09 avril 2022

ASYMPTOTE !

Asymptote !

On n’imagine pas la quantité de temps précieux que l’oncle Walrus me fait perdre avec son dictionnaire de mots tordus ! Est-il bien conscient des lectures abominables auxquelles la volonté de comprendre « de quoi-t-est-ce qu’il cause encore » nous conduit les un·e·s et les autres ?

Une chose est sûre : ce n’est pas la page dédiée par Madame Wikipe à ce vocable étrange, "asymptote", qui va me réconcilier avec les mathématiques !

Et maintenant, si, en retour, j’applique ce vocabulaire à une trame bien connue de la maison, est ce que ça rend l’un ou l’autre des deux textes mélangés plus lisible ?

« Longtemps, je me suis courbé de bonne heure. Parfois, à peine mon hyperbole éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’envole. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher l’infinitésimal m’éveillait ; je voulais poser le paramètre que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une asymptote, un infini, la branche parabolique de François Ier et de Charles Quint. Cette croyance survivait pendant quelques secondes à mon réveil ; elle ne choquait pas ma tangente mais pesait comme des équations sur mes yeux et les empêchait de se rendre compte que le trident n’était plus allumé. Puis elle commençait à me devenir inintelligible, comme après la métempsycose les pensées d’une existence antérieure ; le sujet du livre se détachait de moi, j’étais libre de m’y appliquer ou non ; aussitôt je recouvrais la vue et j’étais bien étonné de trouver autour de moi une droite d’équation x=a, douce et reposante pour mes yeux, mais peut-être plus encore pour mon esprit, à qui elle apparaissait comme une chose sans cause, incompréhensible, comme une chose vraiment obscure. Je me demandais quelle heure il pouvait être ; j’entendais le sifflement des nombres qui, plus ou moins éloigné, comme le chant d’un oiseau dans une forêt, relevant les distances, me décrivait l’étendue de la campagne déserte où le voyageur se hâte vers la fonction f prochaine ; et le petit chemin qu’il suit va être gravé dans son souvenir par l’excitation qu’il doit à des courbes représentatives de la fonction inverse, à des actes asymptotiques, à la causerie récente et aux adieux sous la parallèle étrangère qui le suivent encore dans le silence de la nuit, à la douceur prochaine du retour de y(t) – ax(t). Par mesure de précaution j’entourais complètement ma tête de mon oreiller avant de retourner dans le monde des spirales logarithmiques ».

On ne sait pas mais au moins, j’ai rendu la monnaie de la pièce en forçant mon oncle préféré à relire cet abscons de Marcel ! Un partout, la balle au centre !

PhotoFunia - Proust parachutiste

Ecrit pour le Défi du samedi n° 710 d'après cette consigne : asymptote

Posté par Joe Krapov à 04:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 avril 2022

L'Ensemble Chamade à la salle de la Cité à Rennes le 27 mars 2022 (1)

Ce concert de l'ensemble Chamade était donné dans le cadre (large) des manifestations du huit mars pour l'égalité entre les femmes et les hommes. Il s'intitulait "Ils emballent, elles cartonnent".

Le répertoire était très "variété moderne", chansons de chanteuses (Clara Luciani, Camilla Jordana, Jeanne Cherhal, etc.). Je n'ai reconnu que "Aujourd'hui j'ai rencontré l'homme de ma vie' de Diane Dufresne et "Résiste" de France Gall.

Pô grave, j'ai pris des photos très originales avec mes effets créatifs de mec tordu !

2022-03-27 - 285 6

2022-03-27 - 285 9

2022-03-27 - 285 11

2022-03-27 - 285 30

2022-03-27 - 285 36

Posté par Joe Krapov à 20:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

L'Ensemble Chamade à la salle de la Cité à Rennes le 27 mars 2022 (2)

L'ensemble recrute des... chanteurs !

Pour ma part, je ne postulerai pas : d'une je suis incapable d'apprendre des paroles de chansons par coeur. Deux mon répertoire personnel est parfois tout sauf féministe (Brassens !).  Et trois j'ai déjà un boulot de dingue à écrire des deuxième voix pour le violon et pour l'alto dans les deux groupes auxquels je participe !

