettes produites.

Arthur Rimbaine - une chute en fin d'été

Arthur Rimbaud - le rond-point sans lunettes

Emmanuel Macron - Une nuit par vengeance

Paul Verlaud - Le garage malhabile

Posté par Joe Krapov à 11:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


PLACE AUX GÉNÉRATEURS ! (4)

J'ai aussi retrouvé cela : le générateur de couvertures de Martine. J'y ai soumis ces trois titres-là !

Martine en chemise Low-coste

Martine est trop chargée

Martine se prépare une scoliose

et récupéré celui-ci où l'on voit que Martine s'intéresse elle aussi à Rimbaud !

Martine chasse l'unijambiste (récupérée sur le site)

Posté par Joe Krapov à 11:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

PLACE AUX GÉNÉRATEURS ! (5)

C'est trop bon ! Je vous en offre une cinquième série destinée aux Impromptus littéraires !

Joe Krapov - Le ventilateur du mystère

L'Arpenteur d'étoiles - Le tube en fureur

Stouf l'amertume des vanités

Tisseuse - la communauté des hiéroglyphes

Vegas sur Sarthe - la promise des lettres

Vue de Germaine en contre-plongée ?

Posté par Joe Krapov à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 février 2018

L’HÔPITAL SE MOQUE DE LA CHARITÉ

Qui dira les ébats
Du zébu
Sur les bords du Zambèze ?

DDS 493 vestiaire gratuit

Qu’il danse la samba,
Ayant bu,
Ou bien la javanaise,

Le mambo, la cumbia,
Le gumbé (très pointu !)
La polka lorientaise,

Qu’il essaie la rumba,
Fort imbu,
Il n’est jamais à l’aise.

Et pourtant, ce gars-là,
Comme il bosse
Pour devenir le roi
De la soirée de gala
Du dancing Macumba !

Ecoute-moi, zébu !
Petit conseil d’ami
Pour concours d’élégance

Transmis depuis la France :

Mets de l’eau dans ton vin !
Prends un air moins bovin !
Pour devenir the boss
Des dance-floors poitevins
Mets ta bosse au rebut,
Bouge un peu plus ton cul !

Et puis, par Belzébuth,
Pour une allure altière,
Pense donc à mettre un fute
Par-dessus tes glaouis
Et à laisser tes cornes
Au vestiaire :
C’est gratuit !

DDS 493 danseur zébu

Ecrit pour le Défi du samedi n° 493 à partir de cette consigne : zébu

Posté par Joe Krapov à 08:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 février 2018

Collages de Jean-Emile Rabatjoie du 27 janvier 2018 (1)

2018 01 27 marc aurel

2018 01 27 mozart revisité

Un regard moderne sur Mozart

Posté par Joe Krapov à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Collages de Jean-Emile Rabatjoie du 27 janvier 2018 (2)

2018 01 27 Johnny l'idole des jeunes

Johnny l'idole des jeunes

2018 01 27 Johnny l'idole des vieux

Johnny l'idole des vieux

Posté par Joe Krapov à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Collages de Jean-Emile Rabatjoie du 27 janvier 2018 (3)

2018 01 27 Jean-Johnny l'idole de Mamy

Jean-Johnny l'idole de Mamy

2018 01 27 Jean d'Ormesson la barbe

 Jean d'Ormesson la barbe

Posté par Joe Krapov à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Collages de Jean-Emile Rabatjoie du 27 janvier 2018 (4)

2018 01 27 Isaure Barbie

Isaure Barbie

2018 01 27 Isaure louche en 3D
Isaure louche en 3D

Posté par Joe Krapov à 18:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 février 2018

PORTRAIT CHINOIS MYSTERE. 1, Une femme

Si j’étais une couleur je serais le rose. Mais pas le rose tyrien, un rose pâle, un peu effacé.

Si j’étais un animal je serais une petite souris, discrète, honnête, secrète.

Si j’étais un parfum je serais celui de l’aubépine ou mieux encore celui de l’églantier.

Si j’étais une langue je serais la langue des signes mais sans les mains.

Si j’étais un fruit je serais un coing ou plusieurs coings transformés en gelée rosâtre.

Si j’étais une invention je ne remporterais pas de prix au concours Lépine parce que je serais déjà un peu inutile. Du genre un épluche-mammouth ou un coupe-file pour boucherie-charcuterie végétarienne.

Si j’étais un oiseau je serais un étourneau anonyme, noyé dans un nuage tourbillonnant au-dessus des grues de Rennes-en-Chantier.

Si j’étais une boisson je serais un lait fraise.

Si j’étais des chaussures je serais des ballerines pour danser les jours où il n’y a pas de public dans la salle.

Si j’étais un moyen de locomotion je serais un petit train de ceinture.

Si j’étais un bijou je serais un simple bracelet doré sans ornementation comme celui que je porte au poignet gauche sur le portrait peint par mon oncle.

Si j’étais un outil je serais une lime. J’en ai la rigidité et je suis déjà sans manches.

Si j’étais un élément je serais l’eau. Je suis du signe des poissons et les rares fois où l’on m’a vue dans la lumière j’avais un air à gober les mouches.

Si j’étais un légume je serais un radis ou une feuille d’endive.