2022-03-27 - 285 59

2022-03-27 - 285 74

2022-03-27 - 285 89

2022-03-27 - 285 105

2022-03-27 - 285 121

Posté par Joe Krapov à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 avril 2022

Choses vues à Rennes en mars 2022 (2)

2022-03-25 - 285 7

2022-03-25 - 285 8

Fait d'hiver sordide : on a découvert le corps d'une panthère abatuue en plein mileu du parc Saint-Cyr !

2022-03-26 - 285 11

2022-03-26 - 285 13

2022-03-27 - 285 2

Posté par Joe Krapov à 22:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


06 avril 2022

UNE IDYLLE INATTENDUE

2122-25 Jean-Paul -Blanche de Forteteste

Sous des atours délicats, Blanche de Forteteste cachait une âme rebelle.

Cela embêtait fort ses sympathiques géniteurs, Guillaume et Brunehilde de Forteteste, roi et reine du pays de Marche-Luy-Dessus, qui n’avaient que cette mijaurée teigneuse comme descendance et se désolaient de la voir refuser, un à un, tous les prétendants qu’ils lui présentaient.

- Vos prétendants, si je les déprécie, c’est que ce sont des prétentieux. Ils ne s’attendent pas à ce que je leur expose mes attendus, mes attentes et mes besoin d’attentions. Certains s’en offusquent et font demi-tour. Les autres prétendent que je suis folle. L’affaire est entendue : je ne me marierai qu’avec un gentilhomme qui saura m’écouter. Ne m’en présentez plus.

Tout ce qu’il y avait de jouvenceaux à marier dans le royaume était de toute façon venu tenter sa chance et s’était esbigné penaud devant cette demoiselle de caractère, férue de rhétorique et dotée par là-dessus d’une très grande culture : elle portait des bas bleus et un hennin pointu sous lequel « elle en avait ». Seuls de temps en temps encore désormais quelques étrangers de passage étaient invités à venir présenter leurs fromages à la zappée, pardon, leurs hommages à la frappée.

***

Ce jour-là, c’était au tour de Superman de se coller à l’entreprise de séduction coton. Il entra dans le grand salon où Blanche tricotait une écharpe de supportrice du SRFC, le Syndicat Reconnu des Filles de Caractère.

- Bonjour Dame Blanche, ô ma Blanche ! Je m’appelle Superman et je joue du ukulélé.

La princesse leva les yeux de son ouvrage et pouffa de rire en voyant la tenue du bonhomme : un horrible collant bleu pervenche recouvert d’un slip rouge lui moulait les couilles, l’écusson portant les armes de sa famille était brodé très large sur son poitrail et il traînait derrière lui une très longue cape rouge.

- Faites donc entendre votre mélopée, seigneur Superman. Ca fait longtemps que j’ai pas ouï ni même joui d’un poil d’uku !

Superman se râcla la gorge, fit quelques « Ploïnk ! Ploïnk ! » sur son petit instrument et entonna « La Dinde et le cochon », une chanson moyen-âgeuse, donc moderne, très ambiguë et très risquée dans le contexte que nous avons évoqué plus haut. Quand il eut terminé, Blanche de Forteteste lui demanda :

- Vous ne connaissez pas une autre chanson que « J’ai une belle dinde et un cochon bien gras » ?

- Si bien sûr mais la suivante, que j’ai écrite et qui a été primée au festival jumelé de la Rose d’or de Gif-en-Josas et de la carotte de Jouy-sur-Yvette n’est peut-être pas vraiment audible par vos chastes oreilles ?

- Waouh ! Vous avez obtenu la carotte d’or de la chanson paillarde ? Mais c’est excellent ! Tenez, enfilez donc un peu ce costume pour me la chanter !

- Quel costume ?

- Celui qui est derrière le paravent ?

- Voilà, j’ai mis les plumes ! Que fait-on maintenant ?

- Montre voir et fais entendre !

- Ca s’appelle « les préparatifs de l’expédition petit Poucet en Aamazonie ».

- Envoie la sauce !

- « Amazone, à ma zone, erre, ô Jane,
Je n’ai pas songé
Pour trouver point G
A prendre cailloux
Pour marquer chemin !

Amazone, à ma zone
Quand tu cries
J’ai l’oreille cassée
Et quand tu débordes
Jusqu’à l’Orénoque
Noque Noque Noque
On heaven’s door
J’ai le coeur en déroute
Jusqu’à Noke Noke le Zoute »

- Génial, Superman ! Génial ! Mais laissons tomber les chansons. Est-ce que tu veux bien rivaliser avec moi au concours du plus gros ballon ?

- Pourquoi pas ? Tout le monde prétend que je ne manque pas d’air !

2122-25 Jean-Paul - Superman en truc à plumes

***

Le roi et la reine de Marche-Luy-Dessus s’inquiétaient. Cela faisait une heure que le jeune freluquet était chez la princesse et elle ne l’avait toujours pas foutu dehors. Au mieux, d’habitude, l’examen durait cinq minutes.

Vous savez comme sont les parents dans ces cas-là : ils ne purent s’empêcher d’aller coller leur oreille à l’huis pour y ouïr, venant d’elle et lui, des choses très surprenantes comme :

- A mon tour ! A mon tour !
- Mais calme-toi ! C’est le quinzième préservatif que tu éclates !
- Ah ouais celle-là, je la connais mais en la mineur !
- Oui, bon OK ! Et à part des bons gros enfants joufflus, tu veux quoi pour ton Noël ?
- Laissez ma chevillette tranquille ! Vous vous êtes trompée d’histoire !

***

Superman revint le lendemain, le surlendemain et neuf mois plus tard on s’aperçut qu’il avait gagné au concours du plus gros ballon.

Superman ! Dire qu’il y a encore quelques mois, c’était un personnage de premier plan ! Demain Superman se marie !


Pondu à l'Atelier d'écriture de Villejean le mardi 5 avril 2022

d'après la consigne 2122-25 ci-dessous

Posté par Joe Krapov à 15:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 avril 2022

CONSIGNE D'ÉCRITURE 2122-25 DU 5 MARS 2022 A L'ATELIER DE VILLEJEAN

Fifiches à gogo

 

2122-25 Consigne - Fifiches à gogo de Lécroart

C’est le nom d’un recueil de dessins d’humour d’Etienne Lécroart. Un bon nombre de ces dessins sont des détournements de scènes bien connues des contes traditionnels.

L’animateur a rassemblé ici un certain nombre de légendes ou de dialogues qui donnent leur sel à ces saynètes.

Il vous est demander d’en réutiliser quelques uns comme incipit d’une nouvelle histoire ou comme éléments constitutifs d’un dialogue ou d’un récit nouveau.