Si j’étais un gâteau je serais une religieuse.

Si j’étais une heure du jour je serais seize heures dix, l’heure à laquelle débute l’émission « Des chiffres et des lettres ».

Si j’étais un poisson je serais un mérou.

Si j’étais un objet de toilette, je serais une serviette éponge rose.

Si j’étais un meuble je serais une petite table de chevet.

Si j’étais un écrivain je serais Arvers, le gars qui a écrit un sonnet si célèbre que tout le monde a oublié le nom du poète et ne se souvient d’aucun des vers du poème.

Si j’étais un monument de Paris je serais une tombe du cimetière du Père Lachaise. Vous m’y chercheriez longtemps parce que je n’y suis pas enterrée.

Si j’étais une superstition je serais le pot de peinture mal accroché à l’échelle sous laquelle vous passez.

Si j’étais une religion ce serait une religion avec réincarnation : j’ai toujours rêvé, sans en avoir jamais rien montré, d’avoir une seconde vie bien meilleure et bien plus drôle que la mienne.

Si j’étais une épice je serais de celles qu’on laisse plus souvent qu’à leur tour sur l’étagère : l’anis étoilé, le fenugrec, la baie de genièvre.

Si j’étais une caresse je serais une légère tape sur l’épaule. Après ça deviendrait vraiment trop osé.

Si j’étais un animal domestique je serais une tortue. Oubliez-moi dans un coin du jardin, s’il vous plaît ! Je saurai bien m’enfouir toute seule pour hiberner au calme.

Si j’étais une civilisation disparue je serais la ville d’Ys. Pas très sûre vraiment d’avoir existé.

Solution et consigne d'écriture ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 13:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

PORTRAIT CHINOIS MYSTERE. 2, Un homme

Si j’étais une couleur je serais celles de l’arc-en-ciel et je viderais tous mes pots sur les lettres de l’alphabet. Je garderais le pot-rouge pour en badigeonner des navigateurs imprudents que j’aurais pris pour cible et le pot de violet pour peindre des œillets et les offrir en riant à certains trous du cul !

Si j’étais un animal je serais un sanglier à l’œil bleu.

Si j’étais un parfum je sentirais le coyote. Une odeur très pratique pour se fondre dans le désert et très déplaisante aux bourgeois.

Si j’étais une langue je serais le charabia, le volapük et la novlangue mêlés puis le morse. Je vous chanterais « I’m the walrus » !

Si j’étais un fruit je serais la châtaigne. Vous vous piqueriez à ma bogue, à mon bug et vous sentiriez une décharge électrique dès que vous croiriez me toucher.

Si j’étais une invention je serais un bâton de dynamite géant enduit de colle, histoire que je ne sois pas tout seul à exploser ! Que le monde explose avec moi !

Si j’étais un oiseau je serais un serpent à plumes, un Quetzalcóatl.

Si j’étais une boisson je serais un bock de bière, une absinthe mais pas une limonade et surtout pas du tilleul.

Si j’étais des chaussures je serais des godasses de randonnée qui ont beaucoup servi..

Si j’étais un moyen de locomotion je serais un bateau sans gouvernail puis une paire de béquilles.

Si j’étais un bijou je serais un diamant brut rêvant toujours de se tailler ailleurs..

Si j’étais un outil je serais un tourne-vice.

Si j’étais un élément je serais l’air en mouvement, le vent qui se mêle au sable et tempête dans le désert.

Si j’étais un légume je serais la macédoine d’Alexandre.

Si j’étais un gâteau je serais un vol-au-vent. Oui, je sais, ce n’est pas du gâteau mais moi non plus..

Si j’étais une heure du jour je serais midi ou minuit. L’heure d’être toujours au zénith et jamais au rendez-vous.

Si j’étais un poisson je serais l’exocet. Si j’étais un missile aussi.

Si j’étais un objet de toilette, je serais un rasoir de barbier et je vous tailladerais le cuir.

Si j’étais un meuble je serais un buffet sculpté de chêne sombre empli de vieux secrets indéchiffrables.

Si j’étais un écrivain je serais qui vous voulez mais surtout pas cet Arthur Rimbaud dont j’espère bien que tout le monde aura brûlé les rinçures qu’il a produites..

Si j’étais un monument de Paris je serais le moulin de la Galette.

Si j’étais une superstition je serais un oiseau de mauvais augure.

Si j’étais une religion je serais une croyance avec un enfer pour chaque saison, des illuminations derrière les piliers de mes cathédrales et aucune promesse de paradis ou de quoi que ce soit.

Si j’étais une épice je serais le pavupapri (le pavot-paprika).

Si j’étais une caresse ce serait à mettre dans les annales, comme disent les proctologues à la fin de leurs banquets.

Si j’étais un animal domestique je serais un mille-pattes avec une jambe de bois. 999 tics et un TOC.

Si j’étais une civilisation disparue je serais la poésie française des origines à la fin du XXe siècle. Rappelons que ce monument s’est effondré au XXe siècle, ravagé par l’invention démoniaque d’un serpent à plume qui se prenait pour un missile exocet.


Pondu à l'atelier d'écriture de Villejean le mardi 6 février 2018

d'après la consigne ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,