Ah ben fallait pas me réembrasser !
A mon tour ! A mon tour !
Laissez ma chevillette tranquille ! Vous vous êtes trompée d’histoire !
Oui, bon OK ! Et à part des bons gros enfants joufflus, tu veux quoi pour ton Noël ?
Les préparatifs de l’expédition Petit Poucet en Amazonie.
C’est Simplet qui a fini ma pomme… Si vous pouviez aussi faire quelque chose pour lui ?
Waouh ! Vous avez obtenu la carotte d’or !
J’ai beau savoir que ça n’existe pas,  je ne suis pas rassurée !
Ah, désolé, il ne nous reste que du « huit lieues » !
Ah ouais, celle-là je la connais mais en la mineur.
Ouais ben nous c’est Grincheux, Revêche, Bougon, Boudeur, Grognon, Acariâtre et Rabat-joie ! Et on t’emmerde !
Mais enfin ? Qui veux-tu attirer avec une maison en épinard ?
Tiens, ne sors pas les mains vides, voilà la poubelle et la liste des courses !
Un profond malaise envahit l’assemblée quand Gulliver demanda s’il pouvait utiliser les toilettes
Enfin, rappelle-toi ! Tu es sûr d’avoir pris le petit avant de partir ?
Non, aucun de nous ne s’appelle Serviable… Pourquoi ?
L’entretien de Paul au poste de 8e nain se passa bien jusqu’à la question piège sur sa taille.
OK, Grand-mère, j’ai des grandes dents mais ce n’est pas beau de se moquer !
Sous des atours délicats, Blanche de Forteteste cachait une âme rebelle.
Oh là là, c’est le portrait de son père !
Oh hé, si t’arrives pas à dormir, t’as qu’à prendre de la pomme empoisonnée !
Vous ne connaissez pas une autre chanson que « J’ai une belle dinde et un cochon bien gras ?
Mais calme-toi ! C’est le quinzième préservatif que tu éclates !
C’est pas vrai ! Je ne peux pas vous laisser seuls cinq minutes !
Atchoum prend de l’aspirine, Dormeur des vitamines et Grincheux des antidépresseurs.
Ah non, M. Nif-Nif, les chèques en bois n’ont aucune valeur ici !
Ahrr ! Impossible de dormir, je sens un brin de paille là-dessous !
Ben non, je ne vois pas ce que tu lui trouves de déréglé à mon miroir magique.
Aaaah ! A quoi bon continuer, tout a déjà été dessiné !
Ben on est bien ici. Pourquoi aller plus haut ?
Voilà, j’ai mis les plumes. Que fait-on maintenant ?
Là ! Relaxez-vous ! Dans quelques minutes votre phobie des corridas aura disparu.
Ah la la, m’en parle pas ! En ce moment j’ai un boulot de dingue.
Eh oui, mon nom, je le signe à la pointe de l’épée d’un Z qui veut dire Zorro.
Ahr, je ne sais jamais : meuh, ça prend un h ou pas ?
Dire qu’il y a encore quelques mois, c’était un personnage de premier plan…
Superman se marie.

Posté par Joe Krapov à 19:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

04 avril 2022

Visionnages en différé de mars-avril 2022

2022-03-20 - 285 1

C'est vrai : je passe l'essentiel de mon temps à écrire des bêtises, à chanter des conneries, à étudier des ouvertures échiquéennes sans pratiquer en profondeur, à prendre des photos "perecquiennes" de lieux rennais "à tenter d'épuiser" juste pour mon plaisir à moi.

Mais je ne fais pas que ça. Tous les soirs de ces semaines où le hasard d'une situation pandémique nous a fait vivre dans la trouille d'attraper le coronavirus, je propose à ma co-locataire préférée qu'on se fasse "un petit cinéma" à base de dévédés empruntés en bibliothèques ou, plus rarement, de diffusions d'émissions de télé à la mode de Patricia Highsmith : en Ripley.

Les deux dernières choses vues cette semaine, en supplément du désormais lassant plutôt que délassant Capitaine Marleau "L'Homme qui brûle", et en mode bien plus enthousiasmant, savant et plaisant sont regardables ci-dessous pendant un laps de temps limité :

La Moldau : le plus grand succès de Smetana
(sur Arte.tv, visible jusqu'au 30 mars 2023)

Magic Mozart : concert spectaculaire

https://www.france.tv/spectacles-et-culture/opera-et-musique-classique/3147569-magic-mozart-concert-spectaculaire.html

Sur France 4, disponible jusqu'au 15.09.22

Philippe Decouflé fait dialoguer chanteurs, clowns, danseurs et vidéo pour un "concert spectaculaire" : Insula orchestra et Laurence Equilbey y invitent la fine fleur du chant mozartien pour un voyage féérique autour des plus beaux airs de Mozart, issus de "La Flûte enchantée", "Les Noces de Figaro", "Don Giovanni", ou encore "L'Enlèvement au sérail". 



*** 

On devrait y rester plus souvent dans nos hauteurs musicales et intellectuelles à l'abri du monde moderne. Parce qu'à force de vouloir sortir quand même, on a fini par faire comme tout le monde et l'attraper, la bestiole à cinq lettres !
;-) et ;-(

Posté par Joe Krapov à 22:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